Education

Thomas, le crack du bac Techno qui avait refusé la filière S

Jeudi 6 Juillet 2017 - 00:39

Il y a deux ans, au moment de la spécialisation en fin de seconde, le jeune homme avait été aiguillé vers la "voie royale" de la section scientifique par un conseiller principal d'éducation. Mais avec un projet professionnel déjà bien réfléchi, le lycéen et ses parents avaient tenu tête pour finalement choisir la section soi-disant moins prestigieuse de la STI2D (Sciences et Technologies Industrielles et du Développement Durable). Sa détermination lui donne aujourd’hui raison : il est le meilleur de la filière Techno à La Réunion avec une note de 19,04 et du temps de gagné par rapport à un bachelier généraliste en S...


Thomas Vélia-Chabanis aux côtés de son père Eric. Le lycéen décroche 19,04 en STI2D au lycée Paul Moreau de Bras Panon. Mais la famille habite Sainte-Suzanne
Thomas Vélia-Chabanis aux côtés de son père Eric. Le lycéen décroche 19,04 en STI2D au lycée Paul Moreau de Bras Panon. Mais la famille habite Sainte-Suzanne
Qu’est-ce que ça fait d’être le meilleur dans sa filière ? 

C’est une fierté, après deux ans de boulot, on essaye de donner le meilleur. C’est une fierté pour moi, pour mes parents. J’ai prouvé que j’étais le meilleur ces deux dernières années dans ma classe et j’ai prouvé maintenant que j’étais le meilleur au niveau académique.

Tu t’y attendais ?

Je ne m’attendais pas à être le meilleur parce que dans chaque section il y a un premier de la classe qui a 16 ou 17 de moyenne, il y a plein de bons élèves et on ne sait jamais comment ça va se passer lors des épreuves du bac. Et puis ce matin, quand le proviseur est arrivé et qu’il me l’a annoncé, j’étais assez surpris.

Quoi de prévu pour l’année scolaire prochaine ? 

Un BTS électro-technique à Saint-Denis et par la suite une école d’ingénieurs dans le développement durable. Mais quelle école d’ingénieurs je ne sais pas encore. Je sais juste que les écoles prennent les BTS sur dossier. Après j’ai hésité entre la prépa et le BTS mais j’ai préféré le BTS, ça va m’apporter un côté plus professionnel.

Vers quel métier à terme ? 

j’aimerais être ingénieur sur les barrages hydrauliques par exemple ou du moins dans la conception et la production d’électricité.

Pourquoi ce domaine ?

Au collège on avait fait un concours sur le développement durable, j’ai su que j’aimais ça. Après, la production d’électricité, c’est ce qui me parlait. Je regarde beaucoup de reportages, tout ce qui passe sur Arte. Avec mon grand-père on est allé voir un barrage, tout ça on le voit et ça fait qu’on a envie d’être là-dedans, dans ce secteur.

Quel est ton secret ou simplement un conseil pour les futurs candidats ? 

Le secret c’est le travail. Plus on travaille, plus on a de résultats. C’est un travail régulier, si on travaille pendant deux ans - pas comme un malade non plus -  mais si on apprend nos leçons, si on écoute les professeurs, qu’on apprend les méthodes qu’ils nous donnent, il n’y a aucun souci. Après si on travaille en classe mais pas chez nous, c’est sûr: il n’y a rien en retour. 

Comment avais-tu organisé ta journée avant la première épreuve ? Tu t’en souviens ?

il ne faut pas s’y prendre en retard parce que certains attendent la dernière minute pour réviser. Il faut se préparer déjà 2, 3 semaines à l’avance, pour être sûr. Et puis, une journée avant les épreuves il faut tout arrêter. Après c’était tous les jours un peu de physique, de maths, il faut alterner les exercices. La veille de la première épreuve, j’étais à la maison, tranquille, je n’ai  pas touché aux cahiers. Il y en a plein qui révisent et on les voit avant d’arriver aux épreuves, ils ne savent plus, ils sont stressés et en plus du stress ils oublient tout ce qui a été appris la veille…

Quelles sont tes passions ?

J’adore pratiquer le handball et le football...à la télé, rien de plus. Que ce soit le sport, la musique ou autres, ça fait une coupure car si on reste trop concentré sur l’école, on sature et ça permet de penser à autre chose, avec les camarades. Certains, pendant les heures de permanence, au lieu de travailler, sortaient dans les bars situés en dehors du lycée. Si on à rien à faire, tant mieux, mais si on a une heure de permanence on apprend, on fait nos exercices. Plus vite on fait notre travail, plus vite on est tranquille !

Tu as failli aller en S ?

On m’avait proposé d’aller en S, au lieu de la STI2D. Mais j’ai remarqué que la STI2D m’ouvrait plus de portes, en plus il y avait l’option énergies & environnement, alors j’ai foncé là-dedans. Pourtant, le CPE m’avait dit : "je veux voir vos parents". Il leur avait dit : "avec la moyenne que votre fils a, pourquoi l’envoyer en STI2D ?"

En fait, pour certains, la série STI2D c’est un peu là où on met les mauvais élèves. La STI2D, tout ce qui dit "technologie", à part si on a vraiment un projet professionnel - moi j’en avais un, je voulais travailler dans le développement durable - est mal perçu par certaines personnes.

Et même avec ce projet professionnel là ils voulaient pas m’y envoyer parce que tous les bons élèves ils veulent les mettre en L, S,… et on ne veut pas nous mettre dans les séries technologiques. Ils veulent vraiment nous mettre dans un bocal, tu vas là-dedans et point barre ! La mentalité n’évolue pas. Pour certains, la S c’est, comme on dit, "la voie royale". Mais pour celui qui a déjà un projet professionnel, ça sert à rien de passer par la voie royale, il vaut mieux passer par une voie détournée, je dirais, pour être sûr d’atteindre ce qu'on veut au lieu de passer parfois par une école d’ingénieurs. Au lieu de ça, pourquoi pas plutôt passer par un BTS et à la fin arriver au même stade, au même salaire, au même grade finalement que celui qui a choisi la "voie royale".

Là on parle du CPE mais certains de mes prof de seconde ont compris ce que je voulais faire et m’avaient dit : "fonce !" Ça dépend de la mentalité de chacun. 

Quelque chose de prévu pour fêter ça ?

Entre camarades on a déjà fêté ça entre nous ce midi, c’était un p'tit truc. Pour moi, le plus important c’était d’être ensemble, même en petit comité, à 5 ou 6, après deux ans où on a galéré parce que c’était compliqué. 

Les autres cracks du Bac 2017 à La Réunion :
Chloé Tossem, meilleure moyenne avec 21,28 !
Laura Faivre, meilleure moyenne en bac pro cette année
Mathilde Enguehard, deux ans d'avance et les félicitations du jury
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 16433 fois



1.Posté par un jeune dans le devellopement durable le 06/07/2017 08:45

Bravo a toi. pour te rassurer, les choix que tu fais sont très bien. j'ai eu le même cursus que tu décris :
- bac techno électrotech.
-bts electrotech à saint denis
-licence pro energie renouvellable saint pierre
-école d'ingé.

Crois moi, quand tu as ce cursus, tu passes devant tout le monde aux entretiens d'embauches.

tu connais et es mieux préparé au monde professionnel.

Comme je vois, les CPE sont toujours aussi déconnectés du monde pro. en disant que 'oui la bac s, c'est le must, par contre bac sti c'est une filière garage...' ouais on m'avait dit ca à l'époque.

aujourd'hui, je gagne très bien ma vie alors continue comme ca.

Et les CPE, venez voir entreprise à la réunion vous renseignez sur les cursus des gens. faut vraiment vous mettre à jour.

2.Posté par bravo le 06/07/2017 08:51

Bravo pour la maturité.
Pas de secret: du travail et du bon sens.
Beaucoup pourraient s'en inspirer, rien ne tombe du ciel !

3.Posté par Réveillez vous le 06/07/2017 10:44

Filliere S ...voie royale ?? c'est une blague....
c'est une voie de garage......

combien finisse sur-diplômé et sans emploie ....

le mieux est l'alternance avec diplôme reconnu par l'état et bien sur les années d'expérience qui font la différence...entre le monde de la littérature et...sur le terrain !!!

4.Posté par A mon avis le 06/07/2017 12:58

Il ne faut pas s'étonner de la faiblesse de la France dans la formation professionnelle et technologique !

Une mentalité bien ancrée, dans de nombreux cerveaux de conseillers d'orientation et de profs qui n'ont d'yeux que pour la filière générale !
Beaucoup de profs de collège n'ont jamais mis les pieds dans un lycée d'enseignement technique ou professionnel. Filières qu'ils réservent à leurs "mauvais" élèves !

Et c'est ainsi que l'entrée des facs est embouteillée par une cohorte de candidats pour les filières psycho, socio histoire géo ou autres discipline "littéraires". Et je ne parle pas des STAPS !...

A quand une politique vraiment efficace en faveur des filières technologiques et professionnelles !

5.Posté par jean claude payet le 06/07/2017 17:20

au monde des aveugles le borgne est roi

6.Posté par Steven le 06/07/2017 18:34

Felicitations Thomas!

J ai moi aussi ete pousse a etudier un BAC S et j ai insiste pour etudier un BAC STI mechanique productique comme je voyais plus d opportunites. Malgre les mentalies j ai prouve tout le contraire au systeme francais, dix ans apres je suis expert comptable en Australie et titulaire d un MBA.

Laisses parler les gens! Bonne continuation!!!

7.Posté par Véridik le 06/07/2017 18:36

bravo pour contourner le système . Beaucoup envoie les élèves au casse-pipe en filière générale alors qu'ils auraient exceller en voie technologique ou professionnelle.

Il faut changer les mentalités et ce depuis le collège. Mettre en place un vrai psychologue du travail dans chaque établissement et pas un pseudo conseiller d'orientation...

Penser qu'en filière technologique on case les "mauvais élèves" c'est comme penser qu'il y a des "sous métiers" ...

Encore bravo!

8.Posté par Pub le 06/07/2017 20:02

Tout d'abord félicitations à ce jeune bachelier et je lui souhaite de réussir dans l'enseignement supérieur.
Pour 2017, d'après les chiffres du rectorat de La Réunion, 11608 candidats aux baccalauréats général, technologique et professionnel. Le baccalauréat série technologique STI2D a eu cette année 647 candidats inscrits donc il représente 5,6% de l'ensemble des candidats au baccalauréat autant dire qu'il ne pèse pas lourd par contre il coûte cher à la Région Réunion. Equipements spécifiques, des laboratoires, etc mais il n'attire plus les élèves et leur famille malgré la dernière réforme de 2012.
Donc il faut faire de la pub et encore de la pub pour attirer les jeunes des classes moyennes parce que les enfants des classes supérieures comme ceux d'un recteur, d'un inspecteur IA-IPR ou d'un proviseur vont dans la série générale bien sûr il y a des exceptions. Derrière ce succès, il y a un "coup" de pub parce que dans la réalité la voie royale reste la série générale et souvent il y a encore beaucoup de mépris pour la série technologique de la part des "professionnels" de l'enseignement du secondaire ici comme en métropole.
C'est comme ça et le reste c'est de la littérature.
Pub pour son lycée et Pub pour le nouveau responsable de la filière STI2D sur l'île. Pub, GAG !
Le succès de ce jeune homme est là donc CHAMPAGNE !

9.Posté par MAIS.... le 06/07/2017 22:54

@Steven

BAC STI "mechanique "

c est trop beau une "méchanique" bien huilé ...hein ...

10.Posté par @MAIS... le 07/07/2017 09:58

@MAIS... on t as dit la filiere technologique est pour les mauvais eleves. Laisses les prosperer dans leur domaine hein

11.Posté par MAIS.... le 07/07/2017 14:23

@MAIS...
mais ....

c'était juste pour taquiner...rien de méchant pour ma part .. mais la perche était tendu lol

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >