Faits-divers

St-Paul: 1 an ferme et interdit de séjour dans la rue de son ex-femme

Mercredi 17 Octobre 2018 - 15:15

C'est une histoire comme beaucoup d'autres qui était jugée ce mercredi matin dans le cadre de la comparution immédiate au tribunal de Champ-Fleuri. Le 22 aout dernier, à St-Paul, un homme d'un certain âge s'en prend à son ex-femme, Mélanie, et à son beau-fils, David, alors qu'ils arrivent chez elle. Il doit répondre de violence sur ex conjoint avec menace d'une arme et de menaces de mort sur son gendre. 

L'ex-mari, qui habite une petite bicoque sur le même terrain mais séparée par un mur, la harcèle depuis leur séparation en 1993. Déjà condamné à 6 reprises pour des faits d'atteinte aux personnes, il est jugé dans le cadre de la récidive légale pour une condamnation remontant à 2017. 

Ce 22 août dernier, dès qu'il voit son ex-compagne et son beau fils, il les agresse verbalement avant de passer par dessus le mur et s'en prendre physiquement à son ex. C'est l'intervention du gendre qui met fin à la dispute. Les gendarmes arrivent et le placent en garde à vue. Il sera relevé un taux d'alcoolémie de 1,08 g/l de sang.

Le mal est profond, le sexagénaire, malgré la signature d'un acte d'abandon de droit sur la maison, estime qu'il est toujours chez lui. De ce fait, il s'accorde un droit de passage permanent sur la maison de son ex-femme et au passage en profite pour l'insulter et l'effrayer dès qu'il le peut. 

Un harcèlement "quotidien" depuis 25 ans

Présente à l'audience, Mélanie est très claire : son ex-mari la harcèle quotidiennement depuis 25 ans, "il nous a abandonnés moi et mes enfants en nous laissant un gouffre financier, ma fille a travaillé à 16 ans pour m'aider. Il est toujours la, toujours la, depuis 1992 il ne travaille pas. il me harcèle quotidiennement depuis notre séparation", explique t-elle à la cour. David, à son tour, accable le prévenu, "c'est lui qui nous a agressés, on était venu voir la porte cassée" ajoute t-il. 

Alors que le prévenu ne montre aucun remord ni aucune compassion, la procureure estime que les infractions sont constituées et selon elle, le comportement de l'agresseur est grave pour la suite. Elle requiert une peine de 1 an de prison dont 6 avec sursis mise à l'épreuve assorti d'un maintien en détention. Elle requiert également une interdiction d'entrer en contact avec son ex-femme. 

La présidente, quelque peu agacée par l'attitude du prévenu à la barre, le déclare coupable et le condamne à 1 an de prison avec maintien en détention accompagné d'une interdiction de séjour dans la rue où réside Mélanie à St-Paul. 
Regis Labrousse
Lu 1999 fois



1.Posté par tijean le 18/10/2018 12:54

1 an lol mdr xptdr.... dans une île ou l'accessibilité géographique est facilitée, 1 an de prison ferme c'est dire " arrete un peu et recommence après".
quelle clémence.

2.Posté par jean claude payet le 19/10/2018 15:51

il est loin d'etre seul et vu la sentence on aura surement de nouveau candidat....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >