MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Teât Départementaux : On licencie !


Par Auteur anonyme - Publié le Vendredi 31 Mars 2017 à 15:24 | Lu 1211 fois

Il ne s’agit pas du titre d’une pièce qui y serait donnée, mais de la dramatique réalité de l’intrigue qui se noue actuellement à Champ Fleuri.  

Petit résumé : La gestion des Théâtres Départementaux a été confiée par le Département en 2009 à l’association « Pardon Mars » représentée par ses directeurs, Messieurs Montrouge et Faille. Outre le personnel, Le Département leur confie les locaux et les subventions qui vont avec pour le fonctionnement encadré par un cahier des charges. Ils héritent alors d’une situation comptable saine. 

Cette première Délégation de Service Publique (DSP) a pris fin en 2016. A cette occasion, un nouvel appel à projet a été lancé par le Département. 4 candidats dont l’équipe sortante se sont présentés. Dans le cadre de la procédure, les sortants ont certainement dû présenter les bilans comptables de leurs 7 années passées. Les résultats de ces exercices, par ailleurs contrôlés par le Département, étaient manifestement bons puisque la consultation aboutit en juillet 2016 à la reconduction des sortants. Les deux directeurs ont de nouveau les rênes des théâtres départementaux pour 6 ans.

Seulement voilà : aujourd’hui, soit à peine huit mois après qu’ils aient été triomphalement reconduits, les responsables annoncent 8 licenciements aux Théâtres Départementaux. Si l’on ajoute les 3 personnels qui sont partis récemment (démissions, ruptures conventionnelles) et ne sont apparemment pas remplacés, cela fait au total 11 suppressions de postes, soit une diminution du tiers de l’effectif ! 

Pour un coup de théâtre c’est un (mauvais) coup de théâtre ! Les « metteurs en scène »  Montrouge et Faille invoquent aujourd’hui la baisse de subventions et la conjoncture économique défavorable pour justifier le recours à cette mesure brutale d’envoi au chômage de pères et mères de famille.. 

Comment, une situation qu’on peut supposer saine  lors  de la consultation pour l’attribution de la nouvelle délégation  a-t-elle pu se dégrader aussi rapidement ? La baisse des subventions était annoncée  dans le nouvel appel d’offres !... quant à la conjoncture … elle a bon dos ! Surtout dans le domaine de la diffusion culturelle où les clignotants économiques sont au rouge depuis belle lurette. 

Il est impossible qu’une catastrophe arrive aussi soudainement. Un bon gestionnaire sait détecter les signes avant-coureurs et prendre des mesures pour au moins tenter de l’éviter! Sauf si on veut cacher sciemment des preuves d’incompétence.

Il fallait peut être faire bonne figure pour espérer remporter à nouveau le marché de la DSP, et le bilan présenté ne laissait pas présager cette issue fatale ! Est-ce à dire que ces comptes étaient insincères ?.... 

Nos duettistes auraient-ils mené en bateau le Département en travestissant la réalité de leur gestion ?  Ou encore, l’assemblée Départementale cédant à on ne sait quelle pression, serait-elle complice de malversations en validant ces comptes et en renouvelant sa « confiance » à ces deux directeurs ? 

La confiance ne semble pas perdurer au vu de la surprise exprimée par  Mme la Présidente de la Culture au Département à l’annonce des licenciements !! 

En sa qualité de délégant, le Département n’est pas exonéré de sa responsabilité notamment vis-à-vis du personnel et du public. A ce titre, il exerce un contrôle sur l’association. Comment accepter d’apprendre par la presse un tel désastre ? Quelle est la nature des relations entre représentants du Délégant et du Délégataire ? A moins que d’être partie prenante dans l’entreprise de démolition des théâtres Départementaux, les élus seraient bien inspirés d’instaurer une véritable transparence sur la gestion de ces  théâtres afin de déterminer les responsabilités des uns et des autres.

Il s’agit de se préoccuper du sort du personnel dont les emplois  sont menacés  ainsi que de celui du reste du personnel qui, à ce rythme, sera inévitablement dans le collimateur dans un avenir proche. 

Et enfin, et surtout il s’agit de relancer la politique culturelle du Département en prenant toutes les mesures pour sauvegarder ces fleurons de la culture Réunionnaise que sont les théâtres Départementaux et sauvegarder les emplois nécessaires à leur bon fonctionnement.




1.Posté par Jules le 31/03/2017 16:33

Travaillant dans la culture, je ne peux que contester cette lettre anonyme. Oui la baisse des subventions est en train de tuer ce magnifique outil culturel. Par exemple, la Ville de Saint-Denis qui versé à peu près 250 000 euros de subventions à cette structure a revu son engagement et depuis un an lui verse 35 000 euros, Plus de 200 000 euros de perdu. Idem pour la Région.

2.Posté par NICOLAS le 31/03/2017 19:51

Je travaille aussi dans la culture et je confirme que les crédits baissent partout et même mieux c'est pour les TDR que ça baisse le moins : comment ils font les autres (théâtres) pour ne pas licencier (8 personnes tout en se faisant le luxe de payer des ruptures conventionnelles) ? ils dépensent moins en billet d'avion par ex, ils ne font pas des contentieux du personnel qui ^côutent de l''argent à l'entreprise, ils font moins de pub luxueuse sur papier brillant, certaines associations ont même fait un geste en baissant le salaire du directeur...mais aux TDR, l'imagination est plus limitée on dirait, on se débarasse du personnel ...le Conseil général devrait s'intéresser de près aux dépenses ligne par ligne, c'est pas normal que ça va bien il y a 6 mois et que c'est pas tenable aujourd'hui, en attendant solidarité avec les personnes licenciées

3.Posté par bleu outre mer le 01/04/2017 20:13

Tien un poisson avant la date

4.Posté par GIRONDIN le 01/04/2017 20:48

La dame Sigismeau déléguée à la Kulture du conseil départemental dit avoir appris la nouvelle dans la presse et que le département ne peut pas intervenir! Voilà voilà voilà !!!

5.Posté par xamloya le 04/04/2017 21:57

Pourtant Marine, une journaliste du JIR, ecrivait des dithyrambes pour nos deux "directeurs" sortis de la cuisse de jupiter qui étaient( sont toujours ?) des gestionnaires et artistes hors pairs ! (de la magouille peut être). On pourrait trouver l'origine de cette fascination dans le budget billet d'avion auquel fait allusion Nicolas au post 2 :-(
Quant au financement de la mairie de Saint Denis que regrette le très très bien informé Jules (poste 1) il faut qu'il intègre le fait qu'il n'avait rien d'obligatoire et qu'il se faisait sur des projets montés en commun du fait de l'implantation du TCF (théatre de champ fleuri) ! Avec l’avènement de la cité des arts, l'arrogance et l'incompétence crasse des directeurs des "Téât" , la disparition de ces financements ponctuels est évidente !
Gouverner c'est prévoir !
De même le conseil régional a amorcé depuis longtemps une baisse de subvention pour une structure qui est de la compétence principale du Département.. AJOUTEZ à cela le peu d'empressement à considérer et respecter les artistes locaux , secouez ....et vous avez l'évidente attitude du Conseil régional. Jules ! kan ou pran d'moune po pli kouyon ke ou....zot i baize a ou kou d'pied dann ki ! En attendant cabri i manze salade et la famiy sak lé licencié i sar manze konflor ek mais soso !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes