MENU ZINFOS
Faits-divers

Sous chimique, il casse tout dans la cuisine, mais aussi la mâchoire de sa compagne


Je l’aime donc je la frappe et je casse tout. Je m’excuse et je recommence. Un scénario qui se répète presque chaque semaine au tribunal. Cette fois, de la prison attendait le conjoint violent.

Par Isabelle Serre - Publié le Mercredi 2 Juin 2021 à 18:36

Pierrick L. a vu sa vie basculer depuis qu’il fume de la chimique. Il pique des crises monstres et terrorise son entourage. 

Un cauchemar pour sa compagne. Surtout depuis décembre 2020 lorsque le trentenaire s’était exhibé devant une mineure dans un bus et que les images avaient fait le tour des réseaux sociaux. 

Le 29 mai dernier, lors d’une énième dispute, le mis en cause pour des violences conjugales à répétition a tout cassé dans la cuisine. Ce jour-là, des tasses de café avaient atterri dans la cour de la crèche située au rez-de-chaussée de l’immeuble. Les tatas qui avaient voulu en savoir plus s’étaient fait copieusement insulter. 

Les ravages de la drogue chimique 

Mais ce n’est pas tout. La compagne avait également été lourdement frappée quelques semaines auparavant et n’avaient pas porté plainte de peur des représailles.

Le 3 mars, le prévenu jugé ce mercredi en comparution immédiate, s'était présenté au bas du domicile de la malheureuse et lui avait ordonné de lui lancer un sabre pour aller en découdre avec des jeunes du quartier. Mais elle avait refusé de s’exécuter. 

Il lui casse la mâchoire 

Pierrick avait alors grimpé jusqu’au balcon de l’appartement de sa compagne et était brutalement entré en lui portant un violent coup de pied qui lui avait cassé la mâchoire occasionnant 30 jours d’ITT, une opération et cinq jours d’hospitalisation. 

Il avait fallu que la victime, réfugiée dans une chambre, lui montre la molaire qui venait de tomber dans sa bouche pour qu’il arrête de frapper. 

A la barre, l’homme violent qui avait hurlé dans les geôles du tribunal correctionnel le jour de son déferrement, a évoqué une attitude défensive face à la colère régulière de sa compagne. Des arguments d’une banalité affligeante trop souvent développés dans les prétoires du nord comme du sud de l’île. "Du foutage de gueule", résumera l’avocate de la victime. 

« Du foutage de gueule »

Pour ces faits, le parquet propose une peine de 3 ans d’emprisonnement dont 6 mois avec sursis avec une incarcération immédiate. "Il faut casser sa dérive", rebondit l’avocate de la défense rappelant un casier comportant 18 mentions dont 8 pour exhibition sexuelle. 

Le tribunal décide de condamner Pierrick L. à 3 ans de prison avec un sursis probatoire d’un an. Aucun contact avec la victime n’est autorisé à l’issue de la période de détention.




1.Posté par Kafrouge le 02/06/2021 19:27

Ce serait de beaucoup plus intéressant pour ce trdcl lorsqu'il est sous effet, de prendre un balai pour nettoyer son intérieur et une pioche pour planter des salades.

2.Posté par Citoyen le 02/06/2021 22:25

Ce mec est un malade mental et il devrait croupir en prison au moins 5 ans !
Mais la justice est aussi malade que lui.

3.Posté par Romain le 03/06/2021 10:13

Si le Cannabis était légal, la chimique n'existerait pas.... Ce n'est PAS DU TOUT un problème de justice laxiste, le problème sont les lois absurdes inapplicables.

Les Hommes se droguent.
AUCUNE répression ne changera cet état de fait millénaire. Tu peux même les condamner à mort ça y changera rien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes