MENU ZINFOS
Faits-divers

Son avocat se retirant à la dernière minute, le procès du père violent renvoyé pour la 3e fois


Une scène incroyable s’est produite hier soir au tribunal de Saint-Pierre. Après deux renvois et un report de la 3e audience, le procès d’un père suspecté de sévices graves a de nouveau été renvoyé. À la surprise générale, son avocat s’est déporté de l’affaire. Le prévenu a refusé d’être jugé sans un conseil qui maîtrise le dossier. Il a dû être relâché, faisant courir un risque pour les victimes.

Par - Publié le Jeudi 17 Mars 2022 à 11:15

Son avocat se retirant à la dernière minute, le procès du père violent renvoyé pour la 3e fois
C’est presque une pièce de théâtre qui s’est jouée hier au tribunal de Saint-Pierre. Si certaines séquences avaient des airs de comédies, c’est bien en drame que cela pourrait se terminer. Un père de famille accusé de sévices graves sur ses enfants, sa femme et l’animal de la famille, est ressorti du tribunal sans être jugé. Il s’agissait pourtant de la 3e audience dans le cadre d’une comparution immédiate.

Pour comprendre la situation, il faut remonter au 15 décembre 2021. Ce jour-là, Paul* et Véronica* sont présentés au tribunal de Saint-Pierre dans le cadre d’une comparution immédiate. Lui est poursuivi pour des actes de violence sur sa fille, mais surtout sur le premier enfant de sa femme. La mère est de son côté poursuivi pour non-dénonciation de mauvais traitements. Les deux sont également accusés de privation de soins et d’aliments envers les enfants.

Comme le prévoit la loi, les deux prévenus ont demandé un renvoi afin de préparer leur défense. Une expertise psychiatrique des deux prévenus est alors exigée. Ils sont placés sous contrôle judiciaire jusqu’au procès fixé au 19 janvier 2022. Les enfants ont été placés en famille d’accueil.

Les expertises psychiatriques n’arrivent toujours pas

Durant le mois séparant les deux audiences, de nouveaux événements viennent changer la donne. Seulement quatre jours après l’audience, Paul a violemment agressé Véronica. La mère de famille va alors se libérer de son emprise et affirmer que ces violences sont habituelles. Les enfants, toujours en famille d’accueil, vont confirmer ses dires. Paul a également commis des sévices sur l’animal de la famille.

Suite à cette agression, Paul a été placé en détention provisoire en attente du procès. Le 19 janvier, c’est donc escorté par les forces de l’ordre qu’il arrive au tribunal. C’est à ce moment que Véronica l’informe qu’elle a engagé une procédure de divorce. L’accompagnement de l’association réunionnaise pour l’aide aux familles et aux victimes (ARAJUFA) et de son avocate, Me Delphine Savigny, lui a fait prendre conscience de la spirale infernale dont elle était prisonnière.

Malheureusement, les expertises psychiatriques ne sont pas arrivées et la présidente du tribunal n’a pas d’autres choix que de renvoyer à nouveau le procès. Celui-ci est alors fixé au 23 février. Le jour de l’audience approche, mais seule l’expertise psychiatrique de Paul est arrivée dans les mains des magistrats. Un changement d’expert est demandé et l’audience est repoussée au 16 mars.

La période de détention passée, il est libéré

Toutefois, ce dernier report n’est pas sans conséquence. La durée légale d’un maintien en détention dans le cadre d’une comparution immédiate étant de deux mois, il est donc libéré à une semaine du procès. Le maintenir en prison serait techniquement une mesure arbitraire. 

Le parquet a donc prévenu l’ARAJUFA afin d’en informer Véronica. Celle-ci se voit remettre un téléphone grave danger (TGV). Il ne faudra que 3 jours pour qu’elle l’active puisque Paul a tenté de la joindre. Placé en garde à vue dès le lendemain, il est relâché puisque seulement trois jours séparent l’arrestation du procès. Effectivement, rien ne se produit.

L’avocat de la défense se retire

Hier, tous les éléments étaient donc en place pour que se tienne enfin le procès. Le prévenu a même apporté son sac en prévision de son incarcération. Néanmoins, à la surprise générale, Me Alain Le Bras va annoncer vouloir se déporter de la défense de son client. Le procès comportant deux affaires distinctes, les violences sur les enfants puis les violences conjugales, la jonction des deux doit être prononcée.

L’avocat estime avoir reçu les éléments de la deuxième affaire trop tard. Il affirme que c’est donc toute sa défense qui est remise en cause. Déclarant ne pas se mettre d’accord avec son client sur la nouvelle ligne de défense à suivre, il se retire du dossier. Le prévenu va de son côté exiger un nouvel avocat, mais refuse que celui-ci le défende dans la soirée sans avoir préalablement étudié le dossier en profondeur.

La bâtonnière Séverine Ferrante arrive en urgence et s’entretient avec les magistrats sur la suite des évènements. Ils décident de renvoyer le procès pour la 3e fois, le temps de désigner un nouvel avocat pour Paul. Néanmoins, il ne peut pas être placé en détention jusqu’à la nouvelle date fixée au 6 avril. La procureure lui rappelle qu’au moindre contact avec Véronica, il donnerait alors le motif légal pour le faire.

À la sortie de l’audience, le prévenu ne sait pas où aller et se retrouve à la rue. Du côté de la mère, c’est la peur qui domine en le sachant en liberté. Face à cette situation rocambolesque, tous les protagonistes de l’affaire espèrent que rien de grave n’arrive jusqu’à l’audience du 6 avril.

* noms d'emprunt


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par olive le 17/03/2022 13:22

la justice s'occupe de tout....
pitoyable, comme d'habitude


2.Posté par MôvéLang le 17/03/2022 17:05

Petit rappel : on a pas le droit de se faire justice sois-même, même si la justice ne fait rien.

3.Posté par Jean le 18/03/2022 10:06

Ha...elle est belle notre justice..qu est ce qu elle est belle et compétente...je me sens en sécurité avec elle

4.Posté par Guétali le 18/03/2022 12:24

Son avocat se retirant à la dernière minute,
...........................................
C'est de la bonne contraception judiciaire.

5.Posté par Davidgoliath le 18/03/2022 12:24

Pitoyable justice donc on va attendre qu'il passe à l'acte.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes