MENU ZINFOS
Communiqué

UNSA Territoriaux : "L’emploi des agents non-titulaires de La Réunion, vers la fin d’un scandale d’Etat ?"


Par N.P - Publié le Vendredi 17 Novembre 2017 à 12:03 | Lu 1544 fois

UNSA Territoriaux : "L’emploi des agents non-titulaires de La Réunion, vers la fin d’un scandale d’Etat ?"
 Ce mercredi 15 novembre 2017, le CSFPT a présenté un rapport intitulé : "Vers l'emploi titulaire dans la fonction publique territoriale de la Réunion : une ambition à partager ".
 
Ce rapport avait pour objectif d’établir un état des lieux sur la situation des agents non-titulaires, catégorie représentant plus des deux tiers des emplois dans les collectivités territoriales réunionnaises.
 
L’UNSA Territoriaux, 2ème force syndicale dans ce département, a pleinement contribué à l’élaboration de ce rapport, qui a examiné une problématique historique de l’île de La Réunion, un des départements les plus peuplés de France.

 L’Etat a bien tenté à la fin des années 90 et au début des années 2000 de mettre fin à des pratiques locales de recours à des "journaliers communaux" en dehors de toute règlementation. Mais en 2012, les Collectivités Territoriales ont été incitées à recourir à des emplois aidés pour exercer des missions de service public et les effectifs d’agents non titulaires, mal rémunérés et précarisés, sont repartis à la hausse pour atteindre le nombre de 27 720 sur un effectif total de 41 850 agents territoriaux en 2014 !
 
L’UNSA espère donc que ce rapport marquera la première étape d’un processus visant à mettre fin à une situation humaine inacceptable.
 
L’UNSA profite de la présentation de ce rapport pour marquer sa solidarité avec ses collègues réunionnais, dont une grande majorité subit cette précarité depuis plus de quarante ans.     
   
Pour mieux comprendre les conséquences de cette injustice, on peut relever :

- Des salaires à peine au-dessus des seuils de pauvreté,
- Une absence de perspectives professionnelles
- Des tensions entre collègues du fait des différences importantes de rémunération entrainant des risques psycho-sociaux élevés. 

L’UNSA s’inquiète que cette précarité ne soit pas réellement reconnue par les employeurs locaux qui considèrent que des mesures prises en dehors du cadre légal, suffisent à régler les difficultés générées par cette situation.
 
L’UNSA dénonce le fait que l’Etat ait encouragé depuis 2012, sur l’île de La Réunion, le développement des emplois aidés sans accompagnement ou mise en place de limites. L’Etat, par ses représentants locaux, aurait dû à minima s’assurer que ces emplois aidés ne se substituent pas aux emplois de titulaires. Nous relevons d’ailleurs que l’Etat n’a même pas réussi à obtenir les bilans sociaux 2015, prévus par la Loi, qui auraient été bien utiles pour compléter ce rapport…
 
Alors, certes ce rapport a le mérite de poser un constat sur un scandale d’Etat, très méconnu en métropole. Or, ce scandale persiste depuis les années 80 où les lois de la République sont bafouées.

Les causes de ce scandale sont multiples. Si la situation sociale et économique semble être aujourd’hui le prétexte pour le laisser perdurer, on peut s’interroger aussi sur les causes structurelles.

Le CSFPT a eu le mérite de se saisir de cette injustice et il est maintenant du rôle de l’Etat de passer enfin à l’action !
 
L’UNSA pense que l’on ne pourra mettre un terme à ce scandale qu’avec une réelle volonté de l’Etat de le résoudre dans le droit. La solution ne pourra pas se faire en opposant les employeurs locaux et les agents concernés.
 
A l’Etat de prendre ses responsabilités en faisant appliquer la Loi SAUVADET modifiée et en donnant  aux collectivités les moyens de leur financement. C’est pourquoi, l’UNSA a porté l’idée d’un pacte qui réunirait les différentes parties sur un plan pluriannuel de résorption de l’emploi précaire sur 6 ans. Cette proposition règlementaire et consensuelle pour une véritable résolution de la précarité de ces agents à moyen terme n’a pas été retenue dans les préconisations du rapport.
 
L’UNSA estime que les préconisations du rapport soumis manquent d’ambition, c’est pourquoi ils se sont abstenus lors du vote de ce rapport.
 
A ce jour, nous sommes dans l’attente d’un deuxième rapport de l’état des lieux de la situation des effectifs dans la fonction publique territoriale en 2017. Ce rapport   en cours de réalisation par le CNFPT demandé par les services de l’Etat (la préfecture - DGCL) devra être finalisé à la fin de l’année.
 
Nous vous tiendrons informer dans une prochaine lettre les conclusions de ces 2 rapports.
 
Pour l’UNSA, il est urgent de mettre en place un plan de "déprécarisation" pour les "territoriaux de non droit de la Réunion" et de faire cesser ce SCANDALE D’ETAT.




1.Posté par JORI le 17/11/2017 17:25

"A l’Etat de prendre ses responsabilités en faisant appliquer la Loi SAUVADET modifiée et en donnant aux collectivités les moyens de leur financement", pourquoi ce serait il à l'Etat de financer les emplois, parfois électoralistes, que les collectivités créeraient???. C'est juste une preuve d'incompétence de gestion du budget de fonctionnement!!. Dans ce cas pourquoi s'arrêter à la fonction publique??. Mais serez vous d'accord que l'on multiplie par 10 les prélèvements fiscaux pour y arriver??.

2.Posté par Question bête le 18/11/2017 04:11

et les titulaires ne peuvent ils partager leur sur rém' avec les non titulaires afin d'augmenter les salaires ?
quid du taux de rémunération horaire ??

3.Posté par moralité le 18/11/2017 06:47

La Réunion n'applique pas la Loi au niveau des collectivités territoriales: c'est une mafia organisée! Le CDG, le CNFPT, les collectivités faussent les concours, recrutent des journaliers communaux, des emplois aidés pour précariser l'emploi public territorial. Des salaires et avantages des cabinets et DGS de ces collectivités qui frôlent l'indécence! Pas de diplômes pour les DGS opportunistes, pas de qualification pour bâtir un avenir réel de la Réunion!

https://www.csfpt.org/rapports-publications/rapport-sur-lemploi-public-territorial-de-la-reunion

4.Posté par JORI le 18/11/2017 13:58

3.Posté par moralité le 18/11/2017 06:47
"la Réunion n'applique pas la Loi au niveau des collectivités territoriales", c'est une des spécificités réunionnaises que super cumulard didix robertix a défendu auprès du 1er ministre. Il souhaite que ce dernier en tienne compte, donc rien ne devrait changer!!.

5.Posté par hm hmm le 20/11/2017 12:18

Ce qu'ils oublient de dire (c'est écrit dans le rapport) : au début des années 2000, à la table des négociations Etats, Collectivités, Syndicats, il avait été proposé de titulariser progressivement tous les journaliers mais sans sur rémunération pour ne pas grever le budget des collectivités.
Refus catégorique et net des syndicats de l'époque.
voilà voilà

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes