MENU ZINFOS
Communiqué

UPR Réunion: "Les Allemands songent à la fin de l’euro, les Français sont tenus dans l’ignorance"


Dans le cadre de l'élection législative partielle de la 7e circonscription de La Réunion, l'UPR Réunion souhaite évoquer la crise de l'euro, regrettant qu'il n'y ait jusqu'ici "aucun député pour provoquer le débat nécessaire". Voici le communiqué de l'Union Populaire Républicaine :

Par N.P - Publié le Jeudi 13 Septembre 2018 à 09:08 | Lu 5457 fois

L’euro est en crise et est condamné à bientôt disparaître, menaçant les économies des Français. À l’Assemblée nationale, il n’y a toujours pas de député pour provoquer le débat nécessaire.

Sur ce sujet qui touche aux économies de chacun, l’omerta qui plane en France rappelle le barrage politique qui était dressé contre le nuage de Tchernobyl en 1986. Alors que l’Allemagne et l’Italie prenaient des mesures de protection de leur population en interdisant de consommer des salades, du lait,… et en distribuant des comprimés d’iode, notre gouvernement mentait aux Français en leur disant que le nuage radioactif était bloqué à la frontière et donc qu’ils ne couraient aucun danger.

La fin de l’euro concerne toute la zone euro. Il est assez technique d’expliquer pourquoi l’euro n’est pas viable et pourquoi sa fin est proche. Le lecteur curieux pourra s’informer en utilisant le mot clé « Target 2 » dans un moteur de recherche.

On dit constamment aux Français que l’euro serait une « monnaie unique » (créance sur une seule banque centrale débitrice) : c’est FAUX. L’euro est un ensemble de monnaies nationales portant toutes le même nom « euro » et liées par un cours de change forcé de 1 pour 1. En effet, chaque pays membre a conservé sa banque centrale (Banque de France, Bundesbank, Banca d’Italia, etc.). Ainsi par exemple, quand une entreprise italienne achète à crédit une machine allemande, sa banque paye la somme à la Banque centrale italienne, laquelle donne à la Bundesbank l'instruction de virer les fonds à la banque allemande du fournisseur.

Mais la Banque d'Italie ne vire pas la somme à la Bundesbank, elle se reconnait simplement débitrice envers la Bundesbank de cette somme. Comme les Italiens achètent beaucoup plus aux Allemands que le contraire, les flux d’euros ne s’équilibrent pas. Pire, le déséquilibre ne cesse d’augmenter, avec un solde dépassant aujourd’hui les 400 milliards d’euros entre l’Allemagne et l’Italie. On voit mal comment l’Italie pourrait un jour solder cette dette. L’Italie n’aura bientôt plus d’autre choix que de rétablir une monnaie nationale, probablement appelée « lire », largement dépréciée par rapport à l’euro. Conformément au principe de la « lex monetae », cela lui permettra de rembourser à l’Allemagne seulement 400 milliards de ces nouvelles lires, soit beaucoup moins que 400 milliards d’euros.

La perte sèche pour la BCE devra alors être compensée par l’ensemble des pays de la zone euro ; l’Allemagne en premier lieu, et aussi la France à hauteur de 20% environ. Ce sera un choc économique majeur pour tous les Français.

Aujourd’hui l’excédent total de la balance des paiements de l’Allemagne sur les autres États de la zone euro atteint près de 1000 milliards d’euros, un seuil de risque qui alarme les Allemands. Face à ce risque, les Allemands réfléchissent à un système de compensation financière, sans avouer que cela remettrait en question le taux de change de 1 pour 1. Un jour notre euro français pourrait s’échanger contre 90 centimes d’euro allemand. Autrement dit, rapidement il sera plus commode d’appeler « franc » l’euro français et « deutschmark » l’euro allemand. Sans même prononcer le mot, on parle bien de la fin de l’euro. Les Allemands sont avertis.

Depuis quelques temps, les signes annonciateurs se multiplient en Allemagne :

23/10/2017 : le journal Die Welt publie un article intitulé «Des économistes mettent en garde contre un risque de mille milliards d’euros pour l’Allemagne».

21/05/2018 : 154 économistes allemands, et non des moindres, signent un manifeste demandant notamment que les nouvelles dettes Targets soient garanties par le dépôt d’une valeur quelconque. Cela revient à remettre en cause le taux de change de 1 pour 1 entre les euros de chaque pays.

29/06/2018 : l’économiste Dirk Schumacher, travaillant pour Natixis confirme que la demande de garanties pour les paiements deviendra inévitable avec l’augmentation des Targets et que cela remettra en cause « la stabilité à long terme de l’union monétaire ».

17/07/2018 : Clemens Fuest, l’un des économistes les plus écoutés du gouvernement et du patronat allemands, écrit sur son fil de messages Twitter que « Oui, il est temps d’informer les électeurs français qu’ils pourraient aussi perdre beaucoup d’argent »

09/08/2018 : Wolfgang Steiger, secrétaire général du Conseil économique de la CDU (parti au pouvoir en Allemagne), publie dans le magazine Wirtschaftswoche un article intitulé « Désamorcer la bombe à retardement des Targets », dans lequel il demande que le risque des futurs accroissements de solde soit financièrement compensé. En France, il n’y a même pas de débat sur la question ! A ce jour, mis à part les nombreuses publications de l’upr, on relève comme seul article significatif :

28/06/2018 : le célèbre Prix Nobel d’économie (2001) Joseph Stiglitz alerte les lecteurs du journal Les Échos sur « le gouffre qui menace d’engloutir la zone euro ».

Par ailleurs, dans le milieu de la finance, on note que les clients de Natixis sont régulièrement informés de l’état des soldes Targets.
Mais hélas ces informations restent confidentielles. Elles ne sont reprises par aucun média de masse.

Clairvoyant, le Prix Nobel Joseph Stiglitz déclarait dès 2012 : « Ce sont les premiers qui quitteront l’euro qui s’en sortiront le mieux ». Pourtant aucun député n’évoque jamais cette éventualité.

Il est plus que temps d’envoyer à l’Assemblée nationale un député du Frexit, Fabien DIJOUX, qui aura le courage d’ouvrir le débat sur cette question cruciale. Non préparés, les Français risquent gros dans l’effondrement de l’euro, notamment pour leur épargne. La sortie de l’euro est urgente. Même ceux qui n’en sont pas encore convaincus doivent admettre qu’il faut absolument un débat parlementaire sur cette question.




1.Posté par Alex le 13/09/2018 10:28

Merci pour cette info.
Dommage que la mise en page nuise un peu à la compréhension. Il semble en effet que des titres de chapitres se soient retrouvés en queue du paragraphe précédent...

2.Posté par wtf le 13/09/2018 22:39

D'autant plus exact qu'au fond, la fameuse "locomotive" deutch qualitat, n'a aucun intérêt à rester dans la zone € : son deutchmark, toujours existant comme le signale l'article, est même plus fort que le dollars, monnaie de change internationale. Au final, cette "solidarité" fondant la CEE/EU etc, est biaisé pour eux, dans le sens ou ils sont les plus riches du monde. Il s'en sortiraient mieux seuls, qu'avec les "boulets" latinos EU; Mais comme le disait mister Attali l'intello présent à tous les râteliers et qui maintenant sévit en Orient, ils ont soigneusement oublié de rédiger un article de sorti de ce conglomérat de mafieux €. Cela ne peut pas se faire sans pertes évidentes de sacrifices toujours plus exacerbée sur la population lambda. Cela ne changera pas tant que les gens refuseront d'ouvrir les yeux sur ces évidences qu'ils connaissent car ils le subissent au quotidien, mais la nature humaine étant résignée, cette souffrance à encore quelques années devant elle.

3.Posté par marceau le 14/09/2018 15:21 (depuis mobile)

c est vrai qu'' il n''y a aucun débat sur ce sujet dans nos médias. Que faut il faire de nos économies dans les banques. Je vais pouvoir voter en connaissance cette fois. Merci à l UPR.

4.Posté par Benoit le 14/09/2018 18:15

La valeur de l'euro est un compromis entre la valeur que devrait avoir le franc et celle que devrait avoir le deutschemark. Notre monnaie est donc surévaluée alors que celle des Allemands est sous-évaluée. Cela nuit à nos exportation mais favorise celles des Allemands. L'Allemagne a bien profité du système qui a ruiné l'Europe du Sud mais de toute façon maintenant elle est coincée: qu'elle attende que quelqu'un sorte ou qu'elle prennent les devants et sorte avant, dès qu'un état membre sortira ses soldes targets devront être réglé sur le champs, donc cela revient au même et pour l'Allemagne et pour les états qui resteront membres de l'euro après les premiers départ: les états débiteurs ne pourront pas honorer leurs dettes envers l'Allemagne et leurs créances seront redistribués à ceux qui resteront. Comme le dit Stiglitz, c'est ceux qui en sortiront en premiers qui s'en sortiront le mieux !

5.Posté par Marc Douziech le 21/09/2018 14:25

Merci à vous Zinfo974 de passer cette info. Aucun de vos confrères en métroploe n' a eu cette honnêteté. #frexit Urgent

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes