Faits-divers

St-Pierre: Ligotés, battus et cambriolés la veille de leur mariage

Jeudi 25 Avril 2019 - 17:51

Ce fut une expérience pour le moins traumatisante. Le soir du 9 avril  2013, un couple rentre chez lui, à Saint-Pierre, où se trouve son petit de deux ans et demi et sa nounou. Une soirée qui devait être pleine de joie, car il s’agissait de la veille de leur mariage. Mais à peine sortis de leur voiture, trois individus encagoulés et armés de fusils les surprend.
 
Une fois dans la maison, les trois adultes sont menacés et ligotés. L’homme est frappé à plusieurs reprises, notamment à coups de crosse sur la tête. La nounou supplie les hommes de ne pas ligoter l’enfant en promettant qu’il sera sage. Le petit est alors enfermé dans la cuisine. Les hommes fouillent, dérobent, puis repartent en voiture. Une affaire qui peut rappeler celle du couple Aho-Nienne, ligoté et battu à mort en 2015 pour une somme de 3000 euros. Il s’agit cette fois-ci également d’une famille chinoise connue et donc ciblée.
 
L’un des hommes condamnés en première instance, O.L, maintient son innocence depuis le début et était jugé ce jeudi en appel. Condamné à 5 ans de prison dont un avec sursis pour vol avec violences, il crie au complot. Il ne connaît même pas les deux autres. Enfin si, il aurait fait appel à l’un deux, carrossier, pour réparer une bosse sur sa voiture. Rien de plus. Mais le carrossier assure que O.L était  le troisième homme. Il l’a d’ailleurs appelé à deux reprises quelques minutes avant les faits. "Voulait-il vous parler de la bosse sur votre voiture alors qu’il préparait un cambriolage" ?

9 ans ferme requis
 
Pour O.L, il remplace quelqu’un qui devrait être à sa place. "Je ne sais plus pourquoi il m’a appelé et je ne connais rien à cette histoire", assure-t-il. Son avocate ajoure : "Il s’agissait d’un jour ordinaire et c’est pour cela qu’il ne se rappelle pas des détails".

Un manque de détails qui ne semble pas convaincre la cour, qui rappelle les mentions sur son casier judiciaire : huit condamnations entre 2001 et 2012. Ce père de famille, aujourd’hui sérieux et travailleur, était-il un des hommes encagoulés ? Selon les victimes, il s’agissait de "deux cafres et un yab". "Ses complices l’accusent et les victimes le décrivent", affirme la procureure qui requiert une peine bien plus lourde : 9 ans ferme.
 
Pour la défense, les cafres étaient décrits comme étant "fins" et le yab "costaud". Or O.L st plutôt trapu. Et "aucune trace d’ADN n’a été trouvée". "Sans culpabilité certaine", son avocat demande alors la relaxe. La justice devra trancher : le délibéré sera rendu le 16 mai prochain.
Soe Hitchon - soe.hitchon@zinfos974.com
Lu 17329 fois



1.Posté par Choupette le 25/04/2019 18:59

Costaud, trapu, ici ils ne font pas la différence ... .

2.Posté par pipo le 26/04/2019 05:10

@ Choupette +

Mais carrément vrais!

3.Posté par Ti coq le 26/04/2019 07:51 (depuis mobile)

Je me demande toujours que se dit l''avocat(e) quand il rentre chez lui/elle en ayant obtenu la relaxe d''un malfrat ?
"-ah, ce fut une journée réussie"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous servirons à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie