MENU ZINFOS
Communiqué

Tribune libre de Sylvie Moutoucomorapoulé : "De l’assiette à la planète !"


Par Ludovic Grondin - Publié le Vendredi 16 Octobre 2020 à 14:42 | Lu 979 fois

Les cantines ont jusqu’en 2022 pour servir au moins 50% de produits « durables » dont 20% de bio. Elles doivent proposer un menu végétarien hebdomadaire. Demain Se Décide Aujourd’hui, le mouvement fondé par Sylvie Moutoucomorapoulé à Saint-André, encourage la mise en place de régies biologiques afin que de l’école maternelle jusqu’au département, tous les enfants puissent avoir accès à des repas hebdomadaires biologiques ! Alors que le 16 octobre est le jour national de lutte contre le gaspillage alimentaire, défend l’alimentation bio dans les cantines, les repas végétariens aussi pour réduire drastiquement le gaspillage alimentaire des collectivités.

L’assiette est au cœur de plusieurs problématiques : obésité, malbouffe, gaspillage alimentaire, produits contenant des pesticides, émission de CO2… Il est commun de dire que les enfants n’aiment pas les menus et les cantines sont malheureusement une source de gaspillage. Le 16 octobre marque la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Il est temps de réfléchir à améliorer les assiettes de nos enfants !

Tout ceci peut trouver réponse en instaurant d’abord au niveau communal, des régies agricoles cultivant directement les produits bio sur le domaine communal, servis dans les cantines. En incitant le circuit court, les communes ont le pouvoir d’impulser une démarche exemplaire pour transformer les producteurs en bio-men et les consommateurs en consom’acteurs ! Sylvie Moutoucomorapoulé l’avait déjà annoncé dans son programme aux élections municipales en 2020 : « je veux que les enfants aient le plus possible accès à des repas biologiques à un moindre coût et pour ceux dont les familles ont le moins de revenus, cela doit passer par la restauration scolaire. Aussi, je pense que les communes et le Département doivent se doter de ces régies biologiques et locales », défend l’avocate. D’autres communes comme Le Port, Saint-Paul, Saint-Leu, Etang Salé, Entre-Deux, Saint-Benoît, et Saint-Denis s’inscrivent déjà dans cette démarche et c’est un succès.

Effectivement, avec une régie locale, une conserverie, l’incitation aux agriculteurs de diversifier leur exploitation pour les transformer en maraîchage bio, l’approvisionnement des cantines scolaires peut se faire localement, en circuit court. « Nous pouvons et nous devons, à La Réunion, aller au-delà de la loi », continue Sylvie Moutoucomorapoulé. Il nous faut viser une agriculture 100% bio, locale et paysanne.

Bientôt une obligation

La loi EGalim, adoptée le 30 octobre 2018, précise également que les cantines ont également un an pour mettre en place des menus végétariens une fois par semaine. Ces menus peuvent être composés de protéines animales (fromage, œuf) ou végétales (légumineuses, céréales). Pour l’instant, selon une enquête réalisée par Greenpeace, à La Réunion, 12 communes ont répondu à cette enquête. Dans 7 d’entre-elles, nos enfants consomment des menus végétariens au moins une fois par semaine, dans 3, il est servi des repas végétariens de temps en temps et dans 2, les enfants n’ont jamais accès à ces repas végétariens.

Végétaliser les menus servis dans les cantines a des effets très bénéfiques sur l’environnement : la réduction de la consommation d’eau, des émissions de gaz à effet de serre, de la déforestation… Cela est d’autant plus important lorsqu’on sait que l’élevage est aujourd’hui responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Changer le contenu de millions d’assiettes par an, c’est donc limiter considérablement cet impact sur le climat, dans un contexte où l’urgence climatique se fait de plus en plus pressante.

L'Observatoire national de la restauration collective bio et durable a montré que les cantines qui mettent en place des menus végétariens sont aussi celles qui investissent le plus dans de la viande bio et locale. Contrairement à ce que tentent de faire croire certains acteurs, cette évolution est donc bénéfique pour les éleveurs et les éleveuses de nos territoires. C'est du gagnant-gagnant ! 

« Alors alon met ensamb, puisque c’est bon pour la santé de nos marmailles, bon pour l’économie locale et bon pour l’environnement, je ne comprends pas pourquoi cela ne va pas plus vite » s’impatiente la mère de famille engagée !

A l’international

Actuellement dans le monde, les ⅔ des terres agricoles sont consacrées à l’élevage ou à la production d’aliments pour le bétail.

Si les Américains réduisaient leur consommation de viande de 10 %, 60 millions de personnes pourraient être nourries par les céréales qui sont actuellement utilisées pour le bétail. A l’échelon de notre île c’est peut-être les habitants du Sud de Madagascar qui pourraient être nourris par les surfaces agricoles libérées pour les hommes. Il faut comprendre que manger moins d’animal devient alors un acte de solidarité sur le long terme.             

Il est faux de croire que la viande est indispensable à chaque repas. Au contraire, la population se porterait mieux en en mangeant moins. Selon l’OMS, la viande rouge est probablement cancérogène, et la viande transformée l’est de manière avérée. La monographie du CIRC, qui analyse huit cents études, pointe avant tout les risques de contracter un cancer colorectal. Le CIRC conclut que chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée quotidiennement accroît le risque de cancer colorectal de 18 %. 

Rappelons également qu’un animal est un être sensible, ce n’est pas un objet… et pour manger de l’animal il faut d’abord le TUER ! « Si les abattoirs avaient des murs en verre, tout le monde serait végétarien », dit régulièrement Paul Mc Cartney.
 
De plus, les systèmes d’élevages modernes sont des incubateurs à virus. Avec la Covid-19, il est ainsi aujourd’hui important de saisir l’ampleur des dégâts que cela peut entraîner en termes de pandémie !

Manger végétarien c’est donc limiter le gaspillage alimentaire, développer l’emploi local et c’est aussi : abaisser les risques de maladie, refuser la souffrance animale, diminuer les émissions de gaz à effet de serre, donner des surfaces agricoles pour nourrir des humains, réduire le gaspillage d’eau, accroître le pouvoir d’achat en allégeant les dépenses de santé, habituons nos marmailles le plus tôt possible à apprécier les bienfaits des légumes ! Protégeons-les !"




1.Posté par ggggrrrrr le 19/10/2020 07:26

Pauvre Sylvie, toute sujet lé bon pou fait cause de ou a nouveau,

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes