MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Tribune libre : La canne, un capital vert


Par Patricia COUTANDY - Publié le Mercredi 2 Août 2017 à 09:34 | Lu 676 fois

Le paysage de notre île commence  sa métamorphose, des champs de canne en fleurs, d’autres coupés, incendiés parfois, La Réunion a entamé depuis trois semaines sa campagne sucrière 2017. Plusieurs corps de métiers sont mobilisés crescendo dans une activité qui a commencé « timidement » selon certains observateurs.

Timidement, c’est aussi le qualificatif du soutien apporté aux planteurs. Au cœur de la mobilisation les avis se partageaient entre adhésion et exaspération  avec des commentaires  inconcevables sur les équipements, comme si avec les véhicules légers les planteurs pouvaient accéder aux champs! Sans pour autant imiter le collectif des 500 frères en Guyane, notre insularité exige pourtant que nous agissions en solidarité. Or, force est de constater que notre interdépendance a construit la division plutôt que l’unité, dès lors que nous sommes empêchés dans nos activités.

Cette situation est contraire à l’action sénatoriale de la délégation à l’Outre-mer en 2015.

Quel que soit son opinion, il n’en demeure pas moins que les planteurs ont eu gain de cause et leur rassemblement conclut à la nécessité de l’action revendicative pour avoir son due.

Le résultat de cette courageuse manifestation a  abouti non seulement à la revalorisation du prix d’achat de la tonne de canne mais aussi à la mise en lumière de nombreux défis.

La transparence à l’épreuve du capitalisme exacerbé, la culture cannière  et la diversification agricole, l’expansion de la filière canne-sucre-rhum-bagasse.

La transparence à l’épreuve du capitalisme exacerbé.

Des 6 millions d’euros que les usiniers verseront aux planteurs, la prime d’intéressement liée au cours du sucre blanc, il y a encore une opacité de l’industriel sur le gain et les profits. La propagande met en avant le marché concurrentiel du sucre blanc, avec pléthore des difficultés avancées par les usiniers mais se garde bien de communiquer sur  le bénéfice en matière de commercialisation de sucres spéciaux prétextant le secret industriel. Quand on sait que la moitié de la production de sucre de La Réunion est positionnée sur ce créneau, la demande de transparence des planteurs est tout à fait légitime : ils sont le premier maillon de la chaîne de fabrication.

Ce petit secret cache une vraie énigme, le sucre est-il source de richesse ou pas ?

Réorienter et sécuriser la filière

Nous ne sommes plus à un paradoxe près, en 2015, l’Union européenne  avait bien signé un accord de libre-échange avec le Vietnam pour 20 000 tonnes de sucre au détriment de la filière dans ses Région ultrapériphériques. La mobilisation de la délégation sénatoriale aux outre-mer  conduite par  Mme Gisèle JOURDA et M. Michel MAGRAS va pointer cet accord catastrophique  dans son rapport « sucre des régions ultrapériphérique en danger ».

La pertinence de l’analyse et les arguments avancés ramèneront  à 400 tonnes le contrat de libre-échange.
Les sucres spéciaux reconnus comme un produit de qualité, seront protégés cette fois-ci par l’Union européenne, et peuvent conquérir de nouveaux marchés. C’est pourquoi la délégation sénatoriale de l’outre-mer et plus récemment le directeur de l’Office de développement de l’Economie  Agricole  d’ Outre-mer, M. Hervé Deperrois en visite le 20 juillet 2017 dans le Département encourage la production de sucres à haute valeur ajoutée, et  plaide avec le président de la Chambre d’Agriculture, M. Jean Bernard Gonthier pour une valorisation de l’origine, avec une indication géographique protégée comme pour le rhum.

De nouvelles opportunités se font jour dans un contexte mondial toujours plus concurrentiel avec des  pays comme l’Australie, le Brésil, l’Inde, la Thaïlande, les Etats-Unis…

C’est dans cette perspective que la future convention canne de 2021 se prépare, il s’agira de  réorienter et de sécuriser  les filières. L’affectation de 28 millions d’euros subventions n’est pas un chèque en blanc, elle s’accompagne d’une vraie ingénierie de projet, c’est un investissement dans  l’avenir.

C’est pourquoi sans incriminer qui que ce soit, les enquêteurs de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF)  intervient pour… plus de transparence.

La culture cannière et la diversification agricole

La sécurité alimentaire

Le défi de l’alimentation est primordial compte tenu de notre insularité, les échanges Nord-Sud connaissent des limites. En 2010, l’éruption du Volcan Islandais a menacé l’approvisionnement de l’Ile en paralysant les aéroports parisiens et européens pendant plusieurs jours. En 1991, lors de la guerre du Golfe, les mêmes craintes étaient partagées par les  autorités locales, témoins de la ruée d0e la population dans les grandes surfaces.

La diversification agricole, le maraîchage, l’élevage est une réponse  à la problématique de la sécurité alimentaire. Les planteurs s’orientent de plus en plus vers les fruits et les légumes et contribuent aux objectifs nourriciers de notre île.

Actuellement, les produits frais couvrent à près de 80 % nos besoins.

La diversification doit se poursuivre avec comme pilier la canne à sucre car les dangers  des monocultures résident essentiellement dans leur  résistance aux intempéries, aux divers aléas climatiques, aux maladies et au dumping.

La sauvegarde des terres agricoles

En s’appuyant sur  la canne, le cultivateur limite plusieurs de ces risques dont le premier est la perte de terrains, le second la vulnérabilité du territoire et la protection des personnes. En effet, compte tenu de notre géographie en pente, cette graminée est indispensable pour le  maintien du sol par ses racines et limite l’érosion tout en permettant l’infiltration de l’eau dans la terre.
Cette perméabilisation limite ainsi les phénomènes d’inondations  accrues par l’artificialisation des sols et le dérèglement climatique. La sauvegarde des terres agricole est primordiale pour l’expression de toutes formes d’activités agro-économique. Même l’hydroponie ou la culture hors-sol nécessite de l’espace.

C’est à juste raison que le Conseil Départemental avec le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural revalorise le soutien à la plantation de canne à sucre, la symbiose des activités agricoles est indispensable pour la réussite et le développement durable des différentes filières.

La corrélation des besoins, des risques, des objectifs amènent de nombreuses interrogations.

Le paysage agraire réunionnais où il est question de croissance, d’emplois, d’environnement est-il entre de bonnes mains ? Le revenu des planteurs n’est-il pas « sucré » à d’autres finalités ?

Sans vouloir « casser du sucre » sur le dos de qui que ce soit, c’est le doute formalisé durant la manifestation, avec l’idée de se fédérer en coopérative locale  plutôt que de confier « sa vie à des concurrents de la canne : les betteraviers ! ».

L’expansion de la filière canne-sucre-rhum-bagasse.

Les planteurs piliers de la transition énergétique

Ce n’est qu’en 2009 que la prime bagasse sera versée aux planteurs lésés durant plusieurs années de revendications et de manifestations alors que la bagasse était valorisée par l’usinier depuis 1992 pour la fabrication de l’électricité.

La Réunion, en avance  sur la loi du 17 août 2017 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, devient avec la canne un puissant levier pour le développement de l’économie circulaire et le recyclage du carbone atmosphérique.

La plante entière s’inscrit dans une boucle où la matière première est réinvestie perpétuellement.   Depuis l’extraction de son jus à l’utilisation de la bagasse et des cendres, tout est utile dans la canne. Loin d’avoir livré tous ses secrets, la plante verte est en phase de devenir  le support de la bioraffinerie appelée aussi la raffinerie du végétal.

C’est pourquoi l’agence Française de Développement co-finance avec Albioma la première centrale au bioéthanol de Saint-Pierre qui sera alimentée  à 80% par la mélasse et 20 % par des micro-algues. Cette unité pourra produire jusqu’à 41 Mégawatt soit 10 % des besoins de l’île en électricité.

La plante phare de la bioraffinerie

Isidore Laravine, co-président de la Commission Paritaire Interprofessionnel de la Canne et du Sucre milite pour la chimie verte et la valorisation des biomolécules. L'acide aconitique et les autres molécules ont de multiples propriétés intervenant dans l’industrie alimentaire, pharmaceutique et cosmétique.

Le polyéthylène (PE) végétal   entre dans la fabrication de bouteilles en plastique et autres contenants et se pose ainsi comme une vraie alternative à la pétrochimie hautement polluante.

La fibre de canne associée à d’autres fibres végétales, tel que le bambou peuvent être transformés en  emballage, vaisselle  biodégradables.

D’autres sociétés se sont positionnées sur le secteur du papier et de l’étiquetage.

La filière canne-sucre-rhum-bagasse possède toutes les vertus pour s’orienter vers la bioraffinerie, un secteur aux multiples débouchés, hautement compétitif sur le plan international faisant de la canne et de la recherche un secteur  d’avenir.
Ces observations ont été nourries des discussions que j’aie eues avec les agriculteurs pendant les 13 jours  de manifestation devant la Préfecture.

Les planteurs ont une vision stratégique, proposent de nouvelles pistes de valorisation pour la canne et travaillent à un « modèle de performances et d'intégration environnementale »  à l’horizon 2021.

Ils réclament plus de justice car Ils sont les premiers à assumer tous les risques : la sécheresse, les cyclones, les nuisibles, les coûts d’exploitation exponentiels, la pénibilité du métier, pour une retraite minime…

La réflexion entamée autour de l’utilisation des fonds publics, sa plus-value  est un gage de transparence et participera à la cohésion des différents corps de métier. L’île ne peut se satisfaire d’être une plate-forme d’innovation et subir  le transfert des technologies et des compétences à l’échelle mondiale sans retour sur investissement. Le séminaire prévu pour le mois de septembre 2017 doit permettre une approche transversale sur tous ces sujets. La sincérité des débats doit œuvrer à la clarification sur tous les enjeux économiques, sociaux,  environnementaux afin d’aboutir une consolidation des filières dans les Régions Ultra-Périphériques.

Excellente campagne sucrière à tous,

A Sainte-Suzanne le 1 août 2017




1.Posté par polo974 le 02/08/2017 18:29

pôv choux...

à quel niveau est subventionné le sucre (toutes subventions, aides et autres petites monnaies comprises) ? ? ?
50% 75% 100% 125%

allez, ayez l’honnêteté de répondre...

2.Posté par JORI le 03/08/2017 14:13 (depuis mobile)

Le kg de sucre reunionnais plus cher qu'un kg d'or tant il est subventionné

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes