Justice

Tapage diurne : Sa voisine lui assène 3 coups de couteau

Jeudi 22 Février 2018 - 17:49

Tapage diurne : Sa voisine lui assène 3 coups de couteau
Le 20 février 2018, à Saint Paul, vers 7h40 la gendarmerie du Port est appelée pour des faits de violence avec arme blanche. Sur place, J-F Stator blessé par 3 coups de couteau est immédiatement envoyé à l’hôpital. Lorsque la police constate les traces de sang, et le couteau de 20 cm, elle demande qui est au l’auteur. M. Francom répond sans hésitation : "c’est moi".
 
Alors qu’il est 7h du matin, la dispute éclate lorsque J-F Stator se rend chez M. Francom pour lui demander de baisser le volume de la musique. Pour des raisons qui sont restées visiblement floues pour la Présidente, les deux individus en arrivent aux mains, et pendant l’altercation, M. Francom se saisit d’un couteau pour "se défendre", dixit Me Normand, son avocat. C’est alors que la femme plante à 3 reprises la lame de son couteau dans le corps de J-F Stator.
 
Les deux seuls témoins présents relatent deux versions différentes. Le premier prétend que le tapage dans l’immeuble de la part de M. Fancome n’est pas habituel, tandis que le second témoin prétend l’inverse.
 
Alors que la porte est ouverte, J-F Stator se rend chez sa voisine, il entre, selon elle de manière agressive et lui aurait donné un coup de poing. M. Fancome déclarera "Moi j’ai pas visé là ou là, je voulais juste me défendre". Lorsqu’elle prendra la parole, la victime ne niera pas avoir levé la main sur M. Francom, mais niera en revanche l’ordre des faits, en disant que c’est elle qui a commencé.
 
Face à la situation, la justice devait statuer sur la volonté ou non de donner des coups de couteaux, et si M. Francom n’avait pas d’autres choix que de poignarder J-F Stator pour se défendre. Selon l’avocat de la partie civile, "à partir du moment où il y a 3 coups de couteaux, à 3 endroits différents, l’intention est volontaire". Il ajoutera, "je ne pense pas que 3 coups de couteaux soient proportionnés à 1 coup de poing (…) La réponse est largement disproportionnée à ces attaques subies par mon client".
 
La Présidente a finalement condamné l’accusée à 1 an de prison en sursis, avec mise à l’épreuve 2 ans. À cela s’ajoute l’interdiction d’entrer en contact avec la victime, J-F Stator. Enfin, M. Francom devra verser la somme de 2000 € de dommages corporel et moral à la victime.
S.D
Lu 2743 fois



1.Posté par Zouave le 22/02/2018 20:51

Et le gratèle qui met la musique à fond pour emmerder les voisins, a-t-il le droit de le faire? Pourquoi la loi n'intervient-elle pas? Sauf s'il y a du sang qui coule et quand il est trop tard...Triste justice!

2.Posté par cmoin le 22/02/2018 21:55

"Alors que la porte est ouverte, J-F Stator se rend chez sa voisine"
Donc quelqu'un qui fait du tapage peut rentre chez nous et on doit se laisser faire?Honte à la justice!

3.Posté par bonnet piron le 23/02/2018 07:55

la justice doit sanctionner ces voisins indelicats qui ne respectent rien ni personne ; si la police faisait son travail alors il n y aurait pas besoin d en arriver a de telles extremités ; A QUOI SERT LA POLICE MUNICIPALE ?

4.Posté par Thierry le 23/02/2018 08:50

... la justice pour les gratèles qui grattent leurs c... ls et empêchent les autres de se reposer pour aller travailler.
Et zotte i boire et fument zamal ek z'allocations ou d RSA.

Ainsi va la vie et ... la justice. On ne s'étonne pas !

5.Posté par Bibi la bicrave le 23/02/2018 11:30

L'accusée a été condamnée, mais est-ce que le monsieur en face a compris que ça ne se faisait pas d'emmerder ses voisins en mettant sa musique à fond la caisse à 7h du matin ?

6.Posté par Moi président le 23/02/2018 15:02

@2 et 5 : vous n'avez pas compris.

Francom (femme) mettait de la musique et avait sa porte ouverte.
Stator (homme) est allé se plaindre chez Francom au sujet du bruit, et comme la porte était ouverte il est entré et a donné un coup de poing à la femme.
Francom a alors pris un couteau et a poignardé l'homme 3 fois.
Francom était l'accusée, et elle a été condamnée.

7.Posté par GRUMPA le 23/02/2018 21:46

Justice est rendue la prochaine fois
elle se gardera de réagir ainsi, la défense est proportionnée à l'attaque dit la Loi
en l'occurence là ce n'était pas le cas et encore elle s' en tire bien.

8.Posté par Charlie le 23/02/2018 22:09

Les litiges de voisinage sont très fréquents surtout à la Reunion .Non pas à cause du caractère irascible des habitants mais à cause du climat qui pousse les gens à vivre en grande promiscuité du fait des portes et vitres ouvertes qui laissent passer le bruit, les cris , la musique et j’en passe ...
Le ton monte, c.est la surenchère d.insultes et ça finit en conflit chronique jusqu.à l’irréparable .
Les gendarmes ne se déplacent qu’en cas de «  sang qui coule «  effectivement.
J’ai habité quelque temps à côté d.un couple dont le mari frappait la femme et malgré les appels fréquents à la gendarmerie rien n’ a changé ...
Si, une chose : j’ai déménagé .

9.Posté par Jp POPAUL54 le 24/02/2018 08:31

Ah ! Les nuissances sonores sur notre île.
Le bel exemple du manque de savoir vivre ensemble !!!!
Nous pouvons comprendre l'exaspération du voisinage.

"Quand les lames coupent les décibels en rondelles"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >