Outremer

Statut de la Guyane : "Il faut que nous puissions choisir..."

Mardi 14 Juillet 2009 - 16:30

Marie-José Lalsie, la secrétaire générale du Parti socialiste guyanais (PSG) a indiqué lors du séminaire annuel de son parti à Régina qu'elle souhaitait une nouvelle collectivité pour la Guyane. Zinfos a sélectionné plusieurs extraits d'un entretien réalisé par un journaliste de France Antilles Guyane concernant les évolutions réclamées par Marie-José Lalsie.


Statut de la Guyane : "Il faut que nous puissions choisir..."
Les précédentes déclarations du Président de la république, Nicolas Sarkozy, lors de son précédent déplacement en Martinique ne sont pas restées vaines. L'éventualité d'un nouveau statut, plus autonome pour ce département, semble, en effet, aussi intéresser le Parti socialiste guyanais.
Rassemblés samedi dernier à Régina, les socialistes guyanais et leur secrétaire générale, Marie-José Lalsie, ont clairement indiqué que c'était au peuple guyanais "de choisir" son avenir et qu'une nouvelle collectivité devenait nécessaire. Voici un extrait d'un entretien réalisé par le média France-Antilles :

"L'objectif est de se retrouver autour de notre projet politique et de société. Nous sommes pour l'évolution statutaire : nous devons donc présenter un projet de société dans la droite ligne de nos idéaux.
C'est cet attachement quasi culturel, cette dépendance à tout ce qui vient de l'extérieur. Nous sommes peut-être la France, mais pas en France. Nous sommes dans un univers amazonien.

Nous voudrions avoir notre place dans le Carecom. Pas comme observateur mais comme associé, parce que nous avons les mêmes problématiques. Nous avons les mêmes potentiels que nos voisins et nous devons acquérir leurs savoir-faire. Par exemple, en matière d'éducation, on pourrait s'inspirer de ce qui se fait au Brésil. (...).

Il faut enseigner la langue française autrement. Elle doit être enseignée comme une langue étrangère, en s'appuyant sur la langue maternelle des élèves. Un bushinengué peut être très bon en mathématiques. Mais parce qu'il n'arrivera pas à l'exprimer en français, on aura l'impression qu'il n'est pas bon.
Des sénateurs proposent de créer des classes de niveau plutôt que des classes d'âge à l'école. (...). Je n'ai pas lu tout le rapport, mais les parties consacrées à la Guyane. Je ne sais pas si je serais aussi péremptoire. Il faut pouvoir adapter. Dans certains milieux, il faut mettre des classes de niveau. Mais pas à chaque fois. (...).

Nous n'aurons jamais les moyens de construire autant d'écoles. Mais regardons comment fonctionnent nos voisins. Avec les mêmes bâtiments, ils arrivent à avoir un rythme qui permet à chacun de recevoir les fondamentaux. Si nous n'avons pas le matériel, il faut que dans nos structures, tout le monde, y compris les parents, puisse venir suivre des apprentissages. On ne pourra plus construire ; il faut faire autrement. (...).

Le problème, c'est l'accession au foncier. Tout le monde doit pouvoir y accéder. Les communes pour avoir une urbanisation concertée. Construire des logements sociaux, c'est bien. Mais pouvoir dire à quelqu'un, selon ses moyens : «Voici le terrain auquel vous avez droit, construisez votre logement» , c'est mieux. (...). Il faut trouver de nouvelles ressources. La nouvelle collectivité que nous voulons doit avoir des moyens. Il faut créer une nouvelle forme d'économie qui génère de la richesse. Il faut sortir des sentiers battus.(...).

Il faut une collectivité qui ait le levier sur les taxes. Que l'on donne un code aux activités en Guyane. Si on met en place un code du tourisme, on dit comment on veut le développer, ce qu'il est possible de faire et quelles ressources les collectivités peuvent demander aux opérateurs. C'est pour cela que nous voulons sortir du cadre institutionnel actuel. (...). Quand on prend les responsabilités d'un pays, il faut accepter les difficultés. Effacer les dettes et recommencer à zéro n'est pas la solution. Mais donner les moyens de payer nos dettes, c'est mieux. La politique de la main tendue, ce n'est pas la politique du Parti socialiste guyanais. Il faut être suffisamment attractif pour faire venir les investisseurs et, avec les codes que nous aurons mis en place, recueillir de la richesse et payer nos dettes si l'on en a. (...).

Nous souhaitons que la population soit interrogée sur notre évolution. (...). Est-ce que oui ou non, nous voulons une évolution statutaire sur l'article 74 comme le souhaitent les élus ? (...). Nous nous rendons compte que nous, élus, nous faisons de la gestion, pas de la gouvernance. Allons vers les responsabilités. Allons à l'article 74 et voyons quelles compétences nous voulons, puisqu'on peut les acquérir au fur et à mesure. (...). J'aimerais bien que cette question soit posée et qu'il n'y ait pas d'élections régionales en 2010. (...).
(L'article 74) est celui qui nous rend plus autonomes et qui permet à la Guyane de créer elle-même ses passerelles pour son développement. (...). Je lui dirais que nos élus ont enclenché un processus d'évolution statutaire. Le président a dit à la Martinique qu'elle aura sa consultation. La Guyane a été frustrée en 2003 (année d'un premier référendum aux Antilles mais pas en Guyane, ndlr). Aujourd'hui, il faut que nous puissions choisir. Et le peuple décidera. (...). Dans un pays tel que la Guyane, le traitement de l'immigration doit être fait avec les collectivités, quand bien même c'est une compétence régalienne. Nous devons pouvoir fixer des règles transfrontalières, parce que les rives des fleuves n'empêcheront jamais les gens de s'entrecroiser."
Ludovic Robert
Lu 1470 fois



1.Posté par thierry le 14/07/2009 20:54

Joli résultat...les véritables enjeux des "états généraux" commencent à transpirer, Sarko a trouvé le moyen de faire des économies et de se simplifier la tache avec la complicité de la gauche...

Un bourrage de crane du même genre concernant la Réunion ne devrait plus tarder, et je ne pense pas que les Domiens, s'ils ont à voter, se laisseront entrainer dans cette aventure tellement les ficelles sont grosses !

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 14/07/2009 22:54

ça ne sera pas pour te déplaire, thierry, que l'issu à ces EGDOM soient que les territoires OM ferment leur gueule et disent merci en courbant l'échine face à cet état si généreux envers ses territoires outre mer....

3.Posté par le Démon crate le 15/07/2009 06:23

Madame, au nom du PSGl vous souhaiter apporter un changement au statut de la Guyane. Mais que faites vous de ceux qui sont les véritables autochtones de cette partie du monde? Les amérindiens? Ont ils le droit à la parole ? Seriez vous aussi à votre tour des colonialistes méprisants et étouffants le peuple d'origine comme cela c'est fait en Australie ?
Je suis inquiet de voir des partis de gauche ne rien proposer pour redonner la place aux amérindiens.

4.Posté par Payet Suzanne le 15/07/2009 09:21

Un pays aussi riche et aussi pauvre à la fois, jamais vu ça !!! Et si la France les lâche ? Mon Dieu, que vont-ils devenir ? alors que déjà ils ne savent pas profiter de leur centre spatial, de leurs barrages, etc... Il faudrait y délocaliser le savoir-faire réunionnais, GERR'ILE VERTE est un grain de sable à côté de ce grand pays

5.Posté par pimanzoizo le 15/07/2009 10:11

elle nous fait le coup Kourou coucou !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 9 Novembre 2016 - 16:57 Guyane : Un cadre du parti Walwari tué par balle