Courrier des lecteurs

Tribune libre - Violences faites aux femmes : Veut-on vraiment arrêter le massacre

Lundi 1 Octobre 2018 - 15:30

La prochaine sortie, sur les écrans de la télévision, du film relatant la tragique histoire de Madame Jacqueline Sauvage, dans lequel l'actrice Muriel Robin incarnera son personnage de souffrance a été l'occasion d'un nouvel appel - un Nième cri d'alerte - signé par 88 personnalités du monde des Arts et du Spectacle, dont Muriel Robin elle-même.

Ce texte, dont les médias ont, par ailleurs, déjà beaucoup parlé, mérite cependant que l’on revienne sur certains points particulièrement importants à notre sens.

1. La persistance à un niveau élevé du nombre annuel de victimes : 123 femmes tuées en France, dont 5 à La Réunion et 225 000 victimes " ordinaires " !!!

Sans oublier que les violences faites aux femmes, d'une façon plus générale, débordent largement du cadre conjugal et prennent aujourd’hui des formes nouvelles et inquiétantes comme le cyber harcèlement sur les réseaux dits " sociaux " de l'Internet.
Au plan chiffré, ce qui nous frappe, c'est que ce bilan annuel des féminicides s'apparente, par son volume à celui des victimes des attentats terroristes en France, ces dernières années. Mais en a-t-on tiré les conséquences en attribuant autant de moyens à la lutte contre les violences faites aux femmes que l'on en a accordé à celle contre le terrorisme ?

2. Les actions concrètes proposées par les signataires nous parlent d' autant plus que nous les avions déjà proposées ou mises à l'ordre du jour de nos réflexions, lors de la préparation et la tenue des Etats Généraux de la Lutte contre les violences faites aux femmes en Novembre 2016, à savoir :

- la formation systématique à l'écoute de tous les personnels de justice, de police, de gendarmerie.
- le développement en nombre et qualité des structures d'accueil pour les femmes victimes.
- la nécessité de penser et mettre en place les moyens de prise en charge des auteurs, domaine dans lequel la France présente des retards importants par rapport à d'autres pays, comme la Belgique ou le Canada.
- la réflexion sur le problème de la légitime défense des femmes victimes de violences et la prise en compte du stress post-traumatique, notion encore ignorée par nombre de magistrats.

Si des efforts réels ont été ici et là réalisés, il reste cependant, encore beaucoup à faire afin d’améliorer l’accueil et la prise en charge des victimes et des auteurs.

3. A partir de là, nous ne pouvons que souscrire à l'idée qu' " un silence assourdissant persiste " au niveau des autorités gouvernementales, comme l'ont fort justement souligné les signataires de l'appel.

Et, cela, ne l'oublions surtout pas, alors que la lutte contre les violences et pour l'égalité des femmes et des hommes a été proclamée " GRANDE CAUSE NATIONALE " pour le quinquennat, par le Président de la République, il y a bientôt un an.

Mais qu'espère-t-on faire avec un budget du Secrétariat d'Etat à l'Egalité des femmes et des hommes qui ne compte que pour 0,007 % du budget national, soit environ 30 millions d’euros, l'équivalent du salaire d'un joueur de football du PSG !!!!

Le gouvernement n'entend-il pas les difficultés de très nombreuses associations d'aide aux victimes, partout en France et, ici à la Réunion, nous sommes bien placé-e-s pour le savoir. Pourquoi certaines institutions ont-elles abandonné sans hésitation, ni le moindre état d'âme, la politique de prévention pourtant tellement indispensable ?

Une fois de plus, ce sont nos responsables en tous domaines, notre société dans son ensemble, qui sont confrontés à leurs insuffisances, leurs lâchetés, leurs contradictions.

A quoi peuvent bien servir les lamentations rituelles lorsqu'un drame survient, si nous n'en tirons jamais sérieusement les conséquences ?
Chantal JOUVENOT, Présidente du CEVIF. Jean-Paul CIRET, Administrateur
Lu 734 fois



1.Posté par Modeste le 01/10/2018 20:42

merci à vous d'évoquer ce problème et l'hypocrisie de nos responsables, il serait temps en effet d'adopter des mesures pour protéger ces femmes, et qu'enfin leur bourreau soit puni et surtout soigné....car nous lisons pratiquement au quotidien des faits de violences sur des femmes que ce soit sur l'ile ou ailleurs, et je crois qu'il y a urgence à trouver des solutions à ce mal qui ronge notre société!
malheureusement il nous reste qu'à utiliser la méthode forte, celle de bloquer les administrations concernées tout en proposant des actions pour régler ce fléau ! il n'y a que comme cela que les problèmes se règlent......!

2.Posté par Gajamuk le 02/10/2018 08:37

Je reconnais que dans la société actuelle , il y a encore beaucoup de violence faites aux femmes, mais qu'en est-il de la violence faites aux hommes ? Quelqu'un a dit: "qu'une femme c'est aimante , serviable, etc..., mais lorsqu'elle a décidé d'être méchante, même le diable s'assoit pour prendre des leçons". En subissant ce que je vis en ce moment en tant qu'homme, je peux affirmer que c'est tout à fait vrai. En effet, mon ex qui est partie avec mes 2 derniers enfants en allant raconter à tout le monde que j'étais méchant, que je ne m'occupais pas de mes enfants, a trouvé facilement des oreilles complaisantes pour l'écouter et lui venir en aide, sans même prendre le temps d'écouter mon avis. Parce que je lui ai dit que je souhaiterais prendre mes enfants chez moi régulièrement pour travailler leur scolarité, pour sortir avec moi, rester dormir à la maison; elle a mis en place tout une stratégie tirée la plupart du temps des séries à l'eau de rose qu'elle regarde à longueur de journée , pour m'accuser de viol, afin de m'abattre complètement et de m'interdire de "voler" ses enfants comme elle dit. Pleins de mensonges sont racontés à son avocat qu'elle me dit fièrement avoir gratuitement à son service pour me "tuer", elle me harcèle à longueur de temps de sms d'insultes, menaces de mort, insultes sur mes autres enfants et malgré mes efforts devant le conciliateur de justice devant lequel, elle m'a insulté, malgré les mains courantes, malgré le non-lieu du procureur pour délits non avéré, elle continue à me harceler, en me disant que son seul but c'est de me mettre à terre, voilà une idée de ce que j'endure pour seulement pouvoir éduquer et voir mes enfants qui ont aussi besoin de moi. Je pourrais développer encore, mais je m'arrêterais à là. Alors je lance un appel au secours à toutes ces associations , institutions, ou personne particulière pour m'aider, car je suis dans la brume la plus totale, et je comprends parfois, même si je le condamne que des gens pètent les plombs et deviennent violents.

3.Posté par YAN SIN le 02/10/2018 21:52 (depuis mobile)

c'est ça continuer quand ça vous arrange a crié pour l'égalité hommes/femmes et en même temps pleurer comme sexe faible, comme si les femmes étaient toutes des saintes et incapable des pires saloperies. (...)

4.Posté par youssef boutrefas le 03/10/2018 00:16

tout ceci est a cause d'un club féminin politique et moderniste sans avoir ni le baccalauréat ni licence ni métiers qui a vue la lois du talion était une lois du moyens age cette lois au fait empêche l’homme violent alcoolique surtout de toucher le visage de leurs famille enfant comme femme donc toute atteinte au visage est considéré par la lois du talion comme extrêmement grave, les blessures faite par des objets tranchant au corps partie intime ou non si la femme désire les cacher pour ne pas envenimer les choses c'est son droit. le juge n'a pas le droit d'ordonner son examination. . les blessures aux visage sont apparent donc elle ne peut pas les cacher aux le juge qui va devoir être obliger d'appliquer la lois. même si la femme demande un retrait de la plainte a mois qu'elle fasse un faux témoignages pour déculpabiliser son conjoint peut être qu'il avait fait sous l'emprise de la colère et de sa vie il ne l'avait jamais fait et qu'il était un père correct durant plusieurs années conjugale ça arrive on doit comptabilisé le le nombre d'année de fedilité au lieu de se se fixer que sur un cas sur 50 année de loyaux rapport envers sa famille.. mais reste qu'il sera puni s'il touchera le visage ya rien de marche arrière meme si il les avaient fait a l'age de 90 ans
dans ce cas précis le violent va faire des milliers et des milliers de calcul avant de s'emporter...ceux qui ont abolie cette lois qui protégeaient les famille et surtout les enfants, sont responsable de millions de mort. tout ce qu'ils avaient fait leurs sera collé sur le dos.

5.Posté par patrones le 03/10/2018 01:12

dans ce domaine de la violence ya un peu de tout aussi la violence faites par les femmes contre d'autre femme pour les obliger a redevenir une esclave de sexe et les laisse seule face aux bande de jeunes raquetteurs en herbe
en vidéo preuves a l'appui ces video vue par les sénat et la Cours Suprême des etats unis sans qu'ils réagissent ça s'appelle une non assistance a personne en danger.. les juges seront accusé par cet article de lois

https://www.youtube.com/watch?v=kfMWtfLtelI

6.Posté par YAN SIN le 03/10/2018 08:53

Voila ce qui caractérise ses associations féministes politisés de soit disant défenseur des violences faites aux femmes tel le CEVIF : POMPER L'ARGENT PUBLIQUE ( pour 0,007 % du budget national, soit environ 30 millions d’euros, l'équivalent du salaire d'un joueur de football du PSG ) et pour pérenniser leur subventions et emplois, il se doivent d'entretenir cette violence en fabriquant des " femmes victimes", j’espère pour ses charognards qu'ils sauront maîtriser ce petit jeu et que cela ne leur retourne pas en pleine tronche ....

7.Posté par YAN SIN le 03/10/2018 10:06

Jacquie et Michel recrute des actrices, si le CEVIF a besoin de fond qu'ils fassent travailler l'une de leur "femme victime" spécialisé en la chose. Pour le fric ses féministes sont prêtes, si c'est pas une honte pour la femme réunionnaise et cette association ....

8.Posté par Zarin le 03/10/2018 14:40

Les Amazones un peuple de femmes mythiques - Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Publié par De Bona Stéphane sur 9 Janvier 2015, 11:41am
Catégories : #Ethnologie

Mythe ou réalité

Les Amazones sont un peuple de guerrières qui dans l'imaginaire des hommes allient la grâce et la force. Plus qu'un fantasme masculin, ce peuple est d'abord l'exemple, qu'il soit une légende ou réel, que la femme peut se suffire à elle-même. Une preuve aussi que le sexe féminin n'a rien d'un sexe faible. Ces femmes mythiques peuvent faire fantasmer la gente masculine ou lui faire peur selon nos croyances et cultures. Mais il est vrai, qu'en tout état de cause l'homme sent la femme n'est rien. Pourquoi donc l'homme a-t-il si peur de la parité ? Peut-être parce qu'elles sont plus nombreuses que nous et détiennent le pouvoir de la procréation.

http://www.ledemocrate-idealiste.eu/2015/01/les-amazones-un-peuple-de-femmes-mythiques.html

9.Posté par MICHOU le 04/10/2018 12:03 (depuis mobile)

Pourquoi mon commentaire qui était le premier propose n'apparaît pas?Il ne faut pas attendre les coups, il faut sanctionner toute violence Et tout atteinte à la liberté, Ça commence à bien faire

10.Posté par A mon avis le 04/10/2018 22:40

@ 2.Posté par Gajamuk :
Violences conjugales : dans 85% des cas, ce sont les femmes qui sont les victimes. Mais c'est vrai qu'on oublie souvent les 15% de violences subies par les hommes, et la violence féminine est moins spectaculaire mais tout aussi destructrice que la violence masculine, car la violence n'est pas obligatoirement physique.

En 2016, 123 femmes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire intime "officiel" (conjoint, concubin, pacsé ou « ex ») ou non officiel (petits-amis, amants, relations épisodiques...).
34 hommes ont été tués par leur eur partenaire ou ex-partenaire intime, dont trois au sein de couples homosexuels.

http://stop-violences-femmes.gouv.fr/Les-chiffres-de-reference-sur-les.html

11.Posté par Gébé le 09/10/2018 06:59

@ Post 6 et 7

Yan Sin, tu es vraiment trop con !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Novembre 2018 - 14:49 Plus grave que les émeutes