Société

Système D pour dissuader les moustiques d'élire domicile dans les cimetières

Jeudi 1 Novembre 2018 - 09:37

S’il y a un endroit où l’eau stagnante peut foisonner, c’est bien dans les cimetières. Dans ces lieux de recueillement, les innombrables vases sont autant de gîtes larvaires potentiels.
 
Alors pour éviter que les femelles moustiques y voient l'endroit idéal pour pondre leurs œufs, plusieurs mesures sont mises en place. C’est notamment le cas dans le cimetière de la Possession, où dès l’entrée, des affiches de l'ARS rappellent aux visiteurs de préférer le sable humide à l’eau. "Offrez des fleurs, pas des moustiques", peut-on y lire. 

Des (mauvaises) habitudes à changer

En cette période de forte affluence, pour inciter à choisir cette méthode, à chaque point d’eau, du sable est mis à disposition.
 "Quand on voit les gens mettre de l’eau, on leur recommande de prendre plutôt le sable, on sensibilise", indique un agent municipal. Préférer les fleurs en pot sans coupelle au-dessous est aussi suggéré.

Certains jouent le jeu. 
"Je suis au courant des recommandations, ça a changé mes habitudes. Maintenant, je mets dans un peu de sable", explique Simone, venue se recueillir ce mercredi, veille de la Toussaint.

Des efforts restent à faire

Mais pas tous... 
"Les mentalités n’ont pas vraiment changé", confie Jean-François Testan, le responsable du service funéraire. "Les anciennes générations ont du mal à délaisser les vases d’eau pour y mettre leurs fleurs ; les nouvelles générations le font plus".

En plus des réflexes pas toujours acquis, les précipitations se chargent régulièrement de livrer aux moustiques des endroits pour pondre leurs œufs. 

De nombreuses tombes, pourtant non-fleuries, voient ainsi leurs vases se remplir. "Depuis quelques temps, les pompes funèbres livrent des vases déjà percés, pour éviter ce problème", précise le responsable. 

Et pour limiter au maximum les risques de propagation du virus, tous les quinze jours, les agents chargés de l'entretien se chargent d’ôter l’eau stagnante. Une opération plus complexe qu'il n'y paraît, vu la quantité de vases scellés aux pierres tombales, ne permettant pas de vider simplement le contenant. Alors c’est à l’éponge que le travail s’effectue.

Pas facile en cette période de Toussaint, qui s'avère particulièrement pluvieuse. Si les gîtes larvaires se sont multipliés, ils 
ne pourront malheureusement pas être supprimés avant mardi prochain, nous précise-t-on, jour férié et pont obligent. 
M.A
Lu 3404 fois



1.Posté par Paysan Créole le 01/11/2018 10:22 (depuis mobile)

Quand va t-on prendre un arrêté pour interdire eau et plastique dans les cimetières de l’ile ? Est-ce aussi difficile ???

2.Posté par cmoinaussi le 01/11/2018 10:26

ah oui c'est vrai que les cimetières occupent au moins 0,1% de la Réunion ils feraient mieux de s'occuper des 99,9% qui restent a nettoyer dépôts sauvages carcasses de voitures etc ........................................

3.Posté par Fidol Castre le 01/11/2018 11:33

Dieu merci, il n'y a pas que les catholiques qui meurent.
Sinon on aurait interdit les cimetières.

4.Posté par Môvélang le 01/11/2018 12:27 (depuis mobile)

En tout cas si mes morts attendent après moi pour un bouquet, ils risquent d''attendre encore longtemps.
Je ne participe pas à ce défilé d''hypocrites, et dans les jours qui suivent, le cimetière va empester l''odeur de fleurs pourries.

5.Posté par TICOQ le 01/11/2018 15:51

La lutte anti-vectorielle ne résiste pas aux jours fériés. Vivement un vaccin contre le virus de la dengue.

6.Posté par C juste pour rire 1 pe le 02/11/2018 00:54 (depuis mobile)

Voici de très belles paroles. Que celui qu'on appelle Dieu n'oubliera pas de consigner.

7.Posté par Fidol Castre le 02/11/2018 08:02

4.Posté par Môvélang le 01/11/2018 12:27 (depuis mobile)

En tout cas si mes morts attendent après moi pour un bouquet, ils risquent d''attendre encore longtemps.
Je ne participe pas à ce défilé d''hypocrites, et dans les jours qui suivent, le cimetière va empester l''odeur de fleurs pourries.


Oui, il existe des familles comme ça. Des familles dans lesquelles le fils considère son père défunt comme un chien, sa mère comme une truie, sa soeur comme un cancrelat et son frère comme un rat. Une simple attention y est vécue comme une hypocrisie puisque l'autre n'est qu'un moins que rien, un sans-dents, un tas de merde.
Mais dans la plupart des familles, les gens ont de la considération et du respect pour leurs proches. Le cercle est plus ou moins élargi en fonction de la sensibilité de chacun. Mais il y a un minimum. Et si les gens ne vont pas sur la tombe de l'arrière-grand-tante du cousin du beau-frère de grand-papa, ils honorent la mémoire de leurs parents proches.

La façon dont on traite les morts est une des caractéristiques qui différencie l'homme de l'animal, l'enfant humain du baleineau.

8.Posté par Dr Anonyme le 02/11/2018 10:43

Ben quoi les fleurs contenant de la pyréthrine !

9.Posté par maikouai le 02/11/2018 13:01

En dehors des commentaires miséreux, insipides, infantiles, improductifs parsemant trop souvent ces pages, la solution à la lutte anti moustique du moins dans les cimetières, serait de vouloir et parvenir à « pondre » un arrêté départemental (Préfecture ? Région ? Département ? Communes ?) Interdisant l’emploi de récipient classique (vases, pots, jardinières..) sur les tombes, en lieu et place de récipient troué à la base et ne pouvant plus stagner l’eau. Passé le délai pour mettre en conformité les nouvelles directives concernant la santé publique, les récipients non conformes jonchant encore les tombes, devront systématiquement être enlevés et détruits par les agents affectés à cette tâche. Là, un pas significatif vers la non-prolifération du moustique sera accompli. Faut cesser de palabrer…

10.Posté par Dr Anonyme le 02/11/2018 13:58

A ce que je sache les chrysanthèmes et autres fleurs des cimetières sont des moyens de lutte bien plus anciens que les moyens actuels de lutte contre les mouches et les moustiques dans ces endroits.

Par contre, les moustiques restent innombrables dans les ravines en particulier à la RAVINE DES TROIS BASSINS où d'ailleurs pullulent les moustiques par milliards. Personne ne se fait de soucis.

Or s'il est clair que les moustiques sont les vecteurs courts (ils volent dix mètres au plus), on se demande où sont les vecteurs longs porteurs sains bien plus dangereux que les moustiques (ils volent 2 à 3 kms).

Les moustiques pondent des œufs non contaminés. Les porteurs sains transmettent leurs virus à leurs descendants.

11.Posté par Môvélang le 02/11/2018 20:46 (depuis mobile)

Hé! Oui le castré, mais contrairement à toi, je ne m''exhibe pas, je ne pense pas à mes parent que le 1er novembre ( Judéo-chrétienne) si ta mère est une truie et ton père un chien je n''y pour rien je suis simplement quelqu''un de non asservis,

12.Posté par Fidol Castre le 03/11/2018 19:25

@11 la religion judeo-chrétienne n'existe pas.

Non asservi, toi ? Si, à la bêtise.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Novembre 2018 - 20:37 Air Austral fait le point ce 20 novembre à 19H