MENU ZINFOS
Faits-divers

Tir de gomme-cogne à St-Gilles : 3 ans de prison pour le tireur


Il est 14h30 lorsque plusieurs détonations sont entendues dans une galerie marchande proche du commerce alimentaire Vival de Saint-Gilles les Bains. Un différend oppose deux frères et un homme, tous trois commerçants. Les deux frères sont jugés ce lundi pour des faits de violence aggravée à l'encontre de la victime.

Par - Publié le Lundi 6 Septembre 2021 à 18:38

Vendredi dernier, en début d'après-midi, des violences éclatent dans une galerie marchande du centre de Saint-Gilles les Bains. Antoine T., 38 ans, et Julien T., 43 ans, s'en prennent violemment au locataire qui fait face à leur commerce. Plusieurs détonations sont entendues par de nombreux témoins. La victime est lourdement blessée au dos, au bras et sur l'arrière de la tête. Elle se verra délivrer 10 jours d'ITT qui ne sont que provisoires. Elle parvient à courir vers la gendarmerie de Saint-Gilles pour déposer plainte. Les deux frères se rendent et sont placés en garde à vue. 

La victime a de nombreuses lésions abrasives faisant penser à des gerbes de plomb, indiquera le médecin légiste. L'enquête met en exergue un problème relationnel qui dure depuis plus d'un mois entre les commerçants.

Ce jour là, tout commence par un mauvais regard, indique la victime dans sa déclaration. "Tu ne me regardes pas comme ça", dit-il à Julien qui aurait répondu : "Arrête de me regarder comme une merde, si tu n'es pas content, tu dégages". Le commerçant aurait ensuite senti une déflagration au niveau de la face, laquelle l'aurait rendu aveugle. Il s'est alors mis à genoux avant de se faire frapper au sol. Il a ensuite entendu trois autres déflagrations. Il dit avoir vu Antoine lui tirer dessus une fois mais ne plus avoir rien vu après. 

"Ça fait un mois qu'on vit dans notre magasin terrorisés"

Tous les projectiles du gomme-cogne utilisés seront retrouvés dans le couloir de la galerie. À la barre, les prévenus font état d'un tir d'avertissement dans leur boutique et de trois autres dehors. La présidente leur fait remarquer que ça ne correspond pas avec les relevés de l'enquête. Ils diront aux militaires qu'ils ne comprennent pas pourquoi ils sont placés en grade à vue et qu'ils trouvent ça injuste.

"Ça fait un mois qu'on vit dans notre magasin terrorisés", disent-ils au tribunal. "Je regrette, je n'aurais jamais dû faire ça, mais j'avais peur", explique Antoine. "Apparement, nous avons mal réagi, nous avons eu tort", ajoute son frère avant de se faire reprendre de volée avec véhémence par la présidente : "Vous allez changer de discours tout de suite ! Votre version est moins flagrante que les 15 photos de la victime qui sont dans le dossier". 

"J'étais paniqué", répond le prévenu. "Oui mais c'est une panique qui dure ! Il faut un minimum se remettre en cause", insiste la présidente. Et Julien de lui répondre : "C'est un psychopathe très dangereux qui déforme les choses et qui fait en sorte que ça se passe bien quand il le faut". Ils expliquent également qu'ils n'ont pas pris le temps de déposer plainte avant à l'encontre de la victime qu'ils décrivent comme étant un homme baraqué de 2 m de haut qui fait peur.

Les deux frères présentent une condamnation chacun à leur casier. Violences sur conjoint pour Julien et escroquerie pour son frère. La victime en revanche possède 17 mentions TAJ (Traitement d'antécédents judiciaires) dont des violences, mais n'a jamais été condamnée. 

"On se demande de quel coté se trouve le psychopathe !"

"Il faut un certain aplomb pour traiter mon client de psychopathe après lui avoir mis 4 coups de gomme-cogne. On se demande de quel coté se trouve le psychopathe ! La scène est hallucinante, il faut s'en rendre compte. Il y a une volonté délibérée de l'action", plaide la partie civile qui demande un renvoi sur intérêts civils, une provision de 5000€ ainsi qu'une expertise psychologique, arguant que son client est choqué et apeuré.

"Saint-Gilles est le dernier endroit où l'on s'attend à ce genre de scène", rebondit la procureure. "Il y a une extrême violence avec arme, certes non létale, mais touchante. Il n'y a pas de débat sur la distance de tir, c'est à bout touchant. Il y a deux gars qui veulent en tuer un autre selon de nombreux témoins qui entendent 'je vais te buter'". 

"On n'est pas en légitime défense car il n'y a pas d'attaque. C'est presque de la violence gratuite qui ne se justifie pas, d'autant qu'ils ont du mal a reconnaitre ce qu'ils ont fait. Je vous demande 4 ans de prison avec maintien en détention pour les deux", requiert le parquet, considérant une action commune des deux frères.

"Il est très affecté par ce qu'il s'est passé, ça ne lui ressemble pas. Il s'est rendu compte qu'il a gâché sa vie. Le contexte est essentiel dans cette affaire car voilà un mois qu'ils vivent dans la peur, dans l'angoisse. Ils essayent de s'en sortir mais ils laissent la situation s'empirer. Il fonce sur lui mais mon client a une attelle, il se sent agressé et fait comme il peut. Il aurait dû s'arrêter au premier coup de feu car pour la suite, je ne suis pas en accord avec ses gestes. Pour autant, 4 ans de prison ce n'est pas adapté", plaide la défense d'Antoine qui rappelle au passage les 17 mentions TAJ de la victime. 

"C'est disproportionné mais en face vous avez un homme de 2 m"

La défense de Julien rebondit : "Il y a des différends depuis un mois. Il ne vient pas là pour parler - la victime -, il vient pour en découdre. Tout ça pour un motif futile. C'est disproportionné mais en face vous avez un homme de 2m ! Il a eu peur, il n'est pas rationnel car il est effrayé. 4 ans ferme pour des gens qui ne sont pas des délinquants, ce n'est pas adapté. Une peine, il en faut une bien sûr, mais elle doit être adaptée. Il a porté des coups car la victime est venue vers lui. Je vous demande de rapporter la peine dans de plus justes proportions". 

Les plaidoiries des défenses ont été entendues par le tribunal. Antoine, qui a tiré, est condamné à la peine de 3 ans de prison dont 1 an avec sursis probatoire.  Julien, qui a porté des coups, est condamné à 2 ans de prison dont 1 an de sursis probatoire.

Les deux frères se voient interdire de détenir une arme pour 5 ans, d'entrer en contact avec la victime pour 3 ans et sont condamnés conjointement à l'indemniser. Ils sont maintenus en détention. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Coco le 06/09/2021 21:13

Une réunion de délinquants qui tourne mal
Pour une fois que la justice condamne vraiment

2.Posté par Ouais... le 06/09/2021 21:25

On dit qu être costauds et grand, peut parfois être un desavantage... Dieu a créé l homme et Smith et Wesson les a rendu égaux...

3.Posté par totyo le 07/09/2021 05:55

C’est quoi leur magasin qu’on n’y aille pas voire plus jamais

4.Posté par Sounouk ek la moru le 07/09/2021 08:02

Le résultat de l importation de masse dans cette région ouest ! De plus en plus de fait divers semblables àux banlieues de metropaule

5.Posté par Choupette le 07/09/2021 09:27

Apparemment, il n'y a pas que de gentils touristes qui traînent à Saint-Gilles-les-Bains ... .

6.Posté par Mouais... le 07/09/2021 10:25

"Saint-Gilles est le dernier endroit où l'on s'attend à ce genre de scène", rebondit la procureure.

Pourquoi? Il y a des endroits spécifiques à la Réunion pour ce "genre de scène"...!!!????

7.Posté par Cloaca maxima le 07/09/2021 10:41

Une belle brochette de crétins ça.

8.Posté par Davidgoliath le 07/09/2021 18:31

Les idées toutes faites de Madame le Procureur sont révélatrices d'un certain état d'esprit colonial.

9.Posté par P.mass le 09/09/2021 19:54

Un scandale ce jugement !!!!!
Aucune prise en compte du contexte !!!
Ce sont des gars gentils dont un avec un bras cassé !!! Comment se défendre contre un molosse.

10.Posté par macvv le 17/01/2022 20:35

Ceux sont eux qui ont débarqués avec des armes
Et on rajoutera , qu'ils étaient trafiquent de grande grande échelle
Pourquoi n'en parlent ils pas ds cet article?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes