MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Touch pa nout lang


Par Marie-Hélène DOR - Publié le Dimanche 5 Juillet 2015 à 08:19 | Lu 899 fois

Touch pa nout lang
Après plus de 15 ans de blocage, la Charte Européenne des Langues Régionales pourrait être enfin ratifiée par le gouvernement français. Cette charte vise à reconnaître la diversité des langues régionales pratiquées dans notre pays, à graver dans le marbre leur appartenance à notre patrimoine et au delà, à engager des initiatives, notamment en matière d'éducation.

La FSU qui s'est battue pour obtenir que le créole puisse être enseigné dans notre département, ne peut que saluer cette avancée qui devrait contribuer à une meilleure reconnaissance. Le créole réunionnais est la langue maternelle d'une écrasante majorité des élèves de l'académie , dans le cadre des apprentissages il est un outil précieux de lutte contre l'échec scolaire, c'est aussi un formidable tremplin vers d'autres langues puisque c'est par comparaison avec sa langue maternelle qu'un élève peut espérer acquérir la maîtrise d'une langue étrangère ou d'une langue "seconde" comme le français.

Pour y parvenir, il est nécessaire que cette langue maternelle soit enseignée, de même qu'est enseigné le français à des élèves francophones.

Cependant l'enseignement du créole est encore regardé avec scepticisme ou condescendance et n'est offert en option que dans trop peu d'établissements scolaires.

Il faut se rappeler que l'introduction de l'enseignement du créole dans nos écoles, collèges et lycées est le fruit d'un long combat soutenu par la FSU et qui s'est traduit en 2001 par la création d'un Capes LVR (Langue Vivante Régionale), l'augmentation substantielle du nombre d'habilitations LVR pour le primaire (200 PE aujourd'hui contre 27 en 2007), l'introduction d'un module LVR à l'ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l'Éducation) qui permet à tout nouvel enseignant de se familiariser avec les particularités de l'enseignement en milieu créolophone.

Mais, alors que le gouvernement français s'apprête à ratifier la Charte Européenne des Langues Régionales, paradoxalement ce dernier prépare minutieusement l'extinction de l'enseignement du créole au travers de sa réforme du collège imposée contre la volonté d'une écrasante majorité d'enseignants.

En effet, l'option LVR proposée dans quelques collèges actuellement va disparaître au profit d'un EPI* "Langues et cultures régionales et étrangères" qu'aucun collège n'aura l'obligation de mettre en place puisqu'il s'inscrira, comme les autres EPI, dans la part d'autonomie laissée à la libre appréciation des établissements. Dans un contexte de réduction des dépenses, il y a fort à parier que les choix opérés sacrifieront cet enseignement.

Une attitude aussi contradictoire oblige à s'interroger sur les objectifs réels et la sincérité du gouvernement. On est en droit de se demander si cette signature, bien loin de traduire des convictions, n'est pas simplement consentie par alignement sur les directives européennes d'autant plus volontiers que ses conséquences sur la réalité de l'enseignement seront minimales.

* Enseignement Pratique Interdisciplinaire

FSU RÉUNION




1.Posté par comouniké le 05/07/2015 13:04

pourquoi écrire en français et pas dans ta lang ?

2.Posté par moin la di le 05/07/2015 13:56

Post 1 au lieu d'écrire ce que tu crois intelligent gard' solmen zust à coté comment marmaille y démerde en anglais Français allemand ausi tank boug kom ou y veu fé lo francais rienk avec le verbe avoir et être au passé présent et futur nu arrive à pa la gare

3.Posté par KLD le 05/07/2015 14:47

le post 1 est bien à 'image du mauvais esprit et de la condescendance existante ds ce "dom" sur le créole , triste réunion !

4.Posté par L'Ardéchoise le 05/07/2015 17:17

J'aime le créole réunionnais.
Mais en même temps, comment peut-il devenir une langue sans quelques incontournables d'écriture du mot, de grammaire, d'expression ? Tant que cette "langue" ne les possède pas, elle reste comme par chez nous et dans plein de coins de France, une sorte de dialecte, de patois, et croyez-moi ou non, sans aucun mépris.
Nous avons un patois, nous n'en avons pas honte.
Et puis il y a aussi l'occitan, langue bien plus structurée.

Hélas, pour exemple, tant le 1 que le 2, avec pourtant des commentaires qui ne vont pas dans le même sens, montrent à quel point le problème n'est pas résolu !
!!!

5.Posté par Jacques AFER le 05/07/2015 19:41

La langue créole doit être défendu et enseigner dans les écoles c'est aussi la survie
et la production durables de cette population dans la préservation de sa langue
et de son identité créoles

6.Posté par maçonnerie le 05/07/2015 19:55

le créole n'est pas un patois.. on va pas refaire le film l'ardechoise !

7.Posté par Oscar DUDULE le 05/07/2015 21:26

Pour ratifier la charte des langues régionales, j'y suis favorable, il faudra modifier l'article 2 de la constitution. Pour cela deux possibilités : Un référendum oui un vote du congrés de Versailles avec les 3:5 d'avis favorable.:

8.Posté par Pat 974 le 05/07/2015 21:48

pat974
Notre créole n'est pas un patois. Mais un meltingpot de langue organisé des différentes origines de la création de notre ile jusqu'à nos jours.
Français "colon et autre protestant et briguant" "breton ,chti ,basque, auvergnat, occitan" Zarabe pakistanais"du commerce", Indien malbar "dans l'agriculture, Chinois "de la restauration et du commerce"du Vietnam "ancienne Indochine et Cochinchine",Malgache, Africains et Comoriens "dans l'entretien et le service". Cette cohabitation devaient dans tout les cas s'entendre. Il ne s’écrit pas. Mais se parle exclusivement.
Et pose aujourd'hui un gros problème dans la compréhension de l’écriture du français.

9.Posté par Vous mentez très mal, Mme Dor ! le 06/07/2015 10:19

Vous avez vu comme votre nez s'est allongé, le temps d'écrire votre prose ?

Le créole n'est plus la langue parlée par les jeunes Réunionnais dans leur grande majorité.

Si les jeunes Créoles ne parlaient plus du tout créole dans une dizaine d'années, cela ferait du tort à qui ?

Si La Réunion ne comportait plus d'illettrés dans une vingtaine d'années, cela ferait mal à qui ?

Et, de surcroît, ce n'est même pas le créole que l'on veut enseigner mais son médiocre double, le kréol.

Allez jouer cannettes ou allez dormir, Mme Dor !

10.Posté par Boa Bill le 06/07/2015 18:42

4.Posté par L'Ardéchoise le 05/07/2015 17:17

Tiens ! L'autre goyave de france nous est revenue !

11.Posté par polo974 le 07/07/2015 15:38

Juste pour info, l'unité des grands pays s'est faite par l'usage d'une ou deux langues bien ancrées / structurées.

L'usage systématique de langues locales ne peut que maintenir l'isolement des usagers exclusifs de ces langues (le plus drôle est le breton qui n'était plus connu que par quelques % de relativement vieux breton(e)s).

Le maintient du créole ne doit pas se faire en opposition avec le français. Les parents qui refusent d'apprendre le français à leurs enfants ne leur rendent pas service, et cela depuis le plus jeune âge. Tout comme les parents connaissant le créole qui ne l'enseignent pas à leurs enfants les privent d'une richesse.

12.Posté par SIMPLE REUNIONNAIS LAMBDA le 07/07/2015 23:14

BONNE QUESTION " POST 1 " "(comouniké" ) !! CE QU'ON APPELLE " LANGUE CRÉOLE" , EST "UNE LANGUE VERNACULAIRE ORALE" ! L'ORTHOGRAPHE INVENTÉE PAR " LOFFIS EST DIFFICILEMENT COMPRÉHENSIBLE SI L'ON VEUT ÉCRIRE UN TEXTE , EN " CRÉOLE" PRÔNÉ DE SES DÉFENSEURS !!! IL FAUT PRENDRE LE TEMPS DE LE " DÉCHIFFRER" !! SES PARTISANS L'UTILISENT PEU D'AILLEURS : LE COMMUNIQUÉ DU F.S.U . EN EST LA PREUVE LA PLUS FLAGRANTE !!!

13.Posté par Bill Boa le 08/07/2015 19:15


Oui, le créole réunionnais est un patois bien sympathique, comme l’a dit Margie Sudre et comme le pense Armand Gunet, président de l'association "Réagissons". Un joli patois bien sympathique, grand cousin de mon bon patois vendéen, ma langue maternelle si riche en termes médiévaux !

Qu’est-ce qu’un patois ? Avant tout, un langage oral qui se caractérise par la simplification à l’extrême de la syntaxe. Pas de subjonctif dans mon patois vendéen, ni non plus en créole. Conjuguons par exemple ceci : "mi veux ou vien, mi veux li vien, mi veux zot i vien". En plus de l’économie du subjonctif, un gros monstre difficile à dompter, on se passe volontiers de la conjonction "que" et on traîne partout la même forme verbale vien. Ajoutons, pour pimenter ce raisonnement, l’expression "bonbon la fesse". Là, c’est la préposition qui a fondu comme un suppositoire placé "ou sa zot i coné". Même type d’évaporation dans la tournure "lofis la langue" de l’éminent linguiste Axel Gauvin, qui a appris la linguistique en sirotant une tasse de thé !
Et à propos de ce lofis, parlons écriture ! Pourquoi l’écrire ainsi alors que ce mot nous vient du latin "obficium", puis, après assimilation toute logique, "officium". Les deux ff sont justifiés depuis des siècles. Et la finale ce se prononce toujours de la même façon ? Tuer l’origine des mots, c’est tuer les mots eux-mêmes, tuer leur paternité, leur histoire ! Qui dit mieux ? Les soi-disant philologues, sémanticiens et lexicologues, Gauvin, Prudent and C°, sont des révisionnistes péi ! On irait jusqu’à tuer père et mère pour laisser croire qu’on sort de la cuisse d’un ange avec un langage tout nouveau qu'on a pour mission de répandre sur terre, sous les cocotiers ! Pour parodier Boris Vian, ils pourraient dire en choeur : "Cette langue est vraie, puisque je l’ai inventée" !

Et pis, pour pimenter son discours angélique, Axel Gauvin nous chante que le créole est cause d’un gros complexe d’infériorité, et cela dans un gros ouvrage où il s’est appliqué à délayer son idée, comme on le fait quand on veut faire monter sa mayonnaise. Pardon, dame Concision ! En une seule phrase, on peut soutenir le contraire : un langage, quel qu’il soit, ne donne aucune maladie ! Si complexe il y a chez l’enfant, c’est que ce malaise est à trouver dans le milieu familial. Inutile de recourir aux soins d’un Diafoirus linguiste ! Un psychologue fera l’affaire à condition qu’il n’ait pas l’esprit contaminé par ce même malaise !

Ne laissons pas s’échapper trop vite le docteur Diafoirus, spécialiste de la fouére et autres maladies et qui a pour célèbre papa, Molière ! J’étais dans la cour de récréation, dans mon école primaire de Saint-Amand-sur-Sèvre. J’avais six ou sept ans. Le directeur, le Frère Paul, un grand homme, me demande pourquoi mon frère n’est pas venu en classe, et ma réponse a fusé instinctivement en patois vendéen : "La fouére" ! Et il est parti, perplexe, sans rien dire d’autre ! Pourquoi cette perplexité ? L’envie de me corriger et de m’apprendre la langue de Molière ? Le mot diarrhée dont j'ignorais l'existence ? Qu'importe ! En tout cas, il a respecté mon royaume : ma cour de récréation, où l'on parle comme on veut ! Malgré le bruit des bottes allemandes, le patois vendéen et le français de Paris se côtoyaient sans se chamailler, l'un enseigné à la maison et l'autre seulement en classe et chez monsieur le curé ! Et mes vaches étaient bien gardées !



Gérard Jeanneau
La Possession, le 18 octobre 2011

14.Posté par Bill Boa le 08/07/2015 20:18

A propos, Boa Bill, c'est la goyave de Zinfos974. Ailleurs, on ne la voit pas !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes