MENU ZINFOS
Social

Souffrance des chauffeurs de bus: "Après 1, 2, 3 insultes, c’est difficile de rester de bonne humeur"


Ce jeudi est marqué par un mouvement de protestation des agents du réseau Alterneo. Ils se sont mis à l’arrêt. Un devoir d’alerte des conducteurs soutenus par leur direction et la CIVIS. Les violences sont en forte augmentation, mais heureusement pas quotidiennes. Les incivilités sont par contre beaucoup plus régulières. De quoi peser sur le moral de certains conducteurs. Ces derniers ont bien voulu nous raconter leur quotidien.

Par - Publié le Jeudi 4 Août 2022 à 15:55

Depuis la fin 2021, le réseau Alterneo a été victime de 10 caillassages et une agression de conducteur. De quoi susciter un mal-être chez les agents
Depuis la fin 2021, le réseau Alterneo a été victime de 10 caillassages et une agression de conducteur. De quoi susciter un mal-être chez les agents
Depuis la fin de l’année 2021, le réseau Alterneo a subi dix caillassages de ses bus. Le 6 décembre dernier, un agent se faisait même agresser à Petite-Île. Déjà à l’époque, la direction alertait sur la recrudescence des violences. Si ces dernières ne sont heureusement pas quotidiennes, les incivilités et les moments de tension peuvent être beaucoup plus fréquents.

Si certains chauffeurs assurent n’avoir jamais eu de soucis, d’autres indiquent être confrontés plus régulièrement à des agressions verbales. "Certains soirs, je rentre chez moi dans un état pas possible à force de m’être fait insulter. Heureusement, ma femme sait trouver les mots pour me calmer" souligne Éric*, conducteur du réseau.

Évidemment, certaines lignes sont plus risquées que d’autres. Quelques conducteurs affirment ne pas être sereins en traversant certains quartiers sensibles. "Par exemple à la Chatoire au Tampon, lorsque je vois un groupe de jeunes en montant, je passe ailleurs pour le trajet retour en revenant de l’université", explique Claude*. 

"Y a des jours ça va, il ne se passe rien. Puis d’autres, ça ne va pas s’arrêter. C’est surtout en début de mois lorsque les gens ont été payés et qu’ils boivent. Après 1, 2, 3 insultes, c’est difficile de rester de bonne humeur avec les clients. C’est également difficile nerveusement de conduire avec toute cette tension accumulée", regrette Éric.

La difficulté de faire respecter les règles

L’une des causes principales des moments de conflits concerne évidemment le respect des règles et des protocoles. Les conducteurs se retrouvent à devoir gérer des clients qui refusent de payer ou de valider leur ticket. Il y a également ceux qui refusent de s’adapter aux évolutions de fonctionnement, notamment technologiques. 

Par exemple, le fait d’acheter son ticket à l'avance à la gare ou par une application mobile. Alors que tout est fait pour favoriser les achats hors du bus, les conducteurs se retrouvent confrontés à des groupes entiers voulant acheter leur ticket auprès d’eux. Cela a pour conséquence de retarder le départ et accentuer le retard. Certains veulent même payer avec des billets de 50 euros, ce qui n'est pas possible. Tout cela crée des frictions avec les quelques clients générateurs de conflits.

Les imprévus sont également un grand facteur de stress pour les chauffeurs. "Lorsque l’on a une panne et que l’on attend la dépanneuse.... nous n’y pouvons rien, mais c’est sur nous que les clients s’énervent parce qu’ils vont être en retard", raconte Claude. Ils subissent le même courroux lorsque des travaux ou des évènements changent l’itinéraire et ne desservent plus l’arrêt du client.

Plus de contrôle et plus de pédagogie

Pour les conducteurs de bus, il faut que les contrôles soient plus fréquents, mais également plus aléatoires. "Certains ont compris sur quels créneaux viennent les contrôleurs, alors ils s’adaptent", confie Eric. Un renforcement des contrôles qui doit absolument s’accompagner d’un changement de méthode.

Pour certains, les contrôleurs sont beaucoup trop stricts et génèrent parfois les situations de conflits. Ces contrôleurs ne sont pas employés par la Semittel, qui gère le réseau Alterneo. "Ils ne laissent rien passer. Zéro tolérance. Quand ce sont les policiers qui font des contrôles, ils sont plus cool. Y a rarement des problèmes derrière", affirme Ludovic* un conducteur très expérimenté. Un avis partagé par son jeune collègue Jérôme* qui pense "que les caillassages ont souvent lieu un ou deux jours après des contrôles qui se sont mal passés. Ce sont des représailles."

Tous soutiennent qu’il faut plus de sécurité pour les agents. Mais ils sont également tous d’accord sur le fait qu’il faille plus de communication auprès des usagers. Ils pensent nécessaire que des agents échangent avec les clients à la gare. Ces derniers pourraient conseiller les clients afin qu'ils prennent leur billet à l'avance ou pour expliquer une modification de trajet due à des travaux. Ainsi, les conducteurs n’auraient pas à assumer "la mauvaise surprise".

"Il y a déjà un problème de communication dans la société en général, mais là il faut qu’on tire tous dans le même sens. On manque de communication alors que ça pourrait apaiser les conflits au lieu de les créer", assure Jérôme.

*Prénoms d’emprunt


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Noël le 04/08/2022 14:32

Installation de caméras,de dachcam

2.Posté par valeo le 04/08/2022 17:42

Faites payer les dégâts aux parents si ce sont des mineurs...Faites travailler en TIG les mineurs et garder leur revenu pour payer les dégâts, ils ne recommenceront plus, c'est garanti.

3.Posté par Jean CHANG le 04/08/2022 17:44

Que les chauffeurs fassent comme en métropole.Qu’ils se contentent de conduire le bus et laisser la charge des fraudeurs aux contrôleurs.

4.Posté par Skop le 04/08/2022 18:26

10 caillassages sur 200 bus qui font 63 lignes quotidiennement, certes c'est inexcusable mais de là à pénaliser l'ensemble des usagers en suspendant les trajets avec la bénédiction de la direction donc salaire payé. Ne faudrait-il pas faire intervenir les forces de l'ordre aux points de caillassages puisqu'ils sont connus ? Ah non, ces dernières préfèrent faire la chasse aux automobilistes !

5.Posté par Yableso le 04/08/2022 20:08

En tour cas en ce qui concerne le ramassage scolaire des secteurs Civis moi collègiens ou lycéens je ne prendrai plus le bus tellement que ce sont de vrais fous du volant !!

6.Posté par Pascale le 04/08/2022 21:19

Je suis parfaitement d'accord avec Skop... en plus je pense que les clients n'en ont rien à faire de l'humeur du chauffeur... ce qu'ils veulent c'est être à l'heure et que les chauffeurs fassent le travail pour lesquel ils sont payés chose qui est parfois très loin d'être le cas...

7.Posté par oté creole.. le 04/08/2022 21:52

1 agent de securité par bus
voilà de l'emploi, ça fait 2 agents par bus par jour de 6 à 13h et de 13h à 20h..

8.Posté par Citalis... le 04/08/2022 23:53

Que les chauffeurs de Citalis respect l'arret au feux rouge déjà.. et apres on verra...

9.Posté par eric le 05/08/2022 06:42

il faut que les chauffeurs de bus soient exemplaires et la presse nous a montre cas

alcool au volant
telephone au volant
consommation de stupefiants.

c'est pas mal je trouve

10.Posté par jpleterrien le 05/08/2022 09:07

Et embaucher un contrôleur par bus, comme cela existait avant, ça n'aurait pas de sens ?
Ce ne sont pas les gros bras qui manquent à la Réunion...
Ah oui, faut les rémunérer.... C'est mieux de payer les gens à ne rien faire !!!

11.Posté par Ixtiel le 05/08/2022 18:01

"Pour certains, les contrôleurs sont beaucoup trop stricts et génèrent parfois les situations de conflits (...). Ils ne laissent rien passer. Zéro tolérance. Quand ce sont les policiers qui font des contrôles, ils sont plus cool. Y a rarement des problèmes derrière."
Mais mon coco, c'est le principe. Sinon pourquoi payer sa place finalement? Et il paraît évident que ceux qui ont un réel problème et ne peuvent pas acheter une place ne vont pas en plus faire un scandale.

La réponse là d'ailleurs :
"les caillassages ont souvent lieu un ou deux jours après des contrôles qui se sont mal passés. Ce sont des représailles."

Rien ne va, mais alors absolument rien. En résumé, ces brutes disposant d'un droit inaliénable au transport gratuit, ils ont toute légitimité pour venger l'injustice et la violence d'un contrôle et/ou d'une sanction. Le sempiternel "faut les comprendre".

Messieurs les conducteurs, j'ai le regret de vous informer que la soumission et les renoncements ne fonctionnent jamais face à ce genre d'individus. Ils iront toujours plus loin, simplement parce qu'il ne s'agit pas d'avoir les poches vides alors qu'on doit absolument prendre le bus. Il s'agit de dominer par la violence les autres, sans jamais rien risquer bien évidemment.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes