MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Tribune libre : Oté Volnay, assé anmérdé ! Kosa la rivé don ?


Par SF - Publié le Mercredi 23 Décembre 2020 à 22:20 | Lu 2282 fois

Tribune libre : Oté Volnay, assé anmérdé ! Kosa la rivé don ?
Jean-Paul nous laisse, nous les Réunionnais d’ici, de là-bas, d’un peu partout sur ce globe qu’il aurait aimé sillonner comme il s’était habitué à arpenter les rues des bourgades de cette grande banlieue parisienne en tant que facteur. C’est au CET de Saint-Louis que Jean-Paul a préparé son concours pour entrer « dan’ laministrasyon » en 1971, habitant tour à tour en ville puis à La Plaine des Makes.

Il nous laisse seuls, mais avec sa discographie riche et épicée, sa bonhomie et son regard malicieux, sa philosophie d’homme de peu allant à l’essentiel, son verbe accrocheur, ses propos faussement licencieux et surtout avec la portée historique d’un talent artistique immense mis au profit d’une promotion sans pareille de la culture réunionnaise à travers sa diaspora.
 
Car avant que l’écho des paroles de "l’Assassin" (air populaire déjà popularisé après-guerre par Madoré) ne résonne dans toutes les cases de l’île, le nom de Jean-Paul Volnay était associé aux "Tropic’s de Paris", un vocable regroupant des musiciens majoritairement issus de l’île de la Réunion. Un groupe qui sublimera (au fil d’un répertoire résolument tourné vers les questions relatives à l’ancrage des natifs d’outre-mer dans l’Hexagone) la culture réunionnaise, notamment en redonnant du souffle au Séga-Maloya à un moment où ces danses et musiques étaient en perte de vitesse dans l’île. A la même époque, le couple Baptisto-Picot nous alertait même en évoquant "le testament" du séga. Il suffit d’écouter, aujourd’hui encore, des morceaux comme "Le Fion Créole" des Tropic’s pour avoir une bonne idée de cette dynamique.
 
Au début des années 1990 l’arrivée de l’album "La Case Maniel" est un évènement à la Réunion, où la vague "reggae–antillais" et styles assimilés occupent le marché. Les titres de Volnay détonnent. L’insolence de son écriture est adoptée à l’unanimité. L’île connaît une éruption sociale – les freedomiens descendent dans la rue et prennent la parole – et son répertoire trouve quasiment partout un écho sans précédent.
 
Il y aura un avant et un après Volnay.
 
Assez étonnamment, les Réunionnais le découvriront physiquement tardivement. Il était venu certes à plusieurs reprises retrouver son île en mesurant à chaque fois sa surprenante popularité, mais ce n’est qu’après sa retraite qu’il commencera sérieusement à envisager un retour durable.
 
C’est avec les musiciens du Waki Band que je découvris vraiment l’homme dans toute sa dé-mesure, à l’occasion d’une édition du Sakifo remontant à une dizaine d’année, du côté de la scène "bal la poussière" (ou quelque chose dans le genre) concoctée par Arno Bazin.
 
Jean-Paul, dès la balance, ramenait du monde. In ti kozman par isi, in ti moukataj par là… Un coup de saxo, deux coups de batterie, un instant à la basse… Le boug’ i jouait de tout ! Sans compter son "ouanemane chaud" constant, de la scène jusqu’aux loges…
 
On ne s’est quasiment plus perdu de vue par la suite, nous retrouvant dans les studios (notamment chez Balaka à Saint-Louis) comme sur et autour des scènes. A chacune de ses occasions, on avait nettement l’impression d’avoir affaire à une encyclopédie créole ambulante, alignant des définitions enfouies et certaines encore mystérieuses…
 
On le savait lutter contre la maladie ces dernières années où ses apparitions se faisaient de plus en plus rares. On redoutait son départ. Je l’avais eu au téléphone voilà quelques mois. Il était quelque part au Tampon, luttant avec humour, comme à son habitude.

Aujourd’hui commence une nouvelle page, un nouveau chapitre de l’histoire de ce jeune homme quittant son île en 1973 en rêvant de devenir footballeur professionnel. Et bien qu’un accident du genou l’ait empêché de concrétiser ce souhait, son jeu se fera par le son, par la parole, par la danse, par la composition, par la poésie ; un jeu qui pendant près de cinquante ans fut un cadeau pour tous les Réunionnais en tribunes.
 
Merci Jean-Paul,
 
Nu artrouv la case Maniel !
 
SF




1.Posté par Olivier le 24/12/2020 07:28

J'ai eu la chance de le rencontrer à Paris lors de la fête du travail, homme très jovial, il était en haut d'une fourgonnette et chantait en créole au haut-parleur pour les zoreys, c'était atypique

2.Posté par Bénard le 26/12/2020 10:49

L'ami Sully, encyclopédie vivante, sait très bien évoquer ce que les autres risquent d'oublier.
Merci, gars !

3.Posté par Olivier le 02/01/2021 05:09

Sa chanson hommage à freedom :
www.youtube.com/watch?v=0D_7hkqyRN0

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes