MENU ZINFOS
Faits-divers

Tribunal sud : le profil des 7 prévenus reconnus coupables de détention d'images pédopornographiques


Ce mercredi, 7 personnes ont été présentées à un juge dans le cadre d’une comparution immédiate au tribunal de Saint-Pierre. Elles ont toutes été condamnées à des peines de 18 à 24 mois de prison.

Par P.Bigot - G.Dumuids - Publié le Mercredi 10 Novembre 2021 à 19:35

A Saint-Pierre, à Saint-Joseph, au Tampon ou encore à Saint-Louis, les 7 prévenus dans le sud sont arrivés menottés dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Saint-Pierre.

Certains en chemise et chaussures de ville, d’autres en t-shirt et savates. Les profils des prévenus, qui ne se connaissent pas, diffèrent. 

Agés entre 31 et 60 ans, tous comparaissent cependant pour détention et diffusion d’images à caractère pedo-pornographique dans le cadre d’une vaste opération menée par le centre de lutte contre les criminalités numériques situé à Pontoise mais aussi la section de recherches de Saint-Denis sur toute l’île. 

Dans le nord, trois personnes ont été jugées et condamnées à des peines avec sursis. Au total, 17 personnes ont été inquiétées dans cette affaire avec pour certains plus de 5000 fichiers téléchargés via la plateforme e-mule, un réseau peer to peer d’échange et de partage de fichiers. 

Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre s’est, lui, penché sur des profils pour lesquels les expertises psychologiques ont démontré des niveaux de dangerosité modérée ayant développé "une fantasmatique pédopornographique" pour la plupart plus ou moins ancienne. 

"Je pense que j’ai une certaine perversité"

Thomas*, 46 ans, casier judiciaire vierge, est célibataire. Ce père d’un enfant de 22 ans, sans emploi, a téléchargé 353 fichiers pédopornographiques sur son ordinateur dont des vidéos particulièrement choquantes de viol d’enfants et de bébés. L’homme apparait très peu inséré dans une vie sociale et depuis 2017 visionne régulièrement du contenu pornographique. 

Damien*, 53 ans, célibataire, a un enfant avec qui il n’a pas de contact. Cet électricien a quatre mentions à son casier judiciaire pour des délits routiers. L’homme, ancien alcoolique sevré depuis plus de 2 ans, a téléchargé 474 fichiers. Il reconnaît une addiction au sexe. " Je suis accro au cyber sexe en tout genre sauf ce qui concerne la zoophilie. Je pense que j’ai une certaine perversité", admet-il face au tribunal.

Autre profil: celui de Fréderic*, 31 ans, qui vit en concubinage et est père de deux enfants. Sans emploi, allocataire de l’AAH, il a téléchargé 191 fichiers et tente d’expliquer au tribunal qu’il a commencé "par curiosité et c’est devenu ensuite une addiction". 

Paul*, 50 ans, père de famille, marié, est cadre dans un supermarché. L’homme est le seul à nier les faits. 597 images ont été téléchargées sur son ordinateur. Le quinquagénaire assure ne pas savoir d’où proviennent les fichiers. Pourtant Paul a utilisé "teen" ("jeune", ndlr) ou encore "petite" comme mots clés dans le moteur de recherche de la plateforme. 

Des "vidéos et des images qui soulèvent le coeur"

Durant l’audience, la vice-procureure est déterminée à faire prendre conscience à chacun des prévenus la gravité de leurs actes. Une gravité qui nécessite certes des soins et de les ficher surtout en tant que délinquants sexuels. Pour leur en faire prendre conscience, la représentante de la société n’hésite pas à décrire le contenu des images voire même à montrer les photos. Des "vidéos et des images qui soulèvent le coeur", qui ne relèvent pas "du fantasme et du virtuel",  face à des "personnes qui trouvent du plaisir en visionnant des viols", fustige-t-elle. 

"Internet n’a jamais autant permis d’accéder à ce genre de contenus illicites", souligne Me Emeline K’Bidy. Reste la violence des images téléchargées qui mettent en scène des enfants en pleurs.  A la question de savoir comment peut-on regarder, la robe noire en soutien de Thomas avance l’explication de "l’ambivalence", ressentir à la fois du dégoût, du désir mais aussi de la honte et de la souffrance. Aussi "il faut certaines capacités d’introspection pour voir que derrière ces vidéos il y a des enfants qui souffrent". 

Le bâtonnier Normane Omarjee s’est appuyé sur un sondage réalisé sur un site légal de contenu pornographique pour expliquer que le mot "teen" fait partie des mots-clés les plus recherchés sans pour autant tomber sur de la pédopornographie. Pour la défense de Paul, il pointe également l’imprécision de la citation. En vain.

Les 7 prévenus ont tous été reconnus coupables de l’ensemble des faits reprochés. Un a été condamné à 2 ans avec sursis probatoire durant 24 mois. Les 6 autres ont été condamnés à 18 mois assortis d’un sursis probatoire de 24 mois.

Ils ont tous reçu une obligation de soins, une interdiction d’exercer une activité en lien avec des mineurs. Ils sont également inscrits au Fijais, le Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes. La confiscation des scellés, autrement dit des ordinateurs sur lesquels ils se connectaient et collectaient des images, a également été prononcée.




1.Posté par Asticot le 10/11/2021 22:44

Difficile d'être un enfant en France. Certains veulent les violer. D'autres veulent les masquer et les piquer. Et il y en a qui veulent faire les trois.

Il faudra rétablir la peine de mort tôt ou tard. Si elle n'empêche pas la commission de l'acte, c'est une peine qui a le mérite d'empêcher la récidive.

2.Posté par Anne Mangue le 11/11/2021 04:49

c'est écoeurant et choquant

3.Posté par cyclope exalté le 11/11/2021 11:58

Le dénominateur commun de tous ces profils est d'avoir un Q.I. plus que bas, se servir de la mule pour des trucs illégaux c'est plus que débile, le darkweb c'est pas fait pour les chiens !

4.Posté par Ben oui le 11/11/2021 09:47

À Asticot, la peine de mort peut être contre-productive, je m’explique: Dans le cas de disparition d’enfants et lorsqu’on a le criminel sous la main, il faut qu’il parle car bien souvent malheureusement on ne retrouve même pas les corps. Donc tuer ces salopards peut anéantir tout espoir pour les parents, ne serait-ce que pour faire leur deuil. Et puis permettre aussi de solutionner d’autres affaires. Par contre une perpétuité vraie, sans aucune possibilité de sortir de prison, là je suis d’accord.

5.Posté par Louane974 le 11/11/2021 18:28

Plus ils sont vieux plus ils sont dangereux, c'est pour cela que je n'ai jamais eu de confiance envers les personnes âgés.

6.Posté par Mme Kieffer le 11/11/2021 22:20

Ils sévissent partout avant de se faire attraper, les curés, (on n'a plus confiance en les curés).Qui aurait dit qu'il y en avait autant chez les pretres, de générations en générations?personnes.
Difficile de séparer l'ivraie du bon grain.Il se pourrait que celui avec qui on dort est de ce calibre, on ne le sait pas, nous les femmes, on découvre, ....beaucoup sont dans ce cas.
C'est trés difficile pour nous les femmes de choisir un compagnon, surtout si on a des enfants, on ne sait pas s'il est là pour nous, ou pour nos enfants?çà à notre époque, cela existe, plus qu'on ne le croit.En un mot, c'est une époque difficile que nous vivons tous.

7.Posté par Plikomplikęksa le 12/11/2021 07:18

'' 4.Posté par Ben oui le 11/11/2021 09:47 ''
Perpétuité réelle avec ces phénomènes comme pour Abdeslam dont les extras de l'incarcération qui coûte 430 000 par an, non merci.
Estelle Mouzin ça te dit ? Le fourniret est crevé à 80 ans, il n'a rien voulu dire. La justice a fait fouiller la presque totalité des forêts du nord, rien trouvé.
Sinon, je pense qu'il faut leur couper la zigounette comme les eunuques, et les mettre aux travaux d'intérêt général long.
Ensuite, 330 000 enfants ont été carrément violé par les curés, je ne vois pas les mesures prises par le gouvernement à l'image de ce qu'il fait contre les musulmans.

8.Posté par Plikomplikęksa le 12/11/2021 07:44

'' 6.Posté par Mme Kieffer le 11/11/2021 22:20 ''
Nancy :
L'enseignante écrouée est accusée de s'être "filmée en train de faire des actes de nature sexuelle sur ses deux enfants".
Pau : Une institutrice d’une école privée mise en examen pour viols et agressions sexuelles sur des enfants.

Pakeu, pakeu, pakeu, !!!!!!!!!!!!!;

9.Posté par Plikomplikęksa le 12/11/2021 07:44

'' 6.Posté par Mme Kieffer le 11/11/2021 22:20 ''
Nancy :
L'enseignante écrouée est accusée de s'être "filmée en train de faire des actes de nature sexuelle sur ses deux enfants".
Pau : Une institutrice d’une école privée mise en examen pour viols et agressions sexuelles sur des enfants.

Pakeu, pakeu, pakeu, !!!!!!!!!!!!!;

10.Posté par Plikomplikęksa le 12/11/2021 07:49

'' 5.Posté par Louane974 le 11/11/2021 18:28 ''' heu! Même à 4 ans
Les faits se seraient déroulés à la mi-septembre dans une école maternelle du 13e arrondissement de Paris. Une main courante a été déposée en début de semaine pour un « viol en réunion » sur une fillette scolarisée en moyenne section dans une école de la capitale, a-t-on appris de sources concordantes, confirmant une information du Parisien. L’enfant a rapporté avoir été isolée par trois camarades du même âge dans la cour de récréation. Ces derniers lui auraient retiré ses vêtements avant de pratiquer une pénétration digitale.

11.Posté par couleuvre le 12/11/2021 05:34

Tout homme mérite d’être défendu c’est même l’honneur de notre justice et de notre humanité. En revanche est il réellement nécessaire de défendre ces accusés sous l’angle du vice de procédure . C’est une défense Plus vice que le vice surtout dans le cadre d’une affaire internationale . Allé marché

12.Posté par Tizane le 12/11/2021 13:10

Post 11
Il faut bien comprendre que « défendre » (on dit aussi assister) ce n’est pas nier la faute, ni l’excuser. C’est d’abord vérifier sa réalité et si elle apparaît à l’évidence, participer à la compréhension des faits et du justiciable.
Comment peut-on juger sans avoir compris l’homme et le crime (ou délit).
Une bonne justice ne peut être rendue sous le coup de la colère ou de la peur qui nous font exprimer nos plus bas instincts.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes