MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Un 1er Mai, pas comme les autres


Par Youssouf OMARJEE - Publié le Mardi 30 Avril 2019 à 15:16 | Lu 834 fois

A l’approche de ce 1er Mai, je ne pouvais qu’avoir une pensée émue pour celles et ceux qui font, de notre économie, sa force, son énergie et son dynamisme, que ce soit par le travail qu’ils produisent ou par le capital qu’ils y injectent. Ma pensée se veut encore plus forte pour celles et ceux qui n’arrivent pas à s’insérer durablement sur le marché du travail, de l’emploi ou de l’entrepreunariat faute d’être mieux préparés, faute de savoir se saisir des opportunités, faute d’être en mesure de mieux faire valoir leurs talents, car il n’est aucun être humain qui ne dispose point de compétences rendant sa présence nécessaire quelque part.

En effet, chacun d’entre nous a besoin d’une activité pour s’épanouir, que cette activité se fasse dans le cadre d’un travail rémunéré, en échange d’une prestation ou tout simplement sous la forme d’une mise à disposition de ses talents et compétences au service de ses pairs par le truchement du bénévolat et du monde associatif, l’être humain a besoin de cette ouverture sur le monde, de cette porte de socialisation, de cette fenêtre qui l’ouvre à l’altérité, à l’utilité et à apporter sa part à l’édification d’un monde plus juste et plus sensible au-delà du comportement rationnel le poussant à agir qui, en vue d’un gain financier immédiat, qui, en vue de subvenir à ses besoins les plus élémentaires, qui, encore, en vue de s’élever, nonobstant les circonstances, quand il le peut, pour aller plus loin, plus fort et plus haut.

Mais, aucun d’entre nous, qu’il soit au summum de son art ou qu’il soit au faîte de sa gloire, ne peut réussir seul, car l’intelligent est celui qui lie les choses entre elles tandis que le sage s’évertue à relier les gens entre eux pour transformer une idée en succès, un projet en exemple porteur, un pas en un parcours honorable, de simples mots extraordinairement agencés en un slogan bien inspiré et déterminant.

Aussi, être sur le chemin d’une carrière tranquille ou tumultueuse, être au bas de l’échelle ou dans les masses nuageuses d’une quelconque entité, être en proie aux difficultés ou en mesure de s’adapter aux changements de stratégie et/ou d’équipe sont autant de situations exigeantes pour celui/celle qui travaille, pour celui/celle dont les mutations technologiques se promettent sa disparition programmée dans l’automatisation effrénée des tâches, pour celui/celle dont les connaissances sont déjà obsolètes en elles-mêmes au sortir de sa formation, pour celui/celle qui doit satisfaire à la contrainte de performance aux dépens du sens.       

Soit, autant de situations qui nous contraignent à faire preuve de modestie et de volontarisme, d’obstination et de courage, de créativité et d’audace, d’engagement dans la durée et de renouvellement de notre vision, de notre remise en cause personnelle à notre participation singulière et originale au dynamisme des entreprises et des univers auxquels nous participons, nous contribuons et dans lesquels nous nous investissons.

Un 1er Mai, pas comme les autres
Il est, toutefois, dommage que l’approche courante nous ait conduits jusqu’alors à séparer les mondes, à isoler les uns comme étant plus utiles et les autres comme étant davantage substituables, à donner plus de valeur à certains actes pour mieux en dévaloriser d’autres. Parce que cette vision dualiste ne correspond nullement à la réalité du monde, nous devons apprendre à relever les défis professionnels tout en assurant leur nécessaire conciliation avec nos besoins personnels, sources d’équilibre, de cohérence et d’harmonie.

Parce que cette lecture essentialiste de nos réalités plurielles, ce faisant, enferme les êtres dans des tâches bien définies et dans des rôles bien circonscrits tout en les appauvrissant, nous nous devons de nous attacher continuellement à progresser dans l’affirmation de nos compétences existantes comme dans la quête de nouvelles par notre attachement aux processus de formation et de développement personnel. 

Parce que les conséquences liées à la ségrégation aveugle des hommes et à un blocage invisible des énergies et potentialités, lorsqu’ils surviennent et qu’ils durent, nous obligent, collectivement,  à chaque échelle de réflexion et d’action, la mobilisation concertée des moyens nécessaires à sortir l’homme de la frénésie du principe mortifère selon lequel « je n’existe que  parce que je consomme » pour le reconnecter avec « le bon ordre des choses, l’intelligence sociale sacrifiée sur l’autel des égos, l’approche solidaire des problèmes pourtant plus pertinente », qui sont autant de conditions indispensables à l’obtention d’un bonheur partagé soulignant les solidarités mutuelles qui nous caractérisent tant et qui nous lient tout autant. 

En effet, que serait la baguette de pain de l’artisan sans la matière première produite avec soin et délicatesse par nos agriculteurs et transformée au sein de nos ateliers industriels ? Que deviendrait alors l’enfant qui n’a point rencontré l’espoir dans le regard d’un enseignant bienveillant lui ayant transmis l’envie de se surpasser au-delà de sa pédagogie et de sa méthodologie ? Où serait la fierté d’un patron sans l’investissement loyal et constant de son salarié ?  Imagine-t-on un monde plus égalitaire où les services essentiels à la population seraient privatisés ?  Quel serait le visage d’un monde de plus en plus rationnel et de moins en moins habité par la force d’écoute, la présence active et le précieux soutien de nos pairs faits d’os, de chair et de sensibilité ?   

Le monde se construit sur la foi de bâtisseurs(ses) et de visionnaires en prenant forme et vie dans la main de celles et ceux qui s’attèlent à la tâche quotidienne avec minutie et dévouement. 

Souligner l’unité de tous n’enlève point, pour autant, le mérite de chacun(e), mettre en lumière  la force et le génie du travail est une forme minimale de reconnaissance à laquelle la société doit faire plus de place car la vision décliniste du monde se nourrit du sectarisme des pensées. 

En réalité, il n’y a de vraie fracture que « des fractures liées au retrait des vertus cardinales et à la faille dans l’expression courageuse des valeurs universelles », mais, il n’y a de meilleur ressort que la satisfaction de dépasser ses propres peurs et préjugés ; les stigmatisations désobligeantes et récurrentes et les contingences qui rendent indigent, chacun(e) d’entre nous, face à l’histoire dont la direction semble nous échapper jusqu’au prochain réveil de nos consciences.




1.Posté par République le 30/04/2019 18:22

Pour avoir « Un Premier mai » pas comme les autres (au-delà du rituel symbolique classique), il aurait fallu qu’il y ait une approche concrète des convergences entre les citoyens (travailleurs, retraités, jeunes, etc.) et même des gros possédants dans l’appréciation globale des moyens et des buts à atteindre, et des évaluations transparentes et indépendantes des diverses politiques mises en place. Tout passe par des valeurs individuelles mais aussi collectives pour qu’il ait unité de vue sur le développement de la société, sur la gestion de l’État. Après les échecs des expériences socialistes partout dans le monde, nous sommes encore et toujours dans la recherche d’un meilleur niveau de pratique démocratique, qui passe par un progrès tous azimuts des individus, par un recentrage sur des valeurs personnelles à replacer dans le cadre des valeurs républicaines. Nous nous en éloignons ces temps-ci, étant donné les différentes formes de populisme, aux deux extrêmes, que ce soit en France et dans toute l’Europe. Tout est dans le chemin qu’une minorité qui a le droit de se voir devenir majorité peut emprunter pour atteindre son but sans passer par la violence (la violence n’est pas révolutionnaire, l’Histoire le montre). Il n’y aura pas de réconciliation à ce Premier mai 2 019. De là, à laisser croire que les vrais changements se font par une profonde discontinuité, par la catastrophe, par le malheur, il n’y a qu’un pas… Mais la sagesse populaire devrait finir par l’emporter.

2.Posté par " VIEUX CREOLE " le 30/04/2019 21:42

"Le Bonheur ce n'est pas d'aimer ce qu'on désire , M AIS . . . LE BONHEUR SERAIT", d’après vous ( votre 2ème carte de vœu de 1er Mai ! ) "D' AIMER CE QUE L'ON A " ! !
----------- MAIS CE SONT DES VŒUX QUE VOUS VOUS VOUS ADRESSEZ A VOUS MÊME " MONSIEUR LE PARLEMENTAIRE EUROPÉEN " !! ! COMPTEZ-VOUS VOUS REPRÉSENTER A NOUVEAU LORS DU PROCHAIN SCRUTIN ?? " ALORS' OUT' POIS L 'EST DÉJÀ AU FEU" ! ! !
-----Je ne souhaite même pas percevoir "votre Salaire" ,mais SURTOUT PAS TOUCHER " une retraite qui , après" une grosse augmentation 01,35 euro , en fin 2018, a subi une diminution de 166,05 ,euros au début de 2019 et des impôts locaux toujours aussi depuis plusieurs années ! ! ! - Je suis absolument certain que les bénéficiaires du R.S.A. voteront pour " un Prochain Parlementaire" qui se pré occupe autant de leur sort (:êtes-vous sur la Liste L.E.R. M !) ? ? ?

3.Posté par Youssouf...mais OMARJEE aussi le 01/05/2019 11:36

Bonjour "Vieux Créole",

Tout d'abord, je ne peux que vous remercier de votre réaction, qui me permettra, outre d'accéder à de nouveaux champs de la connaissance, la clarification qui s'impose quant à mon identité et la confusion qui s'en suit. Je ne suis pas le Député Européen Younouss OMARJEE (élu réunionnais, Meilleur Député Européen de l'Année (cf. https://www.zinfos974.com/Younous-Omarjee-elu-meilleur-depute-europeen-2018_a125768.html), dont le travail ardent au service des grandes causes comme l'interdiction du glyphosate par exemple (cf. https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/glyphosate/video-un-depute-europeen-un-combat-5-6-younous-omarjee-et-l-interdiction-du-glyphosate_3263977.html) montre que les émoluments attachés au statut de Parlementaire Européen ne sont pas son centre d'intérêt principal et qu'il a su se mettre au service de la population, de son territoire et des grands enjeux de la société comme celui de l'interdiction de la pêche électrique entre autres causes (cf. https://www.zinfos974.com/Younous-Omarjee-contre-la-peche-electrique-en-Europe_a123165.html).

De toute l'histoire de La Réunion, le Député sortant Younouss OMARJEE est, je le pense, au regard de l'approbation de son action courageuse conduite contre des entités puissantes et des comportements nuisibles, est celui qui a oeuvré le plus pour son territoire naturel d'attache que constitue notre île, et, au-delà, pour la France et la planète. Et ce, en étant le plus neutre possible, le plus objectif possible.

Quant aux citations partagées pour illustrer mon propos, et, notamment celle du bonheur, je n'en suis malheureusement pas l'auteur, mais je m'y reconnais parce qu'il s'agit d'exprimer une forme de gratitude par rapport à ce que dispose chacun d'entre nous et que personne ne peut nous enlever, à savoir la "richesse d'être", encore plus cette "richesse d'être réunionnais, terre française de métissage dans l'Océan Indien". Et puis, il y a une autre citation selon laquelle "le bonheur est un délicat équilibre entre ce que l'on a et ce que l'on est" sachant "qu'un mot gentil peut réchauffer trois mois d'hiver" (proverbe japonais), je me suis autorisé à souhaiter plus particulièrement à celle et ceux d'entre nous, en poste, aujourd'hui, une belle journée.

Enfin, je ne peux que partager, avec vous, ce triste constat des écarts de plus en plus grandissants entre les plus pauvres et les plus riches. Au regard du taux de participation aux élections européennes (cf. https://www.courrierinternational.com/article/2014/05/26/la-grande-victoire-de-l-abstention), vous serez d'accord pour aller voter en pleine connaissance de cause (cf. https://www.linfo.re/la-reunion/societe/elections-europeennes-younous-omarjee-en-campagne-a-la-reunion).

Je vous remercie beaucoup ainsi que République pour sa réaction parce que le "chemin du progrès est celui de la confrontation respectueuse des idées,et, c'est en cela que réside notre capacité à comprendre le monde et ses acteurs ainsi que la logique (ou le déraisonnable) selon laquelle (lequel) chacun(e) tend à penser, réfléchir, agir et proposer.

4.Posté par Grangaga le 01/05/2019 12:54

"Le bonheur n'est pas d'avoir tout ce que l'on désire, mais d'aimer ce que l'on a"......

Y fo panss', mètt' an plass' in zour'né "somèrr' ", po fètt' a li, oté.....
Bin kan y ....y èmm', y di y kontt' pa........
Y fo fé pètt' sanpann' oté....
Bonn' zour'né de......"bonèrr' " o travayièrr'.....
Zé-zi y konpri.........

5.Posté par " VIEUX CREOLE " le 02/05/2019 01:35

MONSIEUR YOUSSOUF OMARJEE J'AI EU , A PLUSIEURS REPRISES (sur ce site ) L'OCCASION DE DIRE QUE J 'APPRÉCIAIS VOTRE TRAVAIL PARLEMENTAIRE PARCE QUE CELUI -CI ALLAIT DANS " LE SENS DE LA DÉFENSE DE NOS COMPATRIOTES ! ! ! Cela m'a valu quelquefois des injures ": j'ai le cuir endurci " mais ne m'a jamais affecté ne m'affecte . Je n'appartiens à aucun parti politique et juge nos Parlementaires sur LEURS ACTIONS : c'est uniquement cela qui m'intéresse et non leurs rappartenances politiques ! ! J'ai l'habitude de dire le fond de me ma pensée même si cela doit déplaire . . . Je terminerai - en ce jour de 1er Ma I- en souhaitant que l'Ensemble des Syndicats de l'île et surtout " LE COLLECTIF DES PARLEMENTAIRES RÉUNIONNAIS " --- qui existe et qui devrait fonctionner beaucoup plus souvent---PUISSENT " AGIR DE CONCERT" , BEAUCOUP PLUS SOUVENT , DANS LA DÉFENSE DE NOS CONCITOYENS , EN METTANT DE CÔTE LEURS PRÉFÉRENCES PARTISANES ! ! !
- MERCI D' AVOIR LAISSÉ VOS COORDONNÉES ! Je suis régulièrement le travail parlementaire de tous les Parlementaires locaux . . . .

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes