Océan Indien

Un Français s'évade d'une prison malgache et quitte le pays en pirogue

Mercredi 3 Janvier 2018 - 08:29

Un Français de 54 ans s’est évadé d’une prison malgache jeudi dernier. Houcine Arfa y était détenu depuis trois ans, accusé d’usurpation d’identité. Il a profité d’une visite à l’hôpital d’Antananarivo pour prendre la fuite, aidé par son épouse. Selon les informations relayées par la presse nationale, l’homme a quitté la Grande Ile en pirogue et après 15 heures de traversée a rejoint Mayotte. Le ressortissant français est depuis hier rentré à Paris. 

Un avis de recherche avait été diffusé par la police malgache. Un document qui mentionne que Houcine Arfa était emprisonné depuis juin 2017 pour détention illégale d'armes à feu et de munitions, tentative de kidnapping, association de malfaiteurs et usurpation de fonction. En novembre 2017, il a également été condamné pour usurpation de fonction et extorsion de fonds par le tribunal correctionnel d’Antananarivo. "Une mascarade", selon un article du Figaro. Il assure avoir travaillé comme "conseiller" en charge de la sécurité de la présidence malgache. "Si je ne m'évadais pas, j'allais mourir ", a-t-il déclaré assurant avoir perdu 19 kilos en deux mois et demi. 
N.P
Lu 6288 fois



1.Posté par Simandèf le 03/01/2018 08:41

Ce bandit a du avoir des complices à différents niveau pour être arrivé en France.

2.Posté par MARIE le 03/01/2018 10:21

il y a un couac dans cette histoire meme si bravo pour l evasion mais il n aurait pas du pouvoir prendre l avion et se refugier en france

3.Posté par Mercenaire "public" ou "privé" ? le 03/01/2018 10:23

Un article de L'Express de Madagascar (autre source, autre vision): "Sécurité du président – Un assassin présumé en cavale" indique que:

"Mercenariat

À l’aéroport international d’Ivato, au portail de sortie potentielle du fugitif, les hommes du service central de la police de l’air et des frontières sont aux-aguets.

Mise en sourdine au moment des faits dans un souci de contenir l’opinion publique, la menace sérieuse a été, toutefois, dévoilée à son summum par les vitres blindées ayant quadrillé la loge des officiels, perchée à la crête de la tribune centrale où étaient installés le Président, le Premier Ministre ainsi que les chefs d’institution pendant le défilé.

La panique a saisi la garde présidentielle ainsi que les entités en charge de la sécurité, depuis que le suspect est tombé dans les mailles des filets tendus par la police criminelle, moins d’une semaine avant la célébration. 

Pris en possession de camouflages de tireur embusqué et d’armes d’exercice de sniper, celui-ci a été envoyé dare-dare au pénitencier de Tsiafahy, au terme de sa comparution au Parquet.

Outre le matériel compromettant sur lequel les limiers des forces de police ont mis la main sur la base d’informations, le Français incriminé est, de surcroît, soupçonné de recrutement de mercenaires pour mettre à exécution des actes de déstabilisation.

Une source proche du dossier met, pour sa part, à nu des affaires épineuses concernant le prévenu en Afgha­nistan et dans des pays d’Afrique
."

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/securite-du-president-un-assassin-presume-en-cavale/://

Pas très "clair" tout ça...

4.Posté par cmoin le 03/01/2018 11:21

Qu'il soit renvoyé dans la prison de madagascar a plus vite!

5.Posté par Morderire le 03/01/2018 12:14

15 heures en pirogue pour 400 kms entre Majunga et Mayotte, soit une moyenne de 27 km/h dans des conditions météo précycloniques. Ils sont trop forts ces piroguiers malgaches!...

6.Posté par Marie le 03/01/2018 14:02

c'est ce qu'il avait de mieux à faire.....!

7.Posté par Marie le 03/01/2018 14:05

dans un pays "gangréné" comme Mada je me méfierai de la version officielle, il a bien fait de se faire la malle....!

8.Posté par Fabiho le 03/01/2018 14:30 (depuis mobile)

Bienvenue en France...

9.Posté par bernard seillier - 64 le 03/01/2018 14:52

il va maintenant exercer son "art" en France

10.Posté par canard le 03/01/2018 17:22

Post 2 Mayotte ne nous en déplaise est déjà française! hé oui! Mais peut-être que les conditions de vie n'y sont pas non plus terrible!

11.Posté par Ti-tangue le 03/01/2018 20:00

Les commentaires du Figaro vont dans le sens du mien :

Pierre Quimousse
"Détention illégale d'armes à feu et de munitions, tentative de kidnapping, association de malfaiteurs et usurpation de fonction"... il a le pédigrée pour la Seine Saint-Denis...
Le 03/01/2018 à 13:42

Il y a bien longtemps que les métros ne se laissent plus abuser par ces " français " commvouzémoâ .

12.Posté par Fritz le 03/01/2018 20:18

Mais il a eu bien raison de s' évader quelque soit le délit pour lequel il a été condamné il a bien fait
car Madagascar est une République Bannanière comme on dit, il y règne la corruption au plus de l'Etat, la
magouille, le racket et j'en passe , pays de grands bandits en tous genres vous pensez bien que plutôt que
de croupir dans les taules malgaches il a tenté sa chance et il a réussi et c'est tant mieux pour lui.
La démocratie est un mot que là-bas ils ne connaissent pas, ils sont indépendants oui mais c'est tout et c'est
tant mieux car sinon ils seraient encore à notre charge. Félicitations à l'évadé car je peux vous dire que les taules de là-bas sont pires que la trés célèbre prison d'Alcatraz, ce n'est pas que je sois allé en taule à Madagascar mais c'est un pays que je connais trés trés trés bien......

13.Posté par totoricha le 04/01/2018 01:00

Histoire impossible. Les frontières françaises sont bien gardées. Aucun Kwassa ne peut plus arriver à Mayotte....

14.Posté par STORN le 04/01/2018 11:34

Il s' est évadé et s'est réfugié en France ? Bon Mayotte est en France si on veut.....
Mais rassurez vous je suis pas convaincu que les taules soient mieux qu'à Madagascar car
là-bas ausi c'est un drôle de pays où c'est peut être pire à tous les points de vues, oui mais
malheureusement on est en France.....

15.Posté par dimi le 04/01/2018 17:01

et en france on ramasse les pseudos terroristes un de plus sur la liste de on sait qui sait mais reste libre pour continuer leur sale besogne bien vu post 3 lu l 'article de ce personnage ...

16.Posté par Berthron le 05/01/2018 14:41

C'est vite fait que de dire qu'il s'est réfugié en France le bougre , il a été jusqu'à Mayotte certes département
Francais à mon grand regret soit dit en passant , mais il n'aurait jamais pu rentrer en " France Métropolitaine "
en fait c'est comme si il avait échoué sur les côtes africaines car Mayotte fait partie de l'Afrique n'en déplaise
à certains.....

17.Posté par youssef le 08/01/2018 18:25

c'est l'occasion de relire Papillon d’Henri charrière voici mon meilleur extrait ''l'ile du diable''


Je quitte la maison, me félicitant d’avoir agi ainsi, car ces
trois heures, de midi à trois, sont précieuses. C’est l’heure de la
sieste et presque tous les surveillants dorment à ces heures-là,
d’où une surveillance relâchée.
Juliette nous a pratiquement accaparés, moi et ma pêche.
Elle va jusqu’à envoyer le jeune garçon de famille voir où je suis
en train de pêcher pour venir chercher mon poisson. Souvent il
arrive en me disant : « La commandante m’envoie chercher tout
ce que tu as pêché car elle a des invités à sa table et elle veut
faire la bouillabaisse », ou ceci ou cela. Bref, elle dispose de ma
pêche et me demande même de chercher à pêcher tel ou tel
poisson ou de plonger pour attraper des langoustines. Cela me
dérange assez sérieusement pour le menu du gourbi mais, d’un
....autre côté, je suis protégé comme personne. Elle a aussi des
attentions : « Papillon, la marée est à une heure ? » – « Oui,
Madame. » – « Venez manger à la maison, comme cela vous
n’aurez pas à rentrer au camp. » Et je mange chez elle, jamais
dans la cuisine, toujours dans sa salle à manger. Assise en face
de moi, elle me sert et me verse à boire. Elle n’est pas aussi
discrète que Mme Barrot. Souvent elle m’interroge un peu
sournoisement sur mon passé. J’évite toujours le sujet qui
l’intéresse le plus, ma vie à Montmartre, pour lui raconter ma
jeunesse et mon enfance. Pendant ce temps, le commandant
dort dans sa chambre.
Un matin, après avoir fait une bonne pêche, de très bonne
heure, et avoir attrapé près de soixante langoustines, je passe
chez elle à dix heures. Je la trouve assise en peignoir blanc, une
jeune femme derrière elle en train de lui faire des bouclettes. Je
dis bonjour, puis lui offre une douzaine de langoustines.
— Non, dit-elle, donne-les-moi toutes. Combien y en a-t-il ?
— Soixante.
— C’est parfait, laisse-les là je t’en prie. Combien te faut-il
de poissons pour tes amis et toi ?
— Huit.
— Alors prends tes huit et donne le reste au garçon qui va
les mettre au frais.
Je ne sais que dire. Jamais elle ne m’a tutoyé, surtout pas
devant une autre femme qui ne va certainement pas manquer
de le répéter. Je vais m’en aller, gêné à l’extrême, quand elle
dit : « Reste tranquille, assieds-toi et bois un pastis. Tu dois
avoir chaud. »
Cette femme autoritaire me déconcerte tant que je
m’assieds. ..m’assieds. Je déguste lentement un pastis en fumant une
cigarette, regardant la jeune femme qui peigne la commandante
et qui de temps en temps me jette un coup d’œil. La
commandante qui a un miroir dans la main s’en aperçoit et lui
dit : « Il est beau mon béguin, hein, Simone ? Vous êtes toutes
jalouses de moi, c’est pas vrai ? » Et elles se mettent à rire. Je ne
sais plus où me fourrer. Et bêtement je dis : « Heureusement
que votre béguin, comme vous dites, n’est pas bien dangereux et
....346
que dans sa position il ne peut, lui, avoir le béguin de
personne. »
— Tu ne vas pas me dire que tu n’as pas le béguin de moi,
dit l’Algérienne. Personne n’a pu apprivoiser un lion comme toi,
et moi je fais ce que je veux de toi. Il y a bien une raison à cela,
n’est-ce pas, Simone ?
— Je ne connais pas la raison, dit Simone, mais ce qui est
certain c’est que vous êtes un sauvage pour tout le monde sauf
pour la commandante, Papillon. .... Et il a passé son chemin sans rien lui vendre.
Elles se tordent de rire.
Je rentre au camp furieux et le soir je raconte au gourbi
toute l’histoire.
— C’est très sérieux, dit Carbonieri. Cette gonzesse te met en
danger. Va là-bas le moins possible et seulement quand tu sais
le commandant chez lui. » Tout le monde est de cet avis. Je suis
décidé à le faire. .......Le fait d’être en préparation de cavale me donne un moral
formidable. Je mange comme jamais et la pêche me maintient
dans un état physique parfait. En plus, tous les matins je fais
plus de deux heures de culture physique dans les rochers. Je fais
surtout travailler les jambes, car la pêche me fait déjà travailler
les bras. J’ai trouvé un truc pour les jambes : je m’avance plus
loin que je n’allais pour pêcher et les vagues viennent taper
contre mes cuisses. Pour les recevoir et garder l’équilibre, je
tends mes muscles. Le résultat est excellent. .....Voila trois mois
que nous sommes à Georgetown.
Aujourd’hui nous nous installons dans la moitié de la maison de
nos amis hindous. Deux chambres claires et spacieuses, une
salle à manger, une petite cuisine au charbon de bois et une
cour immense avec un coin couvert de tôle pour l’étable. La
charrette et l’âne sont à l’abri. Je vais dormir seul dans un grand
lit acheté d’occasion avec un bon matelas. Dans la chambre à
côté, chacun dans un lit, mes deux amis chinois. ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter