MENU ZINFOS
Faits-divers

Transmission volontaire du VIH : 12 ans requis à l'encontre d'Eric M.


Eric M. est jugé depuis ce jeudi pour avoir transmis volontairement le virus du Sida à une jeune femme en 2002. La question cruciale de la préméditation était au centre des débats. Lors de la dernière journée de ce procès, l'avocat général a requis 12 ans de réclusion à l'encontre de l'accusé.

Par - Publié le Vendredi 13 Mai 2022 à 10:02

Eric M. encourt 15 ans de réclusion criminelle
Eric M. encourt 15 ans de réclusion criminelle
Ce vendredi se tient la dernière journée du procès d'Eric M., accusé d'avoir délibérément transmis le VIH (virus provoquant le Sida) à une de ses compagnes en 2002.

Tout au long des débats, il a été question de la préméditation de cet acte dont la transmission par l'accusé ne fait aucun doute. Si le quadragénaire se retrouve une deuxième fois devant une cour d'assises, c'est à cause des propos qu'il a tenus en 2006 dans le cadre d'une garde à vue pour des faits de viol.

Un calvaire depuis 20 ans

Dans le cadre de l'instruction de cette affaire, le mis en cause avait eu ces mots très durs, évoquant le décès de la mère de ses enfants : "J'ai la haine, sa mort a encore plus accentué ma rage. J'ai encore plus envie de vengeance. Je ne mets pas de préservatif car je veux que quelqu'un ait le Sida comme moi. C'est une femme qui me l'a filé, c'est pour ça que c'est une femme à qui je dois le donner", avait déclaré l'accusé.

Ce vendredi, au soutien des intérêts de la partie civile, Me Marie Briot a décrit sa cliente comme une femme fréquemment malade aux prises avec une maladie qui ne la quittera plus jamais ainsi qu'une famille confrontée à la mort possible d'une des leurs. "Elle se débat depuis 2009 pour que son statut de victime soit reconnu. Elle est venue chercher la reconnaissance de son calvaire depuis 20 ans" plaide la robe noire.
 

Une partenaire décédée dans le passé

"L'accusé ne pouvait pas ignorer qu’il pouvait transmettre. Il a eu dans le passé une partenaire qui en est décédée", reprend l'avocat général. Pour Ghautier Poupeau, l'intentionalité des faits est ainsi prouvée. Tout comme le lien de cause à effet - le rapport sexuel entre Eric M. et la partie civile - le médecin-expert a prouvé que les deux souches du virus étaient identiques.

À l'attention des jurés, le représentant de la société a ensuite démontré que la victime souffrait désormais d'une infirmité permanente : "Elle est soignée mais elle ne sera jamais guérie. Vous devez la considérer comme étant dans un fauteuil roulant , c’est ça son quotidien".

Quant à la préméditation, l'avocat a comparé le crime d'Eric M. avec celui d'un homme "ayant acheté une arme et reconnu le terrain avant de commettre l'irréparable."
 

Il suffisait de mettre un préservatif

Au fond, avance le ministère public, "Eric M. a un sentiment de vengeance vis-à-vis des autres qui est omniprésent. Il suffisait qu’il mette un préservatif et la question était réglée. Sa volonté de transmettre est évidente, il suffit de reprendre les déclarations qu'il a faites en 2006, lors de son précédent procès".

Pour toutes ses raisons, le parquet général requiert 12 ans de réclusion criminelle.

La parole est à la défense représentée par Me Julien Baracco.


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes