Faits-divers

St-Pierre: Son père impliqué dans un accident de la route, il agresse les policiers

Samedi 1 Juillet 2017 - 10:52

St-Pierre: Son père impliqué dans un accident de la route, il agresse les policiers
Des policiers une nouvelle fois pris à partie. Alors qu’ils intervenaient hier soir du côté de Terre-Sainte pour un accident de la route, des éléments de la police secours de la Ravine des Cabris ont été violemment pris à partie par un individu.

Ce dernier n’a pas apprécié que son père, apparemment ivre et impliqué dans cet accident, soit emmené au poste pour des vérifications d’usage. Un des policiers a été blessé.

Il a fallu le renfort de gendarmes et d’autres policiers pour le maîtriser complètement.

Un énième débordement qui a provoqué la colère du syndicat SGP Police FO, qui dans un communiqué, dénonce "l’explosion des violences à l’encontre des policiers dont le quotidien devient de plus en plus dangereux".

Pour le syndicat, il est "urgent et indispensable" que la "tolérance zéro soit appliquée à l’encontre des auteurs de violences contre les forces de l’ordre".

"Unité SGP Police FO tient à souligner le professionnalisme de nos collègues et apporte tout son soutien au policier blessé lors de l'intervention", termine le syndicat.
Zinfos974
Lu 9633 fois



1.Posté par Léonidas le 01/07/2017 11:46

total soutien à nos policiers!

2.Posté par Zarin le 01/07/2017 12:16

Alcool au volant : l’éthylotest anti-démarrage va être démocratisé

Les conducteurs qui ont vu leur permis annulé ou suspendu pour cause d'alcoolémie vont pouvoir le récupérer sous certaines conditions, dont l'installation d'un dispositif empêchant la voiture de démarrer s'ils ont trop bu.

3.Posté par Dolly Prane le 01/07/2017 12:31

Tous les jours Y sar raconte lé meme zaffair que les policièrs se procurent un bon nerfs bœuf bazard et quand un GRATEL Y vient fé lé couillon baise à LI un bon coup sur son fesse la prochaine il va réfléchir

4.Posté par Travisdoc le 01/07/2017 17:24

Tirez dans le tas Mrs les policiers ou bien comme le post 3 utilisez le nerf de bœuf en pleine gueule !

5.Posté par TICOQ le 01/07/2017 17:31

tel père, tel fils ! L'abruti....

6.Posté par titi974 le 01/07/2017 17:53

Il semblerait que les cons se reproduisent le père, le fils de bons idiots pour qui la tolérance zéro doit être appliquée, en taule vite et longtemps pour bien calmer leurs ardeurs après les avoir ponctionnés au porte monnaie avec des amendes bien salées .

7.Posté par Choupette le 01/07/2017 20:22

Monsieur le nouveau préfet, c'est l'occasion, il faut frapper fort !

Très fort !

.

8.Posté par Jacky le 02/07/2017 06:37

C'est vrai qu'à part le coup de chabouk, je ne vois pas comment faire entendre raison à ce genre de débiles. Après, on interdit la fessée, voilà le résultat de 0 éducation.

9.Posté par gaudin le 02/07/2017 09:11

c 'est tout un systéme qu'il faut revoir .
L'education qui passe par les parents mais aussi l'éducation nationale.
les sanctions en cas de peine légere doivent etre appliquée ( revenir sur la suppression des peines planchers. )

Des politiques exemplaires !!!

Halte aux magouilles et privilèges pour obtenir un contrat de travail.

10.Posté par TICOQ le 02/07/2017 11:16

@ 9.Posté par gaudin le 02/07/2017 09:11

vous n'êtes pas le seul à confondre éducation (parentale) et instruction (scolaire)

11.Posté par jean claude payet le 02/07/2017 13:36

oui mai il n'empeche qu'il n'y a aucun des deux ici

12.Posté par Dazibao le 02/07/2017 15:15

Pour le syndicat, il est "urgent et indispensable" que la "tolérance zéro soit appliquée à l’encontre des auteurs de violences contre les forces de l’ordre".
.........................................................................................

Messieurs du syndicat, arrêtez "votre cinéma" car vous êtes les complices du système dont vous tirez avantage.

Cela fait des décennies que nous entendons les gouvernants promettent le tolérance zéro mais les choses s'aggravent et seule est appliquée la tolérance zéro envers les victimes.

C'est un véritable parcours du combattant pour aller déposer plainte. On fait tout pour vous décourager: vous êtes mal reçu, on vous réoriente vers un autre service, il manque un papier, on vous fait comprendre que cela ne sert à rien de déposer plainte, ou que les faits ne relèvent pas du pénal mais du civil ou encore que vous êtes quelque part fautif de n'avoir pas verrouillé votre votre voiture, d'avoir laissé une fenêtre de maison ouverte, d'avoir retiré de l'argent d'un gabier à une heure par trop tardive pour vous faire comprendre que les "gens bien" ne traînent pas dans certains coins ou la nuit, qu'au lieu de faire du jogging dans un endroit pas trop fréquenté il vaut mieux courir autour d'un commissariat, etc....). On dresse des obstacles à votre plainte.

Ca c'est le premier parcours. Le deuxième obstacle, c'est la justice. Il est difficile d'obtenir justice. Le parquet classe; votre plainte s'est perdue etc.. Et si par bonheur, votre plainte arrive au tribunal, ce qui constitue déjà une victoire, il y aura toujours un avocat pour trouver une faille dans la procédure mal ficelée car rédigée à la va vite par des policiers de moins en moins bien formés.

Dans notre société, le délinquant bénéficie de plus de garanties que la victime. Cette dernier a juste le droit de déposer plainte mais comme raconté ci-dessus, il faut de la patience pour déposer plainte. Vous êtes soumis au bon vouloir de la police. Le préposé aux plaintes est souvent de mauvaise humeur.

Par contre, le délinquant lui bénéficie du droit au silence (en comparaison vous avez le droit de déposer plainte mais en réalité on vous fait comprendre qu'il valait mieux garder silence). En sus, il a droit à un médecin qui doit déterminer si sont état de santé est compatible avec une garde à vue, tandis que la victime bien qu'ayant la gueule amochée doit lui payer de sa poche un médecin qui n'écrira pas que vous êtes en état de déposer plainte (parfois les policiers estime votre plainte comme relevant de la folie).

Ce délinquant à droit également à un avocat payé par l'Etat, de téléphoner à une personne de son choix, à un repas sur place porté par un policier (à contrario, la victime devra elle même cuire sa soupe mais seulement quand elle sera rentrée chez elle), à des heures de repos.


Il sera conduit au juge dans un véhicule de police alors que vous même si vous avez la gueule en sang, il vous faudra prendre le bus.

Bref, vous êtes abandonné.


Comme dit, si par bonheur, votre affaire est jugée, vous devrez affronter la vindicte du délinquant ou de ses soutiens venus en nombre au tribunal, qui vous menace devant les juges sans que ces derniers n'interviennent.

Et en sortant du tribunal il peut vous arriver alors que vous êtes en plein découragement, de passer devant une armurerie et de penser d'acheter une arme et de se faire justice.


Si vous résistez à cette tentation à raison du fait que le délinquant a été condamné à vous indemniser, un autre parcours du combattant commence.


Conclusion: dans notre système la victime est maltraitée du début jusqu'à la fin. Il favorise le délinquant au détriment de la victime.

13.Posté par loyada le 02/07/2017 20:47

et oui les cons , cela se reproduit aussi , une bonne lignée en perspective !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 08:41 Des casseurs d'Halloween au tribunal ce jeudi