Société

St-Denis : Les avocats en "consultations gratuites" le 30 mars

Mercredi 28 Mars 2018 - 17:56

Les avocats sont en grève depuis le 22 mars dernier pour monter leur mécontentement sur le projet de loi de programmation pour la justice 2018/2022. Interrogé sur la question, Maitre Alexandre Vardin explique quels sont, à son sens, les points particulièrement bloquants du futur projet de loi :

"Ce projet de loi contient des dispositions qui constituent un net recul pour les droits des justiciables, ces différentes mesures sont ; L'instauration d'un tribunal criminel à coté de la cour d'assises pour les peines les moins lourdes, alors que l'existence de la cour d'assises est de faire en sorte que les citoyens participent à la sentence.

Il prévoit également la révision des pensions par l'administration, des modifications de compétences par les institutions et la suppression de tribunaux. Cela nous amène vers une justice robotisée, déshumanisée où le justiciable n'aura plus de professionnels face à lui tel que l'avocat, les dépôts de plaintes se feront sur internet ce qui entrainera un net recul du droit pour les justiciables.

La grève menée par les avocats n'est pas protectrice d'une corporation pour protéger leurs interêts mais pour éviter le recul des droits des justiciables après tant d'années de combat pour obtenir par exemple l'aide juridictionnelle ainsi que l'avocat qui intervient dans le cadre de la garde à vue.  

Plusieurs questions se posent si le projet de loi passe : Qu'en sera t-il de l'aide juridictionnelle demain ? Sera t-elle maintenue ? L'avocat sera t-il toujours présent en garde à vue et sera t-il toujours rémunéré par l'état ? Va t-on vers une justice à l'anglo-saxone, c'est à dire une justice pour riche, si vous avez les moyens vous pourrez payer votre avocat ! par exemple : Si on retire les compétences du tribunal de grande instance (TGI) de St-Denis pour les confier au TGI de Paris (ce qui est déjà le cas en matière de propriété intellectuelle), le retrait des compétences pour les confier à des juridictions de métropoles entrainera fatalement des disparités et seuls les personnes qui auront les moyens pourront assister à leur procès, alors que ceux qui n'auront pas les moyens, qui ne pourront pas voir leur avocat et assister à leur procès. 

Cela représente un net recul des droits des justiciables et pour c'est pour cela que les citoyens, les futurs justiciables de demain, doivent se joindre à ce mouvement pour dénoncer le net recul que représente ce projet de loi. À ce titre, les avocats se reuniront le 30 mars, une journée de consultation gratuite aura lieu à St-Denis devant et aux abords du Palais de justice".

Regis Labrousse
Lu 1709 fois



1.Posté par Veridik le 28/03/2018 19:08 (depuis mobile)

Ce qui n'ont pas droit à laide juridictionnelle doivent déjà se sacrifier 2 bras et 10 doigts pour pouvoir se payer un avocat

2.Posté par yanamare le 28/03/2018 19:34

Halte à la manipulation de la précarité intellectuelle ambiante! C'est peut être la conséquence, des manquements déontologiques,des erreurs de droit, et de la félonie de certains avocats véreux favorisant la compradorisation de la justice locale enfantée par notre passé colonial !!

"Lorsque les Devoirs sont accomplis, alors les Droits apparaissent clairement !!! M. Gandhi"

3.Posté par TICOQ le 28/03/2018 22:25

Les zavocas péi, cette caste de planqués sous robe qui se mettent au vert chez nous. Grattez le vernis et vous trouverez tout sauf de la compétence.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Décembre 2018 - 15:50 Les migrants sri-lankais souhaitent demander l’asile