MENU ZINFOS

Téat Plein Air : 50 ans au son du maloya

Jeudi 27 Février 2020

Il y a la toute jeune mais ô combien talentueuse Ann O’aro et puis il y a le grand Danyèl Waro. Deux écritures pour un même nom, celui du maloya. Ann et Danyèl, une belle affiche pour ouvrir le bal de la saison des Téat mais surtout pour lancer l’année de commémoration des 50 ans du Téat Plein Air (TPA). Des petites voix les accompagneront sur scènes. 150 chanteurs amateurs qui feront résonner la complainte du maloya samedi soir du côté de Saint-Gilles.
 
« Moin la viv gayar moments dan téat St Gilles. En 2012, nou la fait in concert la dure 4 heures d’temps. Na des morceaux que nou la joué té dure 20 minutes », Danyèl Waro a énormément de souvenirs liés au Téat de Saint-Gilles comme on l’appelait avant. C’est donc un moment particulier que d’ouvrir cette année de festivités. Une année consacrée au demi-siècle de ce lieu de spectacle en plein air dont l’architecture rappelle les amphithéâtres romains. Mais ici point d’arène mais une scène monumentale qui donne une perspective sans pareil sur les milliers de spectateurs que peut contenir l’enceinte. Un cadre unique qui apporte une dimension particulière aux concerts qui se déroulent dans ce lieu. « Moin la vu Nougaro, Julien Clerc, Maxime le Forestier ter là ». Danyel Waro se souvient surtout de cette manifestation organisée avec d’autres artistes pour dire leur mécontentement de la non programmation de groupes locaux au détriment de formations qui venaient de l’extérieur. « Là té joué pas maloya l’avait la musique té sort déor mais pas la musique nout péi. La loi la ni pour prend nout l’identité mais nou la pas gaing rien. C’était in manière pou protester contre le pouvoir de l’époque. »

Une revanche donc pour le maloya interdit de scène à une certaine période de l’histoire de La Réunion et pour Danyèl Waro qui lance l’année des 50 ans du Téat Plein Air. Le chantre du maloya qui sera accompagné de 150 marmailles qui pour certains n’ont jamais pénétré l’enceinte de ce lieu mythique. Et chanter avec Danyèl Waro ne les intimide aucunement. Cela fait plusieurs mois qu’ils se préparent à reprendre principalement les textes de Danyèl mais également quelques morceaux d’Ann 0’aro. Un concert en chœur qui permettra d’entendre les plus grands titres de Danyèl mais aussi des extraits de son dernier album. « Mi aime chante avec marmay. C’est toujours in moment particulier. » Une transmission de tradition avec la jeune génération mais aussi avec l’artiste qui ouvrira le bal le 29 février, Ann O’aro. La relève du maloya vivra sans aucun doute un moment particulier. Ce sera sa première au TPA et sans aucun doute pas sa dernière. Une voix qui se mélange aux percussions de Bino Waro et au trombone de Teddy Doris pour livrer un maloya profond qui fait monter les frissons, les mêmes que l’on ressent lorsque Danyèl délivre ses textes engagés. Toutes ces voix seront mises à l’unisson à un moment du spectacle et ce moment constituera sans doute un souvenir merveilleux pour les spectateurs qui seront présents pour ce concert, samedi, sous l’immensité du ciel étoilé de Saint-Gilles.
 
Florence Vendôme
 
 
 
Donner de la voix

 
C’est le projet mis en place par la Ville de Saint-Pierre et son école municipale de musique en partenariat avec les Théâtres Départementaux, la DAC de La Réunion et l’Académie de La Réunion. Un concert participatif qui a donné lieu à des résidences d’artistes avec Ann O’aro et Danyèl Waro en partenariat avec l’école de musique de Saint-Pierre, quatre établissements scolaires du quartier de Bois d’Olives et des associations de quartier. Cours de chant, répétitions, le chœur des artistes a été accueillis pour une semaine entière pour des répétitions grandeur nature sur la scène du TPA. 



Dans la même rubrique :
< >
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes