MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Tribune libre d'André Oraison - Paul Vergès (1925-2016) : La pierre angulaire de La Réunion


- Publié le Vendredi 18 Novembre 2016 à 09:06 | Lu 1127 fois

Tribune libre d'André Oraison - Paul Vergès (1925-2016) : La pierre angulaire de La Réunion
Depuis mon arrivée à l’Université de La Réunion en 1967 et au cours des cinquante années écoulées, j’ai eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises Paul Vergès en ma qualité de professeur de droit public et de science politique. Dans des conférences et dans la presse locale, j’ai été conduit à louer le dynamisme et la clairvoyance d’un homme politique exceptionnel. En tant que juriste et politologue, j’ai eu également l’opportunité d’analyser sous un angle critique, dans des revues scientifiques, certains de ses objectifs ainsi que les moyens envisagés pour les atteindre. 

    Intellectuel, journaliste engagé, fondateur du PCR en 1959, chef de parti charismatique, fin stratège, militant anticolonialiste et anti-impérialiste, défenseur de l’égalité sociale, tribun passionné et parfois rebelle et même clandestin (de 1964 à 1966), Paul Vergès a été un professionnel de la politique et occupé, à ce titre, tous les postes imaginables. Il fut, tour à tour, député à l’Assemblée nationale de 1956 à 1958, maire du Port de la Pointe des Galets de 1971 à 1989, président du conseil régional de La Réunion de 1998 à 2010, député européen de 2004 à 2007 et enfin sénateur depuis 2011 jusqu’à son décès à 91 ans, le 12 novembre dernier. C’est dire que l’homme à qui nous rendons hommage est une personnalité à plusieurs facettes et aux multiples talents. Paul Vergès n’était jamais résigné et il était même infatigable. C’est un fait qu’il n’a jamais pris sa retraite. Il est mort, en quelque sorte, en service commandé et au service de son pays. C’est tout bénéfice pour les Réunionnais. 

    Une autre remarque s’impose pour résumer ce que fut et restera dans l’histoire de La Réunion Paul Vergès : comme le Général de Gaulle, il visait « haut » et voyait « loin ». Né en Thaïlande le 5 mars 1925, il fut un gaulliste d’action, patriote et résistant au cours de la Seconde Guerre mondiale en s’engageant à l’âge de 17 ans (de 1942 à 1945) dans les Forces Françaises Libres afin de restaurer l’indépendance de la France. Contrairement à beaucoup d’élus contemporains, des politiciens qui ne pensent le plus souvent qu’aux prochaines élections, Paul Vergès avait une autre dimension : il a été un homme d’État, un visionnaire extraordinaire qui, tel un prophète laïc – il était athée – réfléchissait toujours aux prochaines générations : pour lui, tout devait être entrepris pour accroître la responsabilité des Réunionnais au plan institutionnel, parvenir à l’autonomie énergétique de La Réunion, renforcer la coopération tous azimuts entre les pays membres de la Commission de l’océan Indien, lutter contre les dérèglements climatiques et la montée des eaux qui menacent les îles de l’océan Afro-asiatique et assurer la sauvegarde de leur environnement terrestre et marin, aujourd’hui gravement menacé. 

    À tous égards et pendant 60 ans, Paul Vergès a été le premier élève de la classe politique à La Réunion et était certainement conscient – comme ses partisans – de sa prééminence, d’où le culte de la personnalité que ses adversaires, de droite comme de gauche, lui ont parfois prêté. Ce qui est sûr, c’est qu’il était toujours, de par son intelligence et son tempérament, en avance sur son temps et, de ce fait, connu et reconnu au plan national comme à l’étranger et d’abord dans tous les États de l’Indianocéanie. En un mot, Paul Vergès a été pour La Réunion ce qu’Aimé Césaire a été pour la Martinique et les Antilles : la « clé de voûte » et à ce titre-là – qu’on le veuille ou non – il est et demeure unique. 

    Certes, dans ses divers mandats électifs, Paul Vergès – comme tous les grands hommes politiques – a parfois rencontré des difficultés et connu des échecs ainsi que l’incompréhension de ses compatriotes. Nous pensons notamment au concept ambitieux mais ambigu d’« autonomie démocratique et populaire » au sein de la République française qu’il n’a pas réussi à faire admettre aux Réunionnais entre 1959 et 1981. Nous pensons également à la renaissance ou seconde naissance du rail et au projet de « train-tram » qui devait faire entrer les transports publics de La Réunion dans une ère nouvelle, résolument orientée vers l’écologie. Pourtant, tous ses combats – même ceux qui ont été perdus – ont étés nobles et paradoxalement salutaires. Faut-il ici rappeler que Paul Vergès s’est battu courageusement avec succès pour le triomphe de la démocratie, l’état de droit et la bonne gouvernance dans les années « 50 », « 60 » et « 70 » en dénonçant, pêle-mêle, la fraude électorale massive et la partialité de la presse écrite, de la radio et de la télévision à une époque où les médias étaient entre les mains de l’État ou de groupes privés favorables aux idées d’une droite locale ultraconservatrice. Si La Réunion n’est plus une « île bananière », si on peut aujourd’hui s’exprimer librement dans les médias locaux et en être fier, nous le devons en grande partie à lui, au péril de sa liberté, au PCR et au journal « Témoignages » fondé le 5 mai 1944 par son père, le Docteur Raymond Vergès. 

    Paul Vergès a aussi combattu avec fougue pour la reconnaissance du patrimoine culturel immatériel exceptionnel qui est celui de La Réunion en militant pour l’enseignement de l’histoire de l’île « arc-en-ciel » ainsi que pour la pratique de la langue créole et du mayola. En sa qualité de maire du Port entre 1971 et 1989, il a contribué à l’éradication des bidonvilles et la végétalisation de la cité portuaire, transformant ainsi en deux décennies – tel un magicien – un désert de pierres en une oasis verdoyante. La route des Tamarins qui fait aujourd’hui l’unanimité dans l’opinion publique est aussi à mettre à son actif. Qui pourrait ne pas être admiratif pour l’œuvre accomplie ? 

    À la fin de sa vie, Paul Vergès a été témoin de défections importantes qui ont affaibli le parti qu’il avait créé en 1959. Certes, une page importante de l’histoire de La Réunion a été tournée le 15 novembre 2016 avec les émouvantes funérailles offertes à Paul Vergès au cimetière paysager du Port où reposent déjà son épouse Laurence, décédée en 2012, et son fils Laurent, tué sur la route du Littoral en 1988. Cependant, les idées de Paul Vergès demeurent au cœur humain toujours vivaces. 

    Dès lors, une question surgit. Qui poursuivra son œuvre ? La réponse à cette problématique est entre les mains de ceux, qui dans les différents palettes de la gauche réunionnaise, revendiquent une part de l’héritage de Paul Vergès. Cette réponse nous paraît décisive dans le domaine des réformes structurelles qui s’imposent en priorité, compte tenu de la crise économique et sociale sans précédent que connaît le département français des Mascareignes. Pour sa part, le PCR a fait savoir qu’il se prononcera sur cette question à l’occasion d’un congrès extraordinaire, fixé en janvier 2017. 

    Une gauche prospective, responsable et solidaire a pour obligation de continuer le dernier grand combat de Paul Vergès. Faut-il ici rappeler que La Réunion a connu deux étapes fondamentales, à tous égards bénéfiques pour l’épanouissement du peuple réunionnais : l’étape de la liberté marquée par la suppression de l’esclavage le 20 décembre 1848 et celle de l’égalité obtenue avec la loi de décolonisation du 19 mars 1946 ? Depuis 1959, Paul Vergès nous invite à aller plus loin et souhaite que toutes les énergies soient désormais mobilisées pour permettre à La Réunion de franchir un troisième palier : celui de la responsabilité des Réunionnais par le renforcement de la décentralisation. Après son combat pour l’autonomie réunionnaise, Paul Vergès est devenu – faut-il le souligner ? – le champion de la régionalisation, dès l’arrivée de François Mitterrand à la présidence de la République le 10 mai 1981. 

    Au soir de sa vie, le sénateur Paul Vergès a en quelque sorte fixé la « feuille de route » pour tous ceux qui veulent lui être fidèle et lui emboiter le pas. L’objectif de la responsabilité des Réunionnais est en effet subordonnée à trois réformes institutionnelles, au demeurant connexes. Mentionnons ici, en priorité, la création dans la région monodépartementale de La Réunion de l’instance du congrès des élus départementaux et régionaux en tant qu’entité compétente pour proposer les réformes statutaires qui s’imposent à La Réunion. Il faut également et surtout mentionner la fusion du département et de la région de La Réunion ainsi que la suppression de l’alinéa 5 de l’article 73 de Constitution. 

    Faut-il rappeler que la Guyane et la Martinique sont déjà dotées, en droit, d’une collectivité territoriale unique depuis le 1er janvier 2016 ? Afin d’agir avec plus d’efficacité et de visibilité, La Réunion devrait s’engager sur la même voie en application de l’alinéa 7 de l’article 73 de la Constitution qui fixe le nouveau statut des départements et des régions d’outre-mer. C’est le point de vue exprimé au Palais du Luxembourg dès le 4 octobre 2012 par Paul Vergès, à l’occasion des États généraux de la Démocratie territoriale. Après avoir constaté que La Réunion est une région monodépartementale depuis l’adoption de la loi de décentralisation du 31 décembre 1982 avec tous les effets négatifs que ce statut comporte, le sénateur communiste déclare que, dans l’intérêt bien compris de La Réunion, « il nous faut donc faire comme en Martinique et en Guyane, qui ont opté pour une collectivité territoriale unique ».

    De même, le sénateur Paul Vergès a toujours considéré l’alinéa 5 de l’article 73 comme une hérésie constitutionnelle. Adopté par le Parlement après moultes péripéties et malgré la désapprobation affichée par Brigitte Girardin, alors ministre en charge des Outre-mer, l’amendement « 85 » s’est traduit par une exception ciblée, très importante et surtout injustifiée au regard du droit commun des DOM avec l’adoption de l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution qui empêche La Réunion d’exercer un pouvoir législatif et règlementaire par habilitation, selon le cas, du Parlement ou du Gouvernement dans une série de domaines stratégiques comme l’énergie, l’enseignement, la culture, la fiscalité, les transports, la protection de l’environnement et – c’est aujourd’hui la priorité des priorités – l’emploi des jeunes actifs.  Pour Paul Vergès, l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution n’aurait jamais dû être voté par le Parlement dans la mesure où cette disposition vise à pétrifier ad vitam æternam, contre la logique et le bon sens, le statut départemental dans le seul département d’outre-mer de La Réunion et empêcher, par suite, les Réunionnais d’atteindre l’étape pourtant cruciale et ultime de la responsabilité au sein de la République. 

André ORAISON, Professeur des Universités, juriste et politologue 

_____

 A. ORAISON, « Plaidoyer avec le sénateur Paul Vergès pour la création à La Réunion du Congrès des élus départementaux et régionaux », Le Journal de l’île de La Réunion, vendredi 7 novembre 2014, p. 28. 
 A. ORAISON, « Quelques réflexions critiques sur le Parti Communiste Réunionnais », Annuaire des Pays de l’Océan Indien (APOI), 1978, volume V, pages 107 à134. 




1.Posté par Hugues Neau le 18/11/2016 10:40

Un peu d'uchronie : s'il avait eu "gain de cause" en réclamant l'autonomie de la Réunion...aurait il été le même homme visionnaire que d'aucuns le qualifient??!?...

2.Posté par Zozossi le 18/11/2016 11:58

Si certains avaient encore des illusions sur Oraison, les voilà édifiés.
Son panégyrique de notre défunt potentat communiste pays le révèle pour ce qu'il est : le compagnon de route typique des partis staliniens partout où ceux-ci ont sévi.

En l'honneur de Vergès, Oraison sort sa panoplie complète de brosses à reluire : "dynamique, clairvoyant, exceptionnel, charismatique, fin stratège, prophète, visionnaire, etc. etc.", et même (il ose!) "défenseur de son pays".
Sans oublier chevalier de la défense de la planète, puisque le vieux politicard pantouflait vers la fin de sa vie dans la lucrative imposture réchauffiste.

Pas la moindre réserve sur des actes détestables et des choix honteux de politique intérieure et extérieure.

Mais ce qui plaît le plus à Oraison, chez sa défunte idole, c'est son travail de sape de la souveraineté française à la Réunion par la promotion d'une "autonomie réunionnaise" heureusement manquée.

Oraison est un termite qui n'a de cesse qu'il n'ait grignoté la souveraineté française partout outre-mer.
Ses écrits visent tous à affaiblir la position de la France partout dans ses territoires d'outre-mer : en Nouvelle-Calédonie, aux Antilles, à Mayotte, aux Iles Eparses, et évidemment à la Réunion.
Oraison, c'est celui qui apporte toujours sa doucereuse caution juridique d'"expert" aux ennemis de la France.

Rien d'étonnant qu'il revendique maintenant, dans la continuité du combat anti-français de feu son fétiche, l'abrogation de l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution.
L'article 73, issu de la révision constitutionnelle de 2003 sous le calamiteux Chirac, stipule que les DOM peuvent déroger à la loi française et ouvre la voie à toutes les dérives autonomo-indépendantistes (largement exploitées aux Antilles -ce dont Oraison se félicite).
Les députés réunionnais, voyant le danger, avaient fait voter un alinéa 5 excluant la Réunion de ce risque de dérive.

Dans un article des "Cahiers d'Outre-mer" de 2004, Oraison-le-termite se réjouissait déjà bruyamment de cette porte ouverte pour les DOM vers l'aventure indépendantiste en écrivant :
"Ce texte donne la possibilité [aux DOM] d’envisager des évolutions statutaires très importantes au sein de la République avec l’accord exprès et préalable des populations locales.
Ce texte confère notamment aux conseils régionaux et aux conseils généraux ainsi qu’à leurs présidents des compétences en matière internationale et plus précisément des attributions nouvelles en matière de négociation et de signature d’accords entre la République française et les États, territoires ou organismes régionaux voisins.
Un nouvel article additionnel à la Constitution – l’article 72-4 – reconnaît un droit d’autodétermination interne aux populations de toutes les collectivités situées outre-mer ".

La France sait qui sont ses ennemis de l'intérieur.
Morts ou vivants, ils se retrouvent contre elle.

3.Posté par Ma sonnerie le 18/11/2016 14:13 (depuis mobile)

Cher professeur,
Il demeure les autres dispositions de l''article 73..pourquoi ne pas en parler??

4.Posté par Babeuf le 18/11/2016 14:34

Bonne analyse d'André Oraison mais il y a un MAIS même DEUX MAIS!
Paul Vergès aurait été plus grand si il avait proposé une loi interdisant aux personnes condamnées par la justice d'être inéligibles à vie!
Mais il ne souhaitait pas le faire et pour cause!!!
Deuxièmement ,pas d'accord quand l'auteur prétend que Paul Vergès a évité que La Réunion devienne une République Bananière!
Monsieur Oraison sur votre ordinateur recherchez:

Transparency International France;

En fouillant un peu dans le site vous verrez qu'une vingtaine des hommes politiques de la Réunion ont été condamnés par la justice pour malversations et que certains et pas des moindres sont encore en poste en ce moment!!
Cherchez l'erreur!

5.Posté par Hugues Neau le 18/11/2016 15:24

Oraison...fichtre! il porte bien son nom!!!

6.Posté par hardcore le 18/11/2016 16:06 (depuis mobile)

Belle logorrhée propagandiste. Paul Verges, fils de collabo, assassin, frere du pol potiste jacques, nepotiste, stalinien serait reconnaissant pour ce fait d''armes. Ca merite des terrains à la Possession voire une "maison de l''esclavage".

7.Posté par République le 18/11/2016 16:26

Il n'y a pas à enrober, à pommader, à simplifier, à dénaturer, pour toutes sortes de raisons plus ou moins tactiques, Paul Vergès était un leader tiers-mondiste marxiste-léniniste qui malgré une certaine habileté tactique, due à sa grande intelligence, a échoué totalement, au vu de son but final : faire de la Réunion une entité autonome, c'est-à-dire détachée institutionnellement de la République française et ayant pour vocation à devenir un pays indépendant.
Il s'est retrouvé coincé par ses propres choix tactiques (cf. son positionnement sur la bidépartementalisation) ; et le comble, c'est que son adversaire à l'époque, Jean-Paul Virapoullé, qui a terrassé son parti chez lui, l'auteur de l'alinéa 5 de l'article 73 de la Constitution qui verrouille l'appartenance de la Réunion à la République, sans trop tirer sur la corde de la décentralisation, en est au point de revendiquer aujourd'hui un gros écart législatif par rapport à l'état central sur bien des sujets qui intéressent le développement de la Réunion. Veut-il tout simplement singer son adversaire d'hier ? Paul Vergès, de son vivant, a tout perdu, et particulièrement son outil révolutionnaire, le PCR.
Son parcours reste inscrit dans l'histoire, comme pour la plupart des leaders tiers-mondistes marxiste-léninistes, dans cette HISTOIRE (le matérialisme historique ?) que les hommes de cette idéologie étaient censés dominer, maîtriser... Pour une simple raison : son analyse prospective était erronée, et sa connaissance du peuple (au sens de tout le monde) était mauvaise. Mais aller dire à ce type d'homme qu'il se trompe, qu'il s'est trompé...
Il faut lui reconnaître deux choses : à 17 ans, la décision de s'engager dans une guerre pour combattre le fascisme, ce n'est pas à la portée de n'importe qui ; et sa grande capacité manœuvrière était bien en relief lorsqu'il faisait élire, indirectement, tel ou tel adversaire de droite contre tel autre pour mieux déblayer la périphérie de son parti, et surtout quand il lui a fallu anesthésier et éliminer le mouvement populiste freedom.
Il est dommage que les faiseurs d'informations n'aient pas pu présenter et argumenter sur ces points, en sa présence, à la télévision par exemple. Pour mieux éclairer l'artiste !

8.Posté par Vieux Créole le 20/11/2016 11:25

Monsieur André Oraison vous n''indiquez pas dans quelles conditions et dans quel contexte politique violent et inquiétant pour la grosse majorité des compatriotes Réunionnais " , l 'alinéa 5 " de l'article 73 de la Constitution a été voté ! !! ... Certains occultent totalement ce contexte sciemment ou involontairement !!!' "L'alinéa 5 "de l'article 73 de la Constitution a été voté ! " La Loi de régionalisation t de décentralisation de la France de 1973 ,a été modifiée et ,La Martinique , la Guadeloupe et la Guyane sont actuellement de Régions mono -départementales françaises et membres des R.U.P. ( Régions Ultra-périphérique de l' U.E. ) et n'ont pas revendiqué un statut " d’État Démocratique et Populaire " ,contrairement à Paul Vergés et au P.C.R. !!! C'EST Là TOUTE LA DIFFÉRENCE ET VOUS LE SAVEZ ,TRES BIEN , Monsieur le Professeur de Droit Constitutionnel !!!

9.Posté par Bayoune le 21/11/2016 09:36

Post 6 ou rézime inpé lo somin zigzag kamouflé de Verzès.
Post 7"au vu de son but final : faire de la Réunion une entité autonome, c'est-à-dire détachée institutionnellement de la République française et ayant pour vocation à devenir un pays indépendant." Vous vous trompez totalement sur Vergès, il n'a jamais été un militant anticolonialiste, tiers mondiste- marxisme-léninisme. Voici le lien d’une vidéo datant de 1979 quand il candidatait aux européennes - à partir d'une 1'15, il avoue son attachement à la France avec son autonomie https://www.youtube.com/watch?v=sm2JvpoErkM
Comme son papa Raymond qui fit allégeance au Maréchal Pétain, il entendait couillonner la population réunionnaise quasi analphabète à cette époque. Éblouit et embrouillé par la visite de Sarkozy en mars 2007 à la Région sous sa présidence " Paul s'est posé la question “Il faudra que l’on m’explique la différence entre la droite et la gauche Cette question confirme la rumeur qu'il aurait voulu faire du Sarkozy en mars 2007 " Alors que Claude Hoarau appelait à voter contre Sarkozy.

10.Posté par Vieux Créole le 26/11/2016 09:45

Monsieur Oraison Vous travestissez « la Vérité » ! ( par Vieux Créole )

J’ ai été quelquefois d’accord avec vous sur certaines de vos analyses ( nécessité d’apporter certaines retouches à « la Loi de Régionalisation et de décentralisation de 1983 » ) … Le monde a évolué depuis plus de 30ans ! …
Cependant vos prises de position récentes sur l’éventuelle création « d’une de Fédération d’une « ’Indiana-Océanie » (??)Virtuelle, fictive m’a mis la puce à l’oreille…
_ Votre affirmation selon laquelle Paul Vergès serait « La Pierre Angulaire »dans la construction de la Réunion d’aujourd’hui et de demain », m’a laissé pantois !!
_ « Pierre Angulaire » ? On dit aussi « pierre de soutènement, pièce maîtresse dans la construction d’un édifice par exemple !
_ A la lumière de ce qui s’est passé au cours des 70 années écoulées -surtout
depuis 1960 - la -conclusion totalement opposée à la vôtre s’impose le plus naturellement’ !!
_Vergès a pris une place importante dans la vie de notre Île durant sa longue carrière politique : c’est évident ! Mais votre long plaidoyer « à sa gloire » prouve simplement que vous êtes L’’UN de ses fervents Admirateurs. Cela vous regarde MAIS ce n’est pas l’avis de la grosse majorité de la population !!, Sinon Monsieur Oraison , notre île serait depuis longtemps « un État Démocratique et populaire » selon ( le jargon » des communistes du monde entier)!!
_ « Pierre angulaire » dans l’édification de la « Maison Réunion » depuis 1960 ??
- Il a transformé profondément la ville du Port dont il a été Maire (reboisement d’un territoire aride et au climat très chaud , aménagement de larges avenues agréables ,,infrastructures sportives et culturelles importantes et de qualité , création d’un cimetière paysager … Mais la concrétisation de la plupart de ces réalisations aurait-elle été possible sans les centaines de millions déversés sur l’île ,(grâce à l’intervention d’un « Adversaire bien placé » ?? Il a été sensible à « la sonnette d’alarme » tirée par des météorologues et des chercheurs du monde entier sur « le réchauffement climatique ».Il a contribué au développement de l’énergie solaire dans notre Département …
_Mais pendant plus de 20 ans, il a parcouru l’immense « bloc soviétique » , noué des contacts avec des chefs d’États Africains (O.U.A.), pour soutenir sa revendication d’un ’État Réunionnais, Démocratique et populaire » ! Ses séjours fréquents à Moscou se terminaient immanquablement par des conférence de presse dans l’un des plus luxueux Hôtel parisien de l’époque ( « l’hôtel Lutécia ») !! Ces conférences étaient de véritables « philippiques » contre » le colonialisme des différents Gouvernements français !! _

_ Deux Personnalités politiques ont ( malgré des erreurs et des fautes commises) apporté une contribution indéniable au développement assez rapide de la Réunion : 1) Michel Debré après 1960 et , François Mitterrand après son élection à l’Elysée en 1981 !... Cela ne plaira pas mais c’est la vérité ,c’est la réalité !!
_ La première est à l’origine de nombreuses infrastructures qui n’existaient pas auparavant ( Routes , constructions de nouvelles ’Écoles ,de nouveaux e collèges et ,Lycées , de centres hospitaliers…) lutte contre les bidonvilles et les logements insalubres, , maîtrise du taux de natalité par le contrôle des naissances …Je précise que je ne partageais pas la plupart de ses idées Mais l’Objectivité oblige à dire que son œuvre en faveur de la Réunion a été très importante…J’ajoute que j’ai combattu, avec détermination , l’Ordonnance d’Octobre 1960 jusqu’à son abrogation(,douze ans après !) avec l’ensemble des syndicalistes locaux et des Démocrates de tous bords politiques ... Je précise aussi que trois des « Exilés » étaient des Amis depuis le Lycée : j’avais gardé des liens très forts avec eu x malgré nos divergences politiques ...
_La seconde Personnalité qui a joué un rôle considérable aussi pour faire progresser notre Île n’est t autre que François Mitterrand après son élection à l’Elysée ! L’extension aux « 4 D.O.M. » de toute la législation sociale française, c’est Mitterrand qui l’a décidée, de même que la mise en place d’une Régionalisation et d’une décentralisation qui a apporté des prises de décisions,locales au plus prés de la population et l’obtention de subventions plus substantielles … Point n’est nécessaire d’allonger la liste des réalisations sous ses deux septennats … __Vergès « Pierre angulaire de la Réunion d’Aujourd’hui et de Demain ?? NON , Monsieur Oraison ! Il a été plutôt « la Pierre d’Achoppement » que nos compatriote s ont teu la clairvoyance de rejeter dés 1959 :Il a échoué et , le communisme n’est plus « l’Avenir du Monde » !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes