Culture

St-Denis : La galerie Artefact ouvre ses portes

Jeudi 10 Août 2017 - 18:26

Le Carré Cathédrale est désormais doté d'une galerie d'art : Artefact, dont la soirée d'inauguration s'est déroulée vendredi dernier. Entretien avec sa responsable, Laurène Mazier.


Un nouveau lieu de culture est né à Saint-Denis : la galerie Artefact, au coeur du Carré Cathédrale. Ce lieu, Peter Mertes, célèbre directeur de la marque réunionnaise "Pardon!", le désirait depuis de longues années, et a commencé en 2012 à négocier avec les propriétaires de la maison, située au 1 de la ruelle Mazeau, juste derrière la cathédrale.

Les travaux ont commencé début 2016, pour s'achever fin juillet 2017, car la maison était une ruine, inhabitée depuis une soixantaine d'années, une ancienne boutique ayant fait faillite dans les années 50. À la place de la boutique se tient le Sancho Panza, un bar-restaurant,  et au-dessus, la galerie Artefact : un rooftop de 90m2, et une grande pièce d'exposition.

La direction artistique de la toute nouvelle galerie est confiée à Laurène Mazier, pétillante Réunionnaise de 35 ans, coutumière de la scène artistique locale. C'est une ancienne journaliste, qui, après avoir travaillé au JIR durant 8 ans a tout quitté pour créer son propre magazine péi féminin et décalé, Zen&Zolie, dont elle est toujours rédactrice en chef.

La jeune femme va gérer la programmation artistique de l'association Carré Cathédrale, à savoir la galerie Artefact, le Zarathoustra, le café Édouard, le restaurant KTdral, et le Sancho Panza. "L'idée est de faire un vernissage tous les mois, dans l'ensemble des points du Carré Cathédrale, afin d'offrir au public un véritable parcours du Carré. Ma vision de la culture est non-éliste et éclectique, j'ai l'habitude de fonctionner au coup de coeur", dit la responsable de la galerie.

Dynamiser le quartier bien connu des noctambules

Le but de l'association Carré Cathédrale est de dynamiser ce quartier bien connu des noctambules, et d'amener la culture dans le centre-ville de Saint-Denis, avec des expositions, des concerts, des projections de films, ou encore des performances d'artistes. La galerie dispose d'un espace boutique, dédié à l'artisanat d'art, au design, aux créateurs. "J'invite les artistes réunionnais à me contacter, à condition qu'ils soient prêts à me fournir pour l'instant une expo clef en main. Il faut croire en son travail, et toujours persévérer, si vous aimez ce que vous faites, cela plaira à d'autres", ajoute Laurène Mazier.

L'association a, en effet, besoin de mécènes privés ou publics, notamment pour les frais d'accrochage, afin d'offrir à tous les artistes locaux la possibilité d'être exposés, et ainsi d'aller à la rencontre du public. Prochainement, sera donnée la possibilité d'adhérer à l'association, pour 20€ par an, l'adhésion donnera droit à des réductions et des avantages divers.

Avec l'arrivée de la galerie, un journal du quartier a été créé, "Artefact". Il paraîtra tous les trois mois, et contiendra le programme de la galerie, bien sûr, mais aussi des brèves de comptoir, des brèves culturelles, des interviews d'artistes, sans oublier du ladilafé, car, précise Laurène Mazier "Il ne faut pas perdre de vue que le président de l'association est Peter Mertes, et son côté iconoclaste sera présent."

Actuellement, Yann Le Gall expose à Artefact, et il sera présent ce samedi 12 août, pour un atelier artistique : une performance collective, l'élaboration d'une toile XXL, à laquelle le public est invité à participer, de 16 à 19h, sur inscription.

Le 15 août, la galerie sera ouverte à partir de 17h, et l'artiste Zaza offrira une performance inédite : un show d'improvisation à partir des mots donnés par le public, grand moment en perspective.

Le 16 août, le grand classique Métropolis sera projeté sur le rooftop à 20h, et le 19 août, une soirée contes sera proposée par Marie Faham.

Résolument éclectique, contemporaine et réunionnaise, la programmation du Carré Cathédrale offrira sans doute de belles soirées aux dionysiens assoiffés de culture et de découvertes.



 

Laurène Mazier et Perter Mertes
Laurène Mazier et Perter Mertes



Avant les travaux
Avant les travaux
Bérénice Alaterre
Lu 3988 fois



1.Posté par Pierre Balcon le 10/08/2017 19:54

Bravo pour ce que fait Peter Mertes qui a su être le catalyseur de tous les projets de la zone .
Ce qui a été fait dans ce quartier est exemplaire.
Et cela doit aussi être mis à l'actif de la mairie qui a compris l'intérêt de sauvegarder ce lieu historique , sans doute le plus remarquable de l'Ile , et peut être des DOM parce que nous sommes les seuls à disposer ainsi de demeures anciennes .
Mais il faut continuer parce que beaucoup reste à faire . De nombreuses cases et façades du secteur mériteraient d'être réhabilitées .
C'est le sens de l'AVAP qui doit être conforté.

2.Posté par Ma sonnerie le 11/08/2017 11:20 (depuis mobile)

1.
Enfin un commentaire objectif..

Tout arrive sous l'ère Macron..

3.Posté par p.mass le 11/08/2017 11:23 (depuis mobile)

Honte à Gilbert Annette qui n'a su rien faire pour la capitale !
Avec en prime des logements sociaux à la place de la prison J Dodu qui était l'endroit approprié à la création d'un second carre cathedrale

4.Posté par ZembroKaf le 11/08/2017 11:24

Dès fois on peu peut être surpris par l'humour "décalé" des tee-shirt "Pardon"...mais ce que fait Peter Mertes du K/Dral...on ne peut que le féliciter..."réhabiliter ou reconstruire" en gardant l'âme du quartier et du bâti !!!

5.Posté par REO 1 le 13/08/2017 01:00 (depuis mobile)

La vie est courte l'art est Long.(DEGA).
La force soit avec ceux qui oeuvrent pour l'art.peacelove&havin'fun.
RÉO1

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter