Courrier des lecteurs

Trumpologie : la recherche de bugs?

Lundi 23 Juillet 2018 - 10:28

"A l'OTAN, Trump souffle le chaud et le froid", annonce le journal de France Inter du 12 juillet. Rien de plus commode que ces clichés journalistiques, pour tenter de décrire des événements auxquels on ne comprend pas grand chose, ou dont l'explication exigerait davantage que vingt secondes.

Pourquoi tant de haine de Trump à l'égard de l'Allemagne ? Pourquoi, à peine avait-il posé le pied à Bruxelles, expliquait-il que l'Allemagne était "complètement contrôlée par la Russie", à propos d'un projet de pipeline exportant vers l'Allemagne du gaz russe ? Pourquoi ces incompréhensibles provocations à l'égard des alliés de l'OTAN, exigeant d'eux une hausse du budget de la Défense à hauteur de 4%, alors qu'ils s'essoufflent déjà à atteindre les 2% exigés ?

Le site Politico passe en revue les hypothèses plausibles. Les origines allemandes du promoteur-président (Gerhard Schroeder) ; sa misogynie ; l'inaptitude de Merkel à la flatterie (à l'inverse de Macron ou Abe), etc. En fait, on peut procéder dans la recherche des comportements trumpiens comme dans la recherche de causes d'un bug aléatoire : chercher le point commun caché.

A lire de près les déclarations de Trump à l'OTAN, toutes peuvent avoir une explication commune : le business. Quand il exprime sa mauvaise humeur à l'égard du pipeline Nord Stream 2, qui doit acheminer vers l'Europe du gaz russe en évitant soigneusement l'Ukraine, ce n'est pas par tropisme pro-ukrainien : les USA sont dans une stratégie d'exportation vers l'Europe de leur propre gaz naturel. Quant à son exigence soudaine des 4%, est-il possible de la détacher des efforts américains pour vendre à l'Europe le F35, l'avion le plus coûteux de tout le programme de l'aviation militaire ? Même si ces choses passent largement au-dessus de la tête des médias qui traitent d'affaires footballistiques plus urgentes, la bataille commerciale autour du F35 fait rage.

Comme dans le cas des sanctions iraniennes, ne vous demandez pas ce que pense Trump. Demandez vous ce qu'il a à vendre : une clé universelle de la trumpologie? Certains bugs restent désespérément incompréhensibles. Trump, lui, a une vision sans doute plus cohérente.

D'après Politico et @si
Dr Bruno Bourgeon, président d'AID
Lu 416 fois



1.Posté par GIRONDIN le 23/07/2018 14:10

Trump est dans la continuité de la politique américaine, en mode brutale mais dans la continuité.

https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-de-jean-marc-four/la-chronique-de-jean-marc-four-11-juin-2018

2.Posté par A mon avis le 23/07/2018 16:40

@ 1 GIRONDIN excellente référence pour une analyse très pertinente qui rejoint le sens du texte de Bruno Bourgeon. Pas si fou qu'on veut bien le dire le Trump !...
Ce sont plutôt les chefs d'états européens en ordre dispersé qui se comportent comme des guignols !...

3.Posté par GIRONDIN le 23/07/2018 17:56

2.Posté par A mon avis
Merci et que dire des sanctions prises contre les entreprises françaises, sans que le gouvernement bouge (avant macron c'était la même chose)


https://www.franceinter.fr/politique/iran-ces-grandes-entreprises-francaises-menacees-par-la-decision-de-donald-trump

https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-15-juillet-2018

4.Posté par polo974 le 23/07/2018 17:57

F35, avion pourri moins performant que ses prédécesseurs...

5.Posté par lle passeur le 24/07/2018 08:52

Trump est un businessman . Il fait des affaires ,il ne fait pas la guerre comme un Bush ou une Hillary .ou un Obama . E i l entraine derrière lui tout son pays . Il crée des emplois .Jamais les Usa ont connu un taux de chomage aussi bas depuis 15 ans et la minorité noire en a profité .Des industries américaines délocalisées se sont rapatriés. L'invasion migratoire mexicaine est en arret Les impots ont baissé .. Ce n'est pas un énarque français ou un élu de sciences po siégeant dans un gouvernement français qui obtiendrait de tels résultats . Les socialos ,les cocos ,les "en marche ' de France peuvent aller se rahabillier . Qu'ils prennent plutot leçon chez Trump .

6.Posté par Wordtraveller le 24/07/2018 16:14 (depuis mobile)

Trump, Macron et Merkel ont au moins un point commun : ils soutiennent le dictateur turc Erdogan.

7.Posté par Moi président le 26/07/2018 17:12

@5 "Les socialos ,les cocos ,les "en marche ' de France peuvent aller se rahabillier"

Pourquoi chercher à épargner les LR-UMP-RPR ? Eux ont eu des quinquennats et des septennats de pouvoir, et c'était mieux ?
Macron, et même les "socialistes" de Hollande ont fait plus en quelques années que les LR-UMP-RPR, qui changent régulièrement de nom sans jamais perdre leur goût prononcé pour les "affaires".

Simple oubli de votre part, ou esprit partisan qui empêche donc un minimum de réalisme ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?