Société

Taxe sur la malbouffe

Un rapport parlementaire sur la prévention de l’obésité a été rendu public aujourd’hui, mardi. Il envisage d’augmenter la TVA sur certains aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés. Cette taxe devrait évoluer progressivement de 5, 5% à 19, 6% sur les produits de grignotage et de "snacking".

Mardi 30 Septembre 2008 - 10:38

Taxe sur la malbouffe
Le rapport sur la prévention de l’obésité est présenté aujourd’hui à la commission compétente de l’Assemblée.
Il présente 25 propositions pour faire de "l’équilibre nutritionnel et de la lutte contre l’obésité une grande cause nationale pour 2009".
Selon le rapport, il faut "assujettir les produits de grignotage et de snacking au taux normal de TVA de 19, 6% au lieu du taux réduit de 5,5% actuellement appliqué". Le rapport va même plus loin en suggérant de diminuer le taux de TVA des produits non transformés tels que fruits et légumes.
Pour le gouvernement, cette augmentation n’est pas la bienvenue dans un contexte de crise du pouvoir d’achat.
La question est de savoir si cette hausse de prix va contribuer à changer les comportements. Claudine Robert Hoarau, nutritionniste spécialiste de l’obésite chez les enfants et adolescents, est sceptique: "Je fais partie du réseau Repop qui travaille sur la prise en charge de l'obésité infantile. Il est évident qu’il faut modifier les habitudes alimentaires. Si augmenter la TVA sur certains produits dits de grignotage et de snacking peut effectivement freiner l’achat, je ne pense pas que ce soit la solution miracle".
Pour cette nutritionniste, il faut surtout apprendre aux parents et aux adolescents à lire les étiquettes et choisir des produits variés."Il ne faut pas faire d’amalgame. Manger des chips ou une barre chocolatée n’est pas du tout un problème si ces produits sont consommés de façon raisonnable. Il faut surtout varier les aliments. Manger de tout, sans excès", rappelle Claudine Robert-Hoarau.
Du côté des distributeurs, cette augmentation de la TVA n’est pas une bonne nouvelle. "Il est évident que si la TVA venait effectivement à être augmentée, nous serions forcés de répercuter cette hausse sur le prix des produits. Ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle", ajoutant que "tout le monde veut de l’alléger, ce que nous proposons, mais personne n’en achète. Il va falloir beaucoup de temps avant de changer les habitudes", affirme Bernard Blanc, le responsable de SOREDI chargé des distributeurs automatiques de boissons et confiseries.
Selon des études en cours effectuées par l'ORS (Observatoire Régional de Santé), La Réunion apparaît en situation plus défavorable que la métropole : "27% des enfants scolarisés en CM2 présentent une surcharge pondérale contre 20% chez les enfants du même âge en métropole. L’écart est un peu moins important en ce qui concerne élèves de troisième: 21% des adolescents réunionnais de 14-15 ans sont en surpoids ou obèses contre 16% chez leurs homologues métropolitains". Il y aurait ces dernières années une progression de la prévalence de l'obésité chez les jeunes de 10-11 ans à La Réunion.


Melanie Roddier
Lu 1369 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie