Océan Indien

Sortie de crise à Mayotte : Les manifestants doivent être consultés

Mercredi 14 Mars 2018 - 09:19

Réunion de crise hier après-midi autour de la ministre
Réunion de crise hier après-midi autour de la ministre
Au terme de négociations de plusieurs heures, les représentants des collectifs, les syndicats, les élus et la ministre des Outre-mer sont parvenus à trouver un terrain d’entente. Un accord de principe a été trouvé.  

Annick Giradin a "pris des engagements au nom du gouvernement pour renforcer la sécurité, la lutte contre la délinquance et la lutte contre l’immigration illégale". Un calendrier pour la mise en place de mesures concrètes en matière de sécurité a été fixé. La ministre et son équipe ont un mois pour passer à l’action. 

De leur coté, les collectifs et l’intersyndicale doivent convaincre les manifestants de débloquer les barrages de l’île au cours de la matinée, et les maires de Mayotte se sont engagés à organiser les élections législatives partielles de cette fin de semaine, précise le ministère des Outre-mer dans un communiqué.

Un accord de principe qui doit être examiné en assemblée générale par les manifestants réunis ce matin sur la place de la République, indique Les Nouvelles de Mayotte. 
N.P
Lu 819 fois



1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 14/03/2018 10:15

*La confiance règne ?

2.Posté par GROSSE ERREUR DU SIECLE le 14/03/2018 10:24

Mayotte n'aurait jamais dû être Département français, c'est une grave erreur, soit il fallait conserver le statut de Territoire ou bien l'intégrer aux îles Comores qui sont les ancêtres des Mahorais, erreur grave !

3.Posté par Bodrush le 14/03/2018 10:31

Les sphincters se relâchent, les parfums s'échappent, la pression diminue, le cours du poisson va diminuer. Amen

4.Posté par Pffuu le 14/03/2018 10:38 (depuis mobile)

5 z'oreils trouvent une solutions en une réunion.....

5.Posté par Fredo974 le 14/03/2018 11:11

POST 1 CARAMBAR BAVARDE
Comme dab , toujours aussi illuminée !
Cesse d'écrire en gras ....


Mayotte , c'est une mêche courte et la France a foutu la merde dans le coin .... C'est le début des emmerdes . Pauvres mahorais , je vous plains .

6.Posté par lesinfirmières encolere le 14/03/2018 11:13

Géraldine, infirmière à Mayotte : comme beaucoup de mahoraises, je suis sidérée de voir le cirque ministériel qui est venu installer son chapiteau médiatique pendant 2 jours à Mamoudzou pour ... rien.

- manifestement madame la ministre avait oublié d'enlever ses boules Quiès en descendant de l'avion BBR (bleu, blanc, rouge) et elle est restée sourde comme un pot à notre colère, à nos idées et à nos revendications. Elle avait appris sa leçon parisienne par coeur sauf que là, ben elle est carrément hors sujet. Zéro pointé madame Girardin.
- son collègue Griveaux, porte parole du gouvernement En Marche Arrière, avait martialement, comme Jupiter, promis le dimanche à la télé que Mayotte allait rentrer dans le rang et que la rentrée des classes aurait lieu comme prévu, que les élections législatives auraient lieu même si les élus avaient décidé de saboter leur organisation. Zéro pointé monsieur le ministre.
- ce mardi après midi durant les questions du gouvernement à l'Assemblée nationale, le ministre de la police jurait grand dieu que ça allait changer à Mayotte et que les empêcheurs de gouverner en rond dans le lagon pouvaient ... "circuler, y a rien à voir". Ben non mon Collomb, les mahorais ont décidé de dé - so - béir !!!

Nous sommes encore plus dans la merde que samedi quand j'ai écrit mon premier message et bientôt nous allons sombrer dans la vraie catastrophe sanitaire qui a pourtant été évitée jusqu'ici.
Il semble bien que ces messieurs dames de Paris aient besoin d'une explication de texte en bon français :

- les mahorais, dont je suis,ne veulent plus être menacés chez eux, à Mayotte en France, par une bande de clandestins qui ont fait un joli pied de nez à la ministre en continuant de brûler des voitures ce week end et en agressant la population malgré la présence de renfort des forces de l'ordre.
- les mahorais en ont ras le bol des promesses non tenues et des mensonges politiciens. Des coups foireux dans leur dos quand par exemple, en septembre 2017, ils apprenaient par la presse que le gouvernement de monsieur Macron avait signé avec le gouvernement des Comores la possibilité pour les comoriens de venir à Mayotte, en France, sans visa. Mais sans pouvoir aller plus loin en Europe, par exemple. Autant dire de pouvoir continuer à s'entasser à Mayotte ... mais avec avec un visa gratuit. Où comment prendre les mahorais pour des cons !
- les mahoraises qui travaillent et cotisent à la sécu veulent pouvoir accoucher et se soigner à Mayotte plutôt que de s'entendre dire que les hôpitaux sont pleins et quelles feraient mieux d'aller voir ailleurs, genre à la Réunion ou à Paris, parce quelles ont une mutuelle.
- les enfants mahorais aimeraient bien pouvoir apprendre à l'école tous les jours et pas seulement par rotations de classes parce que la place ... elle manque et que y a pas assez de profs dans les écoles.
- etc ... etc ... etc ...

Un certain premier ministre avait dit que "la France ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde".
En métropole, la France a très largement oublié ses engagements en ne recevant qu'une toute petite partie des réfugiés qui lui avaient été assignés par l'Europe. Impunément.
Il n'y aurait que le département - français - de Mayotte où l'on pourrait inlassablement continuer à ramasser les cadavres de comoriens avec parfois la gorge tranchée, échoués sur les plages, eux mêmes victimes de la mafia du transport organisé entre Anjouan et M'Tsamboro ?

7.Posté par Lutte ouvrière le 14/03/2018 13:26

communiqué Lutte ouvrière du 12 mars 2018

SUR LA SITUATION A MAYOTTE : C'EST LA MISERE QUI PRODUIT L'INSECURITE !

Depuis bientôt 15 jours, un mouvement dit de « grève générale » paralyse l’île de Mayotte, contre l’insécurité grandissante dans ce 101ème département français.

Le ras-le-bol de la population des vols, des rackets, des agressions dans les écoles, les lycées, dans les bus, dans les commerces, etc. est tout à fait compréhensible.

Revendiquer que l’État trouve des solutions d’urgence et à long terme est légitime.


Mais quelles solutions ?


Exiger le recrutement et la formation de centaines d’enseignants, de surveillants, de personnel techniques et administratifs, la construction d’établissements scolaires en nombre suffisant, comme le demandent le personnel enseignant et non enseignant pour que les classes ne soient plus surchargées, pour mettre fin à ce système inouï de cours par alternance, matin pour les uns et après-midi pour d’autres, pour que les élèves puissent même avoir la possibilité d’apprendre, est plus que nécessaire dans ce département laissé à la traîne par les différents gouvernements depuis Sarkozy, jusqu’à Macron en passant par Hollande !


Exiger plus de médecins, de sages-femmes, d’infirmiers, d’aides-soignants, des hôpitaux, des maternités, des centres de soins, de matériels, de médicaments, etc. en nombre suffisant est une mesure d’urgence et vitale !


Mais réclamer des renforts supplémentaires pour assurer la protection des frontières pour freiner une « immigration illégale » comme l’a fait Laurent Wauquiez à Mayotte ou encore « fermer la maternité de Mamoudzou à tout prix » comme le demande un ancien sénateur Mahorais, est complètement mensonger, voire criminel.


En effet, tous ceux qui désignent les Comoriens qui fuient la misère de leurs pays pour espérer vivre un peu mieux à Mayotte, comme les principaux responsables de l’insécurité, trompent les classes populaires de Mayotte et cherchent à attiser la haine entre les Mahorais et leurs propres frères des autres îles des Comores ! Leur seul objectif, loin de se préoccuper des conditions d’existence des Mahorais, est de ne pas désigner les vrais responsables de l’insécurité majeure qu’est la misère que sont les capitalistes comme ceux de Colas, de l’entreprise Mayco (Coca-Cola), qui licencient et le gouvernement qui prive les travailleurs et les pauvres de Mayotte des services publics utiles à la population.


L’insécurité à Mayotte, comme à La Réunion et ailleurs, se nourrit de la misère et de la précarité, elles-mêmes produites par l’économie capitaliste.


Ce 12 mars, La CGT Éduc’ation et la FSU de Mayotte appellent les travailleurs de l’Éducation nationale à faire grève.

Lutte ouvrière soutient cet appel et est solidaire des agents des écoles, des collèges des lycées qui réclament des moyens supplémentaires pour travailler dans de meilleures conditions et dans l’intérêt des élèves.

Il faut espérer que les travailleurs, comme les dockers, les ouvriers du BTP, les chauffeurs de bus, tous ceux qui font fonctionner l’économie, sauront aussi faire valoir leurs propres revendications. Exiger, dans la grève, des salaires et des conditions de travail décentes pour tous c’est renforcer le mouvement en exprimant les véritables besoins de l’ensemble de la population laborieuse.

8.Posté par Clande le 14/03/2018 14:27

Mayotte n'aurait jamais due être Française
Que cela plaise ou non c''est la vérité
Quand on voit où l'on en est aujourd'hui c'est déplorable

9.Posté par Français le 14/03/2018 18:38

@ Clande - post du 14/03/2018 14:27

Mayotte est française parce que les Mahorais se sont prononcés pour qu'elle le soit par référendum.
Qu'auriez vous fait à leur place ?
Et si ce référendum a eu lieu sans la participation de tous les Français, c'est bien pour assurer le résultat.
On peut se demander alors pourquoi l'Etat Français tenait tant à ce qu'il en soit ainsi.
Quoi qu'il en soit, Mayotte est maintenant devenue un DOM et il appartient à tous les Français de faire en sorte que les lois de la République s'y appliquent en toute égalité sans discrimination.
Comme disent les Réunionnais " Nou lé pa pluss nou lé pas mwin". Ce slogan peut être également revendiqué par les Mahorais qui ont opté pour la nationalité française quand l'aubaine leur a été présentée.
Erreur ou pas, la France indivisible, réputée généreuse, terre des droits de l'homme, est tenue d'assumer ses décisions et ses responsabilité quel qu'en soit le prix.
Et ceci intelligemment et sans brutalités sous peine de perdre sa crédibilité.

10.Posté par Clande le 14/03/2018 19:36

Il n'en reste pas moins que c'est une grossière erreur d'avoir fait de Mayotte
un département Français , ça n'aurait pas été la France y aurait il eu tant de précipitation mais
bien sûr que non...

11.Posté par Helpme le 14/03/2018 20:45

Je confirme
Ca à été une grosse connerie de faire de Mayotte le 101ème Département Français
Surtout à 10.000 kms du territoire national la France
On croit rêver
Mais on va vite s'en mordre les doigts il n'y à qu'à voir ce qui se passe actuellement
ça n'est que le début.
Les politiques quand ils font des conneries ils font fort.
Rendez vite Mayotte aux Comores

12.Posté par Helpme le 15/03/2018 18:13

Sortie de crise ?
Vous voulez rire ça ne fait que commecer
Le Gouvernement ne sait plus quoi faire
Donnez leur l'indépendance et il n'y aura plus de problèmes plus de Mayotte fini
les soucis direction les Comores voila une bonne idée.
Pourquoi ne pas l'avoir eue avant ?
Tout simplement par ce que on prenait des gants mais maintenant c'est terminé.

13.Posté par JEROME le 16/03/2018 20:58

Arrêtez de nous faire croire à une sortie de crise.
Vous êtes vite rentrée en France impuisante face à une situation inextricable
Ayez le courage de leur dire en face que ça n'est plus possible plus tenable
qu'il faut qu'ils comprennent qu'il est temps pour eux Mahorais rejoignent les Comores
ils n'ont pas le choix de toute façon la France sera obligée de se séparer d'eux il en va de la sécurité
je dirai même plus de la survie des Français. C'est un cercle vicieux les Comoriens viennent clandestinement
à Mayotte et les Mahorais fuient sur la Réunion ce qui fait que les Réunionnais se retrouvent en surnombre pour l'emploi et le logement qu'ils peinent à avoir. Inévitablement cette situation va nous conduire à une
situation explosive c'est ce que l'on veut on veut qu'il y ait la guerre entre les Réunionnais et les Mahorais on
y va droit si vous ne faites rien.

14.Posté par vu de zoreil-land le 16/03/2018 22:44

La Réunion terre d'accueil et de travail, son vivre ensemble ... ah ah ah

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter