MENU ZINFOS
Social

Télétravail obligatoire : Des sanctions pour les employeurs réfractaires


À compter du 3 janvier prochain, le télétravail deviendra obligatoire dès lors qu'il est possible dans les entreprises. Les employeurs qui ne jouent pas le jeu seront sanctionnés.

Par N.P - Publié le Mercredi 29 Décembre 2021 à 09:07

Le gouvernement impose trois jours de télétravail minimum par semaine “dans toutes les entreprises et pour tous les salariés pour lesquels il est possible”, a déclaré Jean Castex lors de son allocution du 27 décembre dernier, avant d’ajouter  “et quatre jours quand cela est possible”.

Télétravailler, une obligation

Déjà fortement recommandée depuis le début de la pandémie, la mesure sera effective dès le lundi 3 janvier pour une durée de trois semaines.

L'obligation “sera inscrite dans le protocole national en entreprise qui sera mis à jour cette semaine, comme cela avait été le cas lors des précédentes périodes concernées par l'obligation de télétravail", a indiqué le ministère du Travail, interrogé par Franceinfo.

 
Des employeurs sanctionnés

Pour les entreprises confrontées à cette nouvelle obligation, c’est un pari à tenir. Les employeurs concernés n’ont plus que quelques jours pour revoir leur organisation et s'adapter à ce fonctionnement, sous peine de sanctions. L'Inspection du travail pourra appliquer une amende administrative allant jusqu'à 1000 euros par salarié, dans la limite de 50.000 euros à un employeur récalcitrant, s’il dispose de possibilité de télétravail.

Le projet de loi doit être discuté en commission par les députés ce mercredi soir. 

Les salariés soumis à ce mode de travail n’ont été, jusqu'ici, pas si nombreux. Selon l’enquête de la direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (DARES), seuls 21 % des salariés ont effectué au moins un jour de télétravail au cours du mois de novembre 2021.




1.Posté par larnakage le 29/12/2021 12:40

Il serait intéressant d'interroger le directeur du CHOR et de l'hôpital psy, ainsi que les syndicats véreux : Pas de télétravail autorisé, et ce depuis le début de la crise pour les administratifs. Je suis soignant, je comprends qu'inapplicable pour moi, mais pour le reste ? Monsieur le directeur attend peut être un petit cluster ?

2.Posté par didier le 29/12/2021 13:09

Et sera-t-il appliqué dans l'éducation nationale ?

3.Posté par mario le 29/12/2021 18:32

il faut prendre en compte l’inadaptation du matériel de télétravail ou du bureau à domicile qui peut engendrer des risques physiques (musculo-squelettiques, visuels, électriques…) liés à leur mauvaise ergonomie ou à une installation défectueuse, des risques psychologiques sont aussi importants : perte des limites entre vie professionnelle et privée ! : « La prévention des risques du télétravail » :https://www.officiel-prevention.com/dossier/formation/fiches-metier/la-prevention-des-risques-du-teletravail

4.Posté par pascontent le 29/12/2021 20:23

Pour nous techniquement aucun problème pour le télétravail. Toutefois, nous notons depuis le déploiement de celui-ci une très forte baisse de productivité.

C'est simple avec le télétravail l'entreprise perd de l'argent. Si l'obligation devient réelle nous allons passer l'ensemble de nos salariés au chômage partiel les jours de télétravail.
Du coup, pas de télétravail mais chômage obligatoire.

5.Posté par pipo le 30/12/2021 12:30

Que le public montre l'exemple avant de sanctionner le privé!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes