Justice

St-Louis: Un exhibitionniste filme des femmes dans la rue et s'en prend aussi à sa belle-fille

Jeudi 22 Février 2018 - 07:16

Ses victimes ne se seraient doutées de rien si il n’y avait pas eu la gérante d’un magasin et la procédure judiciaire qui s’en est suivie. Samedi, alors qu’une sexagénaire faisait tranquillement les soldes dans un magasin en centre-ville de St-Louis, elle a été abordée par un policier municipal en civil lui expliquant qu’elle venait juste de subir une agression. Elle n’a senti qu’un homme la bousculer mais en réalité, l’homme en a profité pour sortir son sexe, se masturber et éjaculer sur sa victime. La scène a été filmée par la vidéosurveillance et par l’exhibitionniste. Cet homme, Billy B., âgé de 35 ans, a été jugé ce mercredi sur le devant le tribunal de St-Pierre en comparution immédiate.  

Lors de son interpellation, son téléphone portable a été saisi par les gendarmes qui y ont découvert pas moins de 112 vidéos et 375 photos de plus ou moins jeunes femmes dont les images de seins ou fesses, majoritairement, ont été prises à leur insu dans la rue. Dans l'appareil également, des photos de son sexe en gros plan. 

Parmi ces photos et vidéos, celles de sa belle-fille, Léa* qu’il a reconnu avant de se marier en 2016. Sur les images, la jeune fille de bientôt 12 ans dort mais a le t-shirt complètement relevé au dessus des seins. Sur un autre des clichés, Billy B. semble lui insérer un liquide dans la bouche, "de la bave" assurera-t-il à l’audience sans convaincre le tribunal. 

 4 condamnations pour exhibition sexuelle et 2 pour agression sexuelle

Déjà condamné pour agression sexuelle, exhibition sexuelle, enregistrement et détention d’images à caractère pornographique en 2016, le prévenu a reconnu les faits auxquels s’ajoute aujourd’hui l'agression sexuelle sur un mineur de 15 ans par ascendant. Billy B. a 6 mentions à son casier : 4 pour exhibition sexuelle et 2 pour agression sexuelle. Les premiers faits remontent à 2009. Après sa dernière condamnation, le trentenaire a tenté la castration chimique mais au bout d’un an décide de "voler de ses propres ailes". Les "pulsions" reviennent début janvier juste par des films, précise-t-il.

Vendredi soir une "grosse pulsion" se manifeste lorsqu’il voit sa belle-fille dormir. Le lendemain, insatisfait, il poursuivra ses méfaits dans le magasin. "Je suis pris dans cette pathologie mais depuis que j’ai rencontré ma femme, je crée du bonheur dans ma famille et du malheur. Je suis un bon père de famille mais j’ai cette pathologie qui me colle à la peau", se justifie-t-il à la barre. Billy B. est également père d’un nouveau-né. 

Si la mère de Léa n’a pas décidé de porter plainte contre son mari, apprenant à l’occasion de la procédure les faits commis sur sa fille, l’association réunionnaise pour l'aide juridique aux familles et aux victimes (ARAJUFA) a été saisie. Le retrait de l’autorité parentale accordée à Billy B et des dommages et intérêts d’un montant de 3 000 euros ont été demandés. "Léa doit désormais se faire à l’idée que ce n’est pas seulement un pervers étranger mais qui vit avec elle". 

Pour le procureur, il s'agit d'"une trahison" opérée par une personne "égocentrique qui n'a aucun mot pour ses victimes". "Pour que son comportement change, il faut qu’il ne se voit plus comme un homme bien mais comme un délinquant". De la prison ferme et l’annulation de la contrainte pénale ont notamment été requises. 

Malgré la demande de l’avocate de la défense de "trouver une réponse adaptée", Billy B. a été condamné à 6 ans de prison cumulée, révocation comprise, à un suivi socio-judiciaire de 8 ans et à l’obligation de se soigner. Il devra également verser 3 000 euros de dommages et intérêts à sa belle-fille et 2 000 euros à la sexagénaire qui depuis son agression "se sent souillée".

* prénom d'emprunt
PB
Lu 14781 fois



1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 22/02/2018 09:50

*J'ai pas tout lu...

*C'est la toute première "spécificité" que j'ai découverte, ICI,

*En 62, rue Roland Garros, où j'habitais.

*Ça en a resté à l'exhibition; je pouvais, seule, gérer ce genre de situation...

2.Posté par pipo le 22/02/2018 10:20

"enregistrement et détention d’images à caractère pornographique en 2016"

Quelle lois interdit ça????

Pfeuuuu!

3.Posté par kersauson de (p.) le 22/02/2018 13:07

et la mere ne porte pas plainte
mdr !!!!!
20 ans de tole et castration ! il fera pipi assis

4.Posté par Veridik le 22/02/2018 16:30 (depuis mobile)

Choupette dirait que "si il" n'existe pas et qu'il faut écrire "s'il"

5.Posté par Lady le 23/02/2018 09:45 (depuis mobile)

Franchement je suis choquée de toute c''est fait divers du moment.Et la mère qui ne porte plainte genre vous d accord avec sa

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >