MENU ZINFOS
Education

UNAAPE : "Cette rentrée ne peut se faire à n’importe quel prix surtout au détriment de la santé de nos enfants"


Dans une lettre ouverte adressée aux responsables éducatifs et politique, l'UNAAPE (L’ Union nationale des associations autonomes des parents d’élèves) s'inquiète pour le retour sur les bancs de l'école le 14 mai. Pour l'Union, les garanties en matière de sécurité sanitaire ne sont pas suffisantes. Voici le courrier complet :

Par Zinfos974 - Publié le Mardi 21 Avril 2020 à 10:27 | Lu 2333 fois

Saint Joseph, le 20 avril 2020

L’ Union nationale des associations autonomes des parents d’élèves (UNAAPE)  prend acte de l’annonce  du Président de la République quant à la reprise progressive des élèves après les vacances de mai suite à la pandémie du Covid-19, soit le 14 mai 2020 dans notre académie.
 
L’Éducation nationale assure la transmission du savoir et l’école est un lieu de socialisation indispensable à la construction de l’enfant vers l’adulte afin de se projeter et bâtir un projet professionnel voir un projet de vie. Lors de cette période de confinement, nous parents, avons joué pleinement notre rôle de co-éducateur (trice) et les enseignants ont su adapter et mettre en place de nouvelles méthodes d’enseignement. Nous ne pouvons que saluer ces adaptations et ces investissements.
 
Mais cette rentrée ne peut se faire à n’importe quel prix surtout au détriment de la santé de nos enfants. Bien qu’ils soient la matière première du système éducatif, ils ne sauraient être placés en première ligne sans réelle garantie en matière de sécurité. Les discours actuels des responsables gouvernementaux ne nous rassurent aucunement à ce jour. L’État semble se défausser sur les collectivités territoriales, les maires et les chefs d’établissements quant à la prise de risque.
 
D’autant plus que nous constatons une opposition de la communauté scientifique :
 
- Le président du Conseil scientifique a pourtant déclaré le 15 avril 2020 devant la commission des lois du Sénat que le dé-confinement n’est réalisable qu’avec la disponibilité d'un nombre de tests de dépistage du virus suffisant et avec la mise en place d'un système de traçage des contacts des nouveaux cas identifiés. Système de traçage que la France n'aurait pas la capacité de mettre en place toujours selon le président du Conseil scientifique.
- Le président du Conseil national de l'Ordre des médecins estime, lui, que cette décision d'ouverture n'est justifiée par "aucune donnée médicale", cela reviendrait à remettre le virus en circulation car les enfants sont des vecteurs potentiels et parce qu'il est très difficile en milieu scolaire de faire respecter les gestes barrières. Il préconise de "se concentrer sur la préparation de la rentrée de septembre, plutôt que de s'organiser dans l'urgence pour les 5 ou 6 semaines restantes".
- L’Institut national de la santé et de la recherche médicale indiquait le 12 avril que "le déconfinement devait être progressif tout en continuant à maintenir les écoles fermées", et cela, afin d'éviter "une deuxième vague épidémique".
Aussi :
- L' Association des maires de France (AMF) a dès le lendemain demandé à ce que soit établi "un protocole d'organisation harmonisé avec l'ensemble des communes" afin de garantir la sécurité des élèves et des personnels des écoles ainsi que la mise en place d’un "guide de bonnes pratiques".
- L’Association des départements de France (ADF) propose 'un "groupe de travail" auquel participeraient plusieurs DGS de départements afin d'aboutir à une "charte" sur la réouverture des collèges. En relevant que la partie transports scolaires devra être étudiée avec les régions.
- L’ Association de Régions de France (ARF) préconise aussi des "groupes de travail" sur les problématiques de restauration, de transports scolaires, masques, blouses…
 
Mais des questions demeurent en suspens pour la communauté éducative:
- Peut-on mettre en place une politique massive de tests sérologiques  pour les  agents, des enseignants et des élèves ?
- Les collectivités territoriales auront-elles la capacité d’assurer tous les jours la désinfection des écoles, services et établissements scolaires, dans le respect de la santé de leurs agents ?
-  Est-ce que la fourniture des matériels de protection (gel hydroalcoolique, gants et masques de santé...) sera en quantité suffisante pour les agents et les élèves alors que ce n’est pas le cas pour les personnels soignants ?
- Est-il possible de garantir la diminution des effectifs par classe, pour permettre la distanciation sociale pour l’ensemble des niveaux et pour tous les lieux fréquentés par les élèves et les personnels ?
- Est-il possible de prendre en compte la situation des personnels accompagnants pour lesquels cette distanciation n’est pas possible ?
- Qu’en est-il du confinement des élèves vulnérables ou qui ont un proche vulnérable et donc la continuité d’un enseignement à distance ?
- Qu’en est-il de l’impact pour l’organisation des parents d‘une reprise des cours à temps partiel ou alterné ?
- Qu’en est-il de la gestion des transports scolaires et des avenants aux conventions existantes?
- Qu’en est-il de l’organisation des temps de restauration scolaire, périscolaires et de l’alternance des récréations pour respecter les gestes barrières ?
- Qu’en est-il des conditions spécifiques pour les enfants  de l’école inclusive?
- Qu’en est-il de l’organisation des stages en lycée professionnel ?
- Qu’en est-il de la problématique des internats ?
Le prétexte social invoqué ne saurait servir d’alibi à cette reprise et masquer la réelle motivation, celle de reprise de l’économie et de la reprise du travail. La fracture d’inégalité entre les élèves existait bien avant le confinement et une reprise ne saurait la combler en 5 semaines. D’autant plus que les modalités de passation d’examens et de concours ont déjà été définis par le Ministre de l’Éducation nationale. Il n’y a plus péril en la demeure.
 
Alors que les lieux recevant du public restent fermés,  pourquoi rouvrir les établissements scolaires qui étaient les premiers à fermer. Aujourd’hui, aucune étude scientifique n’est venu étayer une quelconque reprise. Nous devons subir l’état de fait du Covid-19 pour quelque temps encore et cela dans l’attente de la production d’un vaccin. Nous devons apprendre à vivre autrement au quotidien et adopter des comportements et attitudes responsables.
 
 
L’UNAAPE préconise une rentrée pour le mois d’Août 2020, ce qui permettrait :
 
- de mettre en place un véritable plan sanitaire et d’hygiène dans les établissements scolaires du premier et second degré, ô combien demandé par l’ensemble des associations, des unions et des fédérations de parents d’élèves tant bien sur le plan local que national afin de créer des conditions de gestes barrières et de garantir l’hygiène sanitaire,
 
- de valider ce plan par les commissions d’hygiène et de sécurité dans chaque établissement scolaire,
 
- d’élargir les dispositifs d’écoles ouvertes,
 
- de réactiver l’éducation populaire dans le cadre des activités péri-educatives et des vacances scolaires,
 
- d’associer l’ensemble des partenaires institutionnelles, les collectivités,  les représentants des personnels, des représentants des parents d’élèves, ….  à une prise de décision dans une concertation élargie.
 
À qui incombera les responsabilités en cas de dysfonctionnements dans la chaîne sanitaire: le maire de la commune, le gestionnaire ou le chef de l’établissement du second degré, le Président du département, le Président de la région, le recteur, la directrice de l’ARS ou Le Préfet de Région, l’État...?




1.Posté par Ken le 21/04/2020 12:07

Bla bla bla de pauvres vieux socialistes qui flippent que pour leur propre égoïsme et oublient bien opportunément que les enfants en bonne santé ne risquent e absolument rien... j’ai vraiment hâte de voir leurs têtes dans un mois, quand le gouvernement va donner un deuxième mois pour la déclaration fiscale...en se pissant dessus car personne ne payera avant d’avoir solder les comptes avec l’Etat...

L’Europe est morte, l’Euro est mort mais combien de temps la secte progressiste va-t-elle imposer son déni à la face de tout le pays?...

2.Posté par néné le 21/04/2020 12:51

si les écoles s'ouvrent à partir du 15 mai vous n'etes pas obliger d'envoyer vos enfants cela fera de la place pour ceux des parents qui travaillent

3.Posté par La vérité si je mens ! le 21/04/2020 13:28

Le peuple a son mot :
Vous avez décidé de nous dire qu’à partir du 11 mai 2020 de remettre nos enfants à l’école , tous les français sont choqués surtout que vous n’avez pas d’enfant . Nos enfants pas touche !
On sait que l’économie est plus important à vos yeux , vous allez un trop loin , au nom de tout le peuple français , une demande à vous faire :
Les français remettrons leur enfant à l’école , le jour où vous remettrez Brigitte , dans une Ehpad , puisque vous nous demandez de mettre nos enfants , nos bébés ce qu’il y a de plus chers à nos yeux on le fera quand vous prendrez autant de risque que nous !!!
Macron : Une manipulation bien orchestrée !

4.Posté par Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ) le 21/04/2020 13:30

Le maKron, nous promet des lendemains qui chantent !

5.Posté par tantine le 21/04/2020 14:27

en guadeloupe ils ne vont pas mettre leurs enfants et les parents en danger tant que pas de masques, pas de tests, pas de traitement :

https://www.youtube.com/watch?v=z_PNQWTZIn0&feature=youtu.be

6.Posté par thibaudeau le 21/04/2020 14:59

exactement d'accord avec Néné,

7.Posté par Jacques le 21/04/2020 15:38 (depuis mobile)

Sinon ils proposent quoi ? De rester à la maison jusqu’à la disparition du virus ?

8.Posté par Verity le 21/04/2020 16:12 (depuis mobile)

pour 1 mois qui reste pourquoi ne pas basculer en vacances direct et attendre de meilleur jour au mois.dd.septembre

9.Posté par kaskavel le 21/04/2020 16:38

Pitoyable comportement et argumentaires falatieux . On a aujourd'hui assez de recul dans tous les pays pour savoir que sauf cas très exceptionnels les enfants ne sont pas en danger avec ce virus ( contrairement à la dengue ou au Chick ) donc dire que l'on ne mettra pas ses enfants en danger c'est jouer à se faire peur . Le personnel enseignant et les personnels techniques administratifs eux devront se protéger , au même titre du reste que tous les travailleurs qui vont retrouver leur poste de travail en Mai , sans compter ceux qui ont déjà repris ! aujourd'hui à La Réunion le COVID c'est zéro mort donc de quoi parle t'on vraiment ? pour mémoire le Chick a fait plusieurs centaines de mort à La Réunion et les écoles n'ont pas fermé ... Donc messieurs les syndicalistes arrêtez d'ouvrir le parapluie et allez bosser , çà vous changera ...

10.Posté par boboland le 21/04/2020 17:45

a post 9 "kaskavel"...que dire??? d'après vous, si votre enfant attrape cette maladie du corona et que par chance il ne soit que peu malade c'est une bonne nouvelle(encore que si l'enfant n'a pas de bol et développe une forme grave il ne restera aux parents que leurs 2 yeux pour pleurer!)
mais pensez vous réellement que les parents qui s'occuperont de cet enfant ou ces enfants (pour ceux qui en ont plusieurs) seront par magie immunisés??? ah non, je ne pense pas!
du coup "pas de bol", un des parents développe une forme grave: on dit quoi?? "ah ben zut alors c'est pas de bol"...qui s'occupera des enfants en bas âge???
et pire...que se passera t il si le patient/parent décède??? "oh ben zut alors bis...c'est pas de bol!???"

conclusion: on ne joue pas à la loterie avec la vie des familles...

11.Posté par néné le 21/04/2020 17:54

@ charlotte
ma pauvre charlotte
zinfos m'a notifié votre commentaire suite à mon post 2 que je peux lire juste le début mais peut etre inintéressant qu'il n'a pas publier dans l'article ( peut etre plus tard )
ne vous en faites pas pour moi je ne fais pas plus pitié que vous
je ne sais pas si vous etes parent ou enseignant
le ministre vient d'annoncer le 11 mai grande section ,cp ,cm2 le 18 mai 6eme 3eme 1ere et terminale le 25 mai tout le monde à l'école
et j'espére qui si les conditions sanitaires continuent à etre meilleurs à la REUNION le 18 mai école pour tout le monde

12.Posté par Kaskavel le 21/04/2020 19:06

A post 10 , votre pseudo vous a comme un gant ...et pour info j'ai un enfant scolarisé , il a à peu prés autant de chance de faire une forme grave du COVID que de gagner le gros lot au LOTO , c'est à dire 0,0000001 ...

13.Posté par thibaudeau le 22/04/2020 08:34

d'accord avec Kaskavel

14.Posté par néné le 23/04/2020 12:43

ok on n'envoie pas ses enfants à l'école à condition qu'on ne retrouve pas ces enfants dans les commerces ,dans les rues ,dans les jardins au bas des immeubles à la plage en un mot qu'ils restent confinés
ce qui n'est pas bon pour l'école ne peut l'etre pour le reste

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes