MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Trois camisoles qui font violence sur le vivant humain


Par Frédéric PAULUS - Publié le Lundi 11 Octobre 2021 à 10:36

Trois camisoles qui font violence sur le vivant humain
Sans chronologie ni suprématie, la première « camisole » devrait être la vision physicaliste du vivant réduisant l’être humain à des lois physiques et chimiques. Ce terme de « physicaliste » créé par Rudolf Carnap est la thèse, ou doctrine, selon laquelle toutes les connaissances sont réductibles, au moins théoriquement, aux énoncés de la physique. Les sciences humaines et sociales, tout comme les sciences de la nature, chacune ayant son vocabulaire et ses concepts spécifiques, pourraient être retranscrites dans la physique. Carnap est nommé professeur de Naturphilosophie (philosophie des sciences) à l'université allemande de Prague où il reste jusqu’à son exil pour les États-Unis à la veille de la deuxième Guerre mondiale. Là, il rencontre un contexte propice à des rationalisations que l’on qualifierait de nos jours de « scientistes ».  

C’est le neurobiologiste Alain Prochiantz, Professeur du Collège de France et neurobiologiste, qui qualifie de « camisole de force » cette vision réductible du vivant aux sciences physiques, par « les idéologues », (dont Carnap), qu’il qualifie de « physicalistes » et de « mécanicistes ». « Ceux-ci ont en effet, jusqu’à récemment, imposé une telle camisole de force aux sciences du vivant », dit-il p. 140 in « Qu’est-ce que le vivant ? », Seuil, 2012.
 
Il est peut-être significatif de noter que dans l’ouvrage en français, « L’âge d’or  de l’empirisme logique » nrf, Gallimard, 2002, regroupant les travaux des philosophes où Carnap est affilié (au sein du « Cercle dit de Vienne », en Autriche, Cercle qui disparu en 1936 avec la montée du nazisme) le terme de « subjectivité » ne figure pas dans l’index des notions, ouvrage sous la direction de Christian Bonnet et Pierre Wagner. La subjectivité avec les sciences physiques ne feraient pas bon ménage. Les termes de « sensation » ou de « qualia » figurent parcimonieusement, sans doute du fait de l’approche de l’humain impersonnellement (à la troisième personne) suivant les critères de scientificité de l’époque.

Jugeant l’expression de « camisole », pertinente, nous l’élargissons à la critique de la vision du « tout génétique ». 

C’est le livre, en France, d’Henri Atlan, « La fin du tout génétique », (1999), qui déstabilisa le dogme comme système unique d'explication du vivant. Ce dogme  repose sur l'emploi abusif d'expressions telles que « programme » génétique. H. Atlan  aura montré en quoi le dogme central de la biologie moléculaire est faux et il soutient que l'importance des réseaux épigénétiques a été largement sous-estimée. Il jette ainsi les bases d'un nouveau paradigme des sciences de la vie de plus en plus accepté de nos jours. Aujourd’hui, de surcroît, avec la découverte des cellules souches dans la peau, le cerveau, le sein, l’intestin, le poumon, le muscle squelettique ou la prostate, cette camisole devrait être levée.

Jean-Pascal Capp, par exemple, développe, avec Jean-Jacques Kupiec,  l’alternative qu'entre réductionnisme génétique et  holisme fort, ils suggèrent  un rôle stabilisateur des interactions cellulaires. « comme une alternative théorique entre facteurs génétiques et expression aléatoire des gènes et de l'influence tissulaire », le contexte tissulaire étant sous l’influence de l’environnement. 

Pour Capp, « Cette théorie ne privilégie aucun niveau d'organisation car il résisterait à l'enchevêtrement des relations permanentes entre eux ».

En fonction de cette théorie hypothétique, toujours actuellement débattue par les sceptiques, nos interventions CEVOI en promotion de la santé (ou d’une nouvelle éducation fondée sur les sensations) devraient se présenter comme influence possible dans l'expression des gènes au niveau des interactions cellulaires. C'est ce que nous postulons lorsque nous observons le plaisir d'agir d'un bébé, la joie qui émane de lui lors de ses prouesses sensori-motrices, accompagné par des parents bienveillants. Nous renvoyons aux deux liens ci-dessous. 

« L’enfant qui s’auto-applaudit »,
https://www.zinfos974.com/%E2%80%8BL-enfant-qui-s-auto-applaudit_a160051.html
et : « Dans un contexte de joie de vivre, le développement de l’enfant entraîne son développement ». 

https://www.temoignages.re/chroniques/di-sak-na-pou-di/dans-un-contexte-de-joie-de-vivre-le-developpement-de-l-enfant-entraine-son-developpement,92958?page=type_urls
Jean Jacques Kupiec et Jean Pascal Capp, dont on ne sait lequel influence l’autre,  lèvent ce second verrou de « camisole de force » avec le livre de Kupiec : « Et si le vivant était anarchique ? »,  avec comme sous-titre : « La génétique est-elle une gigantesque arnaque ? », aux Éditions « Les liens qui libèrent », (2019).On peut aussi se reporter au lien ci-dessous.

https://www.temoignages.re/chroniques/di-sak-na-pou-di/et-si-le-vivant-etait-anarchique-la-genetique-est-elle-une-gigantesque-arnaque-se-demande-j-j-kupiec,97433

La troisième camisole a été relevée dans les années post 1968 par le sociologue Gérard Mendel (1930-2004) qui avançait  dans les années 1970 qu'il était urgent de « décoloniser l'enfant », s’attaquant au fondement de ce que Freud nomma le « Surmoi ».  

Nous sollicitons Wikipédia pour rappeler l’apport de cet homme et l’actualité de ses travaux en 2021. On remarquera que les parents sont oubliés ou peut-être occultés du fait d’un contexte idéologique qui avait érigé la famille comme le « sanctuaire » d’une société libérale.

Depuis « Pour décoloniser l’enfant », (1971), Gérard Mendel a toujours été préoccupé par le vide laissé par la fin de la relation d’autorité comme modèle des rapports sociaux et par l’impossible retour de cette forme, aujourd’hui plus infantilisante que préparatoire à l’autonomie et à la responsabilité. Il a privilégié l’école, de la maternelle à la terminale, comme un des lieux d’application de sa méthode afin d’y installer l’apprentissage de la démocratie par le développement de la socialisation des jeunes, aussi bien entre eux qu’avec leurs partenaires enseignants. C’est à partir d’un dispositif aménagé pour ce lieu éducatif - le dispositif d’expression collective des élèves (DECE) sur leur propre vie scolaire - que se construit pour tous les élèves d’une même classe (et non plus pour les seuls délégués) une socialisation différente, « non-identificatoire » dans la mesure où elle se construit aussi dans les relations entre pairs : non plus seulement compétitive, individualiste et élitiste, mais davantage collective, égalitaire et solidaire.

Comme témoignage, nous avons récemment animé, Madame Danielle Amussat (Présidente du CEVOI) et nous-mêmes, des groupes de parole de parents migrants des îles proches désirant s’établir à La Réunion. Accueillis dans une préparation à l’adaptation à l’univers réunionnais, dans ces groupes il était fréquent de rencontrer des parents qui valorisaient les frappes et sévices corporels afin d'imposer aux enfants de « bonnes manières le plus tôt possible ». Ce fut l'occasion, en groupe, sans culpabiliser quiconque, d'évoquer progressivement d'autres références en suscitant des débats contradictoires tout en acceptant des avis divergents.

Oui le vivant humain peut souffrir d’un enchevêtrement d’inhibitions, de stases énergétiques de conflits épigénétiques à traduction physiologiques ou psychiques, de complexes psychologiques et stress multiples pouvant générer une morbidité qui affaiblit progressivement la vitalité innée, et cela sans qu’une pathologie apparaisse sur le court  terme.  

A l’heure où des scientifiques de laboratoire affirment que « les bébés sont de petits savants en herbe qui très tôt sont capables d’hypothèses et de les tester », nous sommes en mesure de proposer une alternative nouvelle, (avec la levée préalable de ces camisoles), pour promouvoir une autre éducation et une autre santé des enfants dès leur conception par la prise en toute conscience des parents eux-mêmes sollicitant leur intelligence émotionnelle et relationnelle à leur enfant. 
---------------------
Danielle Amussat et Frédéric Paulus, CEVOI, (Centre d’Études du Vivant de l’Océan Indien), le 08/10/2021.




1.Posté par Apax le 11/10/2021 18:01

Nous avançons dans la connaissance de l'Homme. Après les blessures narcissiques sur le plan physique, biologique et psychologique, c'est au tour des camisoles logico-mathématique, génétique et éducatif de nous être dévoilés comme des instruments de domination. Ce qui est visé ici bien sûr, c'est l'épanouissement ou plutôt pour sacrifier aux lois du genre, c'est la décolonisation de l'enfant et partant son émancipation et ce dès le berceau comme l'affirme ces scientifiques de labo qui nous affirment que "les bébés sont de petits savants en herbe qui très tôt sont capables d'hypothèses et de les tester". Tiens, vous mettez le narcissisme à la porte, il revient fissa par la fenêtre. Un peu de modestie et simplement admettre que nous possédons tous un organe (le cerveau) programmé génétiquement pour être programmé par nos semblables, d'où notre extraordinaire adaptation au contexte dans lequel nous naissons et l'irréductible liberté de choix qui en résulte..

2.Posté par A mon avis le 11/10/2021 22:08

Physique, génétique, psychologique !

En réalité tout n'est que chimie !

3.Posté par Atterré le 14/10/2021 11:47

Dans mon enfance les purges se faisaient à l'Huile de Ricin.
De nos jours c'est avec les Pilules Dupuis !
Toutes aussi efficaces car me voilà drainé pour un moment !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes