MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Stanislas a eu deux coeurs


Je me nomme Thierry Laude, je suis professeur de philosophie au lycée Sarda Garriga de Saint-André. Je vous envoie un hommage à un jeune professeur des écoles de l'école maternelle les Cytises de Saint André qui vient de décéder. Il était greffé du coeur, d'où le titre. C'est à la fois une histoire belle et triste, mais aussi une leçon de vie en ces temps troubles.

Par Texte de Thierry Laude, cosigné par John, Karine L, Frédérique, Émilie, Florence, Odile, Laurent, Muriel, Christèle, Pascale, Yannick, Nicole, Tatiana, Khoulsoum, Karine T. - Publié le Mercredi 3 Juin 2020 à 09:59 | Lu 914 fois

Stanislas a eu deux coeurs
Stanislas a eu deux coeurs. Stanislas a eu deux vies. Il vient de s’éteindre à l’âge de 40 ans. Sa greffe de coeur, c’était une deuxième chance, une renaissance, une opportunité non pas de vivre plus longtemps, mais de vivre vraiment, de prolonger plus authentiquement une existence que le malheur voulait éteindre trop tôt.

Il était professeur des écoles à Saint-André, un métier auquel il s’est donné corps et âme. Ce métier était sa vocation ; il faisait sens pour lui, il donnait un sens à sa vie, il était sa vie. Il a vu grandir et a aidé à grandir des dizaines d’enfants qui garderont de lui mille souvenirs de bienveillance, d’amour, de savoir, de sagesse, qui recevront en héritage le trésor de la joie de vivre et le souci permanent d’être heureux.

Pour une fête de fin d'année de l’école, il avait choisi comme musique : « What a wonderful world » de Louis Armstrong : « Quel monde merveilleux ». Grand paradoxe, symbole plus grand encore. Il voulait apprendre aux enfants la nécessité et l'art d'être heureux. Les adultes sont toujours tentés de maudire le monde, qui donne tant de raisons de se plaindre, de gémir, de désespérer, ce monde qui nous trahit, du malheur des cataclysmes à la maladie des corps en passant par le mal des hommes. Stanislas ne se plaignait jamais, trop soucieux de faire valoir son droit au bonheur. Son droit au bonheur et le devoir qu'il s'était donné de rendre les autres heureux. Il a choisi, comme le poète, de trouver le bonheur dans l’enchantement, de contrarier le malheur par la joie plutôt que d’ajouter aux horreurs du monde la plainte des hommes.

Tandis qu’un autre coeur, fragile, battait dans sa poitrine, un grand amour de la vie, solide, a guidé son existence. Comme ce coeur barbare prolongeait et à la fois menaçait sa vie, comme il portait son épée de Damoclès dans la poitrine, il a choisi d’aimer la vie d’un amour sincère et profond. Il a voulu donner à chacun, non en savant mais par l’exemple, une belle leçon d’amour, de vie, de sagesse.

Il faut aimer la vie, même et surtout lorsqu’elle semble vouloir nous trahir. Voici ce qu'il semblait nous dire.

Nietzsche, qui a lui aussi été meurtri par la maladie, qui a souffert de cruelles douleurs dans sa chair, a chanté plus que quiconque l’amour de la vie. Il faut aimer la vie, mais la vie tout entière, avec ses ravages et avec les ravissements, dans ses cruautés et dans ses miracles. Il distinguait la « grande santé » et la « petite santé ». La petite santé est celle des corps qui fonctionnent parfaitement, comme des machines bien huilées, des organes qui ronronnent en nous comme les pièces d’un moteur parfaitement réglé. La « grande santé », c’est l’amour de la vie, l’amour de la vie même quand le corps casse, même quand les organes nous trahissent, même quand l’ordre du corps menace à tout moment de virer au chaos. On peut donc connaître la « grande santé » même si la « petite santé » nous échappe. Aimer la vie, s’aimer soi-même, aimer les autres : Stanislas avait la « grande santé » de Nietzsche, cette grande leçon de sagesse. Il affrontait la haine avec l’amour, le malheur avec le bonheur, la maladie avec l’amour de la vie. Le tout avec un humour indéfectible ; pour lui, rire du mal, de la maladie, du malheur, c’était en triompher.

Tandis que la menace se faisait grandissante, que ce coeur qui avait prolongé sa vie se faisait plus fragile, redevenait plus barbare, il a toujours voulu être entouré de bonheur, éviter les profusions de sentiments, les effusions de larmes. Comme si de rien n’était. Il voulait vivre en sentant la vie s’épanouir autour de lui. Se laisser porter par la vie au lieu de se laisser emporter par la tristesse, qui est une mort avant la mort.

Dans ce « monde merveilleux » des autres et des êtres, il voulait que bruissent autour de lui les rires, la joie et l’amour. C’était vivre en se plongeant dans la source vive de toute vie. Rire parmi ceux qui rient, danser parmi ceux qui dansent, chanter parmi ceux qui chantent, aimer parmi ceux qui aiment. Une vie tonitruante, pour vivre, vivre encore, vivre vraiment, avec ceux qu’il aimait et qui l’aimaient. C’était arracher à la vie ses plus précieux instants, savourer chaque seconde, faire de chacune de ces secondes, les dernières, des secondes d’éternité.

Lorsqu’un ami meurt, conseillait Épictète, ne dis pas : « je l’ai perdu » mais : « je l’ai rendu ». Les êtres merveilleux que la vie a mis sur nos routes ne nous appartiennent pas ; nous voulons les garder auprès de nous, convaincus qu’ils sont à nous. Mais l’ami n’est pas un bien, c’est un bienfait. Il est, selon le philosophe, un présent de la Terre ou des Dieux. Amis, il nous faut rendre cet ami. Il a été rendu au Ciel, il sera rendu à la Terre.

Et nos mémoires s’enrichissent de beaux souvenirs, et notre île s’enrichit d’une belle histoire, l’histoire de Stanislas aux deux coeurs.




1.Posté par République le 03/06/2020 13:20

Bravo ! Et merci pour ce texte ! Nous avons toujours en nous une réserve de bonheur, et si petite qu’elle soit, il importe de l’entretenir pour faire face aux moments difficiles qui ne manqueront pas de se présenter…


2.Posté par zozimet le 03/06/2020 13:52

Quelle prose magnifique ! j' adhère à 100%. Bravo

3.Posté par justedubonsens le 03/06/2020 16:13

Beau texte. Je ne connaissais pas cet homme mais par l'hommage qui lui est rendu, il m'aurait plu de le connaître car ce qu'il a traversé ne pouvait que le rendre beau ! Mes meilleurs sentiments à sa famille et à vous ses amis.
Francis du Tampon, Koulsoum devrait savoir qui je suis.

4.Posté par Nivet le 03/06/2020 16:33

Bravo pour cet hommage .
Très beau texte .

A.N.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes