Courrier des lecteurs

Transition malgache 2013: Lobbyng américain pour dénouer le processus électoral ?

Lundi 8 Juillet 2013 - 09:31

Coïncidence du calendrier le 26 juin 2013, jour de fête nationale malgache, boycottée à Antananarivo par les grandes chancelleries, parallèlement à la 7e réunion  du GIC-M à Addis-Abeba…

APRES LA FETE…
«Après la fête, on gratte la tête » : cette expression fait référence à la période de vaches maigres suivant chaque année la fête nationale malgache du 26 juin en période d’hiver austral, marquée par les fêtes de circoncision des petits garçons et  les cérémonies de « famadihana » -retournement des morts- sur les hautes terres centrales.
Cette année, la période de vaches maigres risque de tourner à la disette dans plusieurs des 22 régions de la grande île, suite aux effets dévastateurs des criquets et du manque de pluies dans certaines zones greniers à riz du pays: ainsi, la FAO estime les pertes en production rizicole à 630.000 T soit environ 25% de la demande totale en riz du pays, tandis que l’importation de riz enregistrée entre Janvier et Mai 2013 est évaluée à un niveau record d’environ 127.390 tonnes contre 115.390 tonnes à la même période en 2012 (source: Orange.mg 28 juin 2013).
La population malgache peut donc s’attendre à de nouvelles hausses du coût de la vie, à commencer par le prix du riz –aliment de base traditionnel – et la hausse probable du prix des hydrocarbures.
Parallèlement aux effets des cataclysmes naturels, le Trésor public sonne l’alarme depuis plusieurs mois concernant l’impact de la crise politique sur le manque à gagner des recettes de l’Etat : seul point positif au tableau, la banque Centrale de Madagascar affiche un niveau de réserves en devises de 1021,3 Millions de dollars US en 2010, contre 981,6  Millions de dollars US en 2009 !

REUNION DU GIC-M
Le 26 juin dernier  - date de célébration du 53e anniversaire de la République malgache - a été marqué par le boycott massif des grandes chancelleries au traditionnel défilé des forces armées au stade de Mahamasina et au banquet offert au palais d’Iavoloha par Andry Rajoelina, président de la transition mis en place depuis le 21 Mars 2009.
Tout ceci à cause de l’entrée en lice hors-délais du désormais candidat-président Andry Rajoelina, qui aurait dû par ailleurs déposer sa démission 60 jours avant la date fixée du premier tour de la présidentielle au 24 Juillet 2013.
Mais d’après le communiqué du Groupe international de contact sur Madagascar (GIC‐M) à l’issue de sa 7ème réunion à Addis-Abéba, le 26 juin 2013 (à lire sur http://www.madagascar-tribune.com/Pas-d-election-le-24-juillet-la,18895.html), Andry Rajoelina n’est pas le seul acteur mis en cause par la communauté internationale, qui déplore « la décision politique de la Cour électorale spéciale (CES) de Madagascar, qui a violé les lois nationales malgaches en validant les candidatures illégales de Lalao Ravalomanana, de l’ancien Président Didier Ratsiraka et d’AndryRajoelina, Président de la Transition, et celles d’autres acteurs politiques […] non conformes à la loi et aux dispositions pertinentes de la Feuille de route. »

NOUVEAU REPORT
En conséquence, l’impression du bulletin unique en Afrique du Sud a du  être suspendue, en attendant que les trois candidatures incriminées soient retirées de la liste : ce qui équivaut à un nouveau report de la date du scrutin, compte tenu de ces nouvelles contraintes politiques et logistiques.
Or les injonctions de la communauté internationale sont très mal perçues par l’opinion publique et la classe politique malgache, qui crie à l’ingérence et au droit à la souveraineté nationale.
Les trois candidats refusant de retirer leurs candidatures officialisées par la CES, la CENIT –Commission Electorale Nationale Indépendante de la Transition – est donc contrainte de fixer une nouvelle date du scrutin, de concert avec les experts de l’ONU, probablement à l’issue d’une réunion conjointe le 15 Juillet prochain.

PRAGMATISME AMERICAIN ?
Seule éclaircie  au tableau, la déclaration d'Eric Wong - chargé d'affaires de l'ambassade des États-Unis à Mada¬gascar - lors de son discours de commémoration officielle de la 237ème année de l'indépendance de ce pays, indiquant  que  « Les États-Unis ne vont pas juger d'avance une quelconque élection », et que « nous soutenons le droit du peuple malagasy de choisir son dirigeant dans le cadre d'une élection libre, juste et crédible » (à lire sur http://www.lexpressmada.com/presidentielle-madagascar/44507-les-etats-unis-pour-une-election-open.html).
Ce nouveau discours pragmatique est interprété par la classe politique malgache comme un aval à la liste actuelle des 41 candidats, pomme de discorde avec la communauté internationale et facteur de blocage pour l’édition du bulletin unique à au moins sept millions d’exemplaires : quand on sait que l’impression dudit bulletin ne peut être assurée par les imprimeries locales à brefs délais, la position américaine ouvre de fait une porte de sortie pour la CENIT, toujours déterminée à faire passer la présidentielle en Août ou Septembre prochain, pour clore la crise et la transition politique malgaches.
On attend donc les effets du lobbying américain qui, rappelons-le, avait été déterminant en 2002 avec la reconnaissance en premier du régime de Marc Ravalomanana bien avant la France, qui s’aligne jusqu’ici sur les résolutions du GIC‐M pour un retrait pour le moins improbable des candidatures de Lalao Ravalomanana, Didier Ratsiraka et d’AndryRajoelina…

Par Adygasy-systemD  le 05  juillet 2013
Lu 107201 fois




1.Posté par J-L Gajac le 08/07/2013 12:39

Encore une manipulation de l'info par Adygasy-System D. je ne vais pas faire un aussi long discours, il suffit que les lecteurs découvrent ci dessous la déclaration de Eric Wong pour se demander à quel jeu joue Adygasy-System D.
La presse malgache et celle qui à l'étranger recopie bêtement certains de ces articles, sont vraiment touchées profondément par la désinformation :

voici la partie de la déclaration américaine éludée par ce AG-SystD :

" Les États-Unis soutiennent un processus électoral qui accepte tout candidat remplissant de manière légitime et juste les conditions légales pour la candidature, telles que prévues par les lois en vigueur à Madagascar, et conformément à l'esprit et la lettre de la Feuille de route de la SADC "

Cette omission volontaire n'a pour but que d'essayer d'éviter d'analyser plus en détail la position américaine qui soutient envers et contre tous le couple ultra-libéral Ravalomanana.

En effet, ces coquins mais intelligents et manipulateurs de Yankees savent pertinemment que les présidentielles risquent d'être reportées après les législatives et sans doute le délai de 6 mois de résidence des candidats à la présidentielle sera alors dépassé et Mme Ravalomanana deviendra éligible à leurs yeux. Ils anticipent simplement. Cette réflexion, vous ne la trouverez nulle part à Madagascar. Pourquoi ?

Autre chose, qui a à voir avec la confusion entre inclusivité et impunité, il faut se demander aussi pourquoi la classe politique derrière la CES dans son ensemble à Madagascar a fermé les yeux sur inéligibilité en Droit du couple Ravalomanana, pour la simple raison d'absence du document de quitus du Trésor que chaque candidat doit fournir lors de son inscription : Le couple Ravalomanana, fusionnel et solidaire au point que c'est le mari qui a signé l'engagement (devant le Pdt en exercice Kikwete de la SADC) de sa femme à ne pas faire de politique, est loin d'être à jour de ses dettes aux impôts à Madagascar qui sont énormes, sans parler des détournements et nombreux délits et amendes à payer, dans les procès passés (et à venir !).

Que AdyGasy-SystemD, s'il est un organe d'infos honnête, me réponde sincèrement : est-ce que Mme Ravalomanana a fourni ce quitus du Trésor ? Oui ou non. AG-SystD est il pour l'impunité, oui ou non ?

Je rappelle qu'en 2002 ainsi qu'en 2007, Ravalomanana était inéligible en Droit, selon les articles de la Constitution Malgache, car Ravalomanana était toujours PDG en exercice de ses entreprises, sans parler des milliards détournés et centaines de manoeuvres frauduleuses pour s'emparer des marchés et biens publics. Même avant d'avoir détourné le moindre Ariary, ne serait-ce qu'en DROIT CONSTITUTIONNEL, Ravalomanana était inéligible. Alors pourquoi les Malgaches, fatigués on les comprend des exactions de Ratsiraka, ont ils fermé les yeux sur la violation des articles 43 et 49 par Ravalomanana, pour ensuite s'étonner des crimes qu'il a commis par la suite ? Les français aussi votent pour des voyous ultra-libéraux puis s'étonnent d'être pillés et de s'appauvrir. Pourquoi ce faible niveau de politisation populaire, cette propension des moutons à voter pour des loups revêtus de peaux de mouton ?

Pour mémoire, voici les articles :

Article 43 Les fonctions au service des Institutions de l'Etat ne peuvent constituer une source d'enrichissement ni un moyen de servir des intérêts privés.

Article 49 Les fonctions de Président de la République sont incompatibles avec toute fonction publique élective, toute autre activité professionnelle et toute activité au sein d'un parti politique ou d'une organisation politique.

Adygasy-SystemD, travaillez sur ces points avant toute chose et vous y gagnerez en crédibilité.

2.Posté par Adygasy-systemD le 08/07/2013 16:17

Merci du commentaire et quelques ajouts explicatifs de ma part :
1) « La position américaine qui soutient envers et contre tout le couple ultra-libéral Ravalomanana» :
- en effet, les USA ont soutenu Ravalomanana dès 2002 et même en 2009, l’ambassadeur US était en première ligne pour tenter de faire passer le directoire militaire (les vidéos de la journée du 17 Mars 2009 le montrent clairement), mais les sous-officiers du CAPSAT et le staff de Rajoelina en ont décidé autrement (par le moyen du « transfert de pouvoir » des généraux à Andry Rajoelina, rédigé dans la soirée du 17 Mars par les soins de Norbert Lala Ratsirahonana) :
- pour le report de la présidentielle après les législatives, le débat est encore ouvert car la décision revient à la CENIT assistée par les « experts internationaux » qui devrait statuer durant la 1ère quinzaine de ce mois de Juillet = Andry Rajoelina a déclaré lui-même avoir plaidé depuis longtemps pour « les législatives d’abord » mais se porte malgré tout candidat de dernière heure pour cette « présidentielle d’abord » !
- avec le report de fait du calendrier électoral, Lalao Ravalomanana deviendrait « éligible » quant aux 6 mois de résidence, mais comme vous le signalez, le mystère persiste demeure sur les documents fiscaux produits par celle-ci et notamment le quitus du Trésor auprès du greffier de la CES.
D’où les termes du communiqué du GIC‐M qui déplore « la décision politique de la Cour électorale spéciale (CES) de Madagascar […] » à propos de l’acceptation dudit dossier (incomplet ?) de Mme Lalao Ravalomanana par la CES avec pour argument « l’apaisement politique » ??
2) Tout ceci excuse-t-il le choix d’Andry Rajoelina de renier sa déclaration de non-candidature présidentielle, et son dépôt de dossier en catimini et hors délais, bien après la clôture légale le Dimanche 28 Avril 2013 à 17 heures ?
3) En conclusion de ces 2 points:
* rien ne dit que les électeurs malgaches feront confiance à ces deux candidats, pour la simple raison qu’ils font tous deux usage de la loi comme bon leur semble ;
* et comment faire confiance aussi à la CES, déjà soupçonnée de produire les résultats souhaités par Andry Rajoelina, en tant que président-candidat « déjà assuré de sa victoire » selon ses dires: tout ceci est du déjà vu et archi-vu à Madagascar !!

3.Posté par J-L Gajac le 08/07/2013 17:13

Vous vous trompez sur la manipulation des résultats puisque les moyens ont été mis pour sécuriser davantage la fiabilité des résultats, donc pas d'urnes transportées et échangées en hélicoptère et surtout le bulletin unique, une grande première qui empêchera les candidats riches de s'arranger pour que les bulletins de l'adversaire ne parviennent jamais aux bureaux de vote. Aucune élection n'a pu être légitime puisque même les cartes électorales ou le recensement des votants n'ont jamais été assurés comme aujourd'hui. N'oublions pas que c'est Rajoelina qui a lancé dès avril 2009 les opérations sur les listes électorales (on a tous oublié Blanche Nirina Richard ou quoi ?)

Vous savez fort bien que Razafindravahy le PDS de Tananarive est le candidat officiel du TGV et que si Rajoelina s'est présenté in extrémis c'est parcequ'il a appris que la CES allait valider la candidature illégale de Ratsiraka et de Lalao Ravalomanana. C'est pourquoi il fallait absolument affirmer la souveraineté de Madagascar en frappant fort face à ce coup électoral. Rajoelina souhaitait vraiment retirer sa candidature mais Ravalomanana n'a pas voulu retirer la sienne, donc Ravalomanana a trahi sa parole et non pas Rajoelina. Un peu facile les argumentaires tronqués.

Quant à la CES, depuis des années avant la prétendue communauté Internationale, versatile et manipulatrice, n'a cessé de claironner partout INCLUSIVITE et de reconnaître Rajoelina comme Président de la Transition. Maintenant ils aboient et hurlent à la mort parce que la CES a fait de la pure "inclusivité" selon les consignes tordues de la SADC !

Enfin, on pourrait en parler des heures, mais le problème avec les malgaches c'est qu'ils pardonnent toujours en oubliant le mal fait, voilà pourquoi les mêmes corrompus viennent, pillent et reviennent et recommencent. Même l'Eglise s'y met pour remettre en selle la corruption sous prétexte de pardon. Ils confondent vite pardon, réconciliation et impunité, c'est loin de ressembler à ce qui se fait en Afrique du Sud. Razanakolona doit rêver d'une place de cardinal et de refaire les exploit de Desmond Toutou, mais il n'en prend pas le chemin.

je pense effectivement que les USA peuvent changer de poulain, mais il faut voir çà avec les Français car çà se concurrence un peu quand même. Pierrot ferait un bon politicien achetable, d'où l'urgence manifestée par la France et l'Empire US de mettre en selle n'importe qui pourvu que ce ne soit pas un souverainiste.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Octobre 2019 - 14:00 Cher Monsieur Le Président

Mardi 15 Octobre 2019 - 10:37 Collapsologie et économie