Justice

Tabassée et violée à l’arrière d’un bus… Son ex-copain dort en prison

Samedi 14 Octobre 2017 - 09:25

Une histoire presque banale de jalousie, malheureusement. Cela faisait 4 ans que la jeune femme était avec son copain, 34 ans, le père de ses deux enfants. Après une brève séparation, ils s’étaient remis ensemble pendant deux mois avant la soirée qui a tout fait basculer. Nous sommes en mai 2013.
 
Dans une soirée bien alcoolisée à Saint-Anne, le prévenu dit avoir vu sa copine regarder un autre homme. Une dispute éclate et ils décident de partir, conduits par un ami. Ça crie, ça pleure, ça insulte. Elle veut rentrer chez elle, chez son père. La voiture passe non loin de son domicile, mais l’homme dit au conducteur de ne pas s’arrêter. Il obéit. Arrivée à l’église de Saint-Rose, la voiture s’arrête dans le parking. La jeune femme s’agrippe au siège en hurlant mais son copain la tire par les pieds. Puis par les cheveux. Elle continue à crier.
 
Jusque-là les deux versions concordent, à peu près. Selon elle, il continue à la tirer par les cheveux, la blessant aux genoux et au pied, la frappe à coups de galets sur tout le corps puis la force à entrer dans un bus garé. L’homme, employé du dépôt de bus, la traîne ensuite jusqu’au fond du véhicule où il la viole.
 
L’expertise médicale révèlera des abrasions au niveau des genoux, une blessure au pied, un hématome à la joue, les traces d’un rapport sexuel mais pas de lésions vaginales, entraînant quatre jours d’ITT pour choc psychologique.
 
Selon elle, il s’agit d’un jaloux maladif qui frappe quand ça ne va pas dans son sens. Le dernier incident daterait de sa deuxième grossesse, d’où leur brève séparation.
 
Un couple qui souffre de "conjugopathie" ?
 
Malgré cela, il n’est pas accusé de simples violences mais d’agression sexuelle. Et c’est sur ce point que l’accusé n’est pas d’accord. Il affirme que le rapport était consenti. Son avocat dénonce les multiples versions peu claires de la victime, la qualifiant même de menteuse. Leur rencontre a eu lieu lorsqu’elle n’avait que 16 ans ; la relation commence alors qu’elle est à peine majeure. S'en suit une passion destructrice comme peuvent connaître bon nombre de couples, selon l’avocat du prévenu, et un contexte de "conjugopathie", soit des troubles que connaissent deux personnes parce qu’ils sont ensemble.
 
La défense se base par la suite sur des textos d’excuse envoyés le lendemain à la victime qui montrent en effet un sentiment de culpabilité, mais difficile de déterminer s’il sous-entend des faits de violence ou d’agression sexuelle. "Lé nul mon réaction" dans un des SMS révèlerait de la honte suite à un comportement pitoyable, mais non suite à un viol.
 
Pour la procureure, la logique est simple, on ne s’excuse pas de la sorte si on n’a rien fait. Si les rapports étaient consentis, c’est qu’il y a eu réconciliation. Donc pourquoi des textos d’excuse le lendemain ? Elle requiert donc cinq ans de prison, dont deux ans avec sursis et une obligation de soins pendant trois ans.
 
Le tribunal suit finalement les réquisitions de la procureure avec un mandat de dépôt. Direction la prison de Domenjod.
Soe Hitchon - soe.hitchon@zinfos974.com
Lu 25858 fois



1.Posté par Jose le 14/10/2017 12:04

Ah les petits plaisirs des violeurs en prison, là il verra ce que c'est l'amour imposé...

2.Posté par thierrymassicot le 14/10/2017 12:30

sordide

3.Posté par Miguel le 14/10/2017 12:42

Et pourquoi cette photo de l'église des laves ? Parske légliz katolic lé prête à lave tout zot péshé ?

4.Posté par lopoe le 14/10/2017 13:32

C'était dans un bus ou dans une église???

5.Posté par Perplexe le 14/10/2017 19:32

@ post 3 Miguel :

peut-être parce que beaucoup de prêtres catholiques sont trempé dans des affaires de viols...

6.Posté par thierrymassicot le 14/10/2017 20:18

@5 Perplexe : Excommunication, bûcher, flammes...Par le feu, tu dois expier cette prise de position...............si rigoureusement....exacte!!!!!!!!!!!!! Barbarin! Au secours, ils sont devenus fous!!!!

7.Posté par Pensée le 14/10/2017 21:27 (depuis mobile)

@ post 5 Perplexe : c''est violent votre message. Cependant il paraît que les journalistes aiment à faire passer des messages subliminaux, vous n''êtes peut être pas si loin de la vérité. A méditer !

8.Posté par Romain le 15/10/2017 06:00 (depuis mobile)

Lol le parking le bus i tombe derriere le l eglise

9.Posté par Soldat le 15/10/2017 08:14 (depuis mobile)

@ post 1.

Kosa la fé Jose, band na la pousse à ou là-bas kwé. Ti parle en connaissance de cause. Ahahahahhahaha ! La ou la fé in l''errerruuurre là!

10.Posté par MICHOU le 19/10/2017 17:24

Il est chauffeur de bus, en service? Alors la peine devrait être aggravée.
Et si on mettait des suspensions à des endroits accessibles des villes pour que ces hommes avec leurs trop plein d'énergie puissent faire un peu de sport? Défouler pour défouler autant que ce soit fait intelligemment.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >