Océan Indien

Télécommunications : Les Comores ont-ils perdu leur souveraineté ?

Lundi 31 Janvier 2011 - 07:10

Le président sortant Ahmed Abdallah Sambi aurait signé en septembre dernier, un contrat accordant à une société chypriote le contrôle des communications téléphoniques entre les Comores et l’étranger. Une information relayée par Comores-Web publiant les informations obtenues par le blog Roinaka, spécialisé dans la vie politique de l’archipel.


Télécommunications : Les Comores ont-ils perdu leur souveraineté ?
C’est un contrat signé le 29 septembre dernier et qui avait été dissimulé jusqu’à maintenant qui a été mis au jour par un blog spécialisé dans la vie politique comorienne et relayé par Comores-Web. Un événement qui n’est pas passé inaperçu depuis ce week-end dans l’archipel qui s’interroge sur la capacité souveraine de l’Union des Comores alors que la gestion des télécommunications entre les trois îles comoriennes et le reste du Monde ont été mises entre les mains d’une société étrangère. C’est la société chypriote Volcapod qui a décroché le marché, écartant, et c’est là le plus surprenant, Comores Télécoms.

L’opérateur historique écarté

L’article 3 de ce décret indique tout simplement que "les opérateurs de télécommunications/TIC sont tenus de s’interconnecter à la plateforme (ndlr : comprendre celle de Volcapod) dès sa mise en service". D’où une totale dépendance des autres opérateurs vis-à-vis du fournisseur étranger.

Plus accablant pour le pouvoir sortant, même pour Alwatwan, le journal du régime, les acteurs officiels majeurs du domaine, l’Agence de Régulation des TIC et donc l’opérateur historique des télécoms comoriens Comores Télécoms, semblent avoir été écartés volontairement du dossier.

Une décision troublante puisque le pouvoir sortant représenté par le président Sambi n’était pas en mesure de prendre de telles décisions. En effet, la mandature de celui-ci avait été prolongée de façon extraordinaire après le 26 mai 2010 , date à laquelle il aurait dû quitter le pouvoir. De mai à décembre 2010 (mois où a eu lieu le second tour des élections présidentielles), le pouvoir en place n’aurait dû gérer que les affaires courantes. Une signature qui a réussi à rester secrète jusqu’aux élections présidentielles et qui pose beaucoup de questions comme par exemple celle évoquée par le blog Roinaka d’un marché arrangé.

Télécommunications : Les Comores ont-ils perdu leur souveraineté ?

Télécommunications : Les Comores ont-ils perdu leur souveraineté ?

Télécommunications : Les Comores ont-ils perdu leur souveraineté ?
Ludovic Grondin
Lu 2124 fois



1.Posté par fiuman le 31/01/2011 12:27

La seule souveraineté qu'il reste aux Comores est la gestion des kwassa kwassa

2.Posté par le congo chez tintin le 31/01/2011 12:47

Avec nos réseaux tel, gsm et net complètement parasités par Echelon, sommes nous plus souverains ????

3.Posté par fiuman le 31/01/2011 17:00

Crois tu qu'échelon va perdre son temps à t'écouter, à te traquer; il ne faut pas devenir paranoïaque, ou il ne faut pas se donner plus d'importance que l'on en a! il ne faut pas confondre ben laden et congo chez tintin .

4.Posté par kelonia le 01/02/2011 21:49

C'était ça , hier j'ai téléphoné à ma mère , et il y avait beaucoup de friture sur la ligne , j'étais surement parasité par ECHELON ... :)

5.Posté par MARWAN le 02/02/2011 21:19

Le décret signé par le Président Sambi confiant à la société chypriote la gestion des télécommunications aux Comores n'est que pure fraude et peut être remis en cause très facilement.
Une telle décision nécessitait si besoin en était , l'accord du conseil des minsitres.Saisit il y a de cela quelques mois,le conseil a catégoriquement rejetté l'offre de VOLCAPAD.Je suis certain qu'en fouillant un peu plus, on découvrira que c'est plutôt une ffaire de sous que des intérêts des Comores.

6.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 02/02/2011 23:36

3. Echelon ne fonctionne pas comme ça: si je me souviens bien, ils écoutent toutes les communications mondiales ou presque mais comme ils n'ont pas le personnel adéquat pour traiter tout ça, les ordinateurs ne transmettent aux analystes que les communications jugées dignes d'intérêt (par exemple, parce qu'une voix référencée comme appartenant à un terroriste est entendue, parce que des mots clés sont présents, ... ) . Du coup, effectivement, la question de Congo est pertinente sauf qu'elle amène une réponse simple: les USA écoutent les conversations, ce qui peut se contourner. Les comores ont donné la gestion de leurs communications, ce qui signifie par exemple qu'ils peuvent être déconnectés . C'est la différence entre Renault se faisant espionner par les chinois et Renault se faisant racheter par les chinois.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >


Suivez
le Grand Raid 2018
avec ZINFOS974
PARTENAIRE
Au coeur du Grand Raid
70 heures en direct live
Non Stop