Faits-divers

St-Louis: Une passagère de bus blessée par un projectile insolite

Jeudi 15 Décembre 2016 - 16:43

Les gestes d’incivilité deviennent le lot quotidien sur le réseau de bus de Saint-Louis. Lorsque ce n’est pas la gare qui est le théâtre de montée de tension, c’est sur les trajets que les mésaventures arrivent. Hier après-midi, le bus Alternéo de la ligne 24, à la croisée du Gol entre la Rivière et les Makes, a été la cible d’un jet de galet.
 
C’est en tout cas ce qu’ont cru dans un premier temps les passagers. L’objet volant non identifié a touché deux passagères, qui plus est âgées. A quelques mètres près, un bébé aurait pu être touché. Le projectile était finalement un os… Assez volumineux et coupant pour blesser cette passagère de 70 ans. Cette dernière a saigné abondamment de la tête. 
 
L’une des passagères, également touchée superficiellement par le projectile, raconte : "Les vitres étant ouvertes et n'ayant aucun dégât sur le bus, la réaction d’Alterneo est surprenante et tenez-vous bien : même si une personne âgée saignait de la tête, même si le coupable est sur les lieux, est identifié avec témoins, le chauffeur s'arrête, appelle les contrôleurs, puis repart !" Contactée, la direction de la Semittel (qui gère les lignes de l’intercommunalité de la Civis), n’était effectivement pas informée hier soir et nous renvoyait vers le transporteur prestataire pour le compte de la Semittel.
 
Les gendarmes, visiblement habitués à de tels agissements, "ont conseillé à la victime d’aller produire un certificat médical jeudi matin et de revenir avec pour porter plainte", raconte Martine, une passagère située à côté de la personne touchée. Malgré cet incident fâcheux, elle n'en veut pas tant que ça au chauffeur, ni à ses collègues, "confrontés chaque jour à ces jeunes incontrôlables".
 
"Le bus s’est arrêté, on est allé voir le groupe. Ils étaient 5 et l’un des passagers a formellement reconnu celui qui avait balancé le projectile, continue-t-elle de décrire la scène, ils avaient les yeux rouges, ils nous ont ri au nez bêtement, certainement camés, façon de dire que c’était nous qui les embêtions presque. Ils avaient entre 18 et 24 ans", déplore la sexagénaire.
Lu 12684 fois



1.Posté par Dure realité le 15/12/2016 17:43 (depuis mobile)

Prenez la photo avec.votre smartphone?

2.Posté par Zantak le 15/12/2016 17:55

Cela se passe à Saint Louis. Normal. La loi de la jungle s'y est installée, mise en place par les élus politiques successifs. Et ce n'est qu'un début car ces jeunes abrutis, ces sauvageons ne connaissent aucune limite et on les laisse faire, en toute impunité. Cela finira mal.

3.Posté par marie le 15/12/2016 20:32

L education est ou? Le ou la personne qui a fait sa il se remd pa compte si un membre de sa famille qui eter la cible. Oit le kartier sa m etonnerez pas. Tj les delinquants ses ti merdeux qui sont la pour enpoisonner votre vie. Alez rode travail bd gratteurs ki. Bd assistes.

4.Posté par Maitre CoNNar le 15/12/2016 20:49

Vivement MARINE

Elle va règle le cas des CH (s) parce que na deux ...ensuite elle va s'attacher aux gratels qui au lieu grat zot ki partir gratte le bord canal

5.Posté par monbm le 15/12/2016 21:33

je pense que nou le pas moin nou e pas plus alors svp pas de commentaire ou l'on sait tous que caniardland survit et vit avec l'avenir de la reun

6.Posté par Ti yab dé o le 16/12/2016 06:11

Post 2
prends un ti bois et allez jouer dedans( en parlant de produits de défécation) comme disait nos parents.
Ainsi, la loi de la jungle est installée dites vous.
Moi j'habite le quartier où les faits se sont déroulés. Il s'agit d'un acte isolé par le phénomène de bandes.
C'est à dire de braves enfants comme les votres ou les notres charmants quand ils sont seuls et infectes quand ils sont en groupe.
Alors basta.

7.Posté par mi dit sake mi pense le 16/12/2016 09:56

les "z'élus" locaux ferment les yeux, car les cagniards (ceux qui ont 18ans et+) et leurs parent de grater' d'ki sont des "z'électeurs" qui peuvent voter pour eux pour qu'ils continuent à toucher leurs privilèges!

8.Posté par th le 16/12/2016 11:37 (depuis mobile)

i peut etre un z os le chien accidenté que la rippe sous un roue de l autre voie

9.Posté par Jules Bénard le 17/12/2016 11:32

à l'auteur de cette lettre :

Ne croyez pas que ce soient des actes isolés ; et encore moins gratuits.

L'endroit où a eu lieu cette agression est réputé pour sa dangerosité. Parce que le posté 2 "Zantac" a raison : on y a installé, dans des desseins purement électoraux, toute une faune qui ne respecte rien.

Je vous rassure, si je peux dire : nos quartiers de St Pierre ne sont pas épargnés, loin s'en faut.
A Joli-Fond, Rond-Point de la Salette, j'ai failli prendre un galet dans la tempe, un projectile destiné au chauffeur qui avait "osé" foutre dehors des jeunes Mahorais qui mettaient le bordel dans le bus de la ligne 3. Je dis que ce sont des Mahorais parce que pour avoir vécu quatre années à Mayotte, je connais leur langue.
Sitôt sorti, l'un s'est pencha, a ramassé une pierre et l'a expédiée vers le chauffeur. J'ai failli la prendre parce que mon siège était sur le trajet.

Heureusement que la vitre était en plexiglas !

10.Posté par Maître CoNNar le 17/12/2016 14:44

Dis pas Ca monsieur Benard post 9 dans Sin Dni aussi zot Y fé la loi avec la bénédiction de la Loi et de Monsieur Zanette et sa clique donc Missèl aussi lé pareil ?

11.Posté par La cloche a sonné et il en est sortie : "ASSEZ" le 17/12/2016 16:46

Il faut faire quelque chose, je ne sais quoi mais qu'on reprenne le contrôle de toutes les parties de notre île, y compris les logements sociaux dégradés par d'innombrables individus au civisme primaire, makotes dans tous les sens du terme... tant au propre qu'au figuré.

12.Posté par la preuve par deux ! le 17/12/2016 16:57

@9.Posté par Jules Bénard

Je ne me souviens de la date mais j'ai entendu quelqu'un raconter votre triste mésaventure au niveau du rond-point du 17ème Km, plus exactement dans un petit bazar à légumes.
Ainsi donc vous y étiez... la preuve par deux !

13.Posté par Maître CoNNar le 17/12/2016 17:56

Post 7
Pour laisser les auteur(E)s à ma petite fille pour qu'ils / qu'elles restent dans l'histoire d'avoir vendu(E)s le pays j'ai commencé à graver dans une pierre les noms suivants :

Pol Verge
Zen Pol verra
Zen Clod Frito
Zen Loui Lagourde
Zilber Zanet
Na non na DIN DARE
Les CH (s) de Sin lui

Est ce que j'aurai la place pour métte

Jusqu'à paraît il
Tac O tac ek Missèl de Sin Pièr et le Patrik le Parisien de St jo et bientôt le maire de Bras Panon pourtant du temps. De monsieur Bareau té un ti coin charmant comme St jo

Si Y Fo mettre dotre fais signe à moin

14.Posté par Jules Bénard le 18/12/2016 07:14

à posté 12 "la preuve par deux" :

Vous devez vous méprendre, cher ami.
Un bazar à légumes au 17è Km, dites-vous ? Cela ne me rappelle rien. Non, vraiment je ne vois pas. Il doit s'agir d'un autre.

Si vous faites allusion à l'agression que j'ai subie fin juillet, c'était à Mont-Vert-les-Bas et on ne sait toujours pas qui en est le commanditaire. Des nervis de quelque élu que j'allume régulièrement ? Un ancien nervi que j'ai fait expédier en taule ? Quelqu'un qui n'aime pas ma façon d'écrire ?

15.Posté par la preuve par deux ! le 18/12/2016 09:46

@Jules Bénard

Pressé que j'étais je me suis sans doute mal exprimé mais c'est bien de vous qu'il s'agit et l'agression du bus dont vous nous relatez les faits a été racontée dans ce bazar à légumes situé à proximité du rond-point du 17ème Km... par un client de passage.

16.Posté par Jules Bénard le 18/12/2016 10:01

à posté 15 "la preuve par deux" :
Je comprends.
Malheureusement, ces agressions violentes autant que gratuites sont monnaie courante PARTOUT dans l'île.
Je regrette le bon vieux temps des contrôleurs d'car qui avaient le coup de poing aussi rapide que le rire ou la blague salace.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >