Culture

"Souvenirs, souvenirs…" Copains et prof pas comme les autres : Destins croisés… (3è partie)

Samedi 14 Septembre 2019 - 08:03

Après avoir patiemment relu les deux premiers chapitres des "prof et copains" (ce n’est pas une faute : prof, comme toutes les abréviations françaises, ne prend pas la marque du pluriel !), donc, après avoir relu, j’ai culpabilisé : et si j’en oubliais ? Angoisse existentielle. J’ai donc battu le rappel des mémoires de copains du lycée, Dédé, Joël… et j’ai bien fait. Là encore, il y eut des gentils, des méchants et les éternels comiques. Feu !

Le short de Boubel

Au chapitre des amuseurs-malgré-eux, il y avait Pierre Bègue. Triste gag, le pauvre bégayait réellement. Un matin, il arrive à 8 heures, tout excité, et tombe sur Jean-Yves (Fontaine) et moi. Il se précipite vers nous et : "F… F… Fon… Fon-ontaine, m… mwin la en… entende in-in-in morceau Ch-ch-ch… Shadows. T-t-t té, lélélélé au-au poil oui ! I fé ta-ta-ta-ta… tatata". Réalisant qu’il n’aura jamais le temps de fredonner "Géronimo" avant l’entrée en classe, il lance un bras par-dessus son épaule et, résigné, lâche tout d’une traite : "Envoye chier !"

Nous avons tous gardé un excellent souvenir de ce Pierre-là. Intelligent, affable, il s’était juré de devenir médecin, bien qu’inscrit en terminale philo. Je crois qu’il a réalisé son rêve et c’est tant mieux.

 

Bande de potaches du vieux lycée en attente de quelque mauvaise blague...
Bande de potaches du vieux lycée en attente de quelque mauvaise blague...
Autre comique involontaire, M. Boubel, prof de gym, gentil, bon pédagogue ; il n’obligeait jamais les gros (comme moi) à courir le 1.000 mètres, épreuve qui nous envoyait, Joël, ti-Henri Fong-Yan et moi, régulièrement sous la douche, dégueuler tripes et boyaux à la fin de l’épreuve. On l’avait affectueusement surnommé "Boubel gros graines". Parce qu’un jour, il nous avait fait une démonstration de la bonne façon de grimper à la corde. Avec un short de sport trop large.

Espèce de charnière !

Certains prof maniaient l’humour à dessein. Faire rire les ouailles participait de leur conception d’une bonne pédagogie, et ça marchait souvent. Ainsi Maurice Rolle, histoire-géo. Il adorait relater les "perles" découvertes dans les copies d’interro-écrite. Comme "la vigne décimée par le myxomatose". Il était grand et se déplaçait assez vite dans la cour, un peu penché vers l’avant. Son épouse, belle et grande femme, allait, elle, très cambrée vers l’arrière. Fort logiquement, nous les appelions "bouton pression".

M. Espinasse, prof d’allemand des plus efficace, bénéficiait d’une cote d’amour terrible. Une heure avec lui était une séance de rire (mais d’apprentissage aussi) salutaire pour les globules rouges.

C’est à lui que l’on doit deux anecdotes dans lesquelles il se foutait de ces Allemands qu’il adorait.

La première : "Deux Allemands se targuent de bien parler le français. Un jour, ils se prennent de gueule et l’un traite son ami de < charnière >. L’autre se précipite sur son dico et lit, à voix haute : < charnière : ezbèze de gond >".

Et l’autre : "Deux Teutons entrent dans un café de Picadilly et tentent de parler anglais avec le serveur : < Two whiskies, please ! > Professionnel, le serveur demande : < Dry ? > Les Allemands s’énervent vite. Rouge de fureur, l’un d’eux réplique, hurlant presque : < Nein ! Nicht drei, zwei !>"("Non, pas trois, deux !").

Comment voulez-vous ne pas aimer un tel pédagogue pratiquant la leçon par l’exemple ?

"Pâte-à-brosse"

"Toto-la-fièvre", Luçay Hoareau, prof de physique-chimie nous régalait avec son accent très yab. Autrement dit, une prononciation très "Vabois" que ses nombreuses années d’enseignement n’avaient jamais pu gommer.

"C’est quoi ce désord’ dans le fond, là ? Je parie que c’est encor Bénord !"

À côté des comiques, volontaires ou pas, nous avions des enseignants et des potes à la gentillesse proverbiale. Comme madame Tessier, dont j’ai déjà parlé par ailleurs. Elle remplaçait avec bonheur, dans plusieurs disciplines, les enseignants absents : histoire-géo, anglais, français, elle savait tout et, surtout, savait expliquer, toujours avec le sourire. Une tendresse à fleur de peau pour ses lycéens… qui en profitaient bien, il faut le reconnaître.

 

Notre vieux proto Zéphirin avait su nous faire aimer notre propre histoire avec son ouvrage "Sous le signe de la tortue".
Notre vieux proto Zéphirin avait su nous faire aimer notre propre histoire avec son ouvrage "Sous le signe de la tortue".
Un jour, second étage, il y avait tant de bruit sur le terrain de gym, elle se dirige vers la porte, histoire de la fermer et ramener le calme. Profitant qu’elle a le dos tourné, un serial plaisantin lance une boule puante dans la caisse à saleté. Moins d’une minute après, madame Tessier fait la grimace et dit : "Ces classes de chimie, quand même… !" La classe s’esclaffe et, comprenant son incompréhension devant une telle hilarité, on lui explique. Elle a eu le bon goût de rire avec nous. Elle non plus n’a jamais infligé une seule heure de colle de toute sa carrière.

Je pense qu’elle faisait partie de nos maîtres préférés.

"Pâte-à-brosse", fils de gendarme saint-pierrois, devait ce curieux surnom au fait qu’un jour, n’ayant plus de cirage pour ses chaussures, il avait fait le tour du dortoir en demandant si quelqu’un n’avait pas de la "pâte-à-brosse". Malheureux, faut pas dire des trucs comme ça !

Laide à faire peur

Et puis, il y avait les féroces, les vraiment méchants. Au rang desquels le sinistre "Tara", Léonce Hoareau dont j’ai évoqué la triste mémoire auparavant. Jamais une note au-dessus de 14/20, quelle que fût la qualité du devoir.

Et Despatins, prof de philo hélas, qui avait ses "têtes" et était un obsédé du cul. Sans doute adepte des idiotes théories freudiennes, il avait décidé que chaque geste que nous faisions était un symbole sexuel. Comme se tenir le coude et fermer le poing après un choc un peu violent.

"C’est quoi, ce geste ?", avait-il demandé en levant et abaissant le poing. Ben… un marteau. Ben… non ! Il nous avait expliqué que ça matérialisait un pilonnage sexuel. Vous imaginez notre stupeur.

J’ai dit qu’il avait ses "têtes", nombreuses, et quelques lycéens, rares, qu’il aimait bien. Quelle que fût la volonté de bien faire, les mauvaises notes pleuvaient, comme chez Tara. Perso, durant toute mon année de terminale, je n’ai jamais récolté plus de 4/20. Il m’avait dit, condescendant : "Monsieur Bénard, vous n’aurez jamais votre bac philo !"

Le jour de la distribution des prix, au Cinéma Plaza, je me suis précipité au-devant de lui et, réfrénant une furieuse envie de lui coller mon poing dans la tronche, savourant ma revanche, je lui ai juste dit : "Monsieur Despatin, j’ai eu mon bac, avec 12/20. Et c’est pas grâce à vous !"

S’il avait répliqué, je cognais. Il a eu la salutaire prudence de la boucler.

Troisième figure de cette paranoïa lycéenne, je ne peux m’empêcher de citer madame Bouyal. Ci-devant prof de sciences nat (devenues SVT allez savoir pourquoi). Elle avait tout pour déplaire : méchante voire féroce, mauvaise pédagogue et laide à faire peur.
Malgré son charme façon Fée Carabosse en plus moche, on lui prêtait un appétit sexuel hors normes et des conquêtes masculines à n’en plus finir. Nombre d’entre nous n’y ont jamais cru. D’abord akoz té difficile d’être plus vilain ; et puis, pour les prof considérés comme coureurs de jupons, il ne manquait pas de jolies enseignantes dans notre lycée. Comme "Pépita", prof d’espagnol, épouse de "Grand-Jo" (Joseph Cresta, censeur), madame Thibaud… que nous autres, les lycéens boutonneux, mations de loin en soupirant.
Eh ! On peut toujours rêver, non ?
Jules Bénard
Lu 4234 fois




1.Posté par Matiou le 14/09/2019 09:00 (depuis mobile)

Mais quel plaisir de lire ces souvenirs, chaque fois un moment de bonne humeur

2.Posté par SOMANKE le 14/09/2019 11:21 (depuis mobile)

TARA dit(a voix basse) le chien ». Pendant la récré, un effronté (de 5ème) avait écrit au tableau (Salle 9): « Tara le chien ». Voyant cela il devint tout rouge (plus de colère que de remonté alcoolique) et hurla « Tara soit mais pas le chien »....

3.Posté par LAMPION le 14/09/2019 15:36

Le stylo d'or po JULES

4.Posté par Logique le 15/09/2019 08:32

Merci Jules et régalez nous encore !

5.Posté par Fabrice le 15/09/2019 08:41 (depuis mobile)

Monsieur Benard, le donneur de leçons, "Prof" est une apocope, pas une abréviation. Il devrait donc bien prendre un "s" au pluriel. Une simple recherche Google permet de le vérifier...

6.Posté par Fabrice le 15/09/2019 11:37 (depuis mobile)

Monsieur Benard, écrivez-vous: des auto, des moto, des , des vélo, des photo, des micro ? Je ne pense pas. Ce sont aussi des apocopes, au même titre que "prof". J'espère que vous n'avez pas fait une erreur aussi grossière dans l'un de vos livres...

7.Posté par Jules Bénard le 15/09/2019 17:41

À Fabrice 5 et 6 :

VOUS AVEZ TORT !!!!!
Cher monsieur, vous êtes certainement animé du désir de bien faire et, à ce titre, je vous remercie sincèrement de votre intervention.
Mais VOUS ÊTES DANS L'ERREUR.
Google c'est bien MAIS Larousse est plus digne de confiance. C'est une référence.
On trouve tout et n'importe quoi sur Google.
J'ai vérifié sur mon "Petit Larousse illustré 2019".
Page 936 :
A la rubrique "professeur", on peut lire :
"Abrév (fam) prof".
Page 117 :
"AUTO : n.f. (abrév) Automobile".
Etc. etc.
(Abrév) veut dire abréviation si je ne m'abuse.
L'apocope est un terme phonétique... et non pas orthographique.
Bien cordialement.

8.Posté par Bleu outre mer le 15/09/2019 20:10

6.Posté par Fabrice
Au correcteur orthographique

Confiture de groseilles et gelée de groseille un avec S et l'autre non.....
Un des non sens de la langue Française.......
L'érudition ne fait pas le larron......
Au donneur de leçon, leçon donnée.......

9.Posté par Fabrice le 15/09/2019 20:36 (depuis mobile)

Pour être plus précis. L''apocope est une forme d''abréviation.
Vous auriez pu pousser un peu vos recherches et trouver par vous même qu''un nom apocopé prend la marque du pluriel lorsqu''il est devenu un mot de la langue courante.

10.Posté par Fabrice le 15/09/2019 20:42 (depuis mobile)

Je réitère ma question, comment écrivez vous le pluriel de auto, moto, pub, télé, apéro, dico, ado, amphi, info...
Ce site s''appelle zinfos974, non? Avec un "s" à l''apocope "info". Est-ce une erreur selon vous ?

11.Posté par DIDIER NAZE le 15/09/2019 20:55

D accord avec Jules....Alors Fabrice avant d écrire des âneries. ...faites des recherches la ou il faut !!....Google comme d autres moteurs de recherches.....ne sont pas TOUJOURS des références....

12.Posté par Fabrice le 15/09/2019 20:56 (depuis mobile)

Trouvé sur ce même site, un texte de vous:

Des vélos "Hirondelle Saint-Étienne" pendaient au plafond... les photos d’Eddie Constantine, Fernandel, Georges Guétary…

Vous écrivez "vélos" et "photos" alors pourquoi pas "profs" ? Ça n'a aucun sens.

13.Posté par Fabrice le 15/09/2019 20:57 (depuis mobile)

Reconnaissez votre erreur et corrigez là plutôt que vous obstinée bêtement

14.Posté par Fabrice le 16/09/2019 07:36 (depuis mobile)

Quand il y a une grève, tous les médias nationaux parlent de "grève des profs". Avec un "s". Tout le monde se trompe et c''est Bénard qui détient la vérité ?Je m''adresse à la rédaction de ce site, vous ne pouvez pas laisser une telle betise en ligne.

15.Posté par Jules Bénard le 16/09/2019 07:45

A Fabrice concernant votre intervention n° 13 :

J'ai voulu rester courtois mais là, vous vous enfoncez, l'ami :
"plutôt que de vous obstinée bêtement". BEN NON !
Vous auriez dû écrire "plutôt que de vous obstiner", à l'infinitif.
Avant grimpe dans pied d'bois, engarde si out' ki lé prop !

16.Posté par Bleu outre mer le 16/09/2019 08:19

13.Posté par Fabrice
Je vous conseille à vous et à tous de lire la faute d'orthographe.
Vous constaterez les idioties que vous êtes en train de mentionnez, vu que certaines se sont construites sur des fautes. La belle langue de Molière ou lui-même écrivait Misantrope sans H……
Et à l’heure actuelle il aurait 0 en dictée, comme d’autres Rabelais…….
Et donc de lui demander de se taire ??????
L'histoire d’avoir voulu créer une écriture d’une langue pour en faire de la ségrégation, à méditer………..
Ce qui fait poser la question sur la graphie de la langue Kréole.
Avant de prétendre aux autres d'écrirent, apprenez à lire déjà ce livre..........
Ainsi que d'être plus modeste et reconnaitre vos erreurs........

17.Posté par tout doux le 16/09/2019 08:43

Profs est bien un apocope qui devient un mot nouveau lorsqu'il tronqué. Alors que l'abréviation porte sur la graphie et non sur le mot (p.ex. =par exemple).
Ici, profs est un substantif, le mot n'est pas invariable et s'accorde donc au pluriel. Revoir le film "les profs" sorti en 2013.

Ne vous agacez pas car tout le monde peut se corriger: " corrigez là plutôt que vous obstinée ".
Que pouvez-vous modifier dans votre phrase ?

Sur la tonalité de cette discussion, lire: http://www.academie-francaise.fr/apocope-vous-avez-dit-apocope-0

18.Posté par tourniquet le 16/09/2019 07:00

quel plaisir de vous lire monsieur JULES BENARD . ça me rappelle ma jeunesse au TAMPON au lycée Roland Garros et pas que ça ,même la vie longtemps au quotidien ,nous té pauvre mais i faisait bon vivre !!!

19.Posté par Fabrice le 16/09/2019 09:11 (depuis mobile)

Pour recentrer un peu les choses. Avez-vous une source pour justifier l'affirmation "comme toutes les abréviations françaises, ne prend pas la marque du pluriel" ?

20.Posté par Ald'eau le 16/09/2019 10:14

8.Posté par Bleu outre mer - 'Confiture de groseilles et gelée de groseille un avec S et l'autre non....':

Ce n'est pas une règle. L'arrêté du 31/07/1900 relatif à la simplification de l'enseignement de la syntaxe française énonce: "Dans toute les constructions où le sens permet de comprendre le substantif complément aussi bien au singulier qu'au pluriel, on tolèrera l'emploi de l'un ou l'autre: https://www.persee.fr/doc/inrp_0000-0000_1995_ant_5_2_2019

L'usage seul veut que l'on préfère le singulier pour la gelée de groseille, mais le pluriel est accepté sauf si nous évoquons une couleur groseille.

L'académie Française propose toutefois: "CONFITURE n. f. - Fruits coupés ou entiers qu’on met à cuire dans le sucre. Il s’emploie plus ordinairement au pluriel. Confitures de groseille, etc.": https://dictionnaire-academie.fr/article/A8C2445?history=0

Monsieur Bénard peut donc, dans un style purement littéraire réservé aux seuls écrivains, que "prof" s'écrira sans la lettre 's' au pluriel, même s'il s'agit d'un apocope. C'est son style (que j'apprécie) qui définira l'usage qu'il souhaite donner à son œuvre, de "... revendiquer pour l’écrivain le droit de se forger un style propre en prenant ses distances avec les règles grammaticales et syntaxiques." : http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/gustave-flaubert/content/1818169-polemique-flaubert-savait-il-ecrire

21.Posté par Fabrice le 16/09/2019 11:14 (depuis mobile)

Oui, j''ai fais une faute. Je le reconnais. Mais sur le fond, vous ne répondez pas... Vous êtes gêné ?
Prenez 10 minutes, approfondissez vos recherches et corrigez votre article. Des gens lisent et risquent de reproduire vos bêtises.

22.Posté par Fabrice le 16/09/2019 11:27 (depuis mobile)

Post 20. Ok, il peut l''écrire comme il veut mais ce qui me choque c''est d''édicter une règle fausse : "toutes les abréviations françaises, ne prend pas la marque du pluriel" et de ne pas vouloir l''admettre et le corriger.

23.Posté par Bleu outre mer le 16/09/2019 11:36

20.Posté par Ald'eau
Je suis d'accord avec vous, juste un petit rappel concernant L'académie Française, il n'y a aucun linguistes dans cette académie. Cette image du " sage qui montre la lune et l'idiot regarde le doigt". Je suis pas sur que les académiciens regardent la Lune Il n'y a pas d'académie internationale de la langue Française, pas au Canada, Belgique et autres pays Francophone, et donc 25% de francophone (je parle du nombre de Français, et donc encore moins de %) décident pour les 75% d'autres. Continuons à fonctionner en vase clos et en conservateur et de nier que le monde change……
Ou en est ton des réforment sur cette écriture, cela ne bouge pas beaucoup voir que cela revient en arrière, parce que la langue est une identité et aussi un conditionnement à celle-ci. Cela développe une forme de communautarisme en est la preuve les corrections faites par certains et quels messages véhiculés derrière. Cela est un bon sujet de débat……..
Ainsi que pour la graphie du Kréole………

24.Posté par Bleu outre mer le 16/09/2019 11:50

22.Posté par Fabrice
"c''est d''édicter une règle fausse '
Quant est-ils pour hibou X, genou X ..... Cette règle de ces exceptions viennent d'une erreur et en vous lisant continuons à écrire de manière erronés vu que les académiciens qui ont fixé une règle qui est fausse, et ce n'est pas les seules. L’illogisme du participe passé avec avoir avant et après, il y a eu des propositions simples, mais restons sur le compliqué et non sur le pratique défendons des valeurs fausses et alimentons les . Restons sur le doigt et ne regardons pas la Lune......

"mais ce qui me choque" moi ce qui me choque c'est ce qui est véhiculé derrière, vos propos, même si cela est inconscient, réfléchissez y..........

25.Posté par Fabrice le 16/09/2019 18:02

Toujours pas de réponse de Monsieur Bénard sur le fond de l'affaire.
"toutes les abréviations françaises, ne prennent pas la marque du pluriel" selon vous.
Du coup vous écrivez "les prof" (abréviation de "professeur") sans "s", mais "photos" (abréviation de "photographie") et "vélos" (abréviation de vélocipède) avec "s".
Où est la logique ? D'où sortez-vous que "toutes les abréviations françaises, ne prennent pas la marque du pluriel" ? Une source à nous fournir ?
Vous énoncez des règles que vous ne respectez pas vous même visiblement et refusez de reconnaître votre erreur alors même que des milliers de personnes lisent cet articles et peuvent croire que ce que vous dites est vrai. Vous êtes un grand intellectuel et à ce titre avez une grande responsabilité dans l'éducation et la transmission du savoir aux nouvelles générations. Faites preuve de sagesse et expliquez nous ou corrigez vous.

26.Posté par y.féry le 16/09/2019 20:28

Je ne comprends plus rien; il y a des gens qualifiés cependant qui semblent connaître leur affaire. Il y un autre , je me demande ce qu'il raconte (Bleu Outre-mer) . Quand on voit ses posts(incompréhensibles pour moi, mais je n'ai certainement pas le niveau nécessaire) émaillés de nombreuses fautes, c'est à se poser des questions.
Et puis M. Bénard, j'ai un très profond respect pour vous, j'admire vos écrits, j'ai quelques livres écrits par vous que j'ai appréciés, et que je relis même, mais il me semble que cette histoire n'est pas très claire. Fabrice pose un problème précis, ne nous laissez pas dans le doute; ce qu'il dit semble à mon humble avis , de bon sens. On est en droit de s'interroger.
Mon Petit Larousse illustré(ed. 1999 c'est vrai) indique à la page100 : auto n.f. abrév. automobile < Autos tamponneuses. Pour "Prof" il dit la même chose que le vôtre mais ne précise pas si on met "s" au pluriel. Faut pas se fier à internet, c'est vrai. D'accord!
Mais comment y fait! Laisse pas nous dan' fénoir mounoir!

27.Posté par Fabrice le 17/09/2019 18:14

Toutes les rédaction de France mettent un "s" à prof au pluriel:

L'Express, le 04/07/2019: Grève des profs : les résultats du bac pourront-ils réellement être publiés vendredi ?
Liberation, le 04/04/2019: Grève des profs : les deux façons de compter
20 minutes, le 19/03/2019: Grève des profs: «Jean-Michel Blanquer fait une crise d’autoritarisme», selon un syndicat
LCI, le 30 juin 2019: Bac : une grève des profs de philo et d'histoire-géo va-t-elle décaler la publication des résultats ?
France Bleu, le 04/09/2019: Grève des profs, collège bloqué par les parents : ils dénoncent "l'incompétence" de la principale
Mediapart, le 08/07/2019: Grève des profs, grogne sociale : Gilets jaunes, la suite
France TV, le 02/07/2019: Bac 2019 : les résultats sont-ils menacés par la grève des profs ?
Nouvel Obs, le 04/04/2019: Grève des profs : Jean-Michel Blanquer peut-il encore convaincre ?
Le Parisien, le 09/05/2019: Seine-et-Marne : après la grève des profs, la grève des parents
La Voix du Nord, le 29/06/2019: La grève des profs de philo va-t-elle repousser les résultats du bac dans l’académie de Lille?
HuffingtonPost, le 19/05/2015: Grève : les profs ne sont pas contents mais pas pour les raisons que vous imaginez
Ouest France, le 28/06/2019: Rennes. Une grève des profs lors du brevet, lundi ?
France Inter, le 08/09/2016: La grève des profs

Monsieur Benard expliquez-nous pourquoi tout le monde à tord. Que savez-vous que toutes les rédactions de France ignorent. Éclairez-nous.

28.Posté par y.féry le 17/09/2019 20:13

Fabrice, vous n'aurons pas de réponse. Je suis profondément déçu.
Alors contentons - nous du post 17 (tout doux). La seule réponse sensée.

29.Posté par Fabrice le 17/09/2019 21:12

"Oserai-je vous le dire ? Bof… oui ! En ces époques bénies, LES PROFS avaient le droit de fumer durant les récréations. Certains n’hésitaient même pas à allumer leur gauloise en plein cours, ce qui était le cas de M. Misner."

Texte écrit par Jules Bénard, dans l'article "Souvenirs, souvenirs : Entre la communale et le lycée, des copains et enseignants pas comme les autres" publié sur zinfos974 le 3 Août 2019.

Donc le mois dernier, prof prend un "s" au pluriel, mais plus maintenant...

30.Posté par Fabrice le 18/09/2019 13:15

@ y.féry, effectivement, je vois qu'il ne souhaite pas apporter d'explication...
Je suis très déçu du refus de débat de Monsieur Bénard, ce grand écrivain, ancien professeur, journaliste et historien préfère nous ignorer.
En même temps, je comprends, il a commencé par refuser de se remettre en cause plutôt que de prendre quelques minutes pour faire des recherches sérieuses sur le sujet, certainement trop certain qu'il ne pouvait qu'avoir raison. Difficile après cela de revenir en arrière sans perdre la face.
Cependant, il suffit simplement de lire les 2 premières parties de ce récit pour voir qu'il écrivait "prof" avec un "s" au pluriel, à plusieurs reprises. Pourquoi décréter le contraire tout d'un coup ? Pourquoi ne pas simplement avouer qu'il s'est trompé en affirmant que les abréviations françaises ne prennent pas la marque du pluriel ? Pourquoi refuser d'en discuter ? Pourquoi cet empressement à répondre "VOUS AVEZ TORD" plutôt que d'envisager de s'être tromper et de profiter de l'occasion pour apprendre quelque chose ? Tant de questions sans réponses...
En attendant, son affirmation fausse reste disponible en ligne et induit en erreur ceux qui n'ont pas l'esprit critique et qui boivent ses paroles sans les mettre en doute (voir les commentaires de certains).

31.Posté par Ald'eau le 18/09/2019 15:06

28.Posté par y.féry le 17/09/2019 20:13
"tout doux" vous remercie.
Ald'eau ne voulait pas froisser Monsieur Bénard, d'où la contribution en deux temps.

32.Posté par Ald'eau le 18/09/2019 16:25

(rédigé alors que mon post 31 est le dernier visible)

et dès ce jour Ald'eau disparaît car je trouve son expression trop austère.

A bientôt.

33.Posté par y.féry le 18/09/2019 17:41

à 31.Posté par Ald'eau le 18/09/2019 15:06

J'ai préféré me référer au post 17 de "tout doux". Votre post 20 même s'il est dans le vrai ne répondait pas vraiment à la question posée par Fabrice. Et surtout le dernier parag. m'a laissé songeur, dubitatif; n'était-ce pas plutôt de votre part un petit "moucatage"? .

Pour répondre à Fabrice: " Vraiment je ne m'attendais pas à cette réaction de Bénard. Je crois en sa probité intellectuelle (enfin je croyais jusqu'à présent, je veux y croire encore).

34.Posté par mi moucate pas li le 18/09/2019 19:11

33.Posté par y.féry

Oh non, je ne moucate jamais un gars qui exprime son talent. J'ai dédié le reste de ma vie à encourager cette démarche.
Je le taquine juste un peu, à cause de son expression "enchristé" qui me hérisse les poils. Mais il sait celà.

35.Posté par et j'ajoute... le 18/09/2019 20:48

Et j'ajouterais que, même si nous agenouillions le Julot sur du gros sel en lui fouettant le postérieur avec un fouette pêche, il ne changerait pas d'avis. Pourquoi ?
Parce que, comme nous tous, une conviction nouvelle prend du temps à chasser l'autre. Parce que le coco lé moins dur que la ténacité qu'il nous offre au fil de ses compositions.

Pour nous qui savons la règle d'accord, appliquons-la. Certains de mes apprenants font des erreurs. Je ne les corrige jamais, j'explique aux autres - en leur présence - comment je pense qu'on pourrait faire. Avec toute la fougue justicière de notre jeunesse, nous serons à sa place demain et l'on souhaitera qu'il nous soit fait grâce.

Nous sommes en ce moment acteurs dans son histoire.
Encouragements à Jules !

36.Posté par y.féry le 18/09/2019 21:17

à post 34
Oui, taquiner est le mot le plus juste.Loin de moi, également, l'idée de le "moucater"
Pour tout vous dire, Jules Bénard est quelqu'un que j'apprécie depuis les débuts du Quotidien. Ça remonte à très longtemps donc. C'est toujours un plaisir de lire ses écrits. J'ai eu la chance de le rencontrer chez un éditeur il y a six ou sept ans et de discuter avec lui. C'est un homme charmant, affable, chaleureux qui met à l'aise son interlocuteur. C'est pour ça que je ne comprends pas son attitude.

37.Posté par Fabrice le 19/09/2019 20:22

Monsieur Benard, quelques conseils pour vous aider à surmonter cette épreuve:

Les gens dissimulent généralement leur honte sous de l'agressivité ou sous des techniques de défense. Il peut être très difficile d'avouer ses torts, mais, si vous voulez les reconnaître, vous devez vous concentrer sur la résolution du problème, et pas sur des sentiments qui pourraient assombrir encore plus la situation. Posez-vous les questions suivantes pour mieux comprendre ce que vous ressentez:

Essayez-vous de dissimuler des sentiments de honte parce que vous avez peur d'être diminué en tant que personne si vous avouez que vous vous êtes trompé ? Ne vous inquiétez pas, en fait, en reconnaissant vous être trompé, vous devenez une meilleure personne aux yeux des autres.
Vous êtes conscient de vos erreurs, mais vous êtes convaincu que vous devez vous défendre pour sauver votre honneur ? Tout ce que vous arriverez à faire est de vous forger une nouvelle réputation de personne entêtée.

Reconnaissez simplement votre erreur. Ne soyez pas arrogant ou têtu, mais soyez honnête.

Un peu de courage...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 19 Novembre 2019 - 14:00 Un auteur, un livre pays : Tatiana Lebon

Lundi 18 Novembre 2019 - 16:42 Concours de la correspondance : Semaine 13