Faits-divers

Un agent du Département mis à pied après avoir agressé plusieurs collègues

Un agent technique du conseil départemental, connu pour des faits de violence envers ses collègues, mais qui continue de faire la pluie et le beau temps dans son service. Une injustice pas si rare dans nos collectivités malheureusement...

Jeudi 27 Juin 2019 - 15:32

Affecté dans une Unité Territoriale qui gère les routes départementales, cet agent est muté de service en service sans que rien ne change (photo d'illustration)
Affecté dans une Unité Territoriale qui gère les routes départementales, cet agent est muté de service en service sans que rien ne change (photo d'illustration)
Plusieurs agents de l'UTR (unités territoriales routières) Ouest ont signalé depuis plusieurs mois au conseil départemental le cas de cet agent, que l'on appellera Jean*,  connu pour des faits de violences sur son lieu de travail. Ils reprochent à la collectivité départementale son "inaction", qui a fait le choix de déplacer le mis en cause à chaque altercation. Pas suffisant pour les collègues de ce dernier qui soupçonnent Jean de bénéficier d'une "couverture".

Adjoint technique du Département sur le site de Stella, Jean est entré au service de la collectivité tout d'abord à Saint-Denis, avant d'être muté à Saint-Pierre, à Saint-Leu, Saint-Paul.

Tous les services ont été alertés ces derniers mois mais le malaise perdure, l'agent étant muté sur un autre site après chaque altercation. Dans un courrier adressé le 14 novembre 2018, le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail), la médecine du Travail, le directeur du services des routes, aux ressources humaines du Département et le responsable de l'antenne de Saint-Paul de la collectivité, ont été informés.

Huit mois ont passé et les nombreux agents qui ont croisé sa route déplorent le manque de "réaction" de la part du conseil départemental. Une situation qui "perdure depuis des années", alors que l'article L4121-1 du Code du Travail est très explicite:
 
"L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs."
Point 7 : "Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral..."
Point 8 : "Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures
de protection individuelle"

"Dès lors (après être entrée au conseil départemental, ndlr) et sur quatre sites différents (Saint-Pierre, Conseil Général, Saint-Leu UTR, Saint-Paul et Stella), cette personne commet des faits de violences caractérisées, vis-à-vis des ses collègues et chef, connus de vos services (…) Comment se fait-il que les Ressources Humaines ainsi que votre Direction, cautionnent et permettent la présence d’une personne violente sur ses sites ? (...) Vous noterez que pour le point 8, il aura été décidé au sein de votre organisme de privilégier l’intérêt individuel de Jean* en déplaçant ce dernier à chaque agression, plutôt que de privilégier des mesures de protection collective", dénonce un des agents.

Une procédure administrative engagée

En guise de sanction, pendant des mois et en l'absence de raison médicale, Jean doit donc rester à l’antenne de Stella. Il n’a, logiquement, pas l’autorisation d’aller sur le terrain ou d’utiliser les véhicules de service de la collectivité. Le hic, c'est que dans le même temps, et pour justifier d’un maintien de salaire complet, Jean avait quand même le droit d’assurer les astreintes et donc d’aller sur le terrain et d’utiliser un véhicule de service.

Une situation ubuesque qui paralyse le site de Stella, où "travaille" désormais Jean, puisqu'il n'y a plus de communication entre son responsable et lui en raison de leurs différends permanents. Une antenne où ses collègues "refusent de parler par peur de représailles". En effet, en plus de distribuer des pains, Jean clame à tout vent qu'il est "protégé politiquement".  Et au vu de ce qui se passe pour Jean, de nombreux collègues auraient "tendance à le croire".

Un "soutien" qui n'a semble-t-il pas empêché le conseil départemental de se pencher, enfin, sur son dossier. En effet, la collectivité départementale nous indique cette semaine qu'une "procédure administrative" a déjà été engagée contre Jean, qui a écopé également d'un avertissement "courant avril". Le Département réfléchit également à un reclassement de cet agent dans d'autres services de la collectivité. 

*nom d'emprunt
SI
Lu 8569 fois




1.Posté par Logique le 27/06/2019 15:46 (depuis mobile)

Chouette alors, pour les “autres services de la collectivité” !
Pour le virer, il faut qu’il estropie physiquement un collègue, en plus de tous ceux qu’il a déjà dû envoyer en dépression?
#balancetonharceleur

2.Posté par Nono le 27/06/2019 16:14

Sympa ce "Jean", na point personne pou fé entour a lu dans son couverture ?

Le Département réfléchit également à un reclassement de cet agent dans d'autres services de la collectivité.

De toute évidence ils comprendront le point 8 quand surviendra un drame...

3.Posté par cmoin le 27/06/2019 16:20

Il faut le virer,c'est tout!

4.Posté par Anonyme le 27/06/2019 16:51 (depuis mobile)

8mois ont passé» Il était tant que le Président et autres prennent la décision de se pencher sur ce problème . Il existe bien d''autres cas semblables dans les collectivités . Les maires mettent des pions dans les mairies pour surveiller les employés

5.Posté par Martine et le continent le 27/06/2019 17:21 (depuis mobile)

Un continental hexagonal ?

c'est pas mentionné !

6.Posté par Choupette le 27/06/2019 17:24

Les "autres services" en tremblent déjà ... .

Cette administration déplace encore une fois "le problème". Les agents devraient se faire porter pâles.

M. Seba, un commentaire, svp ?

7.Posté par titi974 le 27/06/2019 17:36

Ceci est lamentable ce type devrait être licencié et le département devrait porter plainte pour ses agissements inadmissibles envers ses collègues de la fonction publique on peut qualifier cela de faute professionnelle grave.

8.Posté par vital le 27/06/2019 17:44

quand on recrute des nervis gros bras pour se faire élire , il ne faut pas étonner de ce genre de comportement aprés

9.Posté par eh oui! le 27/06/2019 17:51

Bien sûr post 1 , s'il est protégé politiquement ( du genre colleur d'affiche ou nervis à ses heures) son protecteur ne lui refusera rien et le protégera aussi longtemps que possible!
C'est courant dans les mairies ( plus t'es bête , plus t'es protégé car tu sais taper sans réfléchir et ça , les élus en campagne aiment toujours ça , comme au "bon vieux temps") mais aussi au conseil départemental et régional.
Les intouchables sont nombreux!

10.Posté par patou le 27/06/2019 18:06

c es une histoire de fou les collègues devraient faire grève jusqu a qu une enquête soit ouverte politique ou pas ce genre de cokerie ne devraient pas existé

11.Posté par Ti Tangue zilé zone le 27/06/2019 18:20 (depuis mobile)

Le Département réfléchit également à un reclassement de cet agent dans d'autres services de la collectivité. Hi hi hi ...donc il est bien protéger alors vite , PLACE À UN TRAVAILLEUR...LICENCIEMENT DIRECT

12.Posté par Marie le 27/06/2019 18:29

Pour résumé ce après avoir porté atteinte physiquement et probablement psychologiquement à ses nombreux collègues va être muté a un autre poste et dans une autre ville. Sérieusement, On a rien trouvé de mieux que de lui offrir un autre fonction au service de la collectivité et a cette allure il aura fait le tour de l'ile en 1ans ou moins. Je ne sais pas qui est son ou ses protecteur en aux lieux, mais un message a ceux-ci il est plus que temps de montrer a monsieur la porte du pôle emploi.

13.Posté par roki le 27/06/2019 18:43

Ce n'est pas un cas isolé dans la territoriale on préfère déplacer les problèmes plutôt que de les régler.
Combien d'agents sévissent dans les services de services en services?
Souvent des agents rentrés sans concours titularisés grâce à leurs appuis.

14.Posté par Calimero le 27/06/2019 18:43 (depuis mobile)

Et puis quand il sera viré pour ce mauvais comportement, il va venir pleurer auprès des journalistes qui accuseront l’employeur d’être sans coeur. Ces histoires ont-elles vraiment leur place dans les médias ?

15.Posté par almuba le 27/06/2019 19:10

Comprends pas qu'un mec se permette de faire n'importe quoi et que personne ne réagisse bien que des lois existent.
Il faut le virer, point barre et il ne ramènera pas sa fraise devant les tribunaux.

16.Posté par yabos le 27/06/2019 19:11

Ce genre d'individu doit être exclu définitivement de la fonction publique. Cela ne sert à rien de le déplacer de service en service. Le problème se déplace Avec lui. Les décideurs administratifs doivent prendre leur responsabilités et arrêter de cautionner de tels comportements .

17.Posté par Joseph le 27/06/2019 19:26

Au chomdu l'irascible débile !
Arrêtez de tergiverser, la file est longue à pôle emploi, et des jeunes plus méritants accepteront à grande joie ce poste libre !

18.Posté par TICOQ le 27/06/2019 20:08

J'aime bien la dernière phrase, comme quoi "Jean" a de beaux jours devant lui pour faire chier tout le monde avant qu'il soit mis hors d'état de nuire. Encore du copinage ?

19.Posté par olivette le 27/06/2019 21:43

au bout de 10 avertissements, il aura un blâme et au bout de 10 blâmes, il aura un avertissement !

20.Posté par piment kraze le 27/06/2019 21:50

dans la même veine, on a au Port un certain Th.B, chef des nervis qui dit sur tous les toits être juste sous le maire.

21.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 27/06/2019 21:59

On a notre Benalla........

22.Posté par Olivier le 27/06/2019 22:27

Dans la fonction publique on "reclasse" ce genre d'énergumènes payés par nos impôts. Dans le privé il ferait pas une semaine; il serait vite fatigué par le rythme de travail...

23.Posté par Tisako974 le 28/06/2019 01:48

des gens bien se lèvent tout les matin pour aller supporter des gens comme cela au travail. des taré qui a chaque fois se conforte et rabaisse autrui.. et ces employeurs qui n'ont rien dans le froc pour changer tout sa..

24.Posté par Mano le 28/06/2019 06:28 (depuis mobile)

Que nos élus (es) réfléchissent, c''est déjà une bonne chose....quant à la cohérence entre la réflexion et l''action qui en découle...??? Existe-t-il un "bêtisier de l''élu (e)" pour que la population puisse voter pour le"bonnet d''âne ".

25.Posté par PERS/ILE BOURBON le 28/06/2019 07:32

Ne faut-il point prendre conscience ? C'est dans L INTERET DE NOUS TOUS -ce que nommons n'Est-ce pas L INTERET GENERAL...c'est bien beau ces personnes qui ont été recrutées, qui ont été promotionnées qui n'ont d'ailleurs point le SENS DE L ETHIQUE, LE SENS DU RESPECT, LE PRIX DE L EFFORT, LES CONNAISSANCES aussi d'ailleurs du métier.....
quel gachis....Combien de dispositifs dormants, combien d'argent perdu...DIEU QUE C EST TRISTE

26.Posté par hôtel Mort le 28/06/2019 05:56

Et la estar comme un toutou placardisé durant des années ! Cet agent nuit gravement à ses collègues pour preuve 😂

27.Posté par Frederic BOUQUILLARD le 28/06/2019 11:15

Au bout de 10 agressions, 1 avertissement.
Au bout de 10 avertissements, 1 blâme
Au bout de 10 blâmes, un nouveau placard et on recommence:)

28.Posté par Krysty le 28/06/2019 11:49 (depuis mobile)

Euhh.. Les fonctionnaires ne sont pas régis par le code du travail... Lol

29.Posté par Kiki le 28/06/2019 22:13 (depuis mobile)

NA PU CRÉOLE LÉ MAUVAIS DONT ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >