Faits-divers

St-Paul : Les riverains du Super U sous le choc

Vendredi 4 Août 2017 - 10:10

Au lendemain du hold-up au Super U de la Chaussée Royale à Saint-Paul, nous sommes allés interroger les riverains du supermarché.


Un braquage à main armée s'est produit hier à l'heure de fermeture du Super U de Saint-Paul. Les habitués du quartier étaient ce matin réunis autour d'un café, à la boulangerie voisine du supermarché.

Riyaz est un commerçant du centre-ville de Saint-Paul. Tous les matins, il vient prendre un café, et lire les journaux, avec des camarades, à la sortie de la prière du matin. Hier vers 20h15, après la prière du soir à la mosquée, il s'est retrouvé devant le Super U, en rentrant chez lui. "J'ai vu toute une armada, le quartier était quadrillé par les gendarmes, et de nombreux badauds regardaient ce qui se passait", dit-il. "On parlait d'une prise d'otages, j'ai croisé une des caissières du Super U, qui était avec toute une équipe d'employés du supermarché près de la station-service. Elle était très inquiète pour sa consoeur restée dans le magasin, d'autant que le vigile a pris une balle. J'ai vu les pompiers le trainer jusqu'à leur camion, garé juste devant la station-service."

Riyaz s'interroge sur l'efficacité du dispositif, pourtant impressionnant : "Il y avait tellement de personnes autour du supermarché, je me demandais si les braqueurs n'étaient pas parmi la foule, en train de griller une cigarette et de s'amuser qu'on les recherche, alors qu'ils profitaient du spectacle."

Riyaz et ses comparses de café matinal, eux aussi commerçants dans le centre-ville, s'agacent de l'insécurité grandissante à Saint-Paul. "Avant, il y avait un commissariat dans Saint-Paul, les flics faisaient des rondes dans le centre, c'était dissuasif. Maintenant, la gendarmerie est à l'Étang, les malfaiteurs savent bien qu'ils ont une marge de 5 à 10 minutes avant que les gendarmes n'arrivent sur place, ils ne sont pas bêtes, et sont conscients d'avoir du temps devant eux pour s'enfuir", affirme un deuxième commerçant. "Même les pompiers sont à Savanna, avec les embouteillages, comment peuvent-ils arriver rapidement dans le centre?", ajoute-t-il.

"On a passé un stade, là, c'est carrément du grand banditisme"

Riyaz s'inquiète de l'impact qu'aura ce braquage sur le "business" : "On a passé un stade, là, c'est carrément du grand banditisme. Je prends le pari que ce soir à 19h, il n'y aura plus un chat dans le centre-ville et sur la Chaussée Royale. Après la crise requins, voici le grand banditisme à la Réunion. Ce qui m'inquiète le plus, c'est que les braqueurs n'ont pas été arrêtés, ça va donner des idées aux gens. On ne voudrait pas que les commerçants de Saint-Paul soient obligés de s'armer pour assurer eux-mêmes leur sécurité."

Marie, cliente de la boulangerie, se dit elle aussi inquiète que les braqueurs n'aient pas été interpellés. "On est en Amérique, pas à la Réunion", dit-elle. "Je passe ici tous les soirs en rentrant du travail, et vais souvent faire mes courses au Super U vers 19h. Heureusement, je n'étais pas là hier soir! J'ai suivi les évènements en direct sur Zinfos, j'en avais des frissons", ajoute-t-elle, visiblement choquée.

Interrogée, une employée du supermarché raconte qu'elle a quitté le magasin à 19h20 hier soir. C'est une personne de sa famille qui l'a informée du braquage en cours par téléphone, inquiète de savoir où elle était. Elle plaint ses collègues, et se dit que cela aurait pu être elle, hier, qui se cachait, terrorisée. Ce matin, le Super U est fermé au public, mais elle et ses collègues vont ranger le magasin pour l'ouverture à 12h30.

À 10h00, le PDG du Super U, Jean-Pierre Lao-Ouine, doit s'adresser à ses employés dans le supermarché.


Bérénice Alaterre
Lu 8879 fois



1.Posté par bone sinoi la pa ferme son magasin aujourd'hui té. le 04/08/2017 10:33

Je pense qu'il aurait été normal de fermer la boutique au moins aujourd'hui.
(...)
Même pas donné une journée. Honte au gérant de ce magasin.

2.Posté par Samem le 04/08/2017 12:07 (depuis mobile)

AVEC MACRON C 24 SUR 24...

3.Posté par krillin le 04/08/2017 12:12 (depuis mobile)

Mais c''est quoi ces policiers !?! Pour donner des amandes on est fort mais pour veiller la porte de derriere pour les chopé c''est trop compliqué il faut croir pfff la honte

4.Posté par vince le 04/08/2017 12:17

à post 1 !!
facile de jugé derriere un pc!!!!
hein

5.Posté par TAGOUN le 04/08/2017 12:39

Post 3 tu as raison c'est quoi cette intervention des forces de l'ordre ! ils étaient paniqués...nul nul nul

6.Posté par titi974 le 04/08/2017 12:46

Faut arrêter avec les titres racoleurs tel que les riverains sont sous le choc , regardez donc le reportage sur antenne Réunion de ces boubourses qui s' amassent tel des ahuris devant un magasin victime d un hold up comme si cela était un spectacle on nage en plein couillonisme moyenâgeux ....

7.Posté par bone sinoi la pa ferme son magasin aujourd'hui té le 04/08/2017 12:55

@ a post 4
Oui la preuve c est ce que vous faite.
Hein...

8.Posté par Dazibao le 04/08/2017 13:01

Avant, il y avait un commissariat dans Saint-Paul, les flics faisaient des rondes dans le centre, c'était dissuasif. Maintenant, la gendarmerie est à l'Étang, les malfaiteurs savent bien qu'ils ont une marge de 5 à 10 minutes avant que les gendarmes n'arrivent sur place, ils ne sont pas bêtes, et sont conscients d'avoir du temps devant eux pour s'enfuir",
.........................

Merci qui ?

Merci SARKOZY.
Idem, avant, mais c'était avant, il y avait les gendarmes à la Montagne, à la Bretagne, au Moufia. Dans le cadre du redéploiement Police/Gendarmerie, le ministre de l'intérieur SARKOZY les a fait remplacer par la Police. Depuis, il n'y a plus de policiers à la Bretagne, ni à la Montagne, pas plus qu'au Moufia. Pour déposer plainte, il faut aller à l'hôtel de Police à Denis ce qui veut dire que nombre de personnes (habitant la Montagne, la Bretagne) n'ayant pas le temps ou les moyens de se déplacer, ne déposent pas plainte (vol, cambriolage, violences etc...)et au final les chiffres de la délinquance ne sont pas exacts faute de prise en compte de ces infractions.

Même si il y un commissariat au Chaudron, vous ne pouvez pas compter sur la Police. Dans la plupart des cas, les gens sont réorientés, contraints d'aller à Malartic, l'hôtel de Police de St Denis. On vous décourage même de déposer plainte (par exemple après un accident de circulation, avec blessés, et délit de fuite, malgré des témoignages et certificat médical, au commissariat du Chaudron on vous explique que le délit de fuite, cela n'existe pas en droit français et tout les policiers s'y mettent pour ne pas prendre la plainte. Je peux témoigner pour avoir vu quelqu'un se faire rembarrer).

Dans toutes les zones où il y avait la Gendarmerie, on y a mis la Police, et depuis c'est le désert sécuritaire.

MERCI SARKOZY, gardé à vie par des gardes du corps policiers payés par les contribuables.

9.Posté par Dazibao le 04/08/2017 13:05

Cette criminalité ne progresse que par la faute de la société (lois, juges) qui est faible. Je me rappelle que lors du transfert des prisonniers de St Denis vers la nouvelle prions de Domenjod, le directeur de la prison avait reçu chacun d'eux et leur avait demandé s'ils voulaient une cellule individuelle ou être à deux. La société pense au confort des condamnés mais délaisse le confort des victimes qui souvent, sont marqués à vie.

10.Posté par hugh le 04/08/2017 15:08

St-Paul : Les riverains du Super U sous le choc.

Ohhh non….

Le poids des mots, le choc des photos et le choc des prix.
Je vends un produit qui éviter tous ces traumatismes.
La crème Marie Patch. ou Paris-Match pour des dyslexiques comme moi.

11.Posté par Khey974 le 04/08/2017 16:04 (depuis mobile)

"Heureusement, je n'étais pas là hier soir! J'ai suivi les évènements en direct sur Zinfos, j'en avais des frissons"

Hmm véridique cette phrase ?

12.Posté par runman974 le 04/08/2017 16:49

Comme post 8 je suis du même avis, en effet depuis les décisions scandaleuses de Mr SARKOZY la sécurité a été réduite à néant, non pas à cause de la police, mais à cause du MANQUE de personnel chez la police. C est le cas aussi bien chez la police et la gendarmerie, on a tellement voulu réduire les frais qu on en arrive à une situation catastrophique , qui nuit à la sécurité de tous, qui nuit à l'image des touristes et qui nuit à l'économie réunionnaise en entier!
On peut dire merci à ce Président , le casse pauvre con!, il nous a foutu bien dans la merde et ce n est que le début à mon humble avis, bien triste, et je dirais à ceux qui critiquent si facilement la police d aller voir un peu comment ces gens doivent travailler!

13.Posté par KRO le 04/08/2017 22:10

je ne sais pas si ce que j'ai vu à la tele reflète bien le comportement des policiers mais ils avaient tous l'air paniqués,heureusement qu'ils ne travaillent pas en métropole où il y a de grands braqueurs qui ,eux,n'auraient pas fui et auraient tué des gens.j'ai entendu la personne qui est intervenue dire qu'ils ont cru que c'était une prise d'otages,or je ne comprends qu'ils n'aient pas pu avoir plus tôt le renseignement indiquant que les braqueurs n'y étaient plus.En plus ils supposent que ces braqueurs sont les mêmes que ceux qui avaient déjà fait d'autres braquages or avec les nouvelles technologies scientifiques je suis stupéfaite que la police ne les ait pas encore arrêtés??? que les gens accourent pour voir ce qui se passe,je trouve que c'est malsain et il y en a toujours pour dramatiser et croire que c'était l'oeuvre de terroristes.Ces braqueurs sont nuls et puisqu'ils le sont j'espère que la police n'aura pas de mal à les trouver!

14.Posté par Comment sont-ils partis? Sont-ce les mêmes que les braqueurs dui Mac de Sainte-Marie et de la station de la route des Tamarins? le 05/08/2017 11:07

A posts 8, 9 et 12: je n'ai pas suivi l'affaire et ne sait pas le détail des décisions en matière de police, mais il me semble que le mouvement général est de réduire les dépenses, notamment dans la fonction publique, ce qui aboutit à réduire ou limiter le nombre de fonctionnaires en général. Alors que la population augmente, et les risques et aléas de la délinquance aussi.

S'il y avait un commissariat à Saint-Paul faisant des rondes, cela aurait-il suffi à l'éviter?

En tous cas, il s'agit de malfrats encagoulés amateurs qui auraient paniqué et tiré sur le vigile puis se sont enfuis.

Questions:

1 - il y avait un important dispositif de police ou de gendarmerie: comment les braqueurs sont-ils partis sans se faire voir ni attraper?

2 - sont-ce les mêmes que ceux du Mac Do de Sainte-Marie et de la station (Tamoil?) de la route des Tamarins?

3 - si ce sont les mêmes, on les arrête quand? Au 4ème ou 5ème braquage?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >