MENU ZINFOS
Santé

St-Pierre: Le "collectif Parents974 mobilisation" manifeste à nouveau


Les parents opposés au port du masque pour les enfants dès 6 ans se mobilisent ce samedi après-midi dans les rues de Saint-Pierre. Ils prévoient de déposer des documents à la sous-préfecture et espèrent une rencontre la semaine prochaine.

Par - Publié le Samedi 20 Février 2021 à 15:21 | Lu 3318 fois

Source : (Facebook : QG des Zazalés - Gilets Jaunes)
Source : (Facebook : QG des Zazalés - Gilets Jaunes)
C’est confiant en sa capacité à faire bouger les choses que le collectif Parents974 mobilisation a décidé de maintenir la pression. Après la préfecture, c’est donc Saint-Pierre qui a été choisi comme théâtre de leur mécontentement. 

Depuis 14h30 les parents opposés au port du masque dans les écoles manifestent contre la mesure. Le rendez-vous a été donné devant la mairie avant de se diriger vers la sous-préfecture où des documents ont été déposés. Le collectif espère pouvoir rencontrer le sous-préfet la semaine prochaine.

Le 10 février dernier, près de 400 parents s’étaient mobilisés devant les grilles de la préfecture pour s’opposer à ce qui n’était alors qu’une décision du rectorat. Les représentants avaient alors annoncé qu’ils allaient déposer au tribunal administratif deux référés libertés, contre le rectorat et la préfecture, par le biais de leur avocat, Me Alex Vardin.

Finalement, un décret du Premier ministre publié au Journal officiel le jour même de la décision du tribunal avait rendu caduques ces référés. Une décision qui a renforcé la motivation des parents qui estiment que les décisions de la préfecture et du rectorat étaient bien illégales au moment où elles ont été prises.

Deux recours devant le Conseil d’État (référé et recours en excès de pouvoir) vont être lancés par les parents toujours mobilisés.


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par mimorpoumonmasque le 20/02/2021 15:41

pour etre sur que le masque i sert a rien sur les enfants a partir de 6 ans . invite dans zot rassemblement deux trois personnes qui nena le covid sud africain

2.Posté par nono le 20/02/2021 15:44

La situation sanitaire continue de se dégrader à La Réunion, a alerté Martine Ladoucette ce vendredi. 702 cas ont été enregistrés ces 7 derniers jours. La transmission autochtone est pointée du doigt par la directrice de l’ARS alors que le variant sud-africain circule majoritairement à La Réunion.

3.Posté par JORI le 20/02/2021 16:03

"Deux recours devant le Conseil d’État (référé et recours en excès de pouvoir) vont être lancés par les parents toujours mobilisés", tantine, en êtes vous à l'origine ? 😂 😂 😂

4.Posté par Mectizan pour la crotte le 20/02/2021 16:06

covid

alimentation

-------------
Les édulcorants et les traitements subis par les produits alimentaires industriels, dits ultra-transformés, ainsi que l’excès de consommation de produits carnés (à l’exception des femmes enceintes, enfants et ados en forte croissance, et personnes carencées en fer) ont, à l’inverse, des effets inflammatoires et délétères sur la flore digestive, qui participe à notre résistance à l’inflammation [2, 5, 6, 7].

-------------

En effet, dix fois plus nombreux que nos propres cellules, les micro-organismes composent notre flore intestinale (appelée également le microbiote), notre flore buccale, nasale, vaginale etc. [8]

Nous vivons en symbiose avec ce monde microscopique : les bactéries amicales (commensales), produisant pour nous des vitamines (K, B12, PP) et des substances essentielles.

Ces flores jouent un rôle important, à la fois dans les défenses immunitaires et dans le contrôle de l’inflammation.

Ce qui leur permet de nous renforcer est la consommation d’aliments riches en fibres, comme les légumineuses et les céréales complètes, de préférence sans gluten, les oméga 3, les polyphénols, le zinc etc.

Ce qui favorise les bactéries pathogènes, inflammatoires, sont les produits sucrés, salés, les aliments industriels et leurs édulcorants, l’excès de fer et de produits carnés.

5.Posté par Fatigué le 20/02/2021 16:15

La plupart sans masques et sans distanciation quelle honte
Verbaliser moi tout ça
Qu ils rentrent chez eux...

6.Posté par tantine le 20/02/2021 16:37

Sachant que:

- 1. Les fabricants de masques apposent sur les boîtes de masques de protection respiratoire individuelle, la mention suivante ou équivalente:

« Ceci n’est pas un dispositif médical.

Ce produit ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses ».

Ce qui signifie que le masque ne protège ni du SARS-COV2 (maladie de la covid 19) ni d’aucune grippe en général.


- 2. De nombreux scientifiques, médecins, membres du personnel médical indiquent que le port du masque n’est utile que dans les blocs opératoires pour parer les projections et dans des conditions d’aération étudiées, en position quasi-statique.


- 3. Le ministre des solidarités et de la santé, dans le cadre d’une intervention devant le Sénat en date du 24 septembre 2020, a pris le soin d’indiquer que le masque est inutile contre la grippe[2].



Il indique par ailleurs que[3]:

« Jusqu'à preuve du contraire, il n'y a pas de passage aérosol du coronavirus : c'est ce que nous disaient les scientifiques du monde entier. Le port du masque en population générale ne s'imposait donc pas, et n'était même pas forcément recommandé d'après la Haute Autorité de santé ».

- 4. Que le la Société française de pédiatrie, par un communiqué de presse du 27 août 2020[4] confirme que:

« Nos connaissances sur ce virus ont beaucoup progressé, même s’il persiste des incertitudes. Il y a aujourd’hui consensus sur le fait que les enfants, et en particulier ceux de moins de 10 ans, ne contribuent pas significativement à la transmission de COVID19. Les transmissions entre enfants, ou d’enfants à adultes, sont très peu fréquentes. C’est l’adulte qui représente le transmetteur le plus fréquent de cette infection. Il est par ailleurs très probable que l’enfant exposé à un cas contaminant s’infecte moins qu’un adulte : les différentes enquêtes rapportées montrent un taux d’infection très inférieur chez les enfants, comparativement à celui observé chez les adultes.

Enfin, il faut rappeler que même lorsqu’ils s’infectent, les enfants sont souvent asymptomatiques.

Les infections pédiatriques qui nécessitent une hospitalisation sont rares, représentant 1% de l’ensemble des hospitalisations liées à COVID19 ».


- 5. Que l'OMS et l’UNICEF conditionnent la décision éventuelle d'imposer le masque dès 6 ans à plusieurs facteurs (conditions cumulatives) :

En effet, ces organisations recommandent que la décision d'utiliser un masque pour les enfants âgés de 6 à 11 ans soit fondée sur les facteurs suivants:

Une transmission intense dans la zone où réside l'enfant
La capacité de l'enfant à utiliser un masque correctement et en toute sécurité.
L'accès aux masques, ainsi que la possibilité de les laver ou de les remplacer dans certains contextes (tels que les écoles et les services de garde d'enfants)
Une supervision adéquate par un adulte et des instructions données à l'enfant sur le port et le retrait des masques en toute sécurité
Incidences potentielles du port du masque sur l'apprentissage et le développement psychosocial, en consultation avec les enseignants, les parents/aidants et/ou les prestataires de santé
Les contextes spécifiques ou les interactions particulières de l'enfant avec d'autres personnes exposées à un risque élevé de développer une maladie grave, telles que les personnes âgées et celles souffrant d'autres affections préexistantes


- 6. Que d’après de nombreux experts, le port du masque entraîne:

Détresse et phobie, perturbation psychologique,
Perturbation du développement (déficiences cognitives),
Affaiblissement du système immunitaire,
Réduction de l'oxygénation du cerveau et du corps dans son ensemble,
Développement de maladies dermatologiques,
Vulnérabilité accrue découlant des bactéries, virus, champignons, staphylocoques susceptibles d'être contenus dans les masques mal utilisé



- 7. Que selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) « La maltraitance de l’enfant s’entend de toutes les formes de mauvais traitements physiques et/ ou affectifs, de sévices sexuels, de négligence ou de traitement négligent, ou d’exploitation commerciale ou autre, entraînant un préjudice réel ou potentiel pour la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité dans le contexte d’une relation de responsabilité, de confiance ou de pouvoir. » [5]

Les violences physiques:

Les violences physiques se traduisent par l’usage de la force ou de la violence contre un enfant, de telle sorte qu’il soit blessé ou risque de l’être : frapper, mordre, brûler, empoisonner, droguer ou inciter à consommer des substances dangereuses (alcool, tabac, stupéfiants…), étouffer, étrangler, secouer, bousculer, noyer… Les violences commises contre les enfants n’ont pas besoin d’être habituelles ou répétées pour tomber sous le coup de la loi.

Les violences commises contre les enfants sont sévèrement punies par la loi, a fortiori lorsque l’auteur est un parent ou un proche de la victime.


Ce que dit la loi[6]

Victime de moins de 15 ans

Les violences (habituelles ou isolées ) sur un mineur de moins de 15 ans commises par son père, sa mère, ses grands-parents ou toute personne ayant autorité sur lui sont punies jusqu’à :

30 ans de prison lorsqu’elles ont entraîné la mort de la victime ;
20 ans de prison lorsqu’elles ont entraîné une infirmité permanente ;
10 ans de prison et de 150 000 € d’amende lorsqu’elles sont la cause de blessures graves ;
5 ans de prison et 75 000 € d’amende lorsque les blessures sont moins graves.

Victime de plus de 15 ans

Les violences (habituelles ou isolées) commises sur un mineur de plus de 15 ans par son père ou sa mère sont punies jusqu’à :

15 ans de prison lorsqu’elles ont entraîné une infirmité permanente ;
5 ans de prison et de 75 000 € d’amende, lorsqu’elles sont la cause de blessures graves ;
3 ans de prison et 45 000 € d’amende lorsque les blessures sont moins graves.



Les violences psychologiques:

Les violences psychologiques ne sont jamais anodines, a fortiori lorsque la victime est un enfant.

La sécurité affective et relationnelle fait partie des besoins fondamentaux de l’enfant.

Ce que dit la loi

Le code pénal réprime les violences quelle que soit leur nature, et les punit des mêmes peines y compris s’il s’agit de violences psychologiques.

Les conséquences sur les victimes:

La maltraitance est toujours lourde de conséquences pour les enfants qui en sont victimes.

Les séquelles de la maltraitance ne sont pas seulement physiques : cicatrices ou douleurs, troubles sensoriels, troubles du sommeil, perte de capacités, état de santé durablement dégradé, handicap, voire décès prématuré. En effet, l’impact de la maltraitance sur le cerveau, sur la psychologie et sur le développement des enfants est largement documenté, les professionnels allant jusqu’à parler de psycho-traumatisme.



La maltraitance peut générer chez l’enfant des difficultés relationnelles, de la colère, de l’angoisse, ou encore de la détresse. Dans tous les cas, ce stress risque d’avoir des effets néfastes sur la santé :

« perturbation du développement cérébral, notamment dans le traitement de l’information, augmentant le risque de désordres de l’attention, des émotions, de la cognition et du comportement,

altération du développement du système biologique de gestion du stress, générant un risque accru de problèmes anxieux, dépressifs et cardiovasculaires, ainsi que d’autres problématiques de santé à l’âge adulte,

risque significatif de difficultés émotionnelles et interpersonnelles, incluant des niveaux élevés de négativité, une faible maîtrise des impulsions et des désordres de la personnalité reliés à de faibles capacités de motivation, de confiance et d’affirmation de soi,

faiblesse des capacités d’apprentissage et du rendement scolaire, incluant des déficits des fonctions d’exécution et de régulation de l’attention, un QI peu élevé, des difficultés de lecture et un faible niveau d’étude. »

Plus l’enfant est jeune et plus il est dépendant de son environnement. Ainsi, les négligences commises en début de vie peuvent avoir des conséquences très graves sur le développement de l’enfant.



- 8. Que par ailleurs, l'article 3 de la Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales (Rome, 4 novembre 1950 et protocoles n°11 et 14) interdit aux États de pratiquer la torture, ou de soumettre une personne relevant de leur juridiction à des peines ou des traitements inhumains ou dégradants. Il s'agit d'une des rares dispositions de la Convention qui ne soit pas assortie d'exceptions.

"Article 3 – Interdiction de la torture

Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants".

L’article 15 est une clause dérogatoire. Il ménage aux États contractants la possibilité, en cas de circonstances exceptionnelles, de déroger, de manière limitée et supervisée, à leur obligation de garantir certains droits et libertés protégés par la Convention.

Néanmoins, l’article 15 § 2 protège certains droits contre l’application d’une dérogation. Selon le libellé de cette disposition, il s’agit des droits garantis par : l’article 2 (droit à la vie), sauf pour le cas de décès résultant d’actes licites de guerre ; l’article 3 (interdiction de la torture et des mauvais traitements) ; l’article 4 § 1 (interdiction de l’esclavage et du travail forcé) ; et l’article 7 (pas de peine sans loi).

"Article 15 – Dérogation en cas d'état d'urgence

1.En cas de guerre ou en cas d'autre danger public menaçant la vie de la nation, toute Haute Partie contractante peut prendre des mesures dérogeant aux obligations prévues par la présente Convention, dans la stricte mesure où la situation l'exige et à la condition que ces mesures ne soient pas en contradiction avec les autres obligations découlant du droit international.

2.La disposition précédente n'autorise aucune dérogation à l'article 2, sauf pour le cas de décès résultant d'actes licites de guerre, et aux articles 3, 4 (paragraphe 1) et 7.

3.Toute Haute Partie contractante qui exerce ce droit de dérogation tient le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe pleinement informé des mesures prises et des motifs qui les ont inspirées. Elle doit également informer le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe de la date à laquelle ces mesures ont cessé d'être en vigueur et les dispositions de la Convention reçoivent de nouveau pleine application".



- 9. Qu’en outre la Convention relative aux droits de l'enfant a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 novembre 1989 et signée par la France le 26 janvier 1990[7]. Le Parlement, par une loi du 2 juillet 1990, en a autorisé la ratification qui est intervenue le 7 août 1990. Conformément à l’article 49 de la Convention, celle-ci est entrée en application en France le 6 septembre 1990.



Comme le rappelle la circulaire n°2014-088 du 9 juillet 2014 relative au règlement intérieur type départemental des écoles maternelles et élémentaires publiques (BO de l’Education Nationale n°28 du 10 juillet 2014)[8], l’article 28 de la Convention relative aux droits de l’enfant dispose que:

« Les États parties prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que la discipline scolaire soit appliquée d'une manière compatible avec la dignité de l'enfant en tant qu'être humain et conformément à la présente Convention ».

En conséquence, le règlement intérieur de l'école doit préciser que « tout châtiment corporel ou traitement humiliant est strictement interdit».



Les élèves doivent être préservés de tout propos ou comportement humiliant et respectés dans leur singularité. En outre, ils doivent bénéficier de garanties de protection contre toute violence physique ou morale (…)".



L'article 36 de la Convention relative aux droits de l’enfant dispose que:

« Les États parties protègent l’enfant contre toutes autres formes d’exploitation préjudiciables à tout aspect de son bien-être ».



L'article 37 de la Convention relative aux droits de l’enfant dispose que:

« Les États parties veillent à ce que :

a - Nul enfant ne soit soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants » (…).


https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/11/02/bas-les-masques-310326.html?fbclid=IwAR1kqM5UYPeiQW6PjG2V35j3ERNryem6CwwYE20smTUgI1zIM80Ko8dU21A

7.Posté par Malo le 20/02/2021 16:58

Avec un zaza au premier plan ! Mdr
J'espère que le post 4 va bientôt être nommé sauveur de l humanité.

8.Posté par Moi le 20/02/2021 17:03

Srxxxx ????? Encore ????! Pfffff rienk ici mm i cri po un oui po un non !!!! En Metro ils ne crient pas à ce point la !!!! Exasperant !!

9.Posté par nono le 20/02/2021 17:07

Les enfants sont plus en danger avec tous les plastiques qu'ils mâchouillent en journée et la malbouffe.
Ces mêmes procéduriers ont réussis, à coup d'avocats, à retirer la septaine qui était obligatoire au début : on est bien avancé maintenant !!!

10.Posté par Dezes le 20/02/2021 17:33

Un arrêté qui ne prend pas en compte les spécificités locales. Cet arrêté est criminel. C'est un copié collé de ce que l'on trouve en Métropole. Hygrométrie a plus de 9O%, des températures qui dépassent les 30 degrés, pas de brasseurs d'air (covid oblige), "on" coupe les arbres aux abords des classes (demandez à la mairie de St Paul et l'école rue Sarda Guarriga avec un arbre trentenaire débité a la va-vite a 5h00 du matin quand il n'y a pas de témoins ...).

Si le covid était si dangereux a ces âges. Pourquoi ne pas masquer les tous petits alors ???
Toutes ces spécificités ne sont pas pris en compte dans cet arrêté qui frise le ridicule.

Monsieur le préfet, sortez de votre tour d ivoire sous clim'
Venez voir comment sont traités nos marmailles en classes.

Vous voulez mettre les familles a genoux, vous allez vous retrouver avec des familles déterminés,... déterminés à faire valoir leurs droits, le droit des enfants a respirer.

Vous verrez

Au numéro 5 : achetez vous un cerveau et arrêtez de regarder la TV. ELLE VOUS POLLUE LA TÊTE

11.Posté par jaquotin le 20/02/2021 18:00

une poignée de personnes par leur présence dit non aux masques
combien de milliers par leurs absence ont dit OUI aux masques ?

12.Posté par Fabrice le 20/02/2021 18:14

Visiblement, ils n'ont pas pris conscience de la réalité de la pandémie, et des moyens indispensables pour en limiter les effets....

13.Posté par Fabrice le 20/02/2021 18:15

Ce serait maltraitance, ou non protection à enfant, que de ne pas les protéger avec des masques, comme se protègent les adultes.

14.Posté par Veridik le 20/02/2021 18:25

@11
Donc vous partez du principe que tous les absents disent oui ?

15.Posté par klod le 20/02/2021 18:43

Post 11 a tout dit ………… et pendant ce temps là , le covid explose dans le sud .povs enfants gatés ;;;y fé peutié ............…

16.Posté par nene le 20/02/2021 18:56

@tantine
si je comprends bien vous etes plus intelligente que les chinois qui ont imposés le masqur à tout le monde
ou lé trop fort po la reunion trop faible pour la france et pour la chine n'en parlons pas

17.Posté par Nonmaisallo le 20/02/2021 19:54

Oula le post 6 est long comme un jour sans pain.
Post 10 mais quoi la arrivé à ou ? Un petit passage à vide?

18.Posté par FDG le 20/02/2021 21:08

Vade retro écolo :)

19.Posté par Volay le 20/02/2021 21:15

Moi j étais absent et je dis oui

20.Posté par JORI le 20/02/2021 21:49

6.Posté par tantine le 20/02/2021 16:37
Avec de tels arguments, je ne comprends pas pourquoi certains parents qui avaient saisi le tribunal administratif n'aient pas obtenu gain de cause. La preuve doit certainement venir du fait que vous le les avez pas conseillé. Pourquoi préférez vous vous épandre sur ce site que dans un prétoire ?? 😂 😂 😂

21.Posté par JORI le 20/02/2021 22:05

6.Posté par tantine le 20/02/2021 16:37
Sinon que pensez vous des petits enfants asiatiques qui eux ont le masque quasi greffé sur le visage et n'ont pas tous les symptômes que vous citez ?? 😂 😂 😂

22.Posté par Aïl landeur le 20/02/2021 22:37

avec un péfet peu brillant, que voulez. vous qu'il advienne..???

23.Posté par Frigidaire le 20/02/2021 23:08

encore des personnes non autochtones ? Merci de faire les rassemblements à Marseille ou ailleurs.

24.Posté par furax666 le 21/02/2021 08:43

Si on depose un referé au tribunal en meme temps pour supprimer les ralentisseurs à SAINT PIERRE je viens tout de suite gonfler le tas ........

25.Posté par Atterré le 21/02/2021 09:17

On s'invente un "combat" pour sortir de l'anonymat et briller pendant un quart-d'heure américain ! ! !

26.Posté par Mectizan pour la crotte le 21/02/2021 09:28

" Ce n’est pourtant pas compliqué de respecter les règles, marmonne-t-il. Demain, il ira se faire tester.

Les jambes en coton, il abandonne son affût, et se dirige vers son ordinateur. Abonné à plusieurs journaux, il fait le tour des infos.
On n’y parle que d’aggravation de la situation, de drame mondial. On n’espère pas de retour à la normale avant longtemps.

Les larmes lui montent aux yeux. Il doit faire quelque chose.

Traquer les malades mentaux qui propagent la maladie, la mort.

A commencer par le concierge qui sort ses poubelles sans masque. Il cherche le numéro de téléphone du poste de police et le rentre dans ses contacts. Il sourit.

Quel soulagement ! Finalement, être un héros n’est pas si compliqué.

Dans la foulée, il ouvre un fichier Word où il notera tous ses exploits.

Peut-être un jour, il osera le proposer à un éditeur.

Ses petits-enfants seront fiers de lui. Il aura sauvé la France. »"

27.Posté par Kaf Malbar le 21/02/2021 10:09

Je souhaite vraiment un cluster parmi ces personnes ! Histoire de leur faire prendre conscience de la présence du covid à la Réunion ! A Mayotte les habitants continuent à vivre dans le déni le plus total, et malheureusement le résultat est là ... Avec de tels comportements c'est sur que la covid a encore de beaux jours ...

28.Posté par celui le 21/02/2021 10:54

J'ai l'impression que ceux qui postent dans les commentaires ont une peur de mourir exacerbée .
C'est humain mais c'est minable .
Quand la peur conduit le jugement , on aboutit à un état totalitaire .
Certains ont peur au point d'en perdre toute capacité de jugement .
C'est vraiment triste ...

29.Posté par AYMERIC Pierre le 21/02/2021 11:12

Pas de masque pas d'allocation ...

30.Posté par Fatigué le 21/02/2021 11:57

Post 6 ou na vraiment rien pour faire de plus interressant.....ou polue Facebook

31.Posté par Red BULL le 21/02/2021 12:11

@frigidaire, pour se rassembler il faut être obligatoirement autochtones.
Les autochtones de la Réunion bénéficient du système de santé etc.. je crois . On devrait, selon vos remarques de raciste primaire, les retirer et les laisser aux seuls métropolitains .
Je propose que vous, vous n'ayez droit à rien venant de la métropole. Qu'en pensez-vous ?
Je ferai une économie sur mes impôts.

32.Posté par klod le 21/02/2021 12:50

ces "parents" qui pensent à "leur progéniture" , ont ils déjà visité un patient en réanimation pour covid??????????????????????????


je suis moi meme parent mais certaines indignations sont nombrilistes !!!!!!!!!meme si le clicanoo et le JIR met à "sa une" une micose pour une "petit d'homme" comme disait Dysney et Mowgly ………………..


à chacun ses indignations : , " chacun sa route, chacun son chemin" blessed Tonton David qui est astèr "ailleurs" . . …………………..


mais la route est plus longue pour certains …….. pov humanité , pov run !

time will tell .

pandémie mortelle : masque pour tous .

33.Posté par Ouais... le 21/02/2021 13:57

Une amie soignante au Brésil, me confiait avoir eu le covid version local, elle est jeune et en pleine forme, elle a passé malgré tout un mauvais moment.

34.Posté par Mectizan pour la crotte le 21/02/2021 14:03

"Comment les enfants vivent-ils le masque à l’école ? Pas très bien, semble-t-il. L’Université de Witten-Herdecke, en Allemagne, vient de publier les résultats d’une étude statistique de grande envergure qui recense les effets adverses du port du masque prolongé chez les enfants.
La première au monde à porter sur un panel et un spectre de symptômes aussi larges.

Les résultats invitent à une sérieuse remise en question des choix sanitaires à l’école. Les signaux d’alerte venant d’autres pays vont dans le même sens.

L’équipe d’universitaires a mis en ligne un registre sur lequel parents (87,7 %), médecins (1,7 %), enseignants (3,6 %) et autres acteurs de santé ou de l’enfance (6,9 %) pouvaient entrer leurs observations.
Les données recueillies portent au total sur 25 930 enfants et adolescents jusqu’à 18 ans.

Il ressort que 68 % des participants ont signalé des difficultés liées au port du masque.

Sur cette fraction, les difficultés concernent principalement l’irritabilité (60 %),

les maux de tête (53 %),

les difficultés de concentration (50 %),

une diminution du bonheur (49 %),

une réticence à aller à l’école (44 %),

des malaises (42 %),

des difficultés d’apprentissage (38 %),

une somnolence ou de la fatigue (37%)."

35.Posté par Leonardevincui le 22/02/2021 13:29

Yo M. Dupuy, votre article FONDATION POUR LA MÉMOIRE. A-t-il influencé Mme Vidal sur le débat national universitaire en Metropole. Sur le thème de la représentation de l'islamo-Gauchisme militantisme qui pourrit le milieu des étudiants chercheurs en tous genres,auquel la mort de la Laïcité est inévitable dans notre pays qui brandissait avec fierté notre conduite LAÏQUE.Vu, ce qu'il en reste,c a pleurer de tristesse, accompagné de la décadence de la baisse du niveau scolaire. Encore merci pour cette article ( FONDATION POUR LA MÉMOIRE ) nos universités Pei doivent rester dans nos mains,c notre propriété, notre bien le plus précieux.Proteger notre monde du savoir en éduquant nos futures élites pour mieux servir notre Pei.Yab Yvelines

36.Posté par @celui le 23/02/2021 16:33

lé vrai sak ou di. Certains ont peur au point d'en perdre toute capacité de jugement . Néna la pèr i touche zot ti liberté orrrr fé pitié seulement

37.Posté par Lauret le 24/02/2021 22:21

Je note que beaucoup n’ont pas l’habitude de voir des gens se mobiliser pour leurs droits. Cela doit vous faire bizarre A vous les béni oui oui. Si pour bon nombre d’entre vous la peur d’une maladie qui ne tue que 0,05 % de la population mondiale vous empêche de vivre nous, nous nous nous mobilisons pour le bien-être de nos enfants. Vous défendez le masque mais s’il était si efficace pourquoi l’épidémie circulerait encore , pourquoi garder les distanciations asociales pourquoi les fermetures de commerces ? Si le masque était efficace nous ne serions pas obligés de mettre en place tout ceci en parallèle . Des cas mais où sont les morts ? Maux de têtes , malaises , dépression, fatigue voilà ce que vivent les jeunes et les enfants . Et je ne serais pas étonnée que ceux qui l’ouvrent pour défendre le port du masque ne le portent pas eux mêmes toutes la journée et si c’est le cas je vous laisse aller vérifier de quoi est composer ce cher objet qu’il vous tient tant à cœur de voir porter par nos enfants toute la journée. Et enfin si le bon sens vous empêche de comprendre que pour un développement normal de la psyché la vue de visages entiers est indispensable alors effectivement je comprends votre incapacité à comprendre ce combat.

38.Posté par JORI le 26/02/2021 16:45

37.Posté par Lauret le 24/02/2021 22:21
"Maux de têtes , malaises , dépression, fatigue voilà ce que vivent les jeunes et les enfants", vous dites donc que nos enfants seraient beaucoup plus fragiles que ceux asiatiques qui portent le masque depuis bien plus longtemps que nos enfants !! 😂 😂 😂

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes