Faits-divers

St-Denis: Prison ferme pour avoir mordu un policier

Lundi 23 Juillet 2018 - 16:42

Le 20 juillet dernier, un jeune SDF est interpellé par les forces de l'ordre à La Montagne pour des faits de violence et d'extorsion sous la menace d'une arme. Il comparaissait ce matin devant le tribunal de Champ Fleuri dans le cadre de la comparution immédiate. Il devait également répondre de violence sur personne dépositaire de la loi. 

Fraichement sorti de détention depuis moins de 15 jours, Jean-René, 26 ans, vit à La Montagne dans une usine désaffectée. Dans l'après-midi de vendredi, déjà bien alcoolisé, il commence par tenter de dérober de l'alcool chez Case Lagon à trois reprises. Repoussé à chaque fois par le propriétaire, Il réussira finalement à dérober une canette de bière. 

Continuant de boire tout au long de la soirée, J-René pénètre vers minuit quinze dans une propriété dont le portail ferme mal. Muni d'un couteau de cuisine de 30 cm, il entre dans l'habitation. Une famille de quatre personnes, dont un bébé de 2 mois et demi, est présente sur place. 

L'homme surprend J-René qui le menace un couteau à la main

Alerté par le bruit, l'homme surprend J-René qui le menace un couteau à la main pour lui réclamer de la nourriture. Le chef de famille lui demande à plusieurs reprises de poser son arme. Finissant par obtempérer, le prévenu est maitrisé d'une clé de bras par le propriétaire qui le reconduit tant bien que mal à l'exterieur de sa maison. C'est sans compter sur la détermination de J-René qui revient à la charge muni de deux rondins de bois réclamant au propriétaire ses affaires qu'il aurait oublié dans la maison.

Une fois encore, l'homme réussit à lui faire entendre raison, J-René pose les rondins. Le père de famille tente alors de le maitriser en attendant l'arrivée de la police. Une bagarre éclate occasionnant une ITT de 1 jour pour la victime. À l'arrivée des forces de l'ordre, bis repetita, le prévenu qui refuse de se laisser interpeller, se bat avec deux d'entre eux. Il mord un agent de police jusqu'au sang, laissant une plaie ouverte, occasionnant une ITT de 8 jours. Il sera relevé un taux de 0,88 g/l de sang plusieurs heures après son interpellation. 

La partie civile explique que l'agent de police est maitre chien et que c'est la première fois en 22 ans de services qu'il est blessé de la sorte. La procureure note que le prévenu doit avoir une grande familiarité avec l'alcool vu le taux relevé. Elle requiert 4 ans de prison dont 1 an avec sursis mise à l'épreuve pendant deux ans, des obligations de résidence, de soins, de formation et de travail assortis d'un maintien en détention.

J-René est déclaré coupable par le président qui le condamne à 4 ans de prison dont 2 avec sursis mise à l'épreuve et prononce le maintien en détention assorti des obligations demandées par la procureure. Présents à l'audience, les syndicats de police se sont montrés satisfaits de la tolérance zéro dont la cour a fait preuve.

Pascal Robert
Lu 2848 fois



1.Posté par RÉUNIONNAIS le 23/07/2018 17:46 (depuis mobile)

Normal.

Et celui qui tabassé des.manifestants : il est libre ?

Justice à 2 vitesses.

2.Posté par polo974 le 24/07/2018 10:21

putain, 2 ans, alors que vu son taux d'alcool, il avait déjà désinfecté la plaie...

3.Posté par Fredo974 le 24/07/2018 17:32

POST 2 POLO974 :

Tu m'as bien fait rire ..

4.Posté par 51889 le 24/07/2018 18:44

La police qui a la dent dure et ne mâche pas ses mots, trouve que la justice n'est pas assez incisive...

5.Posté par Moi président le 24/07/2018 21:20

Quand Benalla distribue des baffes sans que ça donne lieu à ITT, tout le monde hurle à la barbarie. Les "victimes" avaient lancé des projectiles sur les CRS qui n'étaient là que pour faire leur boulot.

Et là, on a un flic qui en 22 ans de dressage de chiens, n'a jamais été mordu à ce point. 8 jours d'ITT. La victime ne faisait encore une fois que son boulot.
Et ça en fait rire certains.

A force de tirer sur l'élastique, ça finit par péter, et on en est pas loin. Le problème est que quand ça va péter, ça va péter pour tout le monde, pas seulement pour les petits comiques djihadistes multi-pseudos avec abonnement internet et GSM à 200 € qui jouent les miséreux.

Je répète : la seule solution pour ceux qui ne veulent pas morfler pour les comiques, c'est l'exil.

6.Posté par 0 le 25/07/2018 07:24

quand c'est un policier qui frappe, qui tabasse il y a pour eux que du surcis ou sous controle judiciaire ds l'autre sens que de la prison ferme.

7.Posté par Moi président le 25/07/2018 12:40

C'est pas les policiers qui sont pétés dans des gares routières et qui sèment la terreur, c'est pas des policiers qui s'introduisent dans des cases pour voler, etc ...
Quand il leur arrive (rarement) d'user de violence, c'est parce qu'il y a refus d'obtempérer, ou éventuellement pour se défendre.
On est OBLIGÉ d'obtempérer, c'est pas une option facultative.

Si à chaque fois qu'ils essaient de faire leur boulot ils risquent d'aller en taule, ils ne feront plus du tout leur boulot.
Ils seront alors payés par les contribuables pour rien du tout.
Tant qu'à avoir des flics, autant que ce soit pour qu'ils fassent leur boulot.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter