MENU ZINFOS
International

Trump n'aurait pas payé d'impôts pendant 18 ans


- Publié le Dimanche 2 Octobre 2016 à 14:38 | Lu 1143 fois

Trump n'aurait pas payé d'impôts pendant 18 ans
Selon le New York Times, Donald trump se serait soustrait légalement à l'impôt en déclarant des pertes de 916 millions de dollars en 1995. Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine avait d'ailleurs été épinglé sur le sujet, lors du premier débat qui l'a opposé à sa rivale Hillary Clinton. 
 
Le journal américain a affirmé avoir obtenu ces chiffres par une source anonyme qui lui aurait communiqué la déclaration fiscale du milliardaire. Ce procédé aurait permis à Trump de retrancher annuellement 50 millions de dollars de ses revenus imposables "pendant 18 ans" estime le quotidien.
 
Contrairement à son adversaire démocrate, le magnat de l'immobilier a toujours refusé de publier ses déclarations de revenus. Les candidats à la présidence des Etats-Unis effectuent traditionnellement cette déclaration dans un souci de transparence.




1.Posté par Zozossi le 02/10/2016 15:35

Elle tournait déjà à plein régime, mais la machine à mentir va surchauffer dans le mois qui précède l'élection américaine.

Toujours la même technique: mentir et ne pas rectifier.
Un mensonge en chasse un autre.

Trois exemples parmi cent.

Un.
Le média (le "New York Times", déjà) monte un dossier "Trump insulte les femmes".
Mensonge: les femmes censées avoir témoigné contre Trump dénoncent aussitôt une déformation de leurs déclarations et lui apportent publiquement leur soutien.

Pas de rectification du média.

Deux.
Le média prétend que Trump a "expulsé un bébé de son meeting et humilié la mère".
Mensonge: la mère dénonce le lendemain ce mensonge.
Elle a apprécié la plaisanterie de Trump à ce sujet et est sortie d'elle-même parce que son bébé pleurait. Elle déclare soutenir Trump à 100%.

Pas de rectification du média.

Trois.
Le média tourne Trump en dérision quand il déclare que son micro était défectueux lors du débat contre Clinton.
Mensonge: la commission des débats a publié hier un communiqué reconnaissant que Trump avait raison: son micro fonctionnait mal et il a été désavantagé.

Pas de rectification du média?
Si: mais tout bas, du bout des lèvres.

A chacun de compléter la liste en s'informant par lui-même: silence sur le soutien des Noirs (beaucoup plus élevé que pour n'importe quel candidat républicain), silence sur les foules impressionnantes à ses meetings, mensonge sur les violences contre ses partisans, mensonge sur les sondages d'après débat… etc.

Le média méprise-t-il ses lecteurs au point de croire qu'ils se laisseront prendre dix fois?
Apparemment, oui.

A nous de lui prouver que -excepté le dernier carré des "Mon-média-m'a-dit"- ce n'est pas le cas…

2.Posté par kld le 02/10/2016 16:14

laissons zobaussi kosé tout seul .........................les le pen , pas de fraudes coté impots

3.Posté par Choupette le 02/10/2016 16:15

Mouais ... .

Bof.

4.Posté par kld le 02/10/2016 16:17

"Le média tourne Trump en dérision quand il déclare que son micro était défectueux lors du débat contre Clinton", vu la photo, pas besoin des médias pour le tourner en dérision , il se suffit à lui meme.
un peu comme bismuth , certaines photos "respirent" la haine.

5.Posté par @ Zozossi le 02/10/2016 16:26

Silence aussi des médias sur les commentaires éclairés des lecteurs de Zinfos. Heureusement que nous avons ces spécialistes.

6.Posté par Lesseps le 02/10/2016 18:11

Zobossi , le chienchien des demeurés :) qui aboie pour défendre ses maîtres qui le nourrisse à coup de mornifles ...'En attendant , pourquoi le blondinet raciste ne publie pas ce qu'on lui demande ?? Le zobossi n'a pas trouvé la réponse dans un journal à la saveur brune ... Perso , comme zozo, je ne crois aucun média sauf ceux qui écrivent ce que je pense ... Pitoyable le zozo à se plaindre des médias à longueur de journée et qui ne s'appuie que sur eux pour démontrer (il voudrait bien qu'on le pense) ses pseudos complots de la 4e dimension de son cerveau fatigué ...

7.Posté par A mon avis le 02/10/2016 18:38

@ 1 Zozossi TRUMpette : dit : "Toujours la même technique: mentir et ne pas rectifier.
Un mensonge en chasse un autre."

Tout à fait exact ! C'est la technique de TRUMP !

Zozossi incohérent : il ne cesse de donner des infos sur Trump en disant que les médias ne publient pas ces infos !
D'où Zozossi tient-il ses infos, sinon dans les médias ?

8.Posté par kld le 02/10/2016 19:47

ouf, cela me rassure , je ne suis pas le seul à être choqué par les propos continuellement haineux des zob aussi et consorts ........... vive la République

9.Posté par Saint André le 02/10/2016 20:35

C'est parce qu'il est populaire et que le nombre de personnes à ses meeting est impressionnant que ses détracteurs ont peur et mentent. La presse et tous les pro Clinton paniquent à l'approche des élections. Donc, tous les coups sont permis pour essayer d'abattre un candidat qu'ils n'arrivent plus à battre à la loyale. A chaque jour son lot de scandales Trump : il est macho, raciste, ne paye pas ses impôts, prend de la cocaïne,...Bientôt il sera accusé de viol. Mais toutes leurs trumperies ne trump plus personne, les électeurs ont choisi...

10.Posté par A mon avis le 02/10/2016 21:52

@ 9 Saint André (supporteur de Trump) dit :" les électeurs ont choisi..".
N'anticipez pas ! Il ne faut pas prendre vos désirs pour des réalités.

11.Posté par Pif, ton seul vrai pote le 02/10/2016 22:26

1.Posté par Zozossi

-Fastidieux, creux et verbeux, donc inefficace.
Comme déjà entendu !

12.Posté par Zozossi le 02/10/2016 22:44

@9.Posté par Saint André

Je pense qu'on passerait un bon (et long) moment si on recensait tous les mensonges sur Trump, les plus gros, les plus nuls, les plus bêtes, que le gros média international sert à ses gogos jour après jour depuis plus d'un an.

Mais il y en a trop…

Comme tous ces pétards mouillés explosent tous en vol à peine lancés, on les oublie et c'est dommage, car ils rappellent quel niveau de crédulité ils attribuent à leur public résiduel.

Un recoupement des titres américains (ne parlons même pas des nullissimes succursales "françaises" chargées de les relayer) permet de trier le vrai du faux : il suffit d'évacuer le bla-bla pour ne cibler que les faits par recoupement.

Entre autres recensions de ces bobards industriels, lire (et écouter) "Untruth about Trump" du libertarien canadien Stefan Molyneux (en anglais).
Rien que des faits: copies telles quelles des articles du gros média , recoupement entre eux, mises à jour.
Ca fait mal…

http://www.untruthaboutdonaldtrump.com/

On va juste rappeler pour la bonne bouche comment CNN (rebaptisée "Clinton News Network") a bricolé son "sondage scientifique" (comme dit "L'immonde") après le débat Trump-Clinton.
Le seul sondage qui donnait Clinton vainqueur contrairement à des dizaines d'autres (dont "Time").

Ils ont sondé en tout et pour tout… 521 électeurs ("scientifiquement" représentatifs…) dont 41% enregistrés comme démocrates et 26% comme républicains. Et ils le reconnaissent!

C'est-i pô scientifique, ça?

Allez !
On peut dormir tranquilles: avec des informateurs pareils, nos roquets sont en de bonnes mains.

13.Posté par yab le 03/10/2016 09:03

L'article dit "  Donald trump se serait soustrait légalement à l'impôt " , alors ou est le problème puisque c'était LÉGAL ?

14.Posté par Pierre Balcon le 03/10/2016 09:15

Le journaliste n'a évidemment pas choisi la photo au hasard. Lui aussi considère qu'entre informer et manipuler il n'y a pas de différence . Je vais apporter pour ma part un autre éclairage :
La course à la Maison-Blanche est l’élection la plus chère du monde, et les candidats souvent parmi les plus riches du pays. Hillary Clinton ne fait pas exception, son couple entretenant avec l’argent une relation complexe.
Lundi 9 juin 2014, sur la chaîne de télévision ABC, la célèbre journaliste Diane Sawyer consacre son émission de prime time à Hillary Clinton. L’ancienne secrétaire d’État est en tournée de promotion de son dernier livre, le Temps des décisions ,qui raconte les coulisses de la diplomatie américaine de 2008 à 2013. Il s’agit surtout de préparer le terrain en vue de la présidentielle de 2016. Pendant une heure, depuis sa demeure de Washington DC, Hillary répond aux questions de la présentatrice vedette d’ABC. Six millions d’Américains sont devant leur télévision. Des crises internationales à ses ambitions présidentielles, en passant par le retour de Monica Lewinsky, rien n’est laissé de côté. Pas même la question de ses honoraires pour intervenir dans des conférences organisées par des grandes banques de Wall Street.
« Cinq fois le salaire moyen pour un discours ? Croyez-vous que les Américains vont comprendre ? » interroge Diane Sawyer. Hillary Clinton choisit de répondre en évoquant les difficultés financières de son couple après les années à la Maison-Blanche : « Vous ne vous en souvenez pas, mais nous sommes partis de la Maison-Blanche non seulement complètement fauchés mais également endettés. Nous avons dû nous battre pour rassembler de quoi financer les emprunts, les maisons, les études de Chelsea. Ce n’était pas facile. (…) Nous avons remboursé nos dettes et nous avons dû gagner le double à cause, bien évidemment, des impôts. » Le message ne passe pas. On l’accuse aussitôt d’être déconnectée de la réalité. Dès le lendemain, Hillary Clinton tente de corriger le tir en réaffirmant que la situation avait certes été compliquée mais que « Bill et [elle] avaient bien sûr eu de la chance ces quatorze dernières années » et que cela ne l’empêchait pas de « savoir à quel point la vie est difficile pour beaucoup d’Américains ». Le mal est fait. D’après Julian Zelizer, professeur d’histoire à l’université de Princeton, c’est à ce moment-là que l’argent de Hillary Clinton est devenu un problème pour son image.
Le prix du scandale
Affaire Lewinsky : les frais juridiques se chiffrent à plusieurs millions de dollars
Pourtant, elle n’a pas menti. Techniquement, Hillary Clinton quitte bien la Maison-Blanche en 2001 « dead broke », avec un trou de 8 millions de dollars dans son compte en banque. Il suffit de regarder les données fiscales rendues publiques par ses équipes de campagne. C’est le résultat des frais judiciaires liés à l’affaire Whitewater et au scandale Lewinsky. L’affaire Whitewater remonte à 1993, quand l’ancien associé de Bill Clinton, David Hale, accuse le couple Clinton de fraude massive dans le projet de développement immobilier Whitewater. Les Clinton déboursent 3,5 millions de dollars pour se défendre dans l’enquête menée par la SEC, le gendarme boursier. Ils ne seront jamais poursuivis en justice. Quant au scandale Lewinsky, les frais juridiques se chiffrent à plusieurs millions de dollars.
Les dettes sont rapidement épongées. Et en quelques années seulement, le couple Clinton amasse une fortune colossale. D’après le site financier Money Nation, qui a minutieusement analysé les documents financiers publics de la candidate démocrate, la fortune personnelle de Hillary Clinton s’élève aujourd’hui à 31,2 millions de dollars (soit environ 28 millions d'euros). On passe à 111 millions avec l’apport de son mari. Pour le journaliste et auteur Daniel Gross, spécialiste de l’économie américaine, le couple Clinton voit la politique comme une entreprise familiale très profitable. « C’est une plateforme qui leur permet de monétiser expérience, connexions et pouvoir. »
Un couple en or
Depuis leur départ de la Maison-Blanche, en 2001, Hillary et Bill Clinton ont ainsi pu compter sur plusieurs sources de revenus. Les salaires officiels, tout d’abord. La candidate démocrate a reçu jusqu’à 169.300 dollars par an lorsqu’elle était sénatrice de l’État de New York, 186.600 dollars par an ensuite grâce à sa casquette de secrétaire d’État. De son côté, Bill Clinton touche depuis son départ de la Maison-Blanche une jolie retraite d’environ 200.000 dollars par an ainsi que d’autres avantages. Mais ce sont surtout les extras qui font grossir le pactole. Comme beaucoup de personnalités, Hillary Clinton a su tirer profit de l’écriture de ses Mémoires, avec une avance de 8 millions de dollars en 2001 pour son premier livre et de 14 millions en 2014 pour le Temps des décisions .
Même petite musique pour son mari avec 15 millions de dollars pour son premier livre. Enfin, il y a les fameux discours. Ce sont eux qui rapportent le plus. Selon CNN, les Clinton ont amassé 153 millions de dollars depuis leur départ de la Maison-Blanche grâce à 729 discours de février 2001 jusqu’à la mi-2015, pour un salaire moyen de 210 795 dollars par speech ! Une stratégie qui rapporte très gros donc, explique le journaliste américain Daniel Gross. Mais qui se révèle aussi très risquée !
Des zones d'ombre
Hillary Clinton a en effet souvent été accusée de conflits d’intérêts. Et cela très tôt dans sa carrière. De sa décision de siéger au conseil d’entreprise de Walmart (multinationale spécialisée dans la grande distribution), alors que son mari était gouverneur de l’Arkansas, à sa décision d’accepter un prêt de 1,35 million de dollars de l’un de ses donateurs pour sa maison de famille à Chappaqua, dans l’État de New York. C’est sa collection de discours payés par Wall Street qui a conduit aux attaques les plus virulentes.
Même ses alliés les plus proches soulignent, en privé, combien sa relation à l’argent est complexe. Les questions autour de la Fondation Clinton, l’une des plus puissantes institutions caritatives du monde, n’éteignent pas la polémique. Depuis sa création en 2001, l’ONG a levé plus de 2 milliards de dollars. Elle soutient des dizaines de projets dans le monde, de la recherche sur les traitements contre le sida à l’insertion des jeunes filles dans le monde du travail, et est financée par de nombreux donateurs : citoyens américains, fondations américaines ou étrangères.
L'opacité de la fondation Clinton
Mais ses détracteurs affirment que lorsque Hillary Clinton était responsable de la diplomatie, de 2009 à 2013, des donateurs étrangers ont contribué à la fondation de façon à obtenir des faveurs de la secrétaire d’État américaine. Le New York Times s’est notamment intéressé au cas de Frank Giustra, magnat du secteur minier. En 2005, Bill Clinton se rend avec l’homme d’affaires au Kazakhstan. Ils dînent avec le président Noursoultan Nazarbaïev. Quelques jours plus tard, Giustra obtient l’autorisation d’exploiter plusieurs mines d’uranium dans le pays. La Fondation Clinton reçoit 31 millions de dollars de Giustra. Au fil des années, la société de ce dernier grossit et acquiert des gisements d’uranium aux États-Unis, suscitant la convoitise de la société russe Rosatom.
Entre 2008 et 2010, alors que les négociations sont en cours, Giustra et ses associés versent à nouveau plusieurs millions de dollars à la Fondation Clinton. En octobre 2010, le deal est finalement approuvé. Hillary Clinton était alors secrétaire d’État et, à ce titre, membre du puissant Comité pour l’investissement étranger, chargé d’octroyer les autorisations de ventes d’actifs d’entreprises ayant trait à la sécurité nationale. Pour l’instant, aucune des accusations n’a été prouvée. Mais la controverse a contraint Bill Clinton à exposer toute une série de réformes envisagées pour son association si sa femme est élue présidente. L’ancien président des États-Unis devra notamment démissionner du conseil d’administration et cesser les actions internationales.
Hillary Clinton n’a pourtant pas toujours été aussi riche, loin de là. Son père, Hugh Rodham, était commerçant dans le textile, sa mère, femme au foyer. Comme Bill, elle n’avait rien d’une héritière, même si, à la fin de sa carrière, Hugh Rodham était à la tête d’une entreprise florissante, avec plusieurs usines de textile.
Une obsession
Pour Amy Chozick, journaliste au New York Times, il faut remonter au début des années 1980 à Little Rock, en Arkansas, pour comprendre Hillary Clinton. Bill Clinton vient de perdre la course pour sa réélection au poste de gouverneur. « Son monde s’est écroulé. La dynamique s’est in¬versée », explique un de leurs proches, Thomas F. McLarty III. L’ancien gouverneur doit trouver un nouveau job, quitter la demeure de fonction et perdre au passage l’aide dont le couple bé¬néficiait pour s’occuper de Chelsea, 9 mois. Pour la première fois, Hillary s’est inquiétée. Combien allaient-ils pouvoir mettre de côté pour les études de Chelsea ? Comment allaient-ils s’oc¬¬¬cuper de leurs parents âgés ? « C’était à elle de reprendre le flambeau ! » explique Nancy Pietrafesa, une amie de la candidate démocrate.
C’est à cette époque que Hillary Clinton décide de décrocher son téléphone pour demander de l’aide à ses amis les plus riches. S’ensuivent deux années de stress intense. « Elle prend conscience à ce moment-là de la difficulté d’être une mère de famille et de devoir travailler, sans aucune aide », a déclaré James B. Blair, un ami avocat proche des Clinton. C’était en plus à un moment où l’Arkansas foisonnait de nouveaux millionnaires issus d’entreprises comme Tyson ou Walmart. L’argent semblait couler à flots partout… sauf chez eux. C’est le souvenir de cet¬te période qui hante Hillary, et qui, selon nombre d’observateurs et de ses proches, explique encore au¬jour¬¬¬d’hui en partie sa quête - voire son obsession, diront certains- du grand luxe.
À lire aussi : Washington. Comment l’argent a ruiné la démocratie américaine, G. Debré, éd. Fayard

15.Posté par Mojito le 03/10/2016 10:26

Et pour ceux, qui n'ont pas le niveau de Zoboccis (surtout en anglais) et qui se demandent qui est ce nouveau complotiste venu de Canada (le Stéphane mormoil'noeud):
Il s'exprime en français et c'est une excellent analyse sur trompinou:
https://www.youtube.com/watch?v=hB2iq3CenGc

16.Posté par CUT le 03/10/2016 11:26

On a eu l'organigramme de la presse de la semaine dernière :

- Lundi, Trump, le névrosé faisait pipi au lit, d'après les révélation d'une ancienne nounou

- Mardi, Trump, le mafieux, il refuse de donner la liste et les montants de ce qu'il a sur ces comptes en banques a la presse !

- Mercredi, Trump a des fréquentations douteuses: Son ancien boucher ou Trump enfant, allait faire des courses, a été condamné pour meurtre

- Jeudi, Trump le dégueulasse, s'est il bien lavé les mains en sortant des toilettes du restaurant, d'après un témoignage exclusif, les serveurs l'ignorent

- Vendredi, après Hitler, un docteur affirment que Trump serait même plus psychopathe que Néron !

- Samedi, Trump le pollueur, il roule en 4x4, parfois

- Dimanche, Trump a des fréquentation douteuses, il a serré la main de Bill Cosby en 1992

Et cette prochaine :

- On apprend déjà qu'il a tourné dans un porno soft

- il mange les enfants

- il aime les petites filles

- il était chippendale

- il met des porte jarretelles

-...

Ils doivent beaucoup se masturber le cerveau pour trouver tout ça les journalistes

17.Posté par lesseps le 03/10/2016 12:58

@ 16 : le pire c'est qu'il est effectivement tout ce que tu viens de dire !!!

18.Posté par Mojito le 03/10/2016 13:00

@cut: oui, c'est clair...d'ailleurs je comprends pas que tu n'ais pas encore reçu une proposition d'embauche...

19.Posté par lesseps le 03/10/2016 13:03

@ 16 : et le pire du pire c'est qu'il est défendu par zozossi !! Et çà c'est la preuve ultime du degré 0 en politique et dans la vie .... Pauvre TRUMP en fait... Etre défendu par zozossi : seuls les LE PEN, POUTINE, POL POT, Michel FOURNIRET et DUTROUX avaient réussi cet exploit :)

20.Posté par Tienbo le 03/10/2016 17:24

Oui quand on fier de ne pas payer des impôts, on ne peut en même temps se targuer d'être un bon patriote. Si on a un petit pois dans sa boite crânienne, on est capable de comprendre ça.
C'est l'extrême droite dans toute sa splendeur : flatter dans le sens du poil le petit peuple pour mieux le tyranniser une fois au pouvoir. Plus la ficelle de la paranoïa est grosse plus ça passe.

Mais bon, on les élus que l'on mérite. Eh oui.
Donc, si ces comiques arrivent au pouvoir, c'est qu'on aime bien avoir (encore plus) mal entre les fesses.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes