Faits-divers

St-André : "Si zot y continu, mi tue zot toute"

Jeudi 5 Décembre 2019 - 09:21

Renvoyée un première fois sur demande du prévenu afin qu'il puisse préparer sa défense, l'audience portait sur faits de menaces de mort, de détention et port d'arme non autorisé. Le 15 novembre dernier à Saint-André, un couple se rend chez SOS médecin, car leur enfant de 4 ans ne va pas bien. Arrivés sur place, il y a tellement de monde que la mère, accompagnée de ses deux enfants d'une précédente relation, préfère repartir car les enfants n'ont pas mangé. Le ton monte sur le chemin du retour car madame trouve qu'il conduit dangereusement.

Très énervé et inquiet pour son fils, l'homme stoppe la voiture sur la chaussée et s'emporte "si zot y continu, mi tue zot toute". C'est à cet instant précis que leurs versions divergent : Elle l'accuse d'avoir pris un fusil placé sous le siège de la voiture alors qu'il la menaçait de mort, quand lui affirme que c'est elle qui a pris le fusil pour le menacer. Au final, ils se calment, le fusil retourne sous le siège et ils repartent. C'est un des enfants qui dira en audition "c'est maman qui avait le fusil". À la lecture de son casier judiciaire, il peut remercier l'enfant de sa compagne d'avoir dit la vérité. Multirécidiviste en matière de violence, il a déjà purgé une peine de 15 ans pour assassinat en 1997. 

Un contexte plus complexe qu'il n'y paraît

Le contexte de cette affaire est plus complexe qu'il n'y parait. En effet, les deux enfants de la mère lui ont été retirés par mesure de protection, car son ex-compagnon les maltraitait. C'est grâce au prévenu, et la famille de celui-ci, qu'elle a pu les récupérer. Il apparaît, qu'après être retournés chez le médecin pour le petit, le praticien a fait une lettre d'hospitalisation. La mère constate que le médecin décrit un état élevé de stress chez le petit garçon. Vivant dans la peur de se voir de nouveau retirer ses enfants, elle a mal réagi pensant à ce qu'il pourrait arrivé si les services sociaux étaient alertés. Ce n'est que le lendemain qu'elle ira déposer plainte à l'encontre de son compagnon. 

"Je comprends la peur qui est évoquée, elle vit avec la peur du placement. Ce soir-là, sa peur va se concrétiser quand elle doit aller chez le médecin. C'est à cause de la lettre du médecin qu'elle va porter plainte le lendemain matin. Elle n'a pas peur de Monsieur mais peur du placement, elle ne veut pas lui nuire. Le parquet aurait dû amener des faits, il y a un problème relationnel dans le couple mais pas de violences" plaide la défense. Le parquet, considérant que le prévenu est ancré dans la violence, estime que dans son cas, la possession d'un arme à feu est inexcusable, voire intolérable. Il requiert une peine 18 mois de prison plus la révocation d'un sursis de 2 mois et le maintien en détention.

Le tribunal, après avoir délibéré, relaxe le prévenu pour les faits de menaces de mort mais le condamne pour détention et transport d'arme sans autorisation à une peine de 7 mois de prison ferme, assortie du maintien en détention. 
Lu 6431 fois
Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur




1.Posté par Choupette le 05/12/2019 11:17

Fais z'enfants par-ci, par-là, au gré d'une envie de coït (c'est dans le dictionnaire) et voilà l'travail.

C'est siiii facile ... .

2.Posté par Mwinmidike le 05/12/2019 12:18

Un fusil sous le siège de la voiture ... Vaut mieux pas fé in l'accident avec cette famille hein !!

3.Posté par Ehcon le 05/12/2019 15:58 (depuis mobile)

Et le fusil ? Personne n'en parle ! J'espère qu'il a été au moins saisi et au plus détruit !

4.Posté par MôveLang le 05/12/2019 18:08 (depuis mobile)

''''''''''3. Ehcon le 05/12/2019 15:58''''''''''
Apparemment, non!
C''est un criminel, il n''y a donc pas de fichier pour les criminels, il a déjà tué, purgé sa peine cette, mais le laisser se balader avec un fusil, ils attendent quoi, le prochain mort?

5.Posté par LadiLafé le 05/12/2019 18:15 (depuis mobile)

Le marmay témoigne pour l''homme qui n''est pas son père, contre sa vraie mère, imaginons que les choses avaient mal tourné, le coup parti, la femme s'étant feminicidé, lo pôvre boug en aurait eu en plein dans le cul violence conjugale, Snnaped

6.Posté par Ouech le 05/12/2019 18:32 (depuis mobile)

Bah oui le fusil sous le siège cela peut toujours servir imagine il voit un canard ou un poule passait....ou si madame prend la tête un coup de fusil et hop c'est réglé on appel cela l'effet pei et visiblement cela fonctionne bien.....nou la fé

7.Posté par Veridik le 05/12/2019 19:05 (depuis mobile)

les deux enfants de la mère lui ont été retirés par mesure de protection, car son ex-compagnon les maltraitait .C'est grâce au prévenu, et la famille de celui-ci, qu'elle a pu les récupérer

Je comprend plus rien...

8.Posté par Au Joridicule le 06/12/2019 23:23

1.Posté par Choupette le 05/12/2019 11:17

Fais z'enfants par-ci, par-là, au gré d'une envie de coït (c'est dans le dictionnaire)
.............................
C'est quoi ce zafair ? J'ai pas de dictionnaire kamasoutitré......

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie