MENU ZINFOS
Communiqué

Tribune libre Dominique Rivière: "Eduquons nos enfants comme futurs citoyens"


Par Dominique Rivière, Représentant de la Réunion au CESE - Publié le Dimanche 18 Mars 2018 à 09:22

Tribune libre Dominique Rivière: "Eduquons nos enfants comme futurs citoyens"
Certains ont cru devoir réagir au nom des "traditions réunionnaises" à une lettre du Recteur de l’académie de la Réunion rappelant, sans innovation notable, les règles de la laïcité républicaine dans les établissements scolaires. C’est méconnaitre à la fois les traditions réunionnaises, dont personne ne peut se prétendre le conservateur patenté, et notre commune règle laïque qui pour n’être pas juridiquement d’origine réunionnaise, a largement fondé notre "vivre ensemble" dans cette île qui porte le beau nom révolutionnaire de R-E-U-N-I-O-N.
 
Si notre tolérance religieuse ou inter-convictionnelle réunionnaise peut être vantée comparée à la situation d’autres pays, il paraît utile de rappeler d’où elle vient. L’on peut distinguer deux sources d’égale valeur.
 
D’une part, dans des conditions historiques et sociales parfois douloureuses mais partagées par le plus grand nombre, les réunionnais ont appris à faire se côtoyer et parfois se mélanger des croyances venues d’ailleurs, inventant ainsi avant l’heure un dialogue inter-religieux qui n’avait nul besoin de caution officielle, alors même qu’il pouvait heurter les préceptes de telle ou telle religion établie.
 
D’autre part, notre tolérance religieuse provient de l’école publique, laïque et obligatoire et de la loi de 1905 fondant notre laïcité républicaine.
 
C’est ainsi qu’un siècle après l’abolition de l’esclavage, au sortir de la 2ème guerre mondiale, sous l’influence notable de la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion, les Réunionnais ont choisi de sortir du régime colonial pour entrer dans la République avec ses promesses de liberté, d’égalité et de fraternité, et sa règle de la laïcité.
 
Sans doute, pour se concrétiser, et nous l’avons éprouvé, ces promesses ont besoin de notre participation, de notre engagement citoyen.
 
Faudrait-il, pour donner une suite à cet historique réunionnais et républicain, que chacun fasse sa propre école fondée sur ses croyances ou incroyances familiales ou sur ses pratiques religieuses ou culturelles? Faudrait-il renoncer, au nom des traditions, à former ensemble des citoyens capables de porter un projet commun? La Réunion serait-elle à l’abri de ces replis identitaires engendrant partout les extrémismes qui prétendent imposer leur loi au nom de la "souche", de l’origine, du sang ou de la "race", des "racines" ou de telle lecture archaïsante de préceptes religieux? Trouverait-on demain une lecture optimale des traditions réunionnaises dans l’essentialisation des différences, chacun se définissant d’abord comme de telle origine ou religion? Serait-ce la leçon à retenir de notre histoire singulière pour consolider notre vivre ensemble?
 
Ne serait-il pas plus sage, comme nous l’avons appris à le faire, d’éduquer en commun nos enfants et pour cela, de se départir dans l’espace public de l’école de tel ou tel signe distinctif pour reconnaître d’abord ce qui réunit nos enfants comme futurs citoyens et citoyennes et non comme représentants de telle ou telle communauté.
 
N’est-il pas temps de reconnaitre concrètement, sans distinction d’origine, de religion ou de conviction que nos enfants participent ensemble, selon l’expression de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, à la grande "famille humaine"? Serait-ce là une atteinte à nos "traditions", ou leur traduction actuelle librement consentie?
 
Contrairement à une formulation plus polémique que pacifiante, il n’existe pas une "laïcité à la réunionnaise". La règle laïque est la même pour tous, c’est ce qui garantit notre égalité et notre liberté en tant que citoyens.
 
Il ne s’agit pas de sauter sur sa chaise comme un cabri en criant "laïcité ceci, laïcité cela". Il s’agit de faire vivre, ici et maintenant, les valeurs et principes de la République. Cet engagement est non seulement conforme à nos traditions, il porte en lui un projet parfaitement "réunionnais".




1.Posté par klod le 18/03/2018 12:39

la laicité à l'anglaise qui tolère les signes extérieures religieux est un contre exemple . Croiser de jeunes chrétiennes avec une croix ostensible ou de jeunes musulmanes avec un foulard , ne m'a jamais posé problème. A distinguer du niquab et autre voile intégrale, cela va de soi ..........

2.Posté par Pierre Balcon le 18/03/2018 12:40

J'imagine que Dominique Rivière est contre l'héritage , terme qui renvoie bien à une" lignée biologique" .

Donc augmentons encore les droits de successions ( en ligne directe comme disent les "racistes" ) et rendons à l'Etat les biens des défunts qu'ils ont volés lors des générations précédentes à à collectivité !
Jean jacques nous explique bien qu'à l'origine de la propriété il y a un vol .

J'entends déjà les protestations .

Ah c'est quand même mon fils ou ma fille , va t on m'objecter .
Mais qu'est ce donc qu'un enfant si non un être lié à soi par des liens du "sang" .

L'attachement à l'héritage est sans doute la manifestation la plus probante de cet ancrage à la souche et aux racines .

Tout le reste n'est que bavardage .

Et je suis sûr que Dominique Rivière, issu du grande famille créole, n'est pas peu fier de ses racines.

Mais les racines c'est juste pour lui et les siens sans doute .

C'est comme ça que l'on fonctionne chez ces gens là .
Leur rêve : les ghettos pour l'entre soi et l'espace public pour tous les autres .
Allez voir comment ils vivent et vous vous rendrez compte qu'on s'y barricade derrière de lourds portails...

3.Posté par A mon avis le 18/03/2018 13:04

Vous écrivez :
"Contrairement à une formulation plus polémique que pacifiante, il n’existe pas une « laïcité à la réunionnaise ». La règle laïque est la même pour tous, c’est ce qui garantit notre égalité et notre liberté en tant que citoyens."

Vous avez parfaitement raison.
La laïcité n'a besoin d'aucun qualificatif.

Et c'est l'école publique qui est la plus apte à former l'esprit critique nécessaire à un citoyen responsable !

4.Posté par A mon avis le 18/03/2018 16:14

@ 2 Pierre Balcon : votre bavardage vous égare ! Que viennent faire les droits de succession dans cette affaire ?

5.Posté par A mon avis le 18/03/2018 16:19

@1 klod : tout dépend où et dans quelles circonstances sont portés ces symboles religieux, (et signes d'appartenance communautaire) ?
Tout est dans la nuance !

6.Posté par Pierre Balcon le 18/03/2018 20:46

à A mon avis

Ah ces profs qui ne comprennent jamais rien !
Faut donc leur faire la "philosophie à coup de marteau"
Les droits de successions sont des taxes perçues sur les transmissions de patrimoine .
Plus on s'éloigne de la lignée biologique directe et plus ils sont élevés
C'est donc probablement que la société reconnait quelque légitimité à la souche , vous ne le pensez pas ?

Quant au fond de la réflexion de notre ami des droits de l'homme , je suppose qu'il a beaucoup regretté l'URSS qui s'était efforcée d'abolir les frontières et les nationalités qui s'y protègent , les classes sociales et d'établir l'union internationale du prolétariat encore appelée la grande famille humaine des travailleurs solidaires.
A partir de 1991 l'histoire semble avoir donné tort à ceux qui voulaient précipitamment unifier l'histoire et nier les identités .
A Mon avis va encore objecter : ah oui mais c'était pas pareil. Le communisme c'était pas la bonne manière de fédérer .
Nous nous sommes en démocratie tandis qu'à Moscou ...

Les plombiers démocrates n'ont rien contre les polonais mais à la fin du mois ils se mettent parfois quand même à pester contre leur "patrie".

Je connais plein de défenseurs des droits de l'homme pour lesquels peui importe la nationalité de leur femme de ménage .mais qui n'apprécient pas qu'une nantaise vienne leur disputer leur amphithéâtre

7.Posté par A mon avis le 18/03/2018 21:30

@ 6 Pierre Balcon : bavardage pédant et hors sujet !

8.Posté par Gruchet Erik le 19/03/2018 08:57

Les croyances religieuses sont choses privées et n'ont pas à être étalées publiquement et encore moins dans l'école républicaine. Les religions, de par leurs différences, seront TOUJOUS facteurs de divisions entre les hommes sauf à être en situation de monopole absolu ce que souhaite intimement chaque religion ! La république, une et indivisible, est par essence laïque c'est à dire indépendante des religions. La laïcité constitue ainsi le plus grand dénominateur commun des français et permet seule l'unité de la nation. Faire du prosélytisme pour telle ou telle croyance à tel ou tel dogme de la foi conduit imanquablement à la rivalité et à la guerre entre les croyants. L'humanisme absolu de la laïcité fait au contraire de chaque homme un frère en humanité, en droit et en devoir. Il est la seule voie de la paix civile car il transcende les différences pour établir par la loi le respect fraternel et citoyen.

9.Posté par JANUS le 19/03/2018 09:44

Monsieur RIVIERE,

Je partage beaucoup des points de vue que vous citez ... Et tout comme vous je pense qu'il n'y a pas de "Laïcité à la réunionnaise" ...

Mais je suis intimement persuadé qu'il existe une "façon réunionnaise" de vivre la Laïcité ...

Vous me direz que je joue sur (ou avec les mots) ... Peut-être pas.

Je fais partie de ceux qui regrettent le courrier du Recteur aux chefs d'établissement scolaires ... Je considère qu'il est maladroit (même s'il rappelle la Loi) et ne règle aucun problème ...

Je soumets à votre sagacité, Monsieur RIVIERE, les cas suivants :

* Que feriez-vous si des élèves musulmanes venaient à l'école, avec une croix dans le cou ?
* Que feriez-vous si des élèves hindoues venaient à l'école avec un foulard sur la tête ?
* Que feriez-vous si des élèves chrétiennes venaient à l'école avec le bindi collé entre les deux yeux ?

Nous avons trois signes d'une religion, qui seraient portés de façon ostentatoire par des membres d'une autre religion ...

Ces élèves seraient "hors la loi" ?
Quel devra être le comportement des chefs d'établissement à leur égard ?

Comme vous le voyez, ces choses ne sont pas si simples que nous pouvons le croire ...

Je pense que le Recteur s'est trompé ... Il n'est pas trop tard pour le reconnaître et faire marche arrière ...

10.Posté par Grand Manitou le 19/03/2018 12:23

Et pourquoi les élèves doivent-ils renier leurs cultures sous prétexte de laïcité ? Pourquoi l'école ne doit-elle pas inclure toutes les cultures qui forment la nation en son sein ? C'est Emmanuel Macron qui avait déclaré qu'il n'y a pas de culture française mais plusieurs cultures en France...

Chaque élève doit pouvoir vivre avec sa culture, du moment que ce n'est pas imposé aux autres. Et non pas lui imposer la culture de la laïcité.

Un foulard musulman, une croix chrétienne, un bindi hindou ou un rien athée, sont des actes personnels qui n'obligent pas les autres à en faire autant et ne gênent personne. Chacun vit sa culture, la seule chose qui compte c'est le résultat scolaire.

Ce qu'il faut c'est interdire tout ce qui est imposé aux autres : le hallal, la non mixité, la propagande religieuse,...

Sinon, il va aussi falloir interdire à des élèves de porter leurs prénoms aussi à l'école. Il faudra leur imposer un nom laïc dans les établissements scolaires. Gabriel, Raphaël, Louis,... sont quelques prénoms à la mode en 2018 et sont des Saints chrétiens. Chez les Hindous c'est carrément les noms qui sont à connotation religieuse : Ramassamy (le Dieu Rama), Canabady (le Dieu Ganesh), Minatchy, Latchimy (des Déesses),... Le Recteur lui-même, Marimoutou, porte le nom d'une Déesse hindou très vénérée à la Réunion (Mariamen, Déesse de la pluie et de l'abondance) et son prénom Valayoudom est un des 108 noms d'un autre Dieu Hindou très vénéré, Muruga, en l'honneur de qui les Hindous fêtent le Cavady...

Faudra t-il aussi laisser les noms et prénoms religieux à la porte des établissements laïcs pour pouvoir y entrer ?

Et beaucoup de personnels de l'Éducation Nationale arrivent au boulot avec leurs voitures dans lesquelles il y a des signes religieux : croix, versets du coran, divinités hindoues,... Comment faut-il interpréter cet état de fait ? Signes religieux dans un bien privé ? Donc acceptation. Ou un bien privé avec des signes religieux dans un parking laïc ? Donc interdiction.

Arrêtez la psychose !

11.Posté par A mon avis le 19/03/2018 12:26

@ 9 JANUS quand vous dites :
"...il existe une "façon réunionnaise" de vivre la Laïcité ..".
je pense que vous avez tout à fait raison. Et le particularisme s'applique même à tous les établissements scolaires, en fonction de leur lieu d'implantation.

Ce qui amène à votre question :
"Quel devra être le comportement des chefs d'établissement à leur égard ?" (de ceux qui portent des signes religieux)
C'est la vraie question que se posent sans doute les chefs d'établissement.

C'est au Recteur qu'il faut la poser.
Qui vous répondra sans doute qu'il faut faire respecter la loi par le dialogue avec les élèves et leurs familles !

Mais il faut remarquer que, si des familles insistent pour que leurs enfants portent ostensiblement des symboles religieux, cela ressemble fort à de la provocation !

Qu'en pense Monsieur Rivière ?

12.Posté par Drogo le 19/03/2018 14:50

Zoreils, et tour a tour Mzungu, pinzut et étranger (Moyen Orient) le voile (fut-il intégral) la kippa et la croix ne me posent aucun problème . des prises de paroles intempestives dans la rue et des appels a des "manifestations" dans les lieux de cultes peuvent, le cas échéant, ma genre ... mais c'est selon les propos et la situation...
Nos enfants sont ce que nous en avons fait et surtout il ne faut pas demander d'intelligent au recteur (et a sa conseillère) du pire ministère que nous avons en France

13.Posté par Kayam le 19/03/2018 18:25

Nous sommes à La Réunion. Nos enfants sont d’abord éduqués par leurs parents ; la religion fait partie des premières bases dans une famille créole. Prières, messe, catéchisme, communions... Transmission de parents à enfants.

Porter des signes religieux est aucunement une gêne pour ces personnes car cela peut être :
- De la confiance en une foi
- De la force pour trouver une paix intérieure
- Du respect envers un « Dieu »
Tout cela mène à une croyance que rien ni personne ne peut ébranler

L’éducation républicaine vient bien longtemps après. Transmission des enseignants aux enfants.
Le poids de cet enseignement -la laïcité- ne pèse pas plus lourd. C’est pour un court laps de temps et les valeurs de la république ne sont pas prioritaires. Elles sont justes complémentaires. L’enfant passe plus de temps avec ses parents…
-----
Dans tous les cas, néanmoins, porter ces signes peut être également du fanatisme, de l’exagération car croyance multipliée dans une attente bien particulière. On peut ajouter aussi la violation des devoirs envers la république française ; les porter malgré l’interdiction.

On peut aussi jouer sur le « vivre ensemble » :
- où avant ce n’était pas interdit et aujourd’hui ça l’est
- pour quémander une grâce au nom de la réunion
- où cela ne me (vous) gêne pas plus que ça
- où la tolérance n’égratigne pas ce mode de vie
- où aussi les œillères y ont leurs places…

La même histoire va se répéter sans cesse. Il y aura toujours la question de comment faire respecter la laïcité. Les je suis pour, les je suis contre.

Où se situe la laïcité dans les cantines scolaires ? N’est-ce pas des signes religieux quand dans son plateau le musulman ne veut pas de porc, le malbar du bœuf ?

Et le mot (église Ste... de...) qu’on donne à signer (lol) au chrétien pour le vendredi saint, qu’il faut remettre à son établissement ? ------ Une intrusion d’un signe religieux distinctif dans une propriété publique d’enseignement, n’est-il pas…

14.Posté par VIEUX CREOLE le 19/03/2018 19:24

Monsieur Dominique Rivière ,je ne vous connais pas personnellement , Mais, j'ai entendu parler de vous et JE connais trés bien la C.E.S.E. et l'action qu'elle mène dans notre Département... J' APPROUVE DANS L'ENSEMBLE VOTRE DÉCLARATION avec un " petit bémol, sur la position du Recteur (Monsieur Valayoudom Marimoutou °) qui en fait , peut-être, un peu trop par" un prosélytisme intempestif " ...: Le "bindi" est aussi porté , quelquefois, par "coquetterie , par de jeunes filles qui ne sont pas "tamoules" ( j'en connais d'origines diverses ) à qui cela ne pose pas de problèmes ..."JANUS" (post 9 ) A RAISON! : "il n'y a pas de laïcité à la réunionnaise"! Il n’y pas non plus "une laïcité à la mahoraise" comme l'avait déclaré un Élu de l''Île aux parfums après la proclamation de la"Départementalisation " de celle-ci !!

Je "me fiche pas mal" que vous puissiez être " Un Descendant d'une Grande Famille Créole : " nous sommes en 2018 et non plus en 1700 ou 1800 !!! CE QUE LA TRÈS GROSSE MAJORITÉ E DE NOS COMPATRIOTES SOUHAITENT , C'EST QUE' LES REUNINNAIS SE COMPORTENT COMME DES "CITOYENS D'UNE RÉPUBLIQUE DEMOCrATIQUE ET LAÏQUE" !
-J'ai lu dans un Post ci-dessus , que nous devrions accepter "notre héritage" : mais de quel héritage s'agit-il??
Nous pouvons- et même avons raison- de refuser parfois certains héritages ! Des Enfants- ou autres héritiers- refusent ,i ci ou en Métropole , l'héritage qui leur revient ( c'est prévu par la loi !) ...
- Concernant notre "héritage colonial , il existe désormais grâce à Taubira" , "une LOI qualifiant "l'esclavage de CRIME CONTRE L 'HUMANITÉ " : Quel Parlementaire (ou Citoyen) OSERAIT , aujourd'hui , réclamer l 'abolition de cette Loi ?

- - Notre "Vivre-Ensemble" s'est constitue" au fil des siècles ,malgré les différences de nos origines ,de nos croyances , de nos cultures etc ...Il est cité en exemple par les touristes du monde entier Mais il mérite d'être amélioré encore : c'est une richesse qui a été possible ,grâce à notre Législation démocratique et Laïque qui , elle aussi doit évoluer DANS LE TEMPS ...

15.Posté par Grangaga le 19/03/2018 22:28

Laïk' èk' laïcité té y dwa mèm' pa èk'zisté dann' dik'syionèrr' Réyioné........
Nana in bann' domounn' la .....proliféré an Franss', avèk' l'èdd' dé gouvèr'neman Fransé, ke lavé bézwin la min d'èvv' gratwitt', la donn' a zot'....... zot' pié.
So mounn' ke la Franss' té y fé sanblan de ne pa warr'.......dan son mèrdd' ou.......séman son mèrdd', la kontini sèmm' la mèrdd' ziska po nou arivv' ou satt' nou lé zordi...........

"notre héritage" .......Mi krwa ou sa va tro lwin dann' .....z'is'twarr', Vieux Créole......
Si so l'éritaz' là lété sol'man......l'édikacyion noutt' paran la donn' a nou....d'apré satt' y védirr' Kayam'......
So ......Paran lavé, kan a zot' konm' édikacyion ke.........la bonn' parol' de l'évanzil'........
Pli partikilièr'man .....Lé Diss' Komand'man........vu ke zot' té y koné a pènn' lirr' é ékrirr'.........
Zot' té pa bézwin pliss' oté !!!!!!!
An se ki konsèrnn' Sinwa, Mal'barr', z'Arabb', Zorèy', Malgass'.......Ke zot' lé zoli ou vilin.......
Lo Bon.Dié la pa di èmm' a nou lé z'in lé z'ott'.........
An pliss' zot' la pwin lo mèm' koutimm' ke nou......
Lé gayiarr' si nou pé aprann' in pé z'afèrr' èk' zot'..........
Et a nou va amontt' a zot' satt' nou koné...........lo vivv' ansanm'........

Lé nouvo .....mo.........y sortt' ak'tièl'man.......y fo ès'péré, lé in l'éfé de modd'.
Es'péron ke noutt' Réyionèz'té y ar'pran lo déssi........déssi lo...."divizé po mié rénié"........
Lo prossin nom de..........La Réunion ????????????

16.Posté par Michel Billaud le 17/08/2018 14:41

Je partage entièrement ce point de vue et je retrouve le Dominique Rivière que j'ai côtoyé à la LDH. La laïcité n'a pas à être qualifiée et elle est le fondement de notre possibilité de vivre en commun malgré nos différences. Salut fraternel aux réunionnais.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes