MENU ZINFOS
Faits-divers

St-Pierre : Il casse la porte de la Maison départementale "pour faire un bisou à sa fille"


Un Saint-Pierrois a été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme, pour violences habituelles sur son ex-femme et des menaces de mort constante sur elle et ses enfants. Il a même détruit la porte de la Maison départementale où elle s’était réfugiée.

Par - Publié le Mardi 22 Novembre 2022 à 10:00

St-Pierre : Il casse la porte de la Maison départementale "pour faire un bisou à sa fille"
À quelques jours de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Jean-Luc est un cas d'école du bourreau domestique. En couple depuis 3 ans et marié depuis un an, il a fait vivre un véritable calvaire à la mère de sa fille.

Plusieurs épisodes de violences, des rapports sexuels imposés et l’enfermement dans la maison sont malheureusement habituels pour la victime. À plusieurs reprises, il se munit d’un couteau pour la menacer de mort, ainsi que ses enfants, dont deux ne sont pas de lui. Et quand ce n’est pas la famille qui est menacée, c’est un chantage au suicide. 

Elle finit par lui annoncer la fin de leur relation le 25 septembre dernier, provoquant son courroux. Le 11 octobre suivant, alors qu’elle se trouve à la maison départementale de la Ravine des Cabris, il exige de rentrer et détruit la porte vitrée. La victime va alors déposer plainte et lors de son audition, elle reçoit plusieurs messages de menace de mort.

Des explications qui ne convainquent pas

Face aux juges, il a toujours une bonne raison pour expliquer ses gestes. La jalousie de son ex provoque les conflits. Les menaces de mort sur l’enfant de 6 ans, c’est "parce qu’il s’est jeté sur moi pour me taper" pendant qu’il frappait sa mère. Quand il se saisit d’un couteau, ce n’est que pour le diriger contre lui.

Concernant les dégradations à la maison Départementale, c’est parce qu’il "voulait juste faire un bisou à sa fille avant d’aller travailler". Et d’ailleurs, si le couple va mal, c’est de la faute d’un éducateur qui avait suggéré à sa conjointe de se séparer de lui.

Pour Me Julien K/Bidy, qui représente les victimes, le tribunal doit "prendre conscience du potentiel risque pour la victime et les enfants. S’il sort, il va s’en prendre à elle juste pour voir son enfant. Il y aura forcément à un moment un 'non' qui sera prononcé et qui entraînera de la violence". En plus d’une peine de prison, il demande 2000 euros de préjudice moral pour la victime et 500 euros pour chacun des trois enfants.

Pour le ministère public, le prévenu a "un profil inquiétant. Il dit qu’il a compris, mais a toujours des justificatifs pour expliquer ses gestes. Il y a une absence de remise en question et c’est toujours de la faute de l’autre. Dès qu’on lui met une limite, la violence s’exprime". La procureure requiert donc une peine de 30 mois de prison, dont 8 ferme. En plus d’interdiction de contact, elle demande également le retrait de l’exercice de l’autorité parentale.

"Une relation toxique qui entraîne des évènements violents"

Du côté de la défense, Me Guillaume Albon n’adhère pas à l’image faite de son client. "J’ai assisté à une audience où quelqu’un reconnaît les faits. À aucun moment, il ne s’est justifié en disant qu’il avait raison de faire cela. Ce qu’on dépeint dans ce dossier, c’est une relation toxique qui entraîne des évènements violents", argue-t-il. 

De plus, le conseil rappelle que son client n’a aucune mention sur son casier judiciaire et se voit menacer d’une peine lourde, alors que d’autres prévenus ont droit à plusieurs chances avant d’être condamnés à de la prison ferme.

Finalement, le tribunal va le condamner à 24 mois de prison, dont 12 ferme. Il a interdiction d’entrer en contact avec les victimes et doit les indemniser à hauteur de 1500 euros pour son ex-femme et 500 euros par enfant. Il doit rembourser également le Conseil départemental pour la porte et se voit retirer l’exercice de son autorité parentale.


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par 666 le 22/11/2022 15:09

un rapport sexuel imposé, ça s'appelle un viol !

2.Posté par Jeandit rien le 22/11/2022 23:00

Qu est ce que la justice a encore à se faire chier avec un cas pareil..et l avocat qui raconte n importe quoi..foutez moi ça au trou...a l eau et au pain sec..qd il sort de la faut qu il comprenne que c est pas lui qui fait la loi...faut le reinitialiser et le reeduquer...

3.Posté par Ouah... le 24/11/2022 07:55

Pour une fois la peine est correcte !
13 mois fermes au lieu de 8 c'est bien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes