MENU ZINFOS
Société

Syndrome d'alcoolisme fœtal : Une victime raconte son combat quotidien


Sabrina Dijoux a écrit “Une fille debout”, un livre qui parle de son combat au quotidien. Elle souffre du SAF (Syndrome d’alcoolisme fœtal) et vit avec un lourd handicap moteur. La trentenaire partage sa peine mais souhaite aussi sensibiliser les futurs parents.

Par Lola Sautron - Publié le Dimanche 10 Juillet 2022 à 08:37

Le Syndrome d’Alcoolisme Fœtal (SAF) est un trouble courant qui découle de la consommation d’alcool par la mère pendant sa grossesse. Environ 263 bébés naissent avec ces troubles chaque année à La Réunion et environ 17 000 Réunionnais vivent avec ce syndrome qui se manifeste de multiples façons. La Réunionnaise de 35 ans, Sabrina Dijoux, atteinte du Syndrome d’Alcoolisme Fœtal, en parle dans son livre "Une fille debout".

L’autrice est handicapée moteur. Elle partage avec ses lecteurs les problématiques et désagréments causés par le SAF qui marquent sa vie au quotidien.
 


Découvrir sa maladie, comprendre la SAF

Son handicap est effectivement dû au SAF, ça a été confirmé car elle est née à 6 mois et demi de gestation, alors que sa mère était gravement alcoolisée à ce moment-là.

C'est lors d’un rendez-vous chez le gynécologue pour savoir s' il serait possible pour elle de tomber enceinte qu'elle a découvert qu'elle était atteinte du SAF. Le diagnostic a été facile pour le praticien : elle n’avait pas le creux au-dessus de la lèvre supérieure, ce qui est l’une des caractéristiques du SAF.

Les conséquences du SAF peuvent être multiples. Certains enfants peuvent être atteints de problèmes mentaux ou de caractéristiques physiques au niveau du visage.

Chez elle, le SAF à entraîné un handicap moteur qui a touché ses jambes, un retard neurologique qui se traduit par un retard dans la coordination et une perte des repères spatiaux, des tremblements.

Le SAF se manifeste par plusieurs symptômes qui peuvent impacter la vie quotidienne et ce parfois lourdement.

 

Vivre avec le SAF

Le message que souhaite faire passer Sabrina Dijoux est qu’il ne faut pas avoir honte du SAF, qu'il faut essayer de surmonter les difficultés qu'il provoque, d’apprendre à le déjouer.

"Moi, j’ai eu honte pendant très longtemps, il faut apprendre à le surmonter. Je le vis tous les jours et j’y suis arrivée même si je m’entraine encore aujourd’hui. On arrive à déjouer tous ces petits problèmes, il faut garder le courage et vivre sa vie comme on en a envie et comme on l’entend", assure Sabrina.

Pour la future maman, un verre d’alcool ce n’est pas forcément très grave, alors que ça l’est quand on est enceinte. Durant cette période, elle ne doit pas penser au plaisir qu’elle va ressentir en buvant ce verre mais au "petit être" qui va naître, qui va ingurgiter involontairement cet alcool. 


Aimer son enfant malgré son handicap

Je veux juste dire aux mamans que je comprends leur souffrance”, concède Sabrina. “Mais pour s’occuper d’un enfant, il faut lui donner beaucoup d’amour, beaucoup d’affection et surtout lui dire que ce n’est pas parce que maman a bu qu’elle ne l’aime pas”, insiste la jeune femme atteinte du SAF. Elle témoigne du manque que peut créer l’absence de communication : “Moi, je sais que ma mère ne me l’a pas dit et j’en ai beaucoup souffert.” 

À 35 ans, elle arrive maintenant à vivre avec et à l’accepter. Mais elle assure : “Grandir et vivre sans l’amour de sa mère à cause de l’alcool, c’est très compliqué.”

Il faut montrer à l’enfant qu’il est important aux yeux de sa mère et qu’elle fera tout pour s’en sortir et que son enfant arrive également à s’en sortir avec ce syndrome. C’est très important que les parents soient présents pour l’enfant parce que si eux ont leur souffrance, l’enfant lui, va porter ce syndrome toute sa vie.

Les ravages de l’alcool l’ont condamnée à vie

Les parents eux peuvent se dire que pour s’en sortir ils vont faire une cure, qu’ils vont réussir à arrêter de boire. Pour l'enfant, le SAF est là et sera toujours là.Iil va grandir avec et en grandissant, il va devoir faire face à une multitude de problèmes. 

Si l’enfant n’a personne pour l’aimer, pour l’aider, pour comprendre, ça peut être très dur à porter”, assure Sabrina Dijoux qui insiste : “C’est important que les parents pensent d’abord à l’enfant plutôt qu’à eux.” 
 
Elle en a d’ailleurs elle-même souffert. Elle raconte qu’elle a grandi avec de la colère et en a beaucoup voulu à sa mère qui lui a fait porter cette souffrance : “J’ai perdu ma mère à cause de l’alcool, mais les conséquences du SAF sont toujours présentes”.




1.Posté par nono le 10/07/2022 11:09

quelle grande nouvelle que voila il y a de l'alcool a la Réunion !!!!!!
et pourtant l'état ne fait rien pour enrayer le phénomène cela lui rapporte tellement d' argent en taxes diverses
publicité interdite pour l'alcool mais pourtant a la une de tout les catalogues des hypermarchés vous ne trouvez que de l'alcool en promotion

2.Posté par nene le 10/07/2022 15:52

ce n'est pas parce qu'il y a de l'alcool en vente qu'il faut boire et l'état ne peut pas etre responsable de tout

3.Posté par Fabiho le 10/07/2022 21:32

Les parents boivent, les enfants trinquent... Courage et force à cette jeune femme qui ose briser un tabou !

4.Posté par 864 le 11/07/2022 03:36

A la la pou commensė

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes