MENU ZINFOS
Patrimoine

Stanislas Gimart, sucrier inventeur


En 1824, le sucrier et technicien d’avant garde, Louis Stanislas Xavier Gimart, invente une batterie qui portera son nom. Les anciennes chaudières en demi-lune sont remplacées par un bac rectangulaire unique.

Par Sabine Thirel - Publié le Samedi 4 Juillet 2009 à 08:06 | Lu 3371 fois

Moulin de canne à 3 rouleaux-La Roseraye Ste Rose
Moulin de canne à 3 rouleaux-La Roseraye Ste Rose
En pleine révolution agricole, l’île Bourbon passe rapidement de la culture du café à la quasi monoculture de la canne à sucre. La production sucrière augmente, les machines performantes apparaissent. Les planteurs cherchent à dépasser  la production artisanale du rhum et du sucre et  s’essayent  à une production industrielle. Les sucriers, les techniciens et ingénieurs se penchent sur ce problème. Louis Stanislas Xavier Gimart (1780-1846) arrivé en 1810, est justement l’un d’eux, produire plus à moindre coût est la question des trente premières années du XIXe siècle.
 

Ancienne chaudière en demi-lune
Ancienne chaudière en demi-lune
Alors que les autorités coloniales se révèlent frileuses à investir dans la recherche agricole et mécanique. Elles sont cependant à l’affut, prêtes à récupérer les trouvailles des particuliers à son compte. Les planteurs s’accordent pour financer les recherches et les expérimentations mettant leurs matériels et leurs personnels à la disposition des ingénieurs. Ainsi, après la méthode de plantation triennale proposée par Joseph Desbassayns, les machines à vapeur anglaises installées dans l’usine du Chaudron, apparaissent certains aménagements des machines à sucre. Stanislas Gimart conçoit une machine si elle n'est pas révolutionnaire, améliore nettement la fabrication du sucre à Bourbon. Les anciennes chaudières en demi-lune sont remplacées par un seul bac rectangulaire.

Cannes à sucre plate forme de La Mare
Cannes à sucre plate forme de La Mare
En effet, la batterie Gimart se compose d’un bac en cuivre d’environ 16 mètres de long  sur 1m30 de large, séparé par des parois verticales amovibles, plus basses que les bords du bac pour éviter de débordement. Le jus déféqué arrive d'un côté et passe d'un bassin à l'autre pour atteindre progressivement la partie la plus chauffée qui se trouve à l'autre extrémité. Ces parois laissent passer le vesou en ébullition d’une partie à l’autre, tout en étant chauffé en continu, l’amenant à l’évaporation puis à la cuite. L’avancée technique est inéluctable. Cette continuité des opérations supprime les longs transvasements d’une chaudière à l’autre. De plus, il utilise un même foyer nourri de bagasse de cannes. Cette nouvelle machine présente plusieurs avantages, tout d’abord une diminution du nombre de travailleurs qui passent pour cette opération de 18 à 5, une simplification des manutentions, un gain de temps certain et enfin une économie de combustible.

Matériel d'analyse chimique d'usine sucrière
Matériel d'analyse chimique d'usine sucrière
L'industrie sucrière est encore à ses balbutiements lorsque Gimart met en place sa batterie, beaucoup de sucriers le suivent. mais l’étape précédente de défécation n’est pas encore suffisamment efficace, ainsi l’ajout de sa machine sur la chaine de la fabrication du sucre ne donne qu’un sucre grossier qui menace parfois de trop cuire. Wetzell, chimiste et physicien, le critique en disant qu’il reconnait que « le problème de la continuité y est ingénieusement résolu. Mais…appliquer la continuité à la concentration du vesou sans que celle-ci ait été précédée d’une défécation avec repos, c’est bâtir sur un mauvais fond”. Pour lui, le vesou doit être décanté puis déféqué du mieux possible pour produire un sucre de bonne qualité. Il reste à  trouver la solution chimique pour l’amélioration de la décantation du vesou.

Usine de Ravine Creuse -Saint-André
Usine de Ravine Creuse -Saint-André
Circuit de la fabrication du sucre de cannes en1831d’après Argmengaud Ainé:
Cannes à sucre => broyage par passage dans un moulin mécanique à 2 ou 3 rouleaux = récupération du jus ou vesou => Chaudière à défécation à vapeur, ajout de chaux et d’acide sulfurique pour la purification => cuite dans des chaudières à  décantation en demi-lune, remplacées par la batterie de Gimart => filtration par pompe à vapeur, transport du jus épuré et concentré => les chaudières de Wetzell, battent le jus pour le faire évaporer et l’empêche de caraméliser, à une température de 63 °c => étape de cristallisation sur des tables, puis brassage pour casser le sucre => extraction de l’humidité par un passage en turbines c’est la purgation qui dure environ 3 semaines = SUCRE.

Après la première opération de broyage, les résidus de canne, la bagasse, est employée comme combustible sous la batterie Gimart. En revanche, à la dernière opération, apparait le sucre prêt à être consommé mais il reste aussi la mélasse utilisée pour la fabrication de l’alcool et du rhum.

Sources : Jean-François Géraud , Wetzell : une révolution sucrière oubliée à la Réunion, Revue historique des Mascareignes n° 1  AHOI/ Archives départementales de la Réunion 1998 .
Sudel FUMA, Une colonie île à sucre-économie de La Réunion au XIXème siècle, La Réunion, Océan éditions,1989.




1.Posté par ANITA le 04/07/2009 21:57

je lis toujours aussi attentivement la rubrique Patrimoine ! Une bonne façon de connaître de façon agréable et non superficielle, notre Réunion ! Je note après cet article que l'on s'est préoccupé d'économiser temps et main d'oeuvre, à la Réunion, alors même que l'esclavage n'était pas encore aboli. Mais c'est une pratique courante dans toute industrie. Une suggestion : n'y aurait-il pas un livre à faire en recueillant tous les articles parus ? Une autre façon de faire connaître notre île à ses visiteurs !

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 05/07/2009 12:11

anita, ce ne sont pas les ouvrages sur la Réunion, son histoire, son patrimoine qui manquent !! faut arrêter de croire que rien n'existe pour les touristes...

3.Posté par ANITA le 05/07/2009 23:30

Je connais ! Merci Nicolas ! Il me semblait seulement que les articles que l'on trouve ici ont un autre ton: ils paraissent dénués de but touristique et offrent une autre approche. Par contre, je veux bien rectifier mon idée : il faut aussi que les jeunes réunionnais connaissent leur île et même si, dans ce domaine là, aussi, il existe beaucoup d'ouvrages intéressants et très documentés ce que chacun peut faire en ce sens ajoute une pierre à l'édifice.

4.Posté par Laurent le 16/05/2010 14:58

Stanislas Gimart dommage qu'aucun établissement publique ne porte son nom.

La batterie de Gimart : http://usines-sucrieres-de-mayotte.over-blog.com/article-1385210.html

5.Posté par LG. le 28/09/2015 14:02

Bonjour je m'appel Laura GIMART oui oui Gimart savez vous ou je peux trouvez Plus d'information sur cet personne qui semblerait être un de mes parents ? Je sais que ce post est inactif depuis plusieurs année mais j'espère tut de même une réponse je vous remercie ^^

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes